En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 30 min 35 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 6 heures 39 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 15 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 22 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 11 heures 38 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 3 heures 46 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 7 heures 27 sec
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 22 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 9 heures 54 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 11 heures 39 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex plan de relance
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex plan de relance
Dépenses à la petite semaine

Ces deux failles majeures du plan de relance Castex

Publié le 03 septembre 2020
Sur les 100 milliards du plan, une partie relève du trompe l’œil et/ou de crédits qui ne seront débloqués que dans « longtemps ». Pire en matière d’efficacité, les vrais investissements n’y représentent que la portion congrue.
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur les 100 milliards du plan, une partie relève du trompe l’œil et/ou de crédits qui ne seront débloqués que dans « longtemps ». Pire en matière d’efficacité, les vrais investissements n’y représentent que la portion congrue.

Par une indéniable omniprésence médiatique hier et ce matin, le Premier Ministre a donc pu présenter les détails finaux de son plan de relance. Force est de constater que la gravité de la situation commande une forme d’action de court terme au moins des acteurs publics : à l’instar des autres gouvernements, le gouvernement français qui a du porter à bout de bras l’économie durant le confinement, se demande désormais comment juguler la chute de la demande finale et du PIB cette année ( -10% attendu). Nous ne reviendrons pas sur la pertinence d’un plan, car il s’agit d’un autre et sempiternel débat entre chapelles d’économistes, qui nous parait au second plan au moins pour les deux prochaines années étant donné la gravité de la situation. Cependant, les détails du plan enfin connus confirment nos craintes déjà exprimés dans les médias sur un plan mal ficelé, ambigu, dispersé et mal financé malgré quelques points très intéressants. Commençons par ce dernier point : la rénovation énergétique et la baisse des impôts de production nous paraissent les deux points positifs du plan. Si les crédits d’impôts aux particuliers pour rénovations énergétiques ne sont qu’un simple retour à la situation de 2017 (nombre de ménages français en ont profité entre 2015 et 2017 et c’est Hulot qui les avait imprudemment supprimés), le plan prévoit enfin un effort de l’Etat pour rénover les bâtiments publics et ses propres passoires énergétiques : à 4-5 milliards l’effort ne sera qu’incomplet (il en faudrait 15) mais il s’agit d’un bon début. La pression fiscale ubuesque des impôts de production fut maintes fois dénoncée, ce début de baisse est donc encourageant même si on prend sur la part des collectivités locales et que même dans deux ans, nous en serons toujours à 50 milliards d’impôts de production. 

Venons en maintenant aux problèmes que pose ce plan. Le premier est le financement : en réalité, sur les 100 milliards, 20 viennent de la Caisse des dépôts et de la BPI et sont des programmes pour la plupart déjà annoncés depuis deux ans. Le candidat Macron avait promis un hypothétique plan de relance en 2017 et il se trouve recyclé ici. 40 milliards viennent de l’Etat français via plus de dette et 40 milliards proviennent des futurs crédits européens décidés dans le cadre du Covid. Il s’agit là aussi d’une nouvelle dette au niveau européen mais ces 40 milliards ne pourront pas être débloqués avant 2022 : quand on lit les détails du plan européen, la clef de répartition fait qu’en 2021, seuls…2 milliards seront consacrés à la France. Ce qui nous amène au problème de temporalité de ce plan : face à la crise, les Allemands ont consacré 6% de leur PIB et les Américains 10% à de massifs plans de relance et d’investissement, pour compenser la contraction du PIB, qui a lieu maintenant. 

Les Français, qui ont soutenu l’économie durant le confinement et au déconfinement, sont aujourd’hui incapables de contrecarrer l’effondrement de l’économie induit par la crise, car le plan ne sera pas effectif avant vraiment la fin 2021. Il s’agira plus d’un plan post crise de stimulation de l’économie qu’un plan de relance. Et d’ailleurs, et c’est le troisième problème, parlons-nous d’un plan d’investissement ou d’un simple plan de dépenses ? Un plan d’investissement, comme celui proposé par Trump en 2017 ou les plans rooseveltiens, impliquerait de construire des infrastructures physiques ou numériques, des usines, probablement en partenariat avec le privé. Notre pays en aurait bien besoin et nous aurions personnellement suivi cette voie, pour faire face à la crise et au-delà. Mais ce n’est pas ce qu’est ce plan. Notamment dans le troisième volet « cohésion sociale et territoriale », Castex se contente de recycler des dépenses courantes et des promesses sur la formation, les chômeurs, etc… Rien d’inutile, mais rien qui ne stimule l’économie. Au sens strict, l’investissement dans ce plan ne représente pas plus de 30 milliards, soit 1.5% du PIB, sur deux trois ans. Soit un investissement public qui passera de 3% à 3.5% par an….

On inclut dans le plan 13 milliards de reprise de la dette des hôpitaux, des baisses d’impôts et même 2 milliards pour la culture : Castex fait feu de tout bois sans aucune cohérence, ces dépenses là devraient figurer au budget général et non dans un plan ad hoc. On voit d’ailleurs surgir la concurrence entre Castex, qui veut son plan, le ministre de l’économie, Lemaire, et le nouveau commissariat au plan Bayrou qui n’y parait même pas associé……. La lecture des 75 mesures donne une impression de dispersion, sans volonté claire. Au final, nous ne sommes en présence ni d’un plan de relance (il aurait dû inclure un volet pour les ménages dans ce cas), ni d’un plan d’investissements (ils sont limités) : mais bien d’un plan politique, destiné à acheter des publics particuliers, à saupoudrer pour faire plaisir à des intérêts catégoriels (la filière hydrogène, les grandes entreprises), et à préparer 2022 sans se soucier des résultats pratiques. Un plan aussi imbu et boursouflé de lui-même, si on ose la personnification, qui se veut le plus gros possible en incluant des garanties de prêts et autres qui ne seront pas forcément des crédits débloqués. L’économie française a toujours besoin selon nous d’un plan massif d’investissement public-privé.

A lire aussi : Le plan de relance de Jean Castex est-il complètement hors-sol ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 04/09/2020 - 07:26
L'erreur n'est peut-être pas là où nous la voyons !
Notre erreur n'est-elle pas simplement de traiter un astucieux plan "com" comme un plan de relance économique ?
gerint
- 03/09/2020 - 15:23
Et les 40 milliards de l'UE
Se rembourseront au double....