En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 min 28 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 36 min 4 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 17 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 46 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 32 min 4 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 54 min 16 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 29 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 40 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 51 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 7 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
liberté d'expression
© SEBASTIEN BOZON / AFP
liberté d'expression
Liberté d'expression

Ces mots qu’on nous impose pour changer de monde

Publié le 08 septembre 2020
Les codes de langage se sont emparés de l’opinion publique. Jean-Pierre Marongiu revient sur la liberté d'expression et sur l'évolution de la société française.
Jean-Pierre Marongiu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu est écrivain, conférencier, ingénieur, expert en Management et Directeur général et fondateur du thinktank GRES : Groupe de Réflexions sur les Enjeux Sociétaux.Perpetuel voyageur professionnel, il a parcouru la planète avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les codes de langage se sont emparés de l’opinion publique. Jean-Pierre Marongiu revient sur la liberté d'expression et sur l'évolution de la société française.

Nous vivons des temps étrangement paradoxaux, la gauche a longtemps été un modèle social humaniste quand les droits de l’homme montraient le cap à suivre pour atteindre une société promise, égalitaire et apaisée. Cela, c’était avant d’atteindre les dernières marches du pouvoir, tant il est criant qu’émettre des idées et les mettre en pratique sont deux activités contradictoires.

L’ennemi d’alors était l’extrême droite fasciste et nationaliste, sans d’ailleurs trop savoir où commençait l’extrémité. L’extrême gauche, elle, œuvrait en sous-marin pour la mondialisation et pour un ultra libéralisme écologique et fascisant. Déjà, dans l’idéologie, les extrêmes se rejoignaient en complétant le cercle vicieux des idéologies totalitaires.

Aujourd’hui, on se délecte quand un humoriste radiophonique se gausse de Jésus et on crie au scandale à la caricature d’une députée indigéniste.  Que s’est-il passé depuis les assassinats dans les locaux de Charlie Hebdo ? La France n’est-elle plus Charlie ?

Le droit au blasphème des caricaturistes leur ayant été ôté avec leurs vies, le vivre ensemble est la victoire des criminels islamistes. Aucune caricature du prophète n’a été publiée depuis lors. Les racailles racialistes attaquent les patrouilles policières au cri d’Allah akbar ou de nique la France en toute impunité, d’ailleurs, comment punit-on une incivilité ?

À gauche comme à droite, comment faire le lien entre les slogans soixante-huitards : il est interdit d’interdire et la formule de Saint-Just : pas de liberté pour les ennemis de la liberté ?  Encore un paradoxe ! Comme celui des écologistes, ultra-bios, méga-végans qui pestent contre les toutes les violations faites à la nature et qui sont les plus fervents défenseurs de la GMA et de la GPA, pratiques comme chacun sait, éminemment naturelles.

Ce sont les mots qui provoquent et justifient les révolutions et les changements civilisationnels.

Les codes de langage se sont emparés de l’opinion publique. Jadis, que l’on soit puissant ou misérable faisait pencher la balance d’une justice aux yeux bandés, de nos jours c’est la sémantique au visage masqué qui fait force de loi.

La terminologie change les perspectives, la rhétorique habille les coupables de vertu, le choix des mots victimise l’agresseur et condamne les voix dissonantes.

Il n’existe plus de clandestins, mais des sans-papiers. Les réfugiés sont devenus des migrants, car la migration est un phénomène naturel comme celle des oiseaux migrateurs, qui songerait à s’opposer au retour des hirondelles. Les crimes passionnels ont disparu du vocable juridique au profit du féminicide aux relents de génocide. Les hommes ne tuent plus les femmes par jalousie, par ivrognerie, par lâcheté, par folie ou par amour malsain, mais pour exterminer tout un genre. Être lesbienne évite même aux femmes d’être battues et aux enfants d’être violés.

Et quand le comptage des morts ne sert plus la volonté politique, on lui substitue celui des cas positifs à la Covid, au racisme, au complotisme, au révisionnisme… à quelque chose.

Il suffisait de changer les mots pour changer de monde, les écrivains en avaient rêvé les médias l’ont fait.

Considérer, comme l’a fait récemment Emmanuel Macron, que les crimes, les viols, les agressions sont des incivilités c’est les édulcorer. Il s’agit d’un déni de réalité au mépris des victimes.

Parler d’ensauvagement c’est bien autre chose. C’est considérer que les citoyens jusque-là civilisés perdent soudainement leur vernis, c’est tabler sur une mutation sociologique et ne pas considérer les attaques venues de l’extérieur. Il y aurait donc des sauvages dans les rues au lendemain de la défaite d’une équipe de football, des ensauvagés mais pas de barbares.

Pourtant, l’histoire nous apprend ce que sont les barbares, des hordes venues de l’extérieur, de cultures différentes, d’ethnies différentes qui s’approprient par la violence un territoire pour faire régner leurs lois. Des envahisseurs qui mettent à bas les statues et imposent leurs dieux.

Il n’existe pas d’ensauvagement mais une barbarisation de notre société. 

L’escalade de la violence urbaine la plus brutale doit se comprendre par la barbarisation sociétale. Les délinquants de la génération précédente cherchaient à accaparer et à détériorer les biens, la néo-criminalité s’attaque aux individus qu’elle cherche à violenter, à intimider, à terroriser, à détruire.

Le flot ininterrompu de l’émigration a depuis deux décennies dépassé la cote d’alerte, c’est 400 000 émigrés par an qui prennent pied sur le sol national. Des infrastructures se sont développées pour accueillir ces forces vives, ce sont des cellules complètes subventionnées par la Turquie et le Qatar pour les musulmans et par les associations d’extrême gauche au faux-nez de droits de l’homme pour les Africains.

Les mots encore, les droits de l’homme sont devenus ceux de l’humain en attendant d’être ceux du vivant. Il ne restera qu’à définir ce que vivant veut dire à l’aulne du droit d’avortement porté au neuvième mois de grossesse dans une indifférence covidienne.

Les droits de l’homme sont devenus ceux de l’autre. De celui qui arrive au détriment de celui qui l’a précédé, qui a bâti et construit par le sang et les larmes une civilisation et que l’on somme de rendre les clés de la cité aux barbares.

Je suis Charlie a fait place à je ne suis pas Voltaire ni Brassens, ni blanc, ni vieux, ni hétéro, ni etc.

Les marches blanches des victimes ont cédé le pas aux manifs pour tous, pour tout et pour rien, contre l’islamophobie, contre l’histoire, contre la France …

Confortablement installés dans vos nuages, dormez tranquilles Cabus, Charb, Wolinsky et les autres, nous sommes finalement devenus les caricatures d’humains dont vous vous moquiez.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 09/09/2020 - 11:17
"Mal nommer les choses c'est
"Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde."
Nicolas59
- 08/09/2020 - 17:08
Camus
Ne pas nommer les choses contribue au malheur du monde.