En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 4 heures 59 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 26 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 16 heures 50 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 5 heures 43 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 32 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 15 heures 49 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 16 heures 50 min
© ALAIN JOCARD / AFP
manifestation environnement climat crise de sens
© ALAIN JOCARD / AFP
manifestation environnement climat crise de sens
Revendications

Génération radicale : des jeunes écolos angoissés aux jeunes musulmans, la même crise du sens?

Publié le 10 septembre 2020
Selon un sondage Ifop pour la fondation Jean Jaurès, 74% des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l’Islam avant la République. De nombreux jeunes issus de mouvements écologistes radicaux estiment que leurs revendications lors des manifestations et des marches pour la défense du climat ne sont plus écoutées.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Ifop pour la fondation Jean Jaurès, 74% des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l’Islam avant la République. De nombreux jeunes issus de mouvements écologistes radicaux estiment que leurs revendications lors des manifestations et des marches pour la défense du climat ne sont plus écoutées.

Atlantico.fr : 74% des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l’Islam avant la République alors qu’ils sont 25% parmi les 35 ans et plus selon un sondage Ifop pour la Fondation Jaurès. Dans le même temps, un certain nombre de jeunes issus de mouvements écologistes radicaux estiment que les manifestations et les marches pour la défense du climat sont désormais tellement inscrites dans le paysage social que les revendications ne sont plus écoutées. S’agit-il de la même crise du sens ? 

Bertrand Vergely : Des jeunes Français musulmans déclarent faire passer l’Islam avant la France. Des jeunes écologistes déclarent ne plus avoir confiance dans la société française. Il s’agit là d’une crise du sens au sens où, derrière ces attitudes, on voit poindre la tentation de la violence. 

Le sens s’oppose à la violence et la violence s’oppose au sens. Qui dit sens dit le fait de savoir pourquoi on fait quelque chose en traduisant ce que l’on fait dans le langage, dans la raison, dans une ou des valeurs et dans une expérience personnelle. Par là même, qui dit sens dit le fait de s’inscrire dans une communauté humaine réelle en se représentant ce que l’on est et ce que l’on fait dans cette communauté. 

Quand on est un jeune, ce qui fait sens consiste à s’inscrire dans son pays, dans la société et dans une communauté humaine en donnant du sens à ce que l’on est comme à ce que l’on fait au sein de son pays, de la société et de cette cette communauté. Or, dans le cas présent, que voit-on ? Il y a de la part des jeunes soit un rejet de la France soit un rejet de la société, ce rejet débouchant sur un comportement totalement irrationnel. 

Prenons le jeune musulman Français qui rejette la France. Il s’agit là d’une position suicidaire. Ce jeune est français. S’il rejette la France, comment va-t-il faire pour vivre ? La vie en France va devenir impossible. On ne peut pas vivre en étant contre le pays dans lequel on vit. Quand on se met à rejeter son pays, outre que l’on vit dans la haine, on se condamne à devoir se réfugier dans l’imaginaire. Ce qui est bien le cas des jeunes musulmans qui rejettent la France. 

Prenons un jeune Français musulman qui rejette la France. Que se passe-t-il ? Lorsqu’il se met à rejeter la France, il se met à rêver d’un Islam imaginaire. Le pays réel dans lequel il vit n’étant plus son pays, il se met à rêver d’un pays imaginaire, à savoir celui de l’Islam triomphant comme religion universelle. En vivant l’Islam ainsi, il s’enferme dans un mécanisme infernal. 

Lorsque l’on est divisé entre le réel et l’imaginaire, que se passe-t-il ? L’imaginaire ne pouvant s’incarner dans le réel, on se met à voir dans le réel ce qui persécute l’imaginaire. Résultat : se sentant opprimé, on rêve de se venger. Se sentant opprimé, on devient oppresseur. 

Un certain nombre de jeunes Français musulmans sont tentés par la radicalisation. Rien de plus normal. Refusant la France, ils se condamnent à vivre un Islam imaginaire. Vivant un Islam imaginaire, ils s’imaginent que la France les persécute. S’imaginant que la France les persécute, ils rêvent de se venger. 

Toute crise du sens consiste à préférer la violence au sens. Quand on préfère la violence au sens, on connaît ce qui est le lot habituel de toute conduite violente : on bascule dans une attitude suicidaire avant de s’enfoncer dans une attitude meurtrière. 

La même chose a lieu avec les jeunes écologistes. Lorsque l’on est un jeune écologiste, il est grave de penser que les manifestations et les marches pour le climat ne servent à rien. Cela revient à penser que l’action politique concrète dans la société n’est plus possible. 

Dès que l’on bascule dans cette attitude désespérée, logiquement on débouche sur la violence. Puisque les manifestations et les marches pour le climat sont inutiles, seules les actions violentes ont du sens. Le jeune écologiste se met alors à devenir comme le jeune Français musulman qui rejette la France. Refusant la société telle qu’elle est, celui-ci s’enfonce dans une écologie imaginaire. Opposant l’écologie imaginaire à l’écologie réelle, il se met à croire que la société opprime son écologie imaginaire. S’imaginant que son écologie est opprimée, il se met à rêver d’une grande vengeance écologique pour purifier la planète. 

