En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 12 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 4 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 20 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 4 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 1 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 46 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 29 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 12 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 33 min
© DAMIEN MEYER / AFP
Google Amazon Apple GAFAM
© DAMIEN MEYER / AFP
Google Amazon Apple GAFAM
Atlantico Business

Google, Tesla, Apple. Et si l’énorme puissance des grands de la Tech représentait plus une opportunité pour les libertés individuelles qu’une menace

Publié le 02 septembre 2020
Jamais dans l'histoire économique de la planète, des entreprises n’ont accumulé autant de richesses au point de représenter une menace pour les États et surtout pour les démocraties. Mais si c’était l’inverse ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jamais dans l'histoire économique de la planète, des entreprises n’ont accumulé autant de richesses au point de représenter une menace pour les États et surtout pour les démocraties. Mais si c’était l’inverse ?

La pandémie et les procédures de confinement qui ont mis l’économie mondiale à l‘arrêt et plongé la presque totalité de la planète dans un coma dont elle a beaucoup de mal à sortir, nont pas empêché des secteurs entiers de senrichir, de croitre et de prospérer.

Toutes les industries de la santé ont évidemment été boostées par les besoins en matériels, en médicaments, en moyens opératoires. Tous les maillons du secteur en ont profité ; entreprises publiques et privées. La nécessité urgente de découvrir des traitements et surtout des vaccins ont drainé des masses de capitaux pour financer la recherche et mettre en place des systèmes industriels  de production de masse. Dans le monde entier, tous les gouvernements se sont mobilisés. Tous les fonds dinvestissements se sont orientés vers cette course contre le Covid 19.

Parallèlement, tous les acteurs du digital ont de leur côté bénéficié dun coup de fouet extrêmement vigoureux. Toute la chaine, des chercheurs aux développeurs, en passant par les industriels et les distributeurs, ont profité de cette situation pour répondre à des besoins qui n’existaient pas encore, il y a moins de 5 ans. La pandémie a ouvert des opportunités de recherche, des nouvelles formes de télétravail ont multiplié les besoins en matériels informatiques et en réseaux. Sans parler des champs entiers ouverts à l’intelligence artificielle, à la connectique et à la gestion des « datas » qui vont représenter l‘énergie du futur.

Du coup, depuis moins dun an, les acteurs de ce secteur ont participé à lessentiel de la création de richesses dans le monde. Les acteurs ont bénéficié de lessentiel des moyens dinvestissements.

Le résultat de cette course au progrès a considérablement renchéri la valeur déjà considérable des entreprises de la Tech. Les grands du digital, les Gafam. La capitalisation de certaines de ces entreprises,  Apple en tête, touche désormais les 2000 milliards de dollars ce qui est historiquement considérable. Les titres ont augmenté en bourse de 30 à 85% depuis janvier.

Les cours de bourse d’Amazon, le numéro 1 du e-commerce ont progressé de 85 % depuis janvier 2020, à presque 1800 milliards de dollars.  Apple, le fabricant des IPhones, a progressé à 2000 milliards de dollars. La valeur de Facebook a gagné 40%, tout comme celle de Microsoft. Mais toutes les autres grandes valeurs de cette industrie ont progressé au même rythme.

Le premier résultat de ce fantastique phénomène est que les dirigeants fondateurs de ces entreprises ont acquis des fortunes personnelles qui les mettent en mesure dacheter pratiquement tout et nimporte quoi. Un Jeff Bezos par exemple, le patron d’Amazon, est à la tête de plus de 200 milliards de dollars, ce qui en fait l’homme le plus riche du monde.  Elon Musk le turbulent patron de Tesla doit, selon les jours, être assis sur un pactole qui oscille entre 100 et 150 milliards de dollars.  Bill Gates, le fondateur de Microsoft a vu sa fortune personnelle augmenter de 15% pour dépasser 105 milliards de dollars, celle de Mark Zuckerberg de Facebook a grossi de 40% à 120 milliards. Idem chez Apple, Google et même Uber.

Lagence Bloomberg a calculé que la fortune des 500 personnalités les plus riches du monde avait augmenté de 14% depuis le début de lannée soit 810 milliards de dollars. Merci le Covid-19 qui a permis de défricher de nouveaux marchés ; merci aux consommateurs qui ont compris que le digital représentait une chance inouïe de maitriser leur destin, merci aux banquiers centraux qui ont mis à la disposition du secteur des tonnes de liquidités pour que cette industrie puisse fonctionner et avancer.

