En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 15 min 10 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 3 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 41 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 3 heures 59 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 9 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 12 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 31 min 2 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 39 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 43 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 56 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 5 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 22 heures 27 min
© DR
mer baltique tensions armée
© DR
mer baltique tensions armée
Tensions

Des véhicules blindés au milieu des vacanciers suédois : mais que se passe-t-il dans la Baltique ?

Publié le 27 août 2020
La Suède a intensifié sa préparation militaire en raison de la "situation sécuritaire accrue" dans la mer Baltique alors que les tensions dans la région ont atteint leur plus haut niveau depuis la guerre froide, notamment avec la situation en Biélorussie à la suite d'élections controversées et avec l'influence russe.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Suède a intensifié sa préparation militaire en raison de la "situation sécuritaire accrue" dans la mer Baltique alors que les tensions dans la région ont atteint leur plus haut niveau depuis la guerre froide, notamment avec la situation en Biélorussie à la suite d'élections controversées et avec l'influence russe.

Atlantico.fr : La Suède renforce sa présence militaire en mer Baltique suite à l'augmentation de l'activité russe dans la région et après le regain de tensions en Biélorussie à la suite des élections controversées. La Suède s'est réarmée ces dernières années, en se concentrant sur la région de la mer Baltique, où l'île stratégiquement importante de Gotland se trouve à proximité de l'enclave russe de Kaliningrad. La Suède considère que la situation sécuritaire autour de ses frontières s'est détériorée. Comment expliquer un tel regain de tensions en mer Baltique ?

Florent Parmentier : Il est vrai que la Suède manifeste sa capacité d’action militaire avec une emphase sans équivalent depuis le coup d’Etat d’août 1991 en Union soviétique.

Historiquement, la Suède et la Russie ont combattu à de multiples reprises, des affrontements entre la principauté de Novgorod et la Suède (XIIe-XIVe siècle) jusqu’à la guerre de 1808-1809 qui fait passer le Grand-duché de Finlande sous le contrôle de la Russie. L’île de Gotland et la région de Norrland sont plus particulièrement vulnérables, dans l’espace maritime ou aérien, du fait d’une moindre importance accordée à la défense du territoire que par le passé, l’Armée suédoise s’étant concentrée sur d’autres priorités comme les opérations de maintien de la paix. Le budget suédois de la défense augmente à présent, après une baisse sensible sur plusieurs décennies. Il faut du temps avant que les sommes investis produisent des effets.

La situation en Biélorussie est-elle au cœur des enjeux de cette nouvelle crise ?

La situation en Biélorussie peut avoir des incidences en matière sécuritaire en Pologne, dans les Etats Baltes (la Lituanie et la Lettonie ont une frontière commune avec la Biélorussie), et résonner vigoureusement dans les espaces politiques nationaux. Elle introduit certainement un élément d’instabilité, une nouvelle crise au milieu d’autres menaces – militaires, mais aussi sociales et environnementales.

Pour autant, elle ne semble pas encore inquiéter la Suède, dans la mesure où ni l’opposition ni le camp de Loukachenko ne semblent vouloir s’attaquer à l’intégrité ou à la souveraineté de la Suède.

Quelles sont les stratégies de la Russie et de la Suède dans ce dossier sensible ? La communauté internationale pourrait-elle apaiser les tensions ?

La Russie est dans une position attentiste en ce qui concerne la crise biélorusse. Elle ne souhaite pas un nouveau bras de fer comme celui qui a eu lieu il y a 6 ans au sujet de l’Ukraine. En patientant, Moscou se met dans une position d’arbitre : soit Loukachenko parvient à se maintenir, et la politique d’indépendance et de souveraineté de ce dernier vis-à-vis de la Russie s’affaiblira ; soit il y a une nouvelle équipe qui remplace Loukachenko, et il s’agira pour la Russie de rappeler au nouveau gouvernement qu’une sortie des alliances sera coûteuse à la Biélorussie. Dans les deux cas, la position russe peut en tirer bénéfice sans bouger une ligne de défense.

La Suède, pour sa part, entend suivre une voie européenne qui ne reconnaît pas la légitimité de Loukachenko, mais qui sait pour autant qu’il faudra lui parler dès lors qu’on envisage un départ négocié de celui-ci. Une politique de sanctions ciblées et un rappel aux valeurs de l’Etat de droit et des droits de l’Homme sont à prévoir.

Pour l’heure, les clés de cette crise ne dépendent pas des acteurs internationaux eux-mêmes, mais du choc de volonté entre une mobilisation sociale sans précédent dans l’histoire de la Biélorussie et un appareil répressif d’Etat qui est largement derrière ce qu’elle reconnaît comme son Président.

Cette crise et les tensions en Biélorussie vont-t-elles relancer le débat autour de l’instauration d’une armée européenne ?  

Il est tentant de voir dans chaque crise une opportunité pour se rapprocher de l’objectif d’une défense de l’Europe qui dépende des Européens eux-mêmes. Cependant, il faut observer la gêne des Européens devant les actions de la Turquie en Méditerranée orientale, qui constituent une violation ouverte de la souveraineté grecque et chypriote.

Dans la mesure où la Russie est attentiste – mais naturellement pas désintéressée – la crise actuelle risque sans doute de renforcer les attentes des Polonais et des Pays Baltes auprès du partenaire américain. Le départ de Donald Trump ne signifiera pas pour autant que les Etats-Unis seront un partenaire facile pour les Européens, son influence sur la politique étrangère se fera probablement sentir bien après la fin de son mandat. La thèse de la « parenthèse trumpienne » est risquée pour les Européens qui doivent se prendre en main pour ne pas déchanter à l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 28/08/2020 - 18:36
Un blindé
gonflable.
Le gorille
- 28/08/2020 - 00:01
Turlututu chapeau pointu !
Je crains moi aussi n'avoir guère saisi la substantifique moelle !
Le gorille
- 27/08/2020 - 23:55
Drôle de blindé !
On dirait un bateau, et même j'en suis sûr.... Quand au blindage, on est dans la dernière mode anti détection par radar ! Drôle de titre ou drôle d'illustration...