En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 34 min 24 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 53 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 1 heure 3 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 3 heures 4 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 39 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 6 heures 14 sec
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 41 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 18 heures 17 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Veolia Suez
© ERIC PIERMONT / AFP
Veolia Suez
Industrie

Le cas Veolia Suez ou l’illustration des failles du capitalisme à la française

Publié le 09 septembre 2020
Dans un entretien publié lundi 7 septembre par Le Figaro, Bertrand Camus, le directeur général de Suez, juge que le projet de Veolia d’absorber son groupe est "aberrante pour Suez et funeste pour la France". Loïk Le Floch-Prigent décrypte les enjeux du dossier Veolia Suez.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien publié lundi 7 septembre par Le Figaro, Bertrand Camus, le directeur général de Suez, juge que le projet de Veolia d’absorber son groupe est "aberrante pour Suez et funeste pour la France". Loïk Le Floch-Prigent décrypte les enjeux du dossier Veolia Suez.

Depuis l’affaire Alstom on a compris que pour conserver nos entreprises phares il faut retrouver un capitalisme vivant dans notre pays, c’est-à-dire faire rentrer dans les industries les produits de notre épargne. Alstom avait fini, après une prise de participation de l’Etat pour la sauver, par accueillir comme actionnaire de référence le Groupe Bouygues. Il a suffi que celui-ci veuille se désengager pour que le château de cartes s’effondre et que 70% d’Alstom soit vendu à General Electric… nous n’en finissons pas de regretter les solutions ainsi préconisées par ses dirigeants. 

Suez n’est pas une industrie de production, mais c’est une grande société de services très technique qui a une grande compétence dans deux domaines d’aujourd’hui et de demain, l’eau et les déchets. C’est un des piliers de la Bourse nationale avec un Chiffre d’affaires de 18 Milliards et un résultat l’an dernier de 352 Millions, ce n’est pas une société en péril, elle est profitable, en croissance et chacun lui reconnait des activités de qualité très compétitives au niveau mondial. Sa fragilité, c’est la structure de son capital, son actionnaire de référence (30%) c’est le Groupe Engie, le reste étant réparti avec des italiens (Caltagirone) espagnols( Caixa) et des français dont des fonds comme Ardian. Pour des raisons qui le regardent Engie veut se débarrasser de cette participation, (comme Bouygues avec Alstom) et le concurrent Français, Véolia, se déclare candidat en prenant soin de ne pas en avertir Suez mais plutôt les pouvoirs publics pour avoir leur soutien. La justification de cette manœuvre assez loin des pratiques habituelles c’est qu’Engie a comme actionnaire important l’Etat (23, 6%) et que cette opération ne peut se faire sans son autorisation. Cette opération inamicale obtient donc, « a priori » une bonne note du Gouvernement qui y voit du « sens » tandis que tous les professionnels français savent qu’elle va conduire à un démantèlement de Suez en France puisque les règles de la concurrence impliqueront la séparation du nouveau Grand Groupe des activités qui généreraient un monopole. 

Il est clair que la présentation de la future OPA pour créer un champion national de l’eau et des déchets ne tient pas la route une minute, passer de 3 à 5% du marché mondial est un argument de vente dans une politique de communication pour les nuls. Il s’agit simplement de faire une opération capitalistique intéressante pour Veolia au détriment de l’autre société, de ses dirigeants et de ses salariés. Que ce soit bon pour les actionnaires de Veolia, c’est indéniable, bon pour Engie si le prix monte encore, c’est clair, bon pour les actionnaires de Suez c’est bien possible. En tous les cas cette opération sera excellente comme d’habitude pour les banques -conseils qui encouragent les fusions- acquisitions sans jamais regarder les conséquences sociales : le capitalisme à la française c’est aussi cette attitude des banques d’affaires. Du point de vue stratégique le résultat ne s’impose pas, une société autonome de l’eau en France aura le même sort que la troisième, la SAUR, qui passe d’actionnaire en actionnaire depuis dix ans en se rétrécissant. 

L’intérêt de la France était donc de conserver les deux entreprises et de les faire prospérer, en continuant avec deux champions sans démanteler le second, mais il fallait alors trouver les ressources en capital français pour prendre le relais d’Engie qui voulait passer la main ! Mais depuis les privatisations ratées de Monsieur Balladur on refuse de se pencher sur ce problème essentiel : flécher une partie de l’épargne des français vers le secteur productif. Si bien que depuis l’annonce d’Engie de vouloir se dégager du capital de Suez, personne d’autre que Veolia, le concurrent, n’est venu se présenter, nous sommes alors dépendants du microcosme parisien ou de capitaux extérieurs. La trompette du « champion national » ne permet pas d’aller à l’étranger chercher les capitaux, les jours passent et la révolte légitime des dirigeants et des salariés de Suez va se fatiguer car il n’y a pas de capitalisme national, nous voulons jouer au capitalisme sans capital depuis des dizaines d’années et nous finissons toujours d’Alstom à Suez par trouver géniales des solutions imbéciles comme dans la fable de La Fontaine : ces raisins sont trop verts et bons pour des goujats. En n’acceptant pas de regarder les réalités en face nous affaiblissons notre pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vieux croco
- 10/09/2020 - 11:27
que faire ?
A notre petit niveau (très petit) on aimerait faire quelque chose , mais quoi ? On aimerait pouvoir racheter les parts d'Engie dans Suez par la
création d'un grand groupe de petits porteurs mais l'Etat ne veut que des consommateurs et récupérer la TVA .
Papy Atlantico
- 10/09/2020 - 11:14
Comme d'habitude
On oublie le principal : c'est que le gigantesque déficit des finances publiques aspire quasiment toute l'épargne des Français. Comment dans ce cas diriger cette épargne vers le secteur productif ? Comme d'habitude on déplore les effets dont on chérit les causes.
cmjdb
- 09/09/2020 - 20:32
capitalisme sans capitaux
HELAS ! L. le Floch-Prigent a raison.