En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 2 heures 17 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 5 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 7 heures 29 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 7 heures 54 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 8 heures 26 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 10 heures 3 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 10 heures 11 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 5 heures 10 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 8 heures 46 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 9 heures 54 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 11 heures 9 min
© ALAIN JOCARD / AFP
Yannick Jadot EELV écologie université d'été LFI parti politique
© ALAIN JOCARD / AFP
Yannick Jadot EELV écologie université d'été LFI parti politique
Rentrée politique

L’université d’été d’EELV inaugure un schisme entre "croissantistes verts" et "décroissantistes néomarxistes"

Publié le 26 août 2020
Les universités d'été d'Europe Ecologie les Verts et de La France Insoumise se sont déroulées le week-end dernier. Ces événements ont été l'occasion pour les deux formations politiques de présenter leurs programmes et de clarifier leur ligne politique en cette rentrée.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les universités d'été d'Europe Ecologie les Verts et de La France Insoumise se sont déroulées le week-end dernier. Ces événements ont été l'occasion pour les deux formations politiques de présenter leurs programmes et de clarifier leur ligne politique en cette rentrée.

La fin août est depuis toujours la période des Universités d’Eté. Malgré la pandémie, 2020 n’a pas échappé à la règle. La semaine dernière a été ponctuée par les UE d’EELV et de LFI alors que le week-end prochain se déroulera celle du PS. Même si leurs programmes ne convergent pas en tous points, les trois principaux partis de gauche montrent une certaine perméabilité d’idées mais aussi de personnes avec notamment la présence de Manon Aubry (LFI) à l’université d’EELV et d’Eric Piolle (EELV) à celle de LFI.

Cette perméabilité confirme une fois de plus la collusion historique entre l’écologie politique et la gauche de la gauche. Elle augure pour le parti écologiste tout enorgueilli de sa victoire aux municipales une querelle de fond entre l’eurodéputé de centre gauche Yannick Jadot partisan d’une croissance verte et ses lieutenants Julien Bayou, David Corman et Eric Piolle défendant un discours décroissantiste d’orientation néo-marxiste. Le marxisme classique nous avait promis l’égalité dans l’opulence, le marxisme écologique prône quant à lui la lutte des classes dans la pénurie.

Ainsi à travers un discours aussi triste que sans saveur, le secrétaire général des Verts note « l’impasse et les failles de notre soi-disant modèle de développement qui donne davantage d’importance au marché qu’à la santé et à l’environnement ». Il fustige « les vieilles recettes libérales et productivistes méprisant le vivant ainsi que les dividendes distribués par les entreprises ». Il prône « la réduction du temps de travail : nous manquerons d’emplois dans le futur donc partageons le travail ». Il faut selon lui « remplacer l’ordre néolibéral par un ordre différent solidaire, égalitaire et écologiquement soutenable ». Pour que « la démocratie reprenne ses droits », il souhaite « de la modération dans le discours mais de la radicalité dans les actes ». Sa voie est sans autre explication celle « de la prospérité sans croissance ».

Peut-être faudrait-il rappeler à Mr Bayou que les progrès sociaux exceptionnels dans les pays de l’OCED durant la seconde moitié du XXe siècle sont le fruit de la démocratie libérale (et de la croissance économique, son corollaire), que depuis le début de ce siècle la mondialisation libérale a sorti un milliard de personnes de l’extrême pauvreté et a fortement réduit les inégalités entre les pays de l’OCDE et les pays émergents. Depuis un siècle et demi, la démocratie libérale a enfin permis à l’être humain de libérer son esprit d’entreprise, ses capacités imaginatives et son génie créatif. Sans croissance économique, il aurait continué à vivre médiocrement se contentant d’être vieux à trente ans, de mourir à quarante, de procréer dix fois pour amener un ou deux de ses enfants à l’âge adulte, d’avoir faim et froid aux moindres rigueurs de l’hiver. Il ne semble manifestement pas conscient que son modèle solidaire et égalitaire conduit là où il a été appliqué à la pauvreté absolue, à l’oppression et au crime généralisé. Comme le mentionnait très justement Proust « les faits ne pénètrent (malheureusement) pas dans le monde où vivent nos croyances ». Pareillement à ses prédécesseurs, Bayou préfère « avoir tort avec Sartre que raison avec Aron ».

Réélu à Grenoble avec le soutien du PS et de LFI, Eric Piolle (il sera aussi à Blois samedi prochain à l’université d’été du PS) nourrit quant à lui l’envie d’un nouveau programme commun de la gauche pour 2022. Il s’adresse aux insoumis avec un discours ordurier de pure lutte des classes : « si nous voulons transformer le pays, nous ne le ferons pas avec les 10% d'en haut…qui s'en mettent plein les fouilles et qui continuent leur pression ultralibérale sur nos biens communs ». Des propos rétrogrades que n’aurait pas renié Maurice Thorez en pleine guerre froide.