Mais ce qu’il faut savoir, cest que la tech chinoise a bénéficié du même engouement à la fois en Chine sur son propre marché et sur l'ensemble du globe, en dépit de la guerre commerciale qui couve entre la Chine et les USA. Le directeur général de Tencent ou celui d’Alibaba sont devenus aussi riches et puissants que ceux de Google ou Amazon.

Cette valorisation exceptionnelle des entreprises digitales leur donne une puissance colossale, dautant que les produits et services digitaux sont plébiscités par les clients et consommateurs.

Pour beaucoup, cette surpuissance inquiète aussi dans la mesure où ces entreprises-là peuvent se retrouver avec un pouvoir qui leur permettrait d’échapper au contrôle politique. Du coup, ces grandes entreprises font périodiquement lobjet de procès en excès de puissance. En Amérique comme ailleurs dans le monde, ces Gafam sont accusés de ne pas payer les impôts quelle devrait payer pour contribuer au financement des dépenses publiques, mais plus grave, elles sont très souvent soupçonnées de pouvoir influencer les opinions. Influence à des fins commerciales et c’est vrai que ces Gafam captent plus de la moitié des investissements publicitaires des biens de consommation. Et si les annonceurs se prêtent au jeu, c’est bien parce qu’ils en profitent.

Mais aussi influence sociétale dans la mesure où la masse dinformations recueillies sur le consommateur leur donne les moyens de peser sur leurs choix.  

Influence enfin politique puisquon a déjà vu des réseaux sociaux manipuler les opinions et interférer dans le jeu démocratique.

Donc très logiquement, cette surpuissance appelle périodiquement des moyens de contrôle et de régulation que les États démocratiques ne sont pas en mesure d’initier car les Etats sont aussi garants des libertés individuelles et d’entreprendre.

Ce problème nexiste que dans les Etats qui défendent les valeurs démocratiques, principalement lAmérique du nord, et lEurope.  Parce que dans les États dont les régimes sont autoritaires et principalement la Chine, le parti unique, ladministration et le gouvernement ont les moyens de réguler les entreprises digitales, de censurer ou d’interdire les réseaux sociaux. Bref ces Etats autoritaires ont les moyens de mettre la puissance de leurs acteurs digitaux au service de leur idéologie. Cest dautant plus vrai que les entreprises chinoises ont toujours pu travailler dans les pays occidentaux très librement et que certains réseaux sociaux, comme Tiktok ou des applications de E-commerce comme Alibaba, se sont taillées des parts de marché importantes ... alors que leurs concurrents, comme Amazon, Facebook ou Google sont interdits de séjour en Chine. La concurrence n’existe que sur les marchés occidentaux. Cette situation prouve que les entreprises digitales chinoises, et leurs applications qui drainent un maximum dinformations sur le consommateur occidental, sont bien des instruments politiques pour servir les ambitions hégémoniques de Pékin sur le monde.

D’où la réaction des entreprises digitales américaines de protester contre ces inégalités de traitement et de considérer que les gouvernements occidentaux font preuve de beaucoup de faiblesse et de naïveté à vouloir leur couper les ailes. D’où la réaction de Donald Trump de paralyser la plupart des sites chinois quand ils travaillent sur le marché américain. L’Europe, pour sa part, limite ses critiques à l’aspect fiscal et proteste contre un détournement de richesses vers le digital étranger, c’est à dire principalement américain.

Les grands patrons de la Tech américaine ont donc entrepris une campagne de lobbying pour obtenir des gouvernants occidentaux, un soutien ou une protection contre les attaques incessantes de leur puissance. Aux USA, leur requête a été entendue semble-t-il par la Maison Blanche ... mais l'Union Européenne ne s’en préoccupe guère.

Lenjeu de cette bagarre larvée est pourtant simple : il en va des libertés sur lesquelles les sociétés occidentales ont été organisées.

Et le débat consiste à savoir si on considère que les grands du digital s’inscrivent dans une logique libérale de défense des libertés, moyennant quoi, ils auront besoin d'énormes moyens pour continuer à financer leur développement. Ou bien si on ne les protège pas d’une façon ou d'une autre, il faudra progressivement assumer les influences asiatiques et plus précisément chinoises quant à la l'organisation de notre vie socio-économique.

La question est de savoir si la collecte des datas et la gestion de ce capital de connaissances sur la population doivent être préservées et effectuées par des entreprises occidentales ou alors sil faut prendre le risque den laisser une partie à la discrétion des entreprises chinoises. C’est tout l’enjeu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires