En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 23 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 15 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 16 heures 6 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 16 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 20 heures 57 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 11 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 14 heures 50 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 15 heures 44 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 16 heures 30 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 22 heures 21 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire
Crise sanitaire et économique

COVID-19 : ce que l’impact de l’épidémie sur l’inflation nous réserve pour les mois à venir

Publié le 27 août 2020
Jean-Paul Betbeze décrypte et analyse les conséquences économiques de la crise du coronavirus, notamment sur le dossier de l'inflation. L'hyper-fragilité des services et la désinflation en cours sont-ils des indicateurs pour l'exécutif dans le cadre du plan de relance ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze décrypte et analyse les conséquences économiques de la crise du coronavirus, notamment sur le dossier de l'inflation. L'hyper-fragilité des services et la désinflation en cours sont-ils des indicateurs pour l'exécutif dans le cadre du plan de relance ?

Enfin, les prix arrêtent de décélérer

La désinflation n’est pas un bon signe : elle vient d’une moindre demande, qui entraîne moins d’activité, d’emploi, de marges d’entreprises et de commerces, moins d’investissement, de compétitivité et d’emploi. Le cercle vicieux par excellence. Mais cette dynamique semble se calmer. En effet, avec 0,4% d’inflation entre juin et juillet en France, 0,8% sur un an : l’inflation semble avoir atteint son point bas. Le seul point qui avait inquiété le mois dernier, avec le confinement, avait été l’augmentation des produits alimentaires. Ils décélèrent pour le troisième mois consécutif : +1,1% sur un an après 2,6% en juin. Ce sont les prix des produits frais que l’on retrouve ici : 2,2% sur un an en juillet, après +11,8% en juin. Pas de dislocation des prix, pas de déflation donc.

Les modes de consommation se normalisent, avec les réouvertures des hypers et surtout des supermarchés : acheter à proximité devient possible, à des prix qui ne transcrivent pas les hausses coûts : espacement, mesures de protections. Cette modération des prix montre la pression sur les marges des distributeurs. Pas le choix dira-t-on, mais ceci laissera des traces dans un secteur très employeur : c’est la conséquence d’une contraction de la demande des ménages bien plus forte encore que celle de l’offre. C’est d’ailleurs pourquoi l’épargne explose dans les banques : +6,7% sur un an dans les livrets, +23,6% dans les comptes courants ! Moins de demande de consommation, plus d’épargne, les prix sont sous pression, les marges aussi, l’emploi ensuite.

Les ménages français révisent leurs craintes sur les prix

En effet, pendant le confinement, les ménages ont craint comme jamais, à partir de mars, une accélération de l’inflation, alors qu’elle décélérait ! En avril l’inquiétude était ainsi à son plus haut, 40% des ménages contre 30% anticipant une accélération au moment même où l’inflation passait de 0,8 à 0,4% l’an. La correction des perceptions se met en place : en avril, l’accélération des prix est vue comme très forte et devant continuer sinon s’accélérer, mais en août tout se normalise : inflation passée et inflation anticipée rejoignent leurs tendances de moyenne période.

Derrière ces chocs d’inflation en sens inverse, il y a des mouvements très importants de la demande. Ainsi, selon  la Banque de France, les demandes de transports, d’hébergements et de restauration auraient baissé de 80% du début du confinement à fin mars, celles des services aux ménages de 60%, alors que leur poids est de 50% dans la consommation des ménages. La stabilisation de la consommation, puis des prix, est décisive pour la reprise.

L’hyper-fragilité des services est manifeste

La dépendance de l’économie des services est la révélation de ces derniers mois, où on ne parlait que de désindustrialisation. On retrouve en effet ces mêmes résultats de fragilité économique, avec en plus leurs effets sur les prix, dans des travaux américains (FRBSF Economic Letter, August 24, 2020, Federal Reserve Bank of San Francisco : Monitoring the Inflationary Effects of COVID-19, Adam Hale Shapiro). Une nette différence y apparaît en effet entre biens et services. Pour les premiers, les consommations ont baissé de 0 à 25% entre février et avril 2020, avec, pour les plus fortes baisses de demande, des baisses de prix allant jusqu’à 5%. Pour les services, les baisses ont été terribles : jusqu’à 60% dans les hôtels avec des réductions de 10% et de 75% dans les transports par avion, avec des baisses de tarifs de 15% - donc des pertes massives. En revanche, la demande de prestations dans les activités à but non lucratif a été en hausse de 70%, évidemment avec la montée des problèmes sociaux liée à la crise. Au total, en février 2020, sur les 1,9% d’inflation américaine, 1% venait d’activités qui se sont révélées sensibles au COVID-19 et 0,9% d’activités insensibles à lui. En juin, l’inflation des premières était de 0,4% et celle des activités sensibles de 0,4%. La désinflation en cours vient donc, compte tenu des poids des deux types d’activité, pour deux tiers des activités sensibles au COVID-19, les services.

La désinflation en cours : trois leçons pour le Plan français de relance ?

La première est, à court terme, qu’il faut lutter contre la déflation en soutenant les entreprises et l’emploi, donc les services. Plus de dette et des prix en baisse est le poison de la déflation. Mais ceci ne veut pas dire soutenir tous les services, en particulier les plus fragiles. Derrière le virus, il y a les achats par Internet : ils ne pourront pas survivre s’ils ne peuvent s’étendre, se moderniser et former. Donc, deuxième leçon, il faut industrialiser et renforcer les services. Enfin, troisième leçon, par la digitalisation et le traitement amélioré des données, il faut renforcer les liens entre les entreprises, industrielles et de services. Lutter contre la déflation par les services, industrialiser les services, digitaliser le système offre-demande français : nous aurons alors 1% d’inflation, ce qui implique de voir ensuite comment avancer par l’innovation, la formation et l’actionnariat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 27/08/2020 - 15:02
Derrière des propos abscons
que veut dire "il faut réindustrialiser les services" ???? on devine une grande braderie de concepts non assimilés.....un exemple: que dans les activités de services "à but non lucratif" la demande baisse moins....ben pardi: ceci comporte les activités non marchandes qui par nature ne sont pas affectées puisque les fonctionnaires continuent à être payée et que c'est sur ce fondement qu'est mesurée la valeur de la production!!!! C'est encore mieux que l'URSS où la récolte de blé tait calculée sur pied....pitoyable!