En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 7 heures 8 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 46 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 12 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 41 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 46 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 38 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 40 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 13 heures 20 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 56 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 15 heures 25 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 52 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 17 heures 7 min
© Angela Weiss AFP 000_1WU1QM
© Angela Weiss AFP 000_1WU1QM
COVID-19 : les marchés financiers sont moins inquiets que les savants

COVID-19 : les marchés financiers sont moins inquiets que les savants

Publié le 31 août 2020
Nous comptons plus de 25 millions de personnes atteintes du coronavirus sur le globe. Jean-Paul Betbeze revient aujourd'hui sur l'état des bourses américaines.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous comptons plus de 25 millions de personnes atteintes du coronavirus sur le globe. Jean-Paul Betbeze revient aujourd'hui sur l'état des bourses américaines.

 

On compte plus de 25 millions de personnes atteintes dans le monde et 850 000 décès et, chaque jour, entre 200 et 270 000 personnes infectées. Par pays, les États-Unis sont toujours les plus touchés, avec plus de 6,1 millions de cas, suivis du Brésil avec 3,8 millions de cas et de l'Inde avec 3,5 millions. Ces chiffres sont évidemment liés à la taille des pays, mais aussi aux règles sanitaires et comportementales qu'ils affichent. Et ils ne sont malheureusement pas les seuls.

 

 

1 millions de cas de plus par jour le 1er décembre 2020 ! C’est ainsi que les prévisions statistiques donnent des résultats très différents selon l'altitude de chacun et celui-ci est le pire. Aujourd'hui, en partant d’un modèle sur le nombre de malades nouveau présenté par Worldometer, supposé autour de 150 000, il serait de 210 000 à la fin de cette année si les masques sont bien portés partout. En revanche, s'ils sont portés comme actuellement, c'est-à-dire de manière approximative, ce chiffre passerait à 300 000. Ce serait pire si la vigilance se réduisait : un million de cas apparaîtrait chaque jour ! Avec ces chiffres, catastrophiques, on se rend bien compte qu'il n'y a aucune raison de baisser la garde. Ainsi, la progression aux États-Unis, même plus faible, est toujours inquiétante. Surtout, les nouveaux lieux d’expansion du virus, non seulement l'Amérique latine avec le Brésil et le Mexique et maintenant l'Afrique avec l'Afrique du Sud et l’Inde montrent que ces chiffres ne sont pas nécessairement théoriques.

 

Pour les bourses, les choses ne sont pas aussi dramatiques. Le Nasdaq continue sur son avancée : il se situe à 35,9% au-dessus de son niveau de début d'année. L'indice de Shanghai suit, avec une progression de 11,9% qui reflète la reprise qui se confirme de mois en mois en Chine. Les interrogations demeurent en Allemagne et au Japon et le Cac 40 est toujours à la traîne, victime de ses valeurs pétrolières et bancaires. Elles furent sa gloire, mais aujourd'hui son handicap. Ce qui est intéressant est de voir la remontée du Dow Jones, qui vient de retrouver son niveau de début d'année, alors que l'activité économique n'est quand même pas flambante ! 

 

 

En fait, il semble bien que les bourses américaines surtout ont pris ces derniers jours (jeudi et vendredi dernier) le côté positif du message de Jérôme Powell, le Président de la Banque Centrale Américaine. A Jackson Hole, pour la grande réunion des banquiers centraux, il dit qu’il maintiendra très longtemps les taux d'intérêt à court terme très bas, jusqu'au moment où l'inflation atteindra 2% en moyenne, nous n'y sommes pas ! D’autant qu’il veut un plein emploi, même dans les communautés les plus fragiles : nous y sommes moins encore !

 

En revanche, si Jérôme Powell envoie des messages positifs pour la bourse, il peut inquiéter les marchés obligataires. En effet, les rémunérations des bons du trésor sont partout très faibles, autour de l'inflation. Elles sont négatives en termes réels aux États-Unis et elles sont négatives en termes réels en Allemagne et en France. Alors, si Jérôme Powell convainc les marchés que son objectif est d'atteindre 2% d’inflation à moyen terme en moyenne, ils comprendront qu’il laissera monter les taux d'inflation au-delà, par exemple vers 2,5 ou 3%. Dans cette situation les placements obligataires seront perdants, ce qui poussera, parfois rapidement les détenteurs d'obligations à s'en défaire, pour engranger leurs profits. Il faudra donc regarder de près la remontée des taux obligataires à 10 ans, qui vient juste de commencer le 28 août, juste après le discours de Jérôme Powell qui a pu alerter.

 

Dans ce contexte, rien ne change pour l'or qui est toujours vécu comme la valeur refuge. Le baril de Brent lui augmente très légèrement, près de 46$ le baril, les autres matières premières sont toujours sous pression.

 

 

Dans ce contexte aussi, où la croissance américaine est toujours faible et où la politique monétaire a décidé de faire tout son possible pour la soutenir avec des taux d'intérêt très bas, le dollar inquiète par rapport au franc suisse bien sûr et même un peu par rapport à l'euro qui bénéficie du sursaut né de l'accord de fin juillet. En revanche, les monnaies des pays émergents sont toujours très nettement sous pression pour des raisons économiques, sanitaires et évidemment géopolitiques. 

 

 

Au total, la crise sanitaire continue, la crise économique se poursuit et tous les regards se portent sur la situation politique américaine à 100 jours des présidentielles. Avec des sondages de plus en plus serrés en faveur de Joe Biden dont l’avance de 14% il y a quelques jours passe à 7%, mais ce qui lui donnerait quand même 298 voix de grands électeurs contre 119 à Donald Trump, sachant qu'il en faut 270. Pour les sondages donc, même si la marge se réduit et que rien ne dit que les prévisions en termes de vote ne seront pas remises en jeu, on peut penser que les marchés financiers intègrent, avec Biden, une poursuite adoucie de Trump vis-à-vis de la Chine et plus de liens avec les alliés. Mais la question majeure est celle posée par Jérôme Powell le 27 août sur l’inflation, avec et contre le virus : qu’attendre de son revirement sur l’inflation, en mettant le plein emploi comme objectif à ce point en avant ?

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 31/08/2020 - 11:12
La seule chose qu'on sait est qu'on ne sait rien (Socrate)
Il faut être naïf ou stupide pour croire aux modèles. Ils sont tous totalement bidon (pifométriques ou truqués, généralement les deux): absolument personne ne peut savoir combien seraient contaminés en l'absence de confinement et de port du masque, ni même combien le sont actuellement ! Ce qu'on observe est que l'immense majorité des infectés n'en meurent pas, la plupart ne s'apercevant même pas qu'ils sont porteurs du virus, et que ceux qui meurent décèdent faute de soins suffisants et non pas du virus.
Les savants ne savent rien: ils font juste croire qu'ils savent tout.
Les marchés financiers, comme à leur habitude, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Les fluctuations sont en montagnes russes, au gré de la météo économique.
Dans un cas comme dans l'autre, des tas de prophètes et de devins annoncent ce qu'ils ont envie d'annoncer, déclenchent des tas de réactions idiotes pour des événements qui ne se produiront pas.