En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 41 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 6 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 26 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 7 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 25 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 32 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 29 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 19 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 39 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 32 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 51 min
© May James AFP 000_1WU4J7
© May James AFP 000_1WU4J7
POST-COVID

COVID-19. 2 gagnants et 1 perdant. L’Europe en tête

Publié le 31 août 2020
Denis Jacquet nous dresse le portrait d'une monde décousu par le coronavirus, distinguant clairement trois zones : les États-Unis, la Chine et l'Europe.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet nous dresse le portrait d'une monde décousu par le coronavirus, distinguant clairement trois zones : les États-Unis, la Chine et l'Europe.

 

Le monde du réalisme va l’emporter sur celui de la peur. La Chine et les USA vont sortir en grand gagnant de la crise. Le perdant? Le reste du monde, Europe en tête ! La peur extrême éloigne chacun de son emploi, de son école, de son entreprise. L’Europe qui est le terreau le plus favorable à l’anxiété, va récupérer la place qui échoit aux peureux, celle du fonds de la classe. Mais dans cette classe-là, il n’y a pas de radiateur. Juste une grosse poubelle. La France, au sein de l’Europe, championne de consommation des antidépresseurs, a intérêt à se faire un stock, plus important encore que celui des masques ou du gel HA. Ella va en avoir besoin.

 

2 mondes, 2 réactions: 

 

La Chine. Une réaction sans état d’âme. Rapide, précise, sans discussion possible. Pas particulièrement pour sauver des hommes, mais pour ne pas anéantir son économie. Le collectif l’emporte toujours sur l’individu, dans la culture Chinoise. Fermeture des frontières, blocage des zones contaminées, le tout destiné à pouvoir rouvrir au plus vite. Une fois la courbe en baisse, tout le monde a été “prié” de retourner au travail, sans délai. Pas de longues tergiversations, de débats iniques, de décisions à géométrie variable, de lutte contre les applis qui sauvent ou le masque qui protège. Le bulldozer avance et ne se retourne pas. Résultat, l’économie est repartie, pas comme avant, car l’usine du monde subit la mollesse du marché mondial et ne peut encore se reposer sur son seul marché intérieur. Néanmoins, elle repart à la conquête du monde, et parmi les premières entrées en bourse, on compte déjà au moins une société Chinoise, sur le marché Asiatique. Ali Baba, qui entre à Hong Kong, ironie économique étonnante au moment de la tentative de prise en main plus sévère de l'Île par la Chine. Au final, les Asiatiques, avec une gestion impeccable, disciplinée et surtout destinée à remettre l’économie en route, non pour faire plaisir aux méchants capitalistes, mais pour sauver leur job, et au delà, leur avenir, vont sortir renforcés de la crise. Les incantations politique sur la relocalisation, ne peuvent prises aux sérieux que par les naïfs ou les rêveurs. En période de crise, on baisse les coûts, on ne les augmente pas.

 

Les USA. Une mauvaise gestion de la crise, au sens où, en reconnaissant sa gravité, elle aurait pu sauver de nombreuses vies. Seul élément qui pourrait d’ailleurs coûter son élection à Donald Trump. Ainsi, en poussant au port du masque, à la distanciation sociale, plus tôt, Donald Trump aurait pu atteindre plus efficacement son objectif raisonnable et essentiel, de rendre aux Américains, leur emploi, un emploi dont ils ne peuvent se passer dans ce système doté de moins d’amortisseurs que chez nous. Les USA savent que l’économie est le moteur, en sur-régime permanent, de la survie de leur modèle, et de leur domination. Toujours surévalué, basé sur l’endettement des particuliers et la surévaluation des entreprises, sur le risque total et le travail sans relâche, les USA, armés de l’histoire mise en scène de ses entrepreneurs, nouveaux Dieux, qui alimentent la conquête de l’espace et les applications que nous utilisons chaque jour, armés de Netflix qui fait rayonner le rêve et les stars Américaines sur la planète, restent les maîtres du monde avec les Chinois. Leurs 5 plus grandes sociétés sont devenues les entreprises les plus valorisées au monde. Apple, Tesla, Amazon, Alphabet, Microsoft… Plus de 1500 milliards de dollars chacune. Apple ou Amazon, à elles seules, totalisent une capitalisation supérieure à celle de 40 de nos sociétés du CAC 40 réunies.

