En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 10 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 9 heures 55 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 36 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 3 heures 54 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 1 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 8 heures 59 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 9 heures 48 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 1 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 17 sec
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 12 heures 43 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 20 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Bruno Le Maire économie crise
© ERIC PIERMONT / AFP
Bruno Le Maire économie crise
C'est grave ou pas tant que ça, docteur ?

Mais comment s'y retrouver parmi les signaux contradictoires sur l'état de l'économie

Publié le 09 septembre 2020
La crise générée par la pandémie Covid-19 est sans précédent dans le monde contemporain ce qui explique une part de l'incertitude sur notre horizon économique. Mais savons-nous vraiment regarder les bons indicateurs ?
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise générée par la pandémie Covid-19 est sans précédent dans le monde contemporain ce qui explique une part de l'incertitude sur notre horizon économique. Mais savons-nous vraiment regarder les bons indicateurs ?

Atlantico.fr : Face à la crise économique générée par la pandémie de Covid-19, savons-nous regarder les bons indicateurs ? 

Philippe Crevel : La crise économique actuelle est sans précédent car elle a été générée volontairement et a pris la forme d’un arrêt sur image, d’une mise à la cape. Quand la production s’arrête, le Produit Intérieur Brut baisse. C’est logique. Certains ont cru qu’après le confinement, il y aurait compensation. Mais quand un individu, a coupé ses cheveux, il ne retourne pas le lendemain chez le coiffeur. D’autres ont pensé qu’il y aurait une panne durable de la croissance. Cela n’est pas le cas. Le retour à la normale s’effectue malgré une forte dose d’incertitudes. Les Français conservent leur épargne de précaution astronomique constituée durant le confinement pour faire face à des aléas  liés aux revenus, à l’emploi ou à la santé.

Le taux de croissance ne doit pas être regardé sur un mois même sur trois mois. Il faut prendre un peu de hauteur. Par ailleurs, certains ont pu considérer que le ralentissement de l’activité a été bénéfique à la nature ; d’autres qu’il a permis aux uns et autres de relativiser leur situation, voire d’imaginer d’autres projets. Tout cela n’est pas mesurable. En outre, ce ralentissement contraint a été amorti par une injonction de liquidités, de prêts qui en ont atténué les effets.

Les signaux sur l'état de l'économie sont contradictoires et il y a eu moins de défaillance d’entreprise à la même époque l'année dernière. Est-ce que cette incertitude économique telle qu’on la voit est vrai ou est-elle seulement liée à certains indicateurs moyens ?

Après le point bas atteint en avril, l’économie française a redémarré et a retrouvé un niveau proche de celui d’avant crise. C’est le cas en particulier de la consommation des ménages. La consommation des services demeure en retraite en raison de la faible présence de touristes étrangers et du faible redémarrage des activités culturelles. En juillet et août, l’économie tourne à 95 % de son niveau d’avant crise. Le chômage partiel et les prêts garantis aux entreprises jouent le rôle d’amortisseur pour les secteurs les plus fragiles, le tourisme et le transport. Il en résulte pour le moment un faible nombre de défaillances d’entreprises. C’est une bonne nouvelle à court terme mais qui pourrait se retourner contre l’économie française. Les Prêts Garantis par l’Etat permettent la survie d’entreprises non rentables, ce qui pèse sur la croissance potentielle du pays. Les entreprises dites « zomblies » représenteraient 12 % du tissu économique du pays. Aux Etats-Unis, les autorités privilégient le renouvellement des entreprises pour asseoir la croissance de demain et donc les créations d’emploi.

On a tendance à raisonner sur l’échelle de la France en terme d’analyse alors qu’il existe de grandes disparités régionales. Pourquoi nos indices économiques ne reflètent-ils pas une réalité de terrain ?

L’INSEE comme la Banque de France utilisent des indicateurs de plus en plus fins et régionaux. Avec la crise sanitaire, ils ont eu recours au big data afin de suivre l’activité en temps réel. Avec les débits de cartes bancaires, avec les déplacements de population donnés par Google ou Apple, il est possible de connaître la fréquentation au sein des centres commerciaux. Ils suivent la consommation d’électricité ou de carburants. La Banque de France est capable de déterminer au niveau des agglomérations, le montant des dépôts à vue, des livrets d’épargne. Ainsi, elle a souligné que l’épargne contrainte liée à la Covid-19 avait été essentiellement réalisée au sein des grandes villes. Les ménages y ont des revenus plus aisés et ont eu moins d’occasion de dépenser du fait de la fermeture des salles de spectacles et des restaurants. L’INSEE a établi que la Corse est la région qui a enregistré le plus fort recul du PIB au deuxième trimestre car elle dépend plus que les autres du tourisme. De même, il a souligné que l’Île de France a été fortement touchée en raison du rôle du commerce international, du tourisme et de l’industrie. En revanche, les départements plus agricoles ont été moins pénalisés.

Est-ce qu’il est possible de faire une analyse fiable de notre situation ? Peut-on faire confiance aux indicateurs ?

Des progrès importants ont été réalisés par les instituts de conjoncture ces dernières années. Le suivi est de plus en plus précis et rapide. Un indicateur reste un indicateur. Il ne peut à lui seul pas prétendre décrire la situation de telle ou telle branche, de telle ou telle ville. L’INSEE comme la Banque de France sont, à juste titre, des sources faibles, reconnues au niveau international. Le reproche de prudence, de lenteur, souvent énoncé, est lié à la volonté de ces organismes de vérifier les données. La mise en place de nouveaux instruments de mesure est complexe. Malgré tout, les bulletins de conjoncture de l’INSEE de ces derniers mois ont prouvé que ce dernier était capable de modifier son fonctionnement en pleine crise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 11/09/2020 - 08:02
COQUILLE
Ne changez surtout pas "les sources faibles", au profit des" sources fiables" pour ce qui concerne l'INSEE et la Banque de France, attachés de trop près au service du pouvoir. La coquille est plus vraie que nature.
lexxis
- 11/09/2020 - 08:02
COQUILLE
Ne changez surtout pas "les sources faibles", au profit des" sources fiables" pour ce qui concerne l'INSEE et la Banque de France, attachés de trop près au service du pouvoir. La coquille est plus vraie que nature.