Au-delà des phrases politiciennes, un débat entre David Corman et Manon Aubry sur la thématique « sortir de la société de consumation » a attiré notre attention. Alors que l’ancien secrétaire général des Verts réenchérit sur les propos médiocres de ses deux collègues en affirmant que « la croissance économique était devenue une croyance, qu’elle avait promis l’abondance mais qu’elle s’est traduite par de la pénurie pour de plus en plus de monde, les ressources restantes étant accaparées par les plus riches », la jeune députée européenne développe une analyse beaucoup plus pertinente. Là où son collègue d’EELV resasse quelques pensifs idéologiques des années soixante, elle critique le fait que le PIB soit le principal critère d’appréciation du développement. Elle pose notamment la question cruciale de la corrélation entre consommation et bonheur intrinsèque : « Est-ce qu’on se porte mieux si on produit plus de voitures, si on passe de l’iPhone 8 à l’iPhone 10 ou de la 4G à la 5G ?». Très pragmatique elle précise contre toute attente « qu’elle n’est toutefois pas prête à abandonner la société de consommation si cela correspond à une réduction des libertés individuelles ». Surprenant discours de la part d’une insoumise quand quelques jours plus tôt, JL Mélenchon fraichement converti au marxisme écologique déclarait au média Reporterre « qu’il s’interdisait le mot croissance »

Pour répondre aux justes questionnements de la jeune députée européenne, il faut analyser en détails à la fois le fonctionnement de l’être humain mais aussi celui de la société de croissance dans laquelle il vit. En ce qui concerne l’être humain, Manon Aubry a raison : il n’a aucun besoin d’une croissance perpétuelle. Si le téléphone portable représente un véritable progrès, le passage de l’iPhone 9 à l’iPhone 10 ne représente qu’un accroissement de satisfaction incrémental. Comme l’explique Tim Jackson dans son ouvrage « Prospérité sans croissance », l’être humain pourrait se satisfaire d’une économie stationnaire voire décroissante concentrant son intérêt sur un certain nombre d’activités indispensables dont le volume économique représente à peine la moitié de la richesse mondiale : logement, bien être, famille, santé, éducation.

Malheureusement, le modèle économique ne l’entend pas de cette oreille. La société de croissance fonctionne comme un système thermodynamique hors équilibre réclamant une alimentation permanente, un peu comme un château de sable face à la marée : si on ne rajoute pas du sable en permanence, la marée finit par détruire le château. Autrement dit, si l’homme peut s’accommoder d’une économie stationnaire, la nature ne le peut pas. Tous les systèmes naturels, des galaxies aux être vivants, fonctionnent de la même façon. Pour se maintenir hors équilibre, ils doivent minimiser leur entropie interne aux dépends de celle du milieu extérieur. Un état hors équilibre se nourrissant d’inégalités. Au contraire, la logique égalitaire appelée en thermodynamique « état d’équilibre » correspondra à terme au partage de la pauvreté absolue.

La nature ne nous laisse malheureusement le choix qu’entre une spirale de croissance perpétuelle et une logique décroissantiste conduisant inexorablement à la pauvreté absolue. Réduire l’entropie interne (c’est-à-dire continuer de produire des richesses) sans accroitre celle du milieu extérieur (l’environnement) est hélas contraire au second principe de la thermodynamique. Malheureusement, même si ce second principe n’est pas en phase avec la morale égalitaire de la gauche bien-pensante, cette dernière n’a d’autre choix que de s’en accommoder : « on ne commande à la nature qu’en obéissant à ses lois » écrivait très justement Francis Bacon.

L’expérience de société de décroissance que nous venons de vivre durant le confinement le démontre de façon très claire : c’est le superflu qui supporte le nécessaire. Sans les richesses dégagées par le luxe, les restaurants, le tourisme, le cinéma, le théâtre ou les compagnies aériennes…il ne peut y avoir de logements corrects, de système d’éducation ou de santé performants. Ce principe s’applique aussi à l’environnement : l’écologie est un sport de riches. Sans production de richesses, il n’y a pas de politique environnementale. Incapable de produire des richesses, l’Union Soviétique fût un exemple désolant quant à sa capacité à respecter les normes environnementales les plus élémentaires.

En déclarant « qu’il n’y a de progrès économique que s’il y a du progrès humain et du progrès social » Jean-Luc Mélenchon part d’une hypothèse fausse inhérente au marxisme. La vraie proposition est au contraire qu’il n’y a pas de progrès humain, de progrès social et de politique environnementale sans création de richesse. Et cette dernière est malheureusement indissociable d’un système inégalitaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 28/08/2020 - 00:37
Quand les convictions trouvent leurs limites!
La principale préoccupation des Khmers verts se focalise actuellement sur le nombre de postes de sénateurs que peut leur rapporter leur relatif succès aux municipales,preuve si il en est que leurs convictions écologiques et leur amour affiché de la nature n'est encore une fois pour leurs dirigeants comme tant d'autres paris qu'un moyen d'accéder aux bonnes places.Dans le monde politique français des représentants avides et opportunistes on en trouve des personnes honnêtes et sincères on en cherche!
assougoudrel
- 27/08/2020 - 10:52
Deviendrais-je un "shéridaniste" en
pensant qu'un bon écolo est un écolo mort?
Nicolas59
- 27/08/2020 - 09:05
Petites querelles
Il ne faut pas trop s'inquiéter des écologistes politique. Ils sont surtout politiques et pas du tout écologistes.
On verra qu’il suffira de leur tendre la carotte du pouvoir pour qu’ils s’entretuent car c’est la nature de cette extreme gauche de se massacrer, c’est historique.
Voir comment Staline a liquidé Troski et Boukarine , l’un anarchiste et l’autre centriste . Ce n’est pas le seul exemple d'élimination soit par ostracisme soit carrément au poignard d’une tendance par une autre. Plus d’un intellectuel en a fait les frais dans le passé.
Ce sont des totalitaires violents par essence.
L’histoire de jacobins et des girondins témoigne de cette approche . C’est une des particularité des mouvements guidés par de
l'idéologie. Ici ils parlent de limiter les libertés si l’environnement est en cause ( suivant leurs vues) .
C’est la porte ouverte à n’importe quelle dérive tyrannique . D’autant plus qu’ils prétendent que l'humanité est trop nombreuse.
Cela ne rappelle rien au sujet de certaines théories et pratiques du siècle dernier ?