En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© MARTIN BUREAU / AFP
école rentrée des classes masques contaminations parents élèves
© MARTIN BUREAU / AFP
école rentrée des classes masques contaminations parents élèves
Protocole sanitaire

Rentrée scolaire et Covid : tout ce qu’il faut savoir si vous êtes un parent d’élève à risque

Publié le 01 septembre 2020
En ce mardi 1er septembre, 12,4 millions d’élèves français retrouvent le chemin de l'école en ce jour de rentrée. Les annonces de Jean-Michel Blanquer n'ont pas forcément rassuré les parents. Quels sont les bons gestes et les conseils à suivre afin d'éviter la transmission du virus à la maison ou à la sortie des écoles ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ce mardi 1er septembre, 12,4 millions d’élèves français retrouvent le chemin de l'école en ce jour de rentrée. Les annonces de Jean-Michel Blanquer n'ont pas forcément rassuré les parents. Quels sont les bons gestes et les conseils à suivre afin d'éviter la transmission du virus à la maison ou à la sortie des écoles ?

Atlantico.fr : C'est le grand retour à l'école après de longs mois passés à la maison. Le risque de propagation est donc plus intense : faut-il que parents et enfants portent le masque à la maison pour éviter toute contamination ?

Stéphane Gayet : On a appris à nuancer le degré de contagiosité d’une personne infectée par le SARS-CoV-2 ainsi que le niveau de risque de développer une infection symptomatique pour une personne contaminée (venant de recevoir un inoculum viral, c’est-à-dire une charge virale de contamination). Car ni la contagiosité ni le risque infectieux ne sont binaires : ces deux risques varient beaucoup en réalité ; ils évoluent en quelque sorte selon des gradients.

En effet, les schémas que nous avions en mars au sujet de la CoVid-19 ont beaucoup évolué au fur et à mesure de la progression de nos connaissances médicales et scientifiques sur cette maladie et son virus.

Le degré de contagiosité d’une personne infectée par le SARS-CoV-2

On sait que toutes les personnes infectées par le virus ne sont pas contagieuses d’égale façon. Le degré de contagiosité d’une personne infectée est corrélé à la densité de ses aérosols (soit humides : microgouttelettes ; soit secs : particules aéroportées) en particules virales. C’est l’occasion de préciser que les microorganismes (bactéries, virus) ne sont jamais isolés et libres dans les aérosols, mais toujours véhiculés par des particules biologiques de différentes tailles.

Ce degré de contagiosité est fonction de la sévérité de la maladie et de la phase de la maladie. Les personnes les plus contagieuses sont celles qui ont une forme sévère avec toux et lors de la phase d’invasion et du début de la phase d’état de leur maladie.

Les personnes les moins contagieuses sont celles qui sont asymptomatiques (ni symptômes ni signes).

 

Le niveau de risque de développer une infection symptomatique après contamination virale

Il est fonction de la taille de l’inoculum (l’importance de la charge virale reçue lors de la contamination), de l’âge (civil), de l’immunité et du « terrain » (âge physiologique et pathologies chroniques).

On peut schématiquement distinguer cinq catégories d’individus qui correspondent à cinq classes de risque de développer une infection symptomatique.

Principe de la circulation « douce » du virus favorisant le processus d’immunisation collective

La diffusion « douce » d’un virus dans une population est sa propagation freinée par les mesures préventives (masque, distance, décontamination des mains), sachant que ces mesures ne peuvent pas bloquer sa diffusion, mais seulement la freiner. C'est ce qui s'est produit pendant le confinement en France du 17 mars au 11 mai. En réalité, l'observance du confinement n'a pas été de 100 %, bien sûr, mais peut-être de 85 %. Les 15 % d'entorses au confinement ont permis une diffusion douce du virus, ce qui a contribué à l'immunisation passive. Cela apparaît sur les courbes de morbidité et de mortalité en France : le confinement a été très efficace sur la morbidité et la mortalité, tout en permettant cette diffusion douce du virus. Résultat : lors du déconfinement, il n'y a eu qu'un léger sursaut, sans plus. En revanche, les pays qui ont appliqué un confinement très strict, draconien, se sont privés de cette diffusion douce et ont eu un important sursaut épidémique lors du déconfinement.

Lors d’une diffusion douce, les inoculums sont discrets, comme c’est le cas lorsqu’un individu infecté asymptomatique contamine un individu « naïf » sur le plan infectieux. On comprend que tout se situe dans le bon dosage des mesures préventives (mais ceci est vrai pour la CoVid-19 qui est une maladie immunisante avec de fréquentes formes asymptomatiques : attention à ne pas généraliser ce principe à toutes les maladies infectieuses, ce serait une erreur préjudiciable).

Pour répondre à la question posée : je ne suis pas d’avis que les parents et les enfants portent le masque à la maison pour éviter toute contamination ; je pense en effet qu’à ce stade de l’épidémie en France, ce serait une mesure excessive, peu rentable. Il faut toujours garder à l’esprit la recherche du niveau optimal du rapport « sécurité microbienne effective sur inconvénients liés au port du masque dans un contexte donné ». C’est pour justifier cette position que j’ai développé les arguments précédents.

Les diverses annonces de Jean-Michel Blanquer n'ont pas forcément rassuré les parents. Quels conseils donneriez-vous afin d'éviter la transmission du virus à la maison ?

Comme je l’ai dit en première partie, je ne suis pas favorable au port du masque au sein du domicile, sauf bien sûr dans le cas où il y aurait une personne à risque élevé de forme sévère.

C’est l’occasion d’anticiper l’après-CoVid-19. Dans quelques semaines ou probablement mois, lorsque tout ira bien sur le plan épidémique, on commencera à alléger les obligations de port du masque. De mon point de vue, une société qui resterait durablement masquée serait une société déshumanisée : la voix est feutrée, on ne voit plus les mouvements de lèvres ni les dents, la mimique est imperceptible et les traits du visage sont dissimulés ; c’est comme une anonymisation générale associée à une cassure de la communication non verbale ainsi qu’à un appauvrissement de voix parlée (et chantée).

Et comment réagirait-on s’il advenait une obligation de se tondre les cheveux au cas où surviendrait une épidémie de poux particulièrement tenaces et même pathogènes ?

À la maison, il faut adopter des règles d’hygiène (la prévention, pas la propreté) de base et les conserver après la CoVid-19. Il faut prendre l’habitude de contrôler ses mains : se serrer le moins possible les mains, les décontaminer après un contact suspect et surtout avant de porter les doigts à sa bouche et avant de toucher de la nourriture ; c’est essentiel. Il faut prendre l’habitude de se tenir à une distance raisonnable des personnes d’une façon générale, ce qui n’exclut pas les contacts quand on en éprouve le besoin, bien sûr. On a dit au cours de la campagne de recommandations : « Lavez-vous les mains toutes les heures » (mars), puis : « Lavez-vous les mains régulièrement » (avril et mai). Ce ne sont pas des messages responsabilisants ni vraiment efficaces : il faut expliquer comment les mains nous contaminent et comment gérer les risques microbiens liés aux mains ; ce n’est pas très compliqué.

À la maison, les essuie-mains en tissu à utilisateurs multiples sont les pires vecteurs qui soient. Il faut absolument gérer correctement ce risque (il existe plusieurs solutions, dont celle qui consiste à individualiser les essuie-mains : chacun le sien).

Selon le Premier ministre Jean Castex, les grands-parents devraient éviter d'aller chercher leurs petits-enfants après l'école. Les sorties de l'école vont-elles devenir un foyer de contamination potentiel ?

C’est une recommandation qui paraît logique au demeurant ; toutefois, au stade où en est l’épidémie en France, on peut s’interroger sur sa pertinence. Quel est le niveau d’immunité anti-SARS-CoV-2 de la population de séniors en France ? Nous n’en savons rien. On peut supposer, qu’étant donné la circulation douce du virus en France depuis le début du confinement et son intensification depuis le début du déconfinement, qu’il est de niveau moyen.

Il ne faut pas systématiquement voir les collégiens et les lycéens comme de grands disséminateurs de virus SARS-CoV-2 : on l’a pensé, on l’a dit et écrit ; mais aujourd’hui, on estime qu’ils ont un faible niveau de contagiosité eu égard au fait que leur éventuelle CoVid-19 est souvent asymptomatique ou paucisymptomatique (peu de symptômes et de signes).

L’inquiétude des pouvoirs publics – réelle ou feinte – vis-à-vis d’une hypothétique reprise épidémique ne doit pas générer une obsession virale. Apprenons à nous protéger et à protéger les autres ; mais n’entretenons pas une phobie du coronavirus.

Pour répondre à la question posée : les sorties d’école constituent probablement des événements qui regroupent plus de sujets porteurs excréteurs de SARS-CoV-2 qu’ailleurs. Il faut le savoir et en tenir compte. Mais nous sommes en plein air et de ce fait, le risque de contamination virale par les aérosols humides ou secs est beaucoup plus faible qu’à l’intérieur des locaux. Donc, n’exagérons pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 02/09/2020 - 16:55
Il y a les parents d'élèves à risque...
Et les élèves aux parents qui craignent...
gerint
- 01/09/2020 - 14:19
Si je vais voir une réascension significatif de la courbe
Si je vais voir une réascension significatif de la courbe Soit par emballement de l’épidémie actuelle soit par apparition d’un mutant plus dangereux, je prendrai immédiatement à titre personnel les mesures beaucoup plus drastique. Sinon, je pense qu’il faut laisser faire comme vous dites la diffusion douce du virus pour qu’un maximum de gens soient contaminés non malades. L’exemple de la Suède, sans confinement ni masques mais avec de simples mesures de distanciation paraît concluant au professeur Flahaut qui n’est pas un laxiste
gerint
- 01/09/2020 - 13:59
Docteur Gayet
Il y a bien des paramètres incertains sur la transmission et vous le dites aussi définir une attitude précise est compliqué. Mais il y a quand même quelque chose qui est clairement traduit par la courbe que vous présentez: c’est la courbe fortement décroissante puis depuis Mai/Juin très basse des cas hospitaliers qui n’augure pas d’une seconde vague grave alors que le nombre de tests positifs s’envole et que si cela était grave on devrait voir les conséquences. Donc pour moi mesures minimales certes d’hygiène en fait normale et laisser vivre la ce population comme des humains et non des zombies masqués qui se rejettent. La campagne de peur orchestrée n’est qu’une opération visant à la servilité de la population et à faire oublier par la surenchère les graves erreurs et malversations commises (conflits d’intérêts) pas seulement par les politiques qui n’ont pas été correctement conseillés et qui par nature veulent contrôler le plus souvent les citoyens