En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 8 min 6 sec
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 4 heures 34 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 6 heures 2 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 8 heures 35 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 10 heures 37 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 11 heures 5 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 11 heures 49 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 1 heure 7 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 11 heures 42 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 12 heures 1 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 12 heures 33 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 13 heures 14 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bruno Le Maire économie plan de relance
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bruno Le Maire économie plan de relance
Atlantico Business

Plan de relance : ces illusoires contreparties que réclament les syndicats

Publié le 07 septembre 2020
Si Bruno Le Maire peut difficilement exiger des contreparties au plan de relance, il en attend des résultats. Évidemment. Depuis la publication du plan de relance de 100 milliards d’euros, les syndicats font pression pour que le ministre de l’économie obtienne des contreparties. Mais de quoi parle-t-on ? La meilleure des contreparties sera la croissance.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Bruno Le Maire peut difficilement exiger des contreparties au plan de relance, il en attend des résultats. Évidemment. Depuis la publication du plan de relance de 100 milliards d’euros, les syndicats font pression pour que le ministre de l’économie obtienne des contreparties. Mais de quoi parle-t-on ? La meilleure des contreparties sera la croissance.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire est revenu ce week-end sur le détail des mesures annoncées dont le montant représente un effort de 100 milliards d’euros, en faveur principalement des entreprises. Il en a profité pour répondre aux syndicats qui doutent de l’efficacité des mesures qu’il est prêt à discuter et des contreparties attendues en échange notamment, de baisses d’impôts de production.

Cette question est une question récurrente en France et consiste à demander aux entreprises des garanties de résultats. Est-ce qu’on peut attendre des contreparties précises ? La réponse est non. En revanche on peut attendre de l’administration que tout soit fait pour qu’un tel effort génère de la croissance.

 A partir du moment où l’État débloque de l’argent public destiné à soutenir les entreprises, il est normal que l’État demande des comptes et des engagements... donc les syndicats sont dans leur rôle quand ils demandent des contreparties et le ministre est dans son job quand il affirme qu‘il discutera de ces contreparties.

Cela dit, c’est en général très compliqué.

Le plan d’aide global représente 100 milliards sur 2 ans, c’est donc beaucoup d’argent et l’essentiel de cet argent est financé par de la dette. Il faudra donc que rembourser un jour ou l’autre cette dette. C’est la première des contreparties. Il faut donc que ce plan génère de la croissance. Bruno Le Maire estime que normalement, le pays doit retrouver son niveau de développement d’avant la crise au début de 2022. A ce moment-là, on commencera donc à rembourser les dettes.

Cela dit, quand les syndicats et l’opinion parlent de contreparties, ils parlent d’engagements précis en termes d’emplois, par exemple, ou d’environnement et là, ils sont déçus plus dans la forme que dans le fond, parce qu’ils connaissent bien le logiciel.   

Ce plan se compose d’une série de mesures dont certaines vont engendrer des résultats faciles à chiffrer et à vérifier. D’autres vont être plus compliqués à voir.

1er point. Quand l’État décide d’aider la réindustrialisation des territoires, l’État va participer à des projets qui seront très identifiés et très contrôlables. Même chose pour les aides à l’innovation, pour la transition numérique avec 7 milliards d’euros. On va quand même être capable de savoir où ils passent.

2e point. Quand l’Etat consacre 34 milliards d’euros pour la compétitivité, dont une partie en baisse d’impôts de production, c’est déjà plus compliqué. Si cette compétitivité sert à créer de la croissance et des emplois, ça marche, sinon il y aura un problème. Mais dans certains cas et sur des dossiers chauds, l’État peut très bien demander des engagements de préservation d’emplois.

C’est ce qui va se passer chez Renault, ou chez Air France ou même à la Sncf.

3e point. Tout ce qui concerne la transition écologique va être difficile à vérifier sur le court terme. Ça passe par des investissements, par des incitations ou des pénalités. Donc le résultat ne dépend pas seulement des entreprises, il dépend des clients et les clients n’ont aucune obligation d’acheter. Le client est roi. Regardez ce qui se passe dans la voiture électrique. On est gavé de primes et d’incitations de toutes sortes, mais l’automobiliste boude la voiture électrique parce qu’il ne la trouve pas encore assez pratique.

Ça veut dire que l‘État aura du mal à imposer des conditions ?

Ça veut surtout dire que tout le monde est dans la même galère. L’intérêt de l’État, c’est que ça marche. Mais l’intérêt des entreprises, c’est que ça marche aussi. Est-ce que les syndicats sont dans la même logique ?  

1er scénario, on retrouve de la croissance, des richesses, on retrouve de l’emploi. On pourra alors parler de transition écologique.

2e scénario, on ne retrouve pas de croissance et à ce moment-là, les entreprises ne peuvent pas créer d’emplois et l’État ne pourra pas rembourser les dettes, ça veut dire que l’année prochaine sera véritablement difficile à supporter. A ce moment-là, l’opinion pourra demander des comptes.

En attendant, il va falloir beaucoup de chance et beaucoup de patience pour supporter les masques et vivre avec le Virus. Parce que le principal élément d’incertitude, c’est évidemment le virus. C’est lui qui commande l’activité, la mobilité et la compétitivité. Il faut apprendre à vivre avec pour l’instant. Le gouvernement, les entreprises et les syndicats sont d’accord avec cette contrainte mais pas à n’importe quel prix. Et plus ça va durer, plus ça va être cher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 08/09/2020 - 08:04
contre partie
Et si les syndicats et les associations faux nez n'étaient plus subventionner par l'Etat ? Nos oligarques peuvent-ils respecter la déclaration des droits de l'Homme et notamment les articles 14 & 15 . Montesquieu n'a t'il pas écrit qu'il ne faut pas prendre au Peuple pour les besoins de l'Etat. Nos oligarques sont-ils tous illettrés ?
Cervières
- 07/09/2020 - 10:34
Pour paraphraser
" A partir du moment où l’État prélève de l’argent privé (sur les contribuables, personnes et entreprises) destiné à soutenir les entreprises, il est normal que le peuple demande des comptes et des engagements à l'Etat..."