 

Face à ces monstres, l’Europe. Préférant la précaution au réalisme, elle signe son déclassement définitif. La seule société technologique, qui rivalise en capitalisation avec les Américains reste SAP. 200 milliards. Et il n’y en a qu’une. Très loin derrière, on trouve Dassault Systèmes. 30 Milliards. A elle deux, ces magnifiques sociétés représentent 20% de la capitalisation d'Apple. Terrorisée par la contamination, malgré une baisse observée même par l’OMS, de l’hospitalisation et des décès, elle se cache aux abris. Mets chacun en quatorzaine, comme si un étranger était plus contaminant qu’un local!!. Incapable de parler d’une seule voix. Changeant de stratégie en fonction de la météo du journal de 20H. Incapable de prendre le risque de laisser la vie reprendre son cours, en s’armant simplement de mesures de base, et écrasant le citoyen et l’entreprise de mesures contradictoires, considérant le jogger comme un contaminant et exonérant le cycliste, laissant le passant passer, sans masque, mais le considérant comme contaminant dans les couloirs des restaurants. Capable de décider que sous 5000 personnes la contamination ne passe pas, mais fait courir un risque au-dessus. Cette gestion bureaucratique, statistique et peureuse, nous rapproche du moment où plusieurs dizaines de milliers de PME, qui ne seront pas sauvées par le plan de relance, vont annoncer être en cessation de paiement. Détail que le Medef, mené par un président qui a oublié, déconnecté, à l’ombre de l’avenue Bosquet, ce qu’est la PME française, semble avoir omis. Les PME françaises n’ont ni capitaux propre, ni trésorerie et ne passeront pas l’hiver dans lequel le Gouvernement Français, les Gouvernements Européens, nous ont plongé, en plein été. On espérait un peu de lucidité en Europe, grâce à Thierry Breton. Il faut oublier cette lueur d’espoir, elle n’éclairera rien, elle restera éteinte. Elle aussi remisée au rang des incantations.

 

Nous allons être déclassés. La France passera progressivement de la 6ème à la 10ème place sous 5 ans, en tous cas moins de 10. C’est comme la banquise, sa fonte lente échappe à la sagacité de chacun, car cm par cm, cela ne compte pas. Jusqu’au jour où la terre apparaît une fois la glace disparue. Ce jour là, il est trop tard. Nous pourrons marquer cette perte soudaine de 3 cm d’un coup, au fer rouge, comme un souvenir douloureux dans notre histoire. Ce jour, terrible, cette période, désastreuse, sera expliquée à nos enfants, désormais indigents, dans leurs livres d'École, comme le Jour 1 de la grande glissade. La gestion par la peur aura déclassé définitivement notre continent, et c’est là, le vrai virus que nous aurions dû combattre. Le seul qui demandait une recherche accélérée pour un vaccin.


Cet hiver, quand seront cumulées les liquidations, individuellement invisibles, de nos TPE et PME, il sera trop tard pour pleurer, il sera alors temps de se calfeutrer, car la misère viendra se venger à Paris, et elle n’aura plus rien à perdre.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 31/08/2020 - 10:58
3e guerre mondiale
Les deux guerres mondiales du XXe siècle ont surtout ravagé l'Europe, et l'ont considérablement affaiblie. La troisième guerre mondiale, décrétée contre un virus (?!), lui sera fatale.
Ce n'est pas le recul de son poids économique et politique dans le monde qui est à redouter, mais la misère sociale et le renoncement à la démocratie qui en seront (en sont déjà) les conséquences.