En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 8 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 49 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 53 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 34 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 59 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 57 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 46 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 59 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 41 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 18 min
© Thomas SAMSON / AFP
Eric Dupond-Moretti
© Thomas SAMSON / AFP
Eric Dupond-Moretti
Garde des Sceaux

Perdidator : et si Éric Dupond-Moretti était l’homme qui précipitait la chute de la maison Macron ?

Publié le 02 septembre 2020
En qualifiant de surenchère populiste les questions de l’opposition sur la politique pénale du gouvernement, en réfutant le terme d’ensauvagement ou en assimilant Xavier Bertrand à Marine Le Pen, le Garde des Sceaux confirme qu’il ne comprend pas qui est aujourd’hui l’électorat du président.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En qualifiant de surenchère populiste les questions de l’opposition sur la politique pénale du gouvernement, en réfutant le terme d’ensauvagement ou en assimilant Xavier Bertrand à Marine Le Pen, le Garde des Sceaux confirme qu’il ne comprend pas qui est aujourd’hui l’électorat du président.

Atlantico.fr : Le choix d'Éric Dupond-Moretti a fait grand bruit lors de sa nomination suite à ses prises de position et ses discours engagés. Après la polémique liée à l'ensauvagement qui l'oppose frontalement à Gérald Darmanin et Jean Castex, le Garde des Sceaux est-il en train de décrédibiliser la parole de l'exécutif ? 

Vincent Tournier : Ce serait le cas si ses déclarations étaient à l’opposé de ce que l’on pouvait attendre de sa part. Mais pouvait-on vraiment penser qu’il allait tenir un discours ferme sur la sécurité et la criminalité, annonçant par exemple un renforcement des sanctions et la construction de nouvelles places de prison, voire l’expulsion des étrangers délinquants ? Soyons sérieux. D’une part, il est évident que sa nomination au gouvernement repose exclusivement sur son image médiatique, qui est celle d’un homme au caractère bien trempé mais surtout attaché à défendre les droits contre l’acharnement supposé de l’Etat, des juges ou de la police ; d’autre part, il faut rappeler que sa nomination a été vivement contestée par une grande partie des magistrats qui voient en lui un ennemi des juges. Donc, pour des raisons idéologiques autant que pour des raisons de gouvernance interne du ministère de la justice, Eric Dupond-Moretti va tenir un discours qui était couru d’avance. Son refus de reprendre le terme « d’ensauvagement » et, surtout, son utilisation de la vieille expression « sentiment d’insécurité » étaient prévisibles. Il est évident que son rôle est surtout de contrebalancer le discours sécuritaire de Gérald Darmanin. Les deux hommes sont censés jouer un duo d’équilibriste pendant deux ans. La vraie difficulté pour Emmanuel Macron comme pour son premier ministre Jean Castex va être d’expliquer pourquoi ils soutiennent l’un sans désavouer l’autre. Cet équilibre peut tenir tant que les deux hommes en restent au niveau des affrontements verbaux. Cela sera plus compliqué s’il faut prendre des décisions. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on peut s’attendre à ce que le gouvernement prenne peu de décisions fortes en matière de sécurité. On risque plutôt d’avoir une succession de mesurettes qui seront alternativement défendues par Gerald Darmanin et par Eric Dupond-Moretti. Chacun obtiendra quelque chose à mettre à son bilan, et le président pourra ensuite faire la synthèse. Ce qui fragiliserait cet édifice, c’est si une réforme trop  radicale venait à être adoptée dans un sens ou dans l’autre : dans ce cas, la situation de l’autre ministre deviendrait nettement plus délicate. 

Eric Dupond-Moretti comprend-il ce qu'est aujourd'hui l'électorat du président ?  

Eric Dupond-Moretti n’est pas un politique dans l’âme. On peut bien sûr présumer qu’il comprend très bien les enjeux, mais ce n’est pas en tant que tacticien qu’il a été nommé au gouvernement. S’il est ministre, c’est d’abord pour faire du Dupond-Moretti. Il y a donc fort à parier qu’Emmanuel Macron lui a accordé une totale liberté de parole, et de toute façon on imagine mal qu’un tel personnage, qui n’est pas un petit jeune, se laisse contrôler par qui que ce soit, lui qui n’a du reste pas l’air franchement commode. 

En revanche, du point de vue électoral, Eric Dupond-Moretti peut être un atout pour attirer l’électorat du centre ou de la gauche modérée. C’est plutôt là qu’est sa fonction première. Pour peu qu’il puisse se prévaloir de quelques réformes dites humanistes ou progressistes, que ce soit dans  le domaine pénal ou dans le domaine des mœurs (le mariage gay n’est plus à faire, mais on peut imaginer une loi sur les enfants nés par GPA), il pourrait alors s’avérer bien utile à Emmanuel Macron pour accéder au second tour de la présidentielle. 

Remarquons que, pour l’heure, la droite est bien en peine pour trouver un ange d’attaque contre Emmanuel Macron. Visiblement, elle est tentée par le terrain de la sécurité. On vient en effet d’avoir coup sur coup deux interventions assez fermes de Xavier Bertrand et de Valérie Pécresse, le premier pour proposer de restaurer les peines planchers et la seconde pour dénoncer les « nouveaux barbares » et plaider pour une impunité zéro. La sécurité sera très probablement le point faible du bilan d’Emmanuel Macron, mais la droite risque ici de s’enfermer dans une impasse où elle se trouvera hautement concurrencée par le Rassemblement national. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains comme Christian Estrosi commencent à plaider pour une alliance avec Emmanuel Macron. De ce point de vue, avec la carte Dupond-Moretti, Emmanuel Macron pourra se targuer de couvrir un spectre politique plus large et plus équilibré.

Dupond-Moretti fait-il partie de ces gens que Macron sait séduire dans le huis clos d’échanges « subtils » en tête à tête mais qui sont incapables de tenir l’ambiguïté et même l’hypocrisie du en même temps en public ?

Le discours du « en même temps » ne peut pas être tenu par la même personne. Demander à la même personne de dire tout et son contraire, c’est risqué. Certes, les hommes politiques peuvent évoluer, et de nombreuses vidéos attestent que ceux-ci sont capables de faire des revirements spectaculaires. Mais il faut malgré tout conserver une cohérence minimale, au moins dans le court terme. 

Or, la meilleure manière d’avoir une pluralité de discours, c’est encore de recruter des personnes différentes. On peut d’ailleurs se demander si ce n’était pas là que se trouvait l’une des principales faiblesses du gouvernement d’Edouard Philippe. Le duo Christophe Castaner (au ministère de l’Intérieur) et Nicole Belloubet (à la Justice) s’est avéré totalement inopérant. Les deux personnalités étaient sur des lignes incompréhensibles : qui était le plus sécuritaire ? qui était le plus à gauche ? Christophe Castaner aurait dû incarner une ligne ferme mais il venait de la gauche et a développé un discours anti-police qui était devenu très problématique. Quant à Nicole Belloubet, également proche du PS, c’était une juriste dénuée d’expérience politique qui s’est avérée transparente sur le plan politique et qui n’a cessé de multiplier les boulettes, comme lorsqu’elle a donné le sentiment de condamner la jeune Mia qui avait critiqué l’islam en répondant à ses harceleurs. 

Avec le duo Darmanin/Dupond-Moretti, on gagne en clarté. Il reste à voir si la formule est gagnante pour le président, ou si la diversité des points de vue va déboucher sur une cacophonie qui sera encore pire que le flou du duo précédent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 02/09/2020 - 18:28
Du.ont-Moretti a la stature d'un menhir
et un esprit monolithique qui va avec. Des yeux globuleux sans expression le laissait deviner. Mais il faut reconnaître qu'il est pragmatique et on peut lui donner raison de ne plus défendre que la barbarie, la crapule et la canaille puisque que leurs victimes sont mortes et n'ont plus besoin de lui.
cmjdb
- 02/09/2020 - 17:25
ENSAUVAGEMENT
C'est vrai qu'il peut y avoir de bons sauvages ! Donc parasites et vermines sont davantage appropriés.
Rassurons nous,/
1. E. Macron n'en n'a plus que pour 1 an dans les faits. Après le vote du budget à la rentrée 2021, c'en sera fini pour lui. Il sera en campagne électorale ...
2. E. D.M. n'est qu'un membre du show biz ... Il retournera sur les planches et la justice n'aura pas progressé d'un pouce.
COURAGE CITOYENS !...
Labarthe
- 02/09/2020 - 17:00
Violence...
L’électorat du centre, gauche modérée et bobo a une vision extrêmement progressiste et tolérante de la délinquance tant qu’il n’est pas touché. Il pourrait se retourner contre un gouvernement qui ne le protège plus et le met en face des réalités. Or nous assistons à une montée de la délinquance et surtout de la violence...et même d’une d’une hyper violence, délinquante ou gratuite et dans les rapports sociaux. Or face à ce phénomène qui va s’amplifier, par peur d’une explosion dans les banlieues soutenue par toutes les tendances de l’extrême gauche, le gouvernement est paralysé et ne peut que tenir des discours. Va t-il réussir à ne rien faire sans conséquences majeures jusqu’aux prochaines élections.....je ne crois pas......C’est long beaucoup trop long.