En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 12 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 17 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 37 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 11 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 51 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 27 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 14 heures 56 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 23 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 38 min
© Eric BARADAT / AFP
Jerome Powell fed banque centrale américaine euro dollar plein emploi inflation
© Eric BARADAT / AFP
Jerome Powell fed banque centrale américaine euro dollar plein emploi inflation
Vers un krach obligataire ?

Remontée des taux : quand la Fed vient sérieusement compliquer la relance française

Publié le 01 septembre 2020
La Banque Centrale Américaine assouplit sa politique monétaire. L'institution souhaite utiliser toute une "gamme complète d'outils" pour soutenir l'économie, selon son président Jerome Powell. La banque centrale américaine a l'intention de lutter contre l'inflation et de favoriser le plein-emploi.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque Centrale Américaine assouplit sa politique monétaire. L'institution souhaite utiliser toute une "gamme complète d'outils" pour soutenir l'économie, selon son président Jerome Powell. La banque centrale américaine a l'intention de lutter contre l'inflation et de favoriser le plein-emploi.

C’est un coup de semonce qu’envoient en effet les États-Unis. Ils s'endettent aujourd’hui à 10 ans à 0,74%, alors qu'ils empruntaient à 0,5% la semaine dernière. La source de cette nervosité nouvelle ? Jackson Hole, conférence des banquiers centraux du monde à l'invitation de la Banque Centrale Américaine. Fauteur du trouble ? Jérôme Powell, son Président, qui annonce qu'il va changer le réglage de son institution ! Bien sûr, nous sommes là dans l'hyper sensible, car ce que dit la Banque Centrale Américaine, avant même qu'elle ne passe à l'acte, agit sur les marchés de la dette, d'actions, de change puis sur les entreprises et les ménages. Ils vont tous envisager différemment le futur.

Surprise donc, quand Jérôme Powell annonce que dorénavant il s'occupera d'abord du chômage, puis de l'inflation ! En effet, début 2020 il pouvait être content de n'avoir « que » 3,5% de chômage, même s'il pouvait s'inquiéter de n'avoir « que » 1,8% d'inflation. « Normalement » avec un taux de chômage aussi faible, il aurait dû avoir beaucoup plus d'inflation, 3 ou 4% au moins ! Quelque chose était donc déréglé dans la machine économique américaine. Elle demandait dorénavant, pour avoir plus d'inflation, de continuer à garder bas les taux courts et à acheter plus de bons du trésor, pour faire en sorte que plus d'emplois soient créés pour des salariés peu ou pas qualifiés ou éloignés de l'emploi depuis longtemps, noirs où hispaniques.

Bref, l'idée que l'objectif d'inflation était aussi important que celui d'emploi ne marchait plus. Il fallait s'occuper plus longtemps de l'objectif d'emploi pour faire repartir ensuite l'inflation. Derrière ce changement des deux plateaux de la balance, il y a la mondialisation, l'influence de la Chine et des achats de plus en plus important de produits venant de pays à bas coûts de main d'œuvre, plus les nouvelles technologies, les robots, les achats directs de produits à partir de plateformes comme Amazon, bref tout ce qui est « disruptif ». Ajoutons, comme si c’était nécessaire, le COVID-19 qui fait plonger l'activité économique et l'inflation. Remonter les pentes de la croissance, puis de l'emploi, puis de l'inflation sera donc plus compliqué que jamais. C'est bien pour cela que Jérôme Powell a décidé de se rendre la tâche plus difficile, ou plus facile, en haussant son objectif d'inflation, de façon à faire jouer les anticipations des responsables de marchés et d'entreprises, pour aller plus vite en besogne. Cela voudra dire augmenter les bas salaires pour faire repartir la demande, les prix, l'activité. Mais ceci est particulièrement difficile aujourd'hui avec le COVID-19 qui fait perdre 70 à 80% de chiffre d’affaires dans les services de base. En demandant plus d'inflation, Jérôme Powell indique qu'il veut des augmentations dans les bas salaires et qu'il maintiendra ses taux d'intérêt bas aussi longtemps que l'inflation ne correspondra pas à son attente.

Ce à quoi la bourse répond positivement puisqu’elle se dit que les taux d'intérêt seront bas pendant longtemps et que des hausses de prix et de coûts seront acceptées par la Banque Centrale jusqu’à 2,5 et pourquoi pas 3%. L'horizon boursier, dans cette sortie de pandémie, est donc plus dégagé.

Mais il n'en est pas du tout de même pour les taux longs, avec l'idée que si une inflation remonte un peu, que sa hausse est souhaitée et si l'idée se répand que le minimum des taux longs est derrière, il sera de plus en plus difficile de vendre les tombereaux de bons du Trésor qui vont venir des États-Unis et d’ailleurs.

La question va donc se poser aux hommes politiques dans tous les pays, eux qui qui creusent aujourd'hui les déficits. Tel est en particulier le cas en zone euro et en France, où l'inflation ou le déficit budgétaire n'inquiètent personne. Mieux même, les plans de relance s'ajoutent et se succèdent : nationaux et européens. En même temps, certains ajoutent que nous ne paierons pas ! C'est une autre règle qu'installe Jérôme Powell : l'argent sera plus cher, donc il faudra faire plus attention pour le dépenser. Il ne s'agit pas de relance à court terme sur un mode keynésien, mais plutôt de renforcer l'économie française et l'économie européenne dans un contexte mondial plus difficile et plus concurrentiel.

Dans le contexte français, le message de Jérôme Powell doit être pris en compte : il ne s'agit pas de subventionner ici où là en se disant que les taux d'intérêt ne bougeront plus. En France, ils sont en effet passés de -0,2% en début de semaine dernière à -0,1% actuellement. On pourra toujours dire qu'il ne s'agit que de 0,1% de différence, sauf si l'on dit qu’ils ont doublé ! Les marchés financiers ne regardent jamais les valeurs absolues, mais toujours les pentes. Aujourd'hui ils vont se dire que les taux d'intérêt à long terme France vous remonter à 0 puis 0,1 puis 0,2%, donc que la dette française sera évidemment plus chère à placer dans les mois qui viennent, le plan de relance français plus compliqué dans son financement. Alors, pour éviter l'emballement de la hausse des taux d'intérêt à long terme, il faut d'ores et déjà dire que la relance choisie veut augmenter le potentiel de croissance du pays, aujourd'hui profondément raboté, peut-être à 0,5%, donc que la relance se donne comme objectif 1,2 ou 1,5% de croissance par l'investissement matériel, par l'organisation et par la formation. On ne peut pas oublier en effet que l'emploi français concerne à 80% des services. Il nous faut plus d’industries puissantes dans l’industrie et dans les services !

Le message de Jerome Powell est mondial, financier et politique : le plein emploi sera long à atteindre, passant par la formation avec l’aide des taux bas, jusqu’à ce qu’une inflation au-dessus de 2% s’ensuive. Tant pis pour ceux qui achètent des bons du trésor à 0% ou moins et tant pis pour les politiques qui ne voient pas ce qu’il faut faire : pousser à la concentration et à la formation, en calmant (doucement) l’inflation pour qu’elle n’aille pas trop vite, dans les esprits. Ceux qui auront compris gagneront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 02/09/2020 - 19:52
Très bien la FED
Un grand merci à Jerome Powell. Le monde va enfin sortir de la déflation. Fini les dépensiers socialo à la maqueron. Bientôt le FMI à Bercy. Qu'on les dégage tous. Bande d'incapables.