En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 50 sec
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 36 min 31 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 27 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 27 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 27 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 22 min 12 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 39 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 9 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 22 heures 3 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 23 heures 7 min
L'amitié est un cadeau à se faire William Boyle
L'amitié est un cadeau à se faire William Boyle
Atlanti Culture

"L'amitié est un cadeau à se faire" de William Boyle : spécial rentrée littéraire, un polar burlesque qui célèbre l’amitié de 4 femmes formidables

Publié le 08 septembre 2020
William Boyle a publié "L'amitié est un cadeau à se faire" aux éditions Gallmeister.
François Duffour pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Duffour est chroniqueur pour Culture-Tops et avocat au Barreau de Paris. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Boyle a publié "L'amitié est un cadeau à se faire" aux éditions Gallmeister.

"L'amitié est un cadeau à se faire" de William Boyle

Traduit par Simon Baril, chez Gallmeister, 384 pages, 23,80 €

 

RECOMMANDATION
Bon

 

THEME
Rena Ruggiero, simple et modeste, habitant Brooklyn où elle est née n’avait d’autre ambition dans la vie que de la traverser sans histoire, de continuer à chérir Vic, son mari, et de bien marier sa fille.

C’était là sans compter sur le job de Vic qui pouvait passer le dimanche pour un comptable mais, sitôt franchi un jour de semaine le seuil de sa maison de Bensonhurst, relevait les compteurs des bars, des clubs, des maisons closes et autres salles de jeux des Brancaccio, une grande famille maffieuse du Bronx dont il était l’employé zélé. Un type bien ce « Vic »,  un truand moral, consciencieux et bosseur qui aimait sa femme, sa maison de briques et la vie de famille.

Mais Vic est mort, abattu par une petite frappe sans envergure dont il ne songeait même pas à se méfier. Et Adrienne, sa fille encore mineure, en a profité pour suivre Richie, un braqueur sans cervelle et s’engager avec lui dans une cavale suicidaire.

Le décor ainsi planté, du moins celui de Rena, la veuve fidèle à la mémoire de son truand de mari et la mère meurtrie par sa fille fugueuse, les évènements vont s’enchainer sur le rythme délirant d’un polar burlesque mettant en scène un aréopage de femmes déjantées et généreuses, au premier rang desquelles Wolfstein, une arnaqueuse de Silver Beach et son amie Mo, deux anciennes stars du porno passant pour des retraitées, aussi fardées qu’ordinaires ; encore Lucia, la fille d’Adrienne, une adolescente insupportable poursuivant furieusement la recherche de son père inconnu. Enfin Rena bien sur qui, voulant échapper aux assauts de son voisin octogénaire et libidineux, va l’assommer à coup de cendrier au point de penser l’avoir tué, fuir au volant de son Impala noire qui faisait sa fierté, poursuivre cette course avec l’aide de Wolfstein au volant de l’Eldorado blanche de Richie contenant une mallette remplie de dollars, le butin subtilisé à Sonny Brancaccio, un butin qui mettra Créa à leurs trousses, une armoire à glace qui règle ses comptes à coup de marteau.

 

POINTS FORTS
- Un bon style, riche de détails, celui de Boyle qui d’un roman sur l’autre, colle à l'histoire et aux quartiers, celui de Bensonhurst au sud de Brooklyn déjà largement décrit dans ses deux précédents ouvrages et celui du Bronx pour en restituer dans un langage assez cru la saleté, la déshérence et l’odeur et avec elles, cette image de l’Amérique populaire et désenchantée des années 80.

- L’évocation poétique et jubilatoire de l’amitié spontanée et solidaire qui naît chez ces femmes partageant la même expérience, celle de la bêtise et de l’arrogance des hommes.

- Une célébration efficace du courage de la femme, ainsi celui de Rena qui va affronter tous les périls pour sauver l’essentiel, sa petite fille, et le rétablissement avec elle de la relation filiale brisée par la fugue d’Adrienne.

 

POINTS FAIBLES
Les limites de la caricature ou de l’excès qui éloignent toujours la réalité de la fiction, l’histoire pouvant passer pour absurde.

 

EN DEUX MOTS
Boyle évoque ici comme dans ses deux premiers ouvrages de la même veine, mi-romans, mi-polars (Gravesend et Tout est brisé) son quartier populaire de Brooklyn et sa population issue de l’immigration italienne, y associant le Bronx , et avec eux la désillusion de ceux qui les ont quittés pour échapper au sort qu’ils impliquent et, finalement, les retrouver toujours dans une espèce de fatalité de l’échec et du retour au bercail ; encore traite-t-il de manière subliminale les thèmes qui lui sont chers, ainsi la pusillanimité des hommes, l’intelligence et le courage des femmes. Il sert finalement au lecteur une farce un peu moins crédible que les précédentes mais choisit l’humour pour transcender cette médiocrité incontournable qu’impliquent ces quartiers et ces rapports sociaux.

 

UN EXTRAIT
« La maison de Mo est située au fond d’un lotissement baptisé Little Lakes, au-delà d’un Burger King au parking crevassé, d’une agence de la Chase Manhattan Bank et d’un glacier sans nom - pas d’enseigne mais sur des panneaux adossés à la vitrine, trois ours peints dans des couleurs patriotiques.

C’est une maison à deux niveaux. Sur la pelouse, les décorations de Noëll n’ont pas été retirées, un renne tombé à la renverse, un Père Noel crasseux, un lutin suspendu à un enchevêtrement de rallonges. Les maisons voisines la serrent de près et celle de l’autre côté de la rue sont toutes sombres et lugubres. Les deux routes à proximité se terminent en culs-de-sac obscurs. Mais la maison de Mo brille de tous ses feux quand l’Eldorado s’engage dans l’allée. Les rideaux à motif floral sont ouverts. De la musique résonne fort. Une femme qui doit être Mo passe derrière la fenêtre en saillie, vêtue seulement d’un soutien-gorge violet, d’un collier de perles qui s’entrechoquent et d’un short de gym pailleté. Ses cheveux teints en rouge sont entassés très haut sur sa tête ».

 

L'AUTEUR
William Boyle, disquaire, vit à Gravesend, quartier sud de Brooklyn. Son premier roman publié chez Rivages/Noir s'intitule précisément Gravesend et l'intrigue s'y déroule de bout en bout, signe manifeste de l'attachement de l'auteur pour ce lieu dans les faubourgs duquel il guide à nouveau son lecteur aujourd’hui. Il y était question de la vengeance de Conway dirigée contre le responsable de la mort de son frère, un certain Duncan, une petite frappe cynique et insensible.

Un deuxième roman a suivi, Tout est brisé, déjà publié chez Gallmeister sur le thème de la chanson de Dylan Everything is broken, un roman qui décrit bien ce fatalisme propre à ces quartiers dont les enfants issus de l’immigration restent les héros pathétiques.

L’amitié est un cadeau à se faire suggère pour la première fois dans ce même contexte ambiant une lueur d’espoir, incarnée par l’humour et la générosité des femmes et en particulier celui de Wolfstein qui, ayant rompu toutes les digues de la moralité sociale, n’est pas en reste pour sauver la morale tout court.

Boyle, le disquaire de Brooklyn devenu romancier à succès n’oublie pas ses "vinyles", confie écrire en écoutant la musique, le rock instrumental version "Dirty Three", et livre ici son intérêt pour celle des Stones en citant ses références au détour du propos, comme l’incontournable « You can’t always get what you want »..

La lancinance de la musique qu’aime l’auteur colle bien à l’ambiance de ses romans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires