En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 18 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 12 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 16 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 37 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 10 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 51 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 27 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 56 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 23 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 38 min
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump élection vote
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump élection vote
Maison Blanche

Elections américaines 2020 : la réélection de Donald Trump est un pronostic raisonnable

Publié le 04 septembre 2020
La campagne électorale se poursuit aux Etats-Unis avant le vote de novembre. Alors que les sondages créditent Joe Biden d'une avance importante face à Donald Trump, le candidat républicain pourrait bien rééditer le scénario de la précédente élection et inverser le cours de l'élection.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne électorale se poursuit aux Etats-Unis avant le vote de novembre. Alors que les sondages créditent Joe Biden d'une avance importante face à Donald Trump, le candidat républicain pourrait bien rééditer le scénario de la précédente élection et inverser le cours de l'élection.

Biais français

Quand on regarde la manière dont les élections américaines ont été couvertes depuis le début des années 1980 dans les médias français, on remarque deux biais récurrents: (1) la coloration des commentaires est toujours majoritairement favorable aux candidats démocrates. (2) Il est rare que les commentateurs français s'intéressent à la seule chose qui compte: le vote par Etat, qui détermine le nombre de délégués qui vont se reporter sur chacun des candidats puisque l'élection américaine est une élection indirecte, par un collège électoral. 

L'élection de 2020 n'échappe pas à ces deux constantes. On peut même dire que rarement le biais anti-républicain a été aussi marqué. Même quand il s'agissait de Ronald Reagan, au début des années 1980 - dont on a oublié le mépris que notre intelligentsia, qui copie le plus souvent les comportements des universitaires de la côte Est des Etats-Unis, lui vouait - on n'avait jamais vu ce degré de haine envers un candidat républicain. Comme me le disait il y a quelques jours un collègue universitaire: dire du bien de Trump sur de nombreux plateaux télévisés français, c'est prendre le risque de ne jamais être réinvité. Pourtant, jamais il n'a été autant nécessaire de regarder de près ce qui se passe dans les Etats. 

La solidité du socle électoral de Trump

Les sondages nationaux régulièrement publiés et repris dans les médias français promettent à Joe Biden une avance de 7 points environ. Il faut tout de suite rappeler que Hillary Clinton a gagné, en 2016, le suffrage populaire. Mais elle n'avait pas la majorité du collège électoral. Que cela plaise ou pas, c'est ainsi que fonctionne le système électoral américain. En soi, ce score national est remarquablement proche d'un autre chiffre, le pourcentage d'approbation de l'action de Donald Trump. Il est resté étonnamment stable tout au long de son mandat: entre 40 et 45%. C'est le socle sur lequel s'appuie le président sortant. De façon notable, contrairement à l'impression que pourrait donner le déferlement médiatique consistant à attribuer à Trump une mauvaise gestion de la crise du coronavirus, le président américain n'a pas perdu en popularité depuis le début de la crise. Bien entendu, les 42 ou 43% dont nous parlons ne suffisent pas à Trump pour être réélus mais ils nous disent l'indéniable solidité du président sortant malgré les attaques permanentes et infondées du parti démocrate et de l'immense majorité des médias contre sa personne: l'absurde Russiagate (c'est Hillary Clinton qui avait reçu de l'argent russe), la pitoyable procédure d'impeachment (il s'agissait dé défendre la réputation de Joe Biden, dont le fils est impliqué dans une affaire de corruption en Ukraine) etc...Il n'y a pas de raison que Trump fasse un score très différent dans les Etats où il a gagné il y a quatre ans. 

Etonnante permanence dans les Etats avec un effritement démocrate

Une fois que l'on a dit cela, il faut aller en effet regarder les sondages par Etat. Et en particulier, ce que l'on appelle "les Etats hésitants" (swing states). Je ne peux que recommander au lecteur de regarder régulièrement le site realclearpolitics.com et d'y ignorer les sondages à l'échelle nationale pour se concentrer sur la carte qui anticipe le nombre de délégués qui sera gagné par chacun des candidats. A la date du 4 septembre, le site promet 212 délégués sur 270 d'ores et déjà, à Biden et seulement 115 à Trump. C'est-à-dire que les deux candidats se disputent 211 délégués ! A vrai dire, le tableau, regardé de plus près, n'en promet que 118 assurés à Biden. Où en sont les sondeurs? Y a-t-il un biais qui conduit à conclure plus vite l'acquisition de délégués par Bide que par Trump? S'agit-il d'entretenir le suspense? En fait, ce qui est projeté sur le site ressemble furieusement à ce qui s'est passé il y a quatre ans. Trump a gagné grâce à la manière dont il avait remporté une majorité d'Etats moins peuplés que la Californie ou l'Etat de New York mais dont la somme lui a permis de franchir haut la main la barre des 270 délégués. Et l'on trouve sur le même site un tableau qui donne une comparaison extrêmement intéressante: l'avance de Biden dans les Etats, ce que donnait le sondage il y a quatre ans à la veille de l'élection, le résultat de l'élection de 2016. Or on s'aperçoit que dans la plupart des cas l'avance actuelle donnée à Joe Biden dans le Wisconsin, le Michigan, l'Ohio, la Pennsylvanie, la Floride, le New Hampshire, est inférieure à celle que l'on pronostiquait à Hillary Clinton. Or, tous ces Etats ont été finalement gagnés par Trump en 2016 alors même que les sondeurs avaient pronostiqué une victoire de Madame Clinton. Tout va donc dépendre de la capacité de Donald Trump à gagner des Etats donnés acquis aux démocrates, comme il y a quatre ans. 

Les trois facteurs qui jouent pour Trump

Pour ma part, je suppose qu'il est raisonnable d'anticiper non seulement la réédition de la victoire tactique de Trump dans de nombreux Etats mais, plus généralement une large victoire au sein du collège électoral. A cela, il y a trois raisons: 

1. Joe Biden est en mauvaise santé. Peut-être aurait-il gagné il y a quatre ans face à Trump mais le candidat est désormais trop fragile pour faire une campagne offensive en période de coronavirus. Et la direction du parti démocrate se fait du souci quant à sa capacité à tenir le choc des débats face à Trump. Certains se demandent même ce que signifie l'incapacité du candidat démocrate, par moments, à terminer des phrases qu'il a commencées. Donald Trump a certes été entravé par le confinement et la quasi-impossibilité de tenir des meetings publics. Mais il a repris sa guerre de mouvement et on le voit désormais sur le terrain, beaucoup plus fréquemment que son adversaire.  

2. L'économie américaine a une flexibilité qui fait constaté que le redémarrage de l'emploi est bien là, aussi spectaculaire que la montée du chômage il y a quelques mois. Bien entendu, certains Etats restent au ralenti économiquement. Les gouverneurs démocrates (faut-il rappeler que les gouverneurs sont les décideurs en matière de lutte contre la pandémie, non le président?) s'y sont comportés comme Emmanuel Macron, choisissant le confinement total au risque de briser l'économie. Le ralentissement d'une économie qu'il avait si brillamment relancée est bien entendu la vulnérabilité de Donald Trump mais les électeurs vont se déterminer, surtout, en fonction du désordre créé dans le pays par les émeutes d'extrême gauche. 

3. Les démocrates ont en effet joué aux apprentis-sorciers. Lors de la convention démocrate, il leur aurait été facile de répéter qu'il s'agissait, désormais, de défendre l'état de droit et de mettre fin aux violences. Ce faisant, Joe Biden aurait rassuré et occupé le centre du spectre électoral. Or les démocrates se sont au contraire laissés aller à encourager la révolte. Alors qu'une véritable terreur règne dans certaines villes américaines et que des supporters de Trump sont régulièrement agressés par des groupes de militants gauchistes (il y a même eu une victime fin août), le président sortant apparaît de plus en plus comme le rempart de la démocratie. 

Je suppose que les sondages qui circulent dans les états-majors politiques sont même encore plus sévères pour les démocrates que ce que dit la tendance des sondages publiés. On a senti, début septembre, un vent de panique dans les rangs démocrates. La note envoyée par JP Morgan indiquant aux investisseurs qu'il était rationnel de parier sur une victoire de Trump n'est pas passée inaperçue. J'ajoute pour ma part que les Américains donnent toujours raison à celui qui produit des résultats et qui construit. la manière dont les démocrates ont fait la politique du pire (faire trébucher Trump sur le Coronavirus et ses effets néfastes sur l'économie ou sur le chaos des émeutes)  n'est pas conforme aux aspirations profondes de l'histoire américaine. Le pays doit fonctionner, l'état de droit doit être respecté. 

Pour toutes ces raisons, je prends le risque, en ce début septembre 2020, d'une anticipation raisonnable : la réélection, par une nette victoire au sein du collège électoral, de Donald Trump. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 05/09/2020 - 14:16
En tout cas....
On croise les doigts pour que Donald leur en remette une couche!
Liberte5
- 04/09/2020 - 23:20
Je souscrit à ce qu'écrit E. Husson.....
Sans le coronavirus, D. Trump avait un boulevard devant lui pour gagner haut la main. L'épidémie est passée par là. Les Démocrates ont pour eux les médias, l’establishment , le marécage profond, Hollywood et tous ceux qui ont intérêt à laisser s’instaurer un état socialiste. Cela fait du monde, certes. Mais D. Trump a pour lui les Américains qui ont dans le cœur l’amour de leur pays , l’amour de l’Amérique. Et cela fait beau coup plus de monde que pour les démocrates. Les sondages comment à refléter la remontée de D. Trump. Cela ira crescendo jusqu’en Novembre. Les démocrates ont abandonné la démocratie pour le coup d'état permanent. Ils vont , je l'espère , payer cher cette trahison envers le peuple Américain.
Quant aux médias Français ne comptez pas sur eux pour être informés sur la situation aux USA, ni sur la France d'ailleurs
Gastoch
- 04/09/2020 - 20:44
Franchement...
Voter pour Beijing joe subclaquant &sa horde de gardes rouges surexcités faut avoir envie