En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 25 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 7 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 11 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 5 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 46 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 22 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 51 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 18 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 33 min
Monde d’avant, monde d’aujourd’hui, monde de demain

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

Publié le 12 septembre 2020
Nous n’avons pas gagné au change. Mais Dieu n’est plus là pour nous protéger de celui qui arrive.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous n’avons pas gagné au change. Mais Dieu n’est plus là pour nous protéger de celui qui arrive.
Je relis « Le Monde d’hier » de Zweig. Un livre magnifique d’une actualité évidente. Zweig, Juif autrichien, écrit : « nous avons abandonné la foi de nos pères ». Il y voit une nécessité de la modernité et l’accompagne d’une pointe de regret. 

Nous sommes en 1939. Zweig, fuyant les abominations du nazisme, est au Brésil où il a dû s’exiler. Il s’y suicidera quelques années plus tard avec sa femme. Il évoque en tremblant les deux plus grandes horreurs du siècle dernier. La guerre de 14-18 qui verra l’Europe sombrer dans un combat fratricide. La guerre de 39-45 qui annihilera tous les principes d’humanité.

Le monde d’avant est, dit-il, un monde subjugué par ses progrès technologiques : l’électricité, l’avion, la radio, le téléphone. En deux générations, observe Zweig, le monde a plus changé que pendant tous les siècles qui ont précédé. Le progrès, écrit-il, est alors vu comme une promesse éternelle de bien-être, de sécurité et de paix. Pourtant les pires horreurs que le monde aient jamais connues ont suivi. En dépit du progrès ? Non grâce à lui sa technologie a donné aux massacres une dimension industrielle et génocidaire.

Aujourd’hui nous sommes en 1939. Le progrès défile sous nos yeux à la rapidité d’une pellicule d’ un film rendue folle par son accélération. Nous en sommes subjugués comme les contemporains de Zweig. L’énergie nucléaire, la conquête de l’espace, Internet, la mondialisation sont là pour nous convaincre que l’avenir sera doux et toujours meilleur.

Pour en arriver là, il n’a pas fallu plus des deux générations déjà évoquées par Zweig. De cela est née une nouvelle religion appelée « progressisme » qui a toutes les vertus d’un médicament soporifique.

Comme du temps de Zweig nous avons abandonné la foi de nos pères. Se battre contre les religions dont on connaît les méfaits sur Terre était sans doute utile. Mais tuer Dieu? Renoncer à la foi qui est bien autre chose de la religion, à la foi qui nous entraîne à regarder vers le haut et qui nous fait grandir. Dans ce vide un autre Dieu a pris le place de celui dont nous nous sommes séparés. 

Il est jeune : un conquérant aux dents longues. Il s’est emparé de la technologie que nous avons créée et sait admirablement s’en servir. Nous sommes en 1939. Les optimistes diront que cette guerre a été gagné. Oui mais à quel prix ?

Ps : Il y a deux jours c’était le 12 septembre. cette date nous vous dit rien? C'est ce jour là que la guerre a commencé.

 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 14/09/2020 - 08:11
Nil novi sub sole
Ben, oui, le 12 septembre, c'est pas le 11, et le 12 la guerre contre le terrorisme a commencé.... on y est encore. Et on n'en sortira pas de sitôt... Je reconnais que l'interprétation relève plutôt de l'accro-branches, et M Rayski a dû prendre un malin plaisir à déclencher une polémique pour méninges fatigués...
Quant à dire qu'en 2020, on en est encore en 39, autant dire qu'on en est encore au temps de nos ancêtres les Gaulois, les Romains, les Grecs, les... tout ce que vous voulez avant, qui s'étripaient à qui mieux mieux, déportaient des populations entières, c'était la mode, tout ça pour des finances, disons plutôt pour des victuailles et des richesses, ça fait mieux. Bref : Nil novi sub sole !
anita 85
- 14/09/2020 - 01:09
Benoit Rayski, le grabataire beauf Alzheimer
Benoit Rayski, le grabataire beauf Alzheimer.

Bonjour Atlantico. Nouvelle abonnée, je découvre un de vos plumitifs, un certain Benoît Rayski ( rayskilleur ? ), qui se croit très malin en citant Stefan Sweig et confondant le 11 et le 12 septembre. Dans son article. A peine abonnée, je vais donc me désabonner de votre journal.Aimant tout autant la pertinence et la rigueur, je constate qu'il n'en est rien dans votre journal. Bien cordialement.

PS : n'ayant jusqu'à ce jour jamais entendu parler de ce monsieur Rayski, je découvre sur internet qu'il a traité une femme, en l'occurence Marlène Chiappa, je le cite , de " reine des salopes ". Je ne partage pas du tout les positions politiques de Marlène Schiappa, mais je constate que que Monsieur Rayski est un gros beauf.
assougoudrel
- 13/09/2020 - 11:04
Les premiers à prier Dieu, quand
il y a danger, sont ceux qui disent ne pas croire en lui. Il y a Dieu et Maman. On appelle ces deux êtres lorsque l'on tombe d'en haut d'un précipice ou d'un immeuble: Une femme le crie pour sauver son enfant des griffes de la mort.