En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Tous les tweets ne sont pas permis

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 50 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 54 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 27 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 32 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 31 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 29 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
France Jean Castex Premier ministre
© ludovic MARIN / POOL / AFP
France Jean Castex Premier ministre
Sauvetage de l'économie

France Relance : un plan conceptuellement unijambiste, temporellement tardif

Publié le 07 septembre 2020
Alors que le gouvernement a dévoilé les contours du plan de relance pour tenter de limiter les effets de la crise du Covid-19 sur l'économie française, Jean-Yves Archer décrypte les enjeux du plan annoncé par Jean Castex.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement a dévoilé les contours du plan de relance pour tenter de limiter les effets de la crise du Covid-19 sur l'économie française, Jean-Yves Archer décrypte les enjeux du plan annoncé par Jean Castex.

Le vecteur majeur de la politique économique du gouvernement de Jean Castex est enfin paru après une semaine de retard qui demeure une énigme, au moins officiellement.

Clairement, c'est un plan unijambiste qui repose sur la seule politique de l'offre.

Une fois n'est pas coutume, je reprends bien volontiers l'expression de l'économiste " atterré " et marxisant Benjamin Coriat : " Ce plan donne les clefs du camion aux patrons ".

C'est une décision qui peut se concevoir voire se respecter mais à condition que la cohérence marque le plan nommé France Relance et que la technocratie ne le submerge pas et n'anéantisse pas les efforts patronaux.

Or c'est loin d'être le cas.

Tout d'abord, depuis la crise induite par le confinement issu de la Covid-19, l'État joue les pompiers avec des méthodes typiquement keynésiennes. A la recherche d'un effet contra-cyclique face à la récession qui se profile, la sphère publique a dépensé des milliards d'euros qui nous garantissent des lendemains amers en matière de trajectoire des Finances publiques et de la dette explicite. Après-demain, après 2022 viendra le temps de l'impôt conformément à la loi ricardienne qui énonce, à raison, que la dette du jour prépare l'impôt de demain. Quant aux résultats de la politique engagée, on voit bien que la médiocrité est au rendez-vous si l'on songe à l'essor vertigineux du chômage et aux faillites d'entreprises que l'année 2020 va porter. Il serait temps de comprendre que l'argent public ne peut pas tout.

A cet égard, le plan de relance consacre près de 7 Mds afin de promouvoir l'emploi des jeunes ce qui revient à déployer une politique d'aides pour les entreprises sans garantie de bonne fin. Depuis le CICE ou la baisse de la TVA dans la restauration ( survenue il y a plus de 10 ans ) chacun sait qu'une politique de l'offre peut masquer une politique habile de restauration des marges voire des investissements numériques effectués au détriment quantitatif de l'emploi.

La majorité des entreprises jouera franc jeu mais il y aura des entités qui sauront profiter d'effets d'aubaine. Quel étonnement face à l'absence de contreparties qui auraient dû figurer dans France Relance.

France Relance est une suite d'habiletés technocratiques qui ne garantira pas l'émergence dense et durable de la reprise. Au demeurant, il est fondé sur des hypothèses de croissance pour 2021 ( +7% ) qui laissent songeurs plus d'un expert.

D'autant que ce plan doit recevoir l'aval du Parlement à l'Automne ce qui revient à dire qu'il ne sera efficace ( on l'espère ? ) qu'à la moitié du premier semestre 2021. Au demeurant, nul ne doit oublier que les 40 Mds apportés par l'Union européenne suite à l'initiative franco-allemande dépendent du vote favorable des 27 Parlements nationaux ce qui laisse la place pour d'éventuels rebondissements politico-diplomatiques.

France Relance est conceptuellement unijambiste et temporellement tardif tout en étant chimiquement impur puisque faussement keynésien.

De surcroît, certains décideurs publics, dont ministériels, mélangent un peu tout. Nous sommes face à une récession du format de 1929 et d'aucuns osent affirmer que France Relance n'est pas curatif.

Il suffit d'écouter les propos répétés de Nicolas Dufourcq ( BPI France ) : " La philosophie du plan de relance n'est pas du tout curative, c'est une philosophie de projection vers le futur. Nous préparons France 2030. " Il me semblait que nous étions dans un marasme inconnu et que la vitesse s'imposait à l'action publique.

Autre point sensible, les 100 Mds sont de l'affichage. En effet, seuls 80 Mds viendront de crédits nouveaux ce qui change l'analyse de France Relance.

Depuis les apports de J.M Keynes, il a été établi – répétons-le - que l'État devait, en cas de dépression, endosser un rôle contra-cyclique au moyen d'une politique budgétaire expansive. Le gouvernement d'Édouard Philippe l'a effectivement accompli avec méthode via des plans sectoriels et via des prêts ( PGE ). Dans le cas présent, France Relance se focalise sur l'offre de manière excessive et gomme un soutien à la demande. 10% du plan aurait été bienvenu pour cette variable d'autant que les derniers signaux de la conjoncture ne sont pas fameux. Une reprise semblait voir le jour par la consommation des ménages en juin et juillet mais août vient confirmer que les craintes sociales se traduisent par un abondement des flux d'épargne privée à l'opposé de ce qu'il faudrait pour éviter le cycle récessif. 

Il faut être admiratif de la lucidité économique du peuple français qui sent que la crise est devant nous et qui a, dans de nombreux cas, torpillé son budget dédié aux vacances estivales dans la perspective d'épargner davantage voire le plus possible.

L'épargne de précaution est à inscrire à l'actif de la lucidité économique des citoyens même si elle constitue une anticipation qui nuit à la dynamique de la reprise. Reprise qui ne viendra pas du plan Castex qui a oublié de cultiver la notion de confiance au profit d'un empilement de mesures trop classiques. Bien des agents économiques vont s'agiter autour de ce plan dont il sera intéressant ou déceptif, d'ici 3 à 4 ans, de voir l'efficacité notamment mesurable via le multiplicateur keynésien. Oui, l'effet d'entraînement devra être quantifié en gardant en mémoire l'échec du plan de relance Fourcade – Chirac de 1975 qui présente des similitudes de construction avec France Relance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 07/09/2020 - 18:03
Relance ou bureaucrassie de l''ENA ?
TOCQUEVILLE il y a…190 ans : " Le pouvoir couvre la société d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule. II ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige. Il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse. Il ne détruit point, il empêche de naître. Il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux dont le gouvernement est le "berger."