Le jeune Français musulman qui rejette la France va rêver d’une dictature islamique pour purifier le monde. Le jeune écologiste qui rejette la société va se mettre à rêver d’une immense dictature verte pour sauver la planète. 

Bien des choses séparent le jeune Français musulman du jeune écologiste. Alors que le jeune Français musulman met tout son espoir dans Dieu et la religion, le jeune écologiste met tous les siens dans la nature et la politique. Pourtant, la structure de leur comportement est la même. Refus du monde tel qu’il est. Refuge dans l’imaginaire. Sentiment que le réel opprime l’imaginaire. Impression d’humiliation. Désir de vengeance. Passage du désespoir à la violence. Passage d’une conduite suicidaire à une conduite meurtrière. 

Cette crise du sens traduit-elle un rejet du système ou un défi à l’autorité ? 

Il en va du système et du sens comme il en va de la France et de la société française. Contrairement à bien des préjugés, le système est une bonne chose et l’autorité également. 

Un système est un ensemble d’éléments organisé rationnellement si bien qu’il finit par pouvoir agir de façon propre. D’où ce paradoxe : un système bien conçu n’est pas le contraire de la liberté. Il est la liberté même. Quand on est parfaitement organisé, on est libre. Quand on est libre, on est parfaitement organisé. 

Il en va de l’autorité comme du système. On croit que l’autorité signifie la violence. On se trompe totalement. L’autorité qui vient du terme auteur signifie être original et donc libre en permettant aux autres de le devenir. 

Quand on sait de quoi on parle on devient l’auteur de ce que l’on dit. Quand on est l’auteur de ce que l’on dit, on s’impose sans violence. Comme on sait de quoi on parle, on est réel et sérieux. Comme on est réel et sérieux, on permet aux autres de le devenir et d’être ainsi à leur tour réels, sérieux, libres, originaux, avec une réelle autorité. 

Rien ne nous permet autant d’être libres que le système et l’autorité. Or, les jeunes penser le contraire. Ils pensent le contraire parce qu’il est très à la mode d’être antisystème. Ainsi, lorsqu’il s’est agi de se faire élire, pour gagner les voix des jeunes, Emmanuel Macron n’a pas hésité à se présenter comme le candidat antisystème. Ce qui lui a valu d’être élu. 

On ne devrait pas être contre le système et l’autorité. Il s’avère qu’on l’est. Il n’y a pas là simplement un effet de mode. Pour devenir libre, il faut accepter la raison et la réalité. Pour accepter la raison et la réalité il faut accepter l’Autre avec un grand A. 

L’Autre avec un grand A vient du fait inouï qu’il y ait le réel, la raison, le réel devenant raison et la liberté. Cela se voit quand on fait l’expérience du réel en étant sérieux. Rentrant dans la réalité de façon sérieuse, on se met à être organisé. Étant organisé, on sait de quoi on parle. Sachant de quoi on parle, on aide le monde à devenir réel, sérieux et libre. 

Il y a un moyen pour accéder à la liberté, et pour tout dire il n’y en qu’un. Il s’appelle écouter, écouter étant le même mot que l’on trouve dans le mot obéissance, ce mot voulant dire écouter ce qui vient d’en haut. 

Quand on se met à écouter, on rentre dans le réel. Quand on rentre dans le réel, étant en accord avec le réel, en voyant le bienfait que cela procure, on se laisse guider par cet accord. Quand on se laisse guider par cet accord, on rentre dans la raison. Quand on rentre dans la raison, on devient libre. Devenant libre, on transforme le monde. Là où il n’y avait pas d’esprit, on fait venir l’esprit. Là où le monde était chaotique, on fait venir la paix et l’harmonie. 

Les jeunes Français musulmans qui refusent la France et les jeunes écologistes qui refusent la société devraient accepter la France, la société, le réel, la raison, le système et l’autorité. Ils les refusent. Pourquoi ? Parce qu’ils refusent l’Autre avec un grand A. Ils refusent le réel, la raison, l’écoute du réel et de la raison. Ils les refusent parce tout autour de nous refuse le réel, la raison et l’Autre. Personne n’écoute. Personne n’est obéissant. Tout le monde n’en fait qu’à sa tête. Tout le monde rêve de n’en faire qu’à sa tête. 

Le jeune Français musulman qui refuse la France croit être musulman. Il n’est pas musulman. Il se sert de l’Islam pour désobéir, ne rien écouter et n’en faire qu’à sa tête. Le jeune écologiste qui refuse la société croit être écologiste. Il n’est pas écologiste. Il se sert de l’écologie pour ne pas écouter, ne pas obéir, n’en faire qu’à sa tête. 

