En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 26 min 5 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 27 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 22 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 3 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 40 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 15 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 20 heures 42 min
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
Grandeur passée

Le néo-ottomanisme d’Erdogan

Publié le 06 septembre 2020
Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques

Depuis plusieurs années le mot d’ordre à Istanbul semble être le néo-ottomanisme. Les observateurs et politiques européens voient dans  la volonté nostalgique du président turc de puiser dans la gloire passée de son pays une nécessité a sa survie politique. En effet, avec une économie en pleine récession, les investissements étrangers à l’arrêt, une monnaie dévalorisée, une capitalisation boursière en chute libre et un déficit budgétaire qui ne cesse de s’alourdir, Erdogan a peu à montrer pour sa présidence ces dernières années. Les urnes commencent d’ailleurs à le lui rappeler, en témoigne le succès de l’opposition lors des élections du maire d’Istanbul.

Or s’il y a un domaine où il semble exceller et qui lui permet de séduire et d’exalter sa base électorale c’est celui du rappel de la grandeur passée de son pays qui s’exprimait par le biais de trois axes, celui de la religion, de l’aventurisme militaire extérieur et par l’autoritarisme. Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques

A l’occasion de l’avènement de la nouvelle année musulmane, il a transformé en mosquée la cathédrale mythique de Byzance, la sainte Sophie et l’église Chora et y a célébré lui-même la prière collective de la nouvelle année. Ce geste qui théoriquement visait à rappeler la conquête musulmane sur Byzance et la suprématie de cette religion sur le christianisme, souligne également le peu d’égard qu’avait l’empire Ottoman pour ces minorités éthniques et religieuses. Le traitement inhumain subi par la minorité alévie chiite et en particulier par les Kurdes démontre parfaitement la transposition dans la continuité de la politique ottomane par Erdogan. 

Outre la répression des minorités, Erdogan a aussi retenu la leçon de l’expansionnisme territorial des Ottomans. Ainsi, on voit de nouveau les bâtiments turcs perpétrer des actes de piraterie. Les récents heurts, en Méditerranée orientale, avec les marines grecques et françaises traduisent cette volonté hégémonique turque sur les théâtres des conflits antérieurs vieux de plusieurs siècles. De même, l’aventurisme turc en Syrie et en Libye participe du même esprit néo-Ottoman provoquant au passage l’union européenne. En effet, la Turquie semble n’avoir aucune inhibition à chercher des querelles avec ses partenaires grecs et français de l’Otan, ni d’état d’âme à s’immiscer dans la politique de l’UE,  la menaçant d’ouvrir les vannes migratoires au départ de son territoire. Pire encore, la Turquie,  grâce à sa présence militaire en Libye, contrôle directement à la source la vanne de l‘immigration sub-saharienne.

Il ne déplaira surement pas à Erdogan de se faire sacrer Sultan Ottoman, Calife des croyants, avec une  volonté farouche de replacer Istanbul de nouveau à la tête du monde musulman. C’est ainsi que le président turc ne cesse de valoriser le Sultan Selim, grand sultan ottoman, qui en conquérant l’empire des Mameluks d’Égypte, avait permis à son pays de devenir pour la première fois, en 1517, un pays à majorité musulman. C’est ce symbolisme d’association avec l’image du Sultan Selim qui a d’ailleurs mis la Turquie en confrontation frontale avec l’Arabie Saoudite qui s’octroie le titre de chef de la communauté des musulmans de par la présence des deux lieux saints de l’Islam sur son territoire, à savoir la Mecque et Médine. Le diffusion en compte goute des informations ayant trait à l‘assassinat odieux de Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul a participé de son effort de saper l’aura de Riad dans le monde en général et dans le monde musulman particulier.

L’attrait du président turc pour le grand Sultan Selim traduit aussi son engouement pour l’autoritarisme qu’il ne cesse de manifester avec un traitement pour le moins restrictif de la liberté de la presse et e l’indépendance du pouvoir judiciaire.

En se faisant qualifier de petit fils et non de fils des Ottomans, il saute une génération, celle de Mustafa Kamal Atatürk et son rêve d’une Turquie séculière et moderne. Depuis 1923 et l’avènement de la Turquie moderne, il est le seul chef de l‘exécutif qui se revendique du passé ottoman alors que tous ses prédécesseurs aspiraient à la modernité. Le fait qu’il transpose à la lettre le passé dans le présent, vient envenimer ses relations avec les pays voisins.

L’empire Ottoman n’a pas laissé qu’un souvenir folklorique, pour s’en convaincre suffit d’interroger les Arméniens, Grecs ou Bulgares.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 07/09/2020 - 11:39
a/s Turquie
La capitale de la Turquie n'est pas Istanbul mais Ankara.
Cela ne change rien à la valeur de cet article auquel je tiens juste à ajouter que le néo-ottomanisme justement pointé du doigt par l'auteur est le paravent de la politique des Frères musulmans conduite actuellement par Ankara et Doha.