Les hommes vont vers leur servitude en pensant que c’est leur liberté, rappelle Spinoza. Notre monde qui devient de jour en jour une fantasmagorie a fait de la non écoute et de la désobéissance généralisée le pilier de ce qu’il appelle la liberté. Résultat : ne nous étonnons pas que des jeunes refusent la France et la société. Ils sont notre reflet. L’obéissance que nous n’avons pas su vivre nous revient dans la figure sous la forme du désespoir et de la haine. Le jour où l’on demandera pardon à propos du tombereau d’absurdités que l’on déverse depuis des années contre l’obéissance, on commencera à se libérer du désespoir et de la haine en faisant de réels progrès. 

Islamisme, écologisme désabusé : ces postures adoptées par la nouvelle génération s’inscrivent à l’extérieur du champ démocratique. La société doit-elle s’attendre à une mosaïque de totalitarismes idéologiques dans le débat public, si tant est que l’on puisse parler de débat ? 

Débattre veut dire interpréter ensemble les contenus d’un événement ou d’un discours afin d’en tirer la substantifique moelle. Il arrive que l’on débatte de façon positive. Cela se fait à chaque fois que l’on a une discussion intelligente. 

On parle constamment du débat et notamment du débat démocratique. S’il existait vraiment, on n’en parlerait pas autant. Si on en parle autant, cela vient de ce qu’il n’existe pas. Et pour cause. Le débat a été confisqué par des journalistes bateleurs qui appellent débat un pugilat médiatique dans lequel une opinion reconnue comme seule opinion admise casse la figure à toutes les autres opinions. Le politiquement correct qui gouverne nos consciences a l’art de pratiquer de tels débats. 

On s’étonne que des jeunes soient aujourd’hui contre la France ou contre la société. On peut remercier le politiquement correct, la pensée unique et leurs fameux débats. Pourquoi des jeunes sont-ils aujourd’hui anti-français ? Parce que depuis des décennies ils ont entendu que vouloir être français, c’est être nationaliste et qu’être nationaliste c’est être un fasciste. Pourquoi des jeunes sont-ils aujourd’hui contre la société ? Parce que depuis des décennies ils entendent qu’une société qui ne satisfait pas immédiatement les désirs individuels est une société pourrie. On s’étonne aujourd’hui que les jeunes soient anti-français et antisociaux. On s’en inquiète même. Regardons-nous en face. Ces jeunes sont le pur produit des discours ahurissants que l’on tient depuis des années sur la France et sur la société. 

Les jeunes Français musulmans qui refusent aujourd’hui la France pourquoi la refusent-ils ? Parce que disent-ils, en Islam on a le respect. Paradoxe de leur part. Ils ne respectent pas la France par désir de respect. Ce n’importe quoi à propos du respect n’est pas un hasard. Il reflète le n’importe quoi qui sévit à propos de tout en l’appelant démocratie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 10/09/2020 - 22:24
Comme dit super Zemmour
Tous des verts, (écolos ou islamistes). Manque plus que des Irlandais écolos islamistes pour parfaire la verdeur.
spiritucorsu
- 10/09/2020 - 14:25
Faillite en marche!(suite et fin)
Cette crise de confiance,cette absence de crédibilité qui touche notre classe politique et atteint à présent nos institutions(police,justice) est au coeur de notre problème de société..En n'apportant aucune réponse aux aspirations et aux angoisses de nos jeunes,en refusant le dialogue,en décidant en solitaire sans aucune concertation les grandes orientation du pays,en affichant des pratiques contraire à la démocratie,cette caste oligarchique n'a donné d'autre alternative à cette jeunesse rebelle par nature qui représente la richesse et l'avenir du pays que d'autre solution que la voie de la révolte .Au grand bénéfice et à la grande satisfaction des Khmers verts et des islamo-gaucho-bobos compatibles qui n'osaient même pas trouver là un telle aubaine tant ils font moisson de toutes ces âmes perdues,et pour qui le pouvoir est désormais à portée de mains,avec lequel,ils pourront bâtir un monde barbare et rétrograde à leur image.
spiritucorsu
- 10/09/2020 - 14:08
Faillite en marche!
Depuis des décennies,un système politique à bout de souffle dans une démocratie confisquée par une classe politique totalement corrompue dont le seul projet de société est de perpétuer,sa rente,ses avantages et ses privilèges,et de passer des alliances avec la lie de l'humanité pour se maintenir au pouvoir,ne peut que susciter le dégoût,la désespérance et la révolte d'une jeunesse qui voit son avenir et sa vie sacrifiés pour satisfaire les appétits de pouvoir voraces de quelques uns.Les escroqueries intellectuelles des précédents mandats et en particulier les dernier en date avec la promesse d'un monde réenchanté et d'une république exemplaire,dont le candidat osait se présenter comme un anti-système,alors que dans les faits,il s'est révélé être le pire de ce que pouvait représenter l'ancien monde:mensonges éhontés,manipulations,,corruption,scandales en tous genres,démocratie confisquée,répression...ont crée un schisme irrémédiable entre la jeunesse et des élites autoproclamées guidées uniquement par l'idéologie du profit,à qui tout est du et pour qui le devoir de servir son pays est devenu le cadet de leur souci.