En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 min 59 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 4 heures 10 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 7 heures 25 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 9 heures 22 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 47 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 10 heures 19 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 55 min 11 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 47 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 12 heures 2 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire plan de relance entreprises
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire plan de relance entreprises
Atlantico Business

Les entreprises, grandes bénéficiaires du plan de relance, doivent veiller aux contrecoups politiques

Publié le 26 août 2020
A l’université d’été du Medef, les chefs d’entreprise s’efforcent d’appréhender les outils de la relance, en veillant aux effets politiques. Les faillites, les plan sociaux et le chômage risquent en effet de les convoquer à la barre de l’opinion, pour qu’ils s’expliquent sur leur bilan.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’université d’été du Medef, les chefs d’entreprise s’efforcent d’appréhender les outils de la relance, en veillant aux effets politiques. Les faillites, les plan sociaux et le chômage risquent en effet de les convoquer à la barre de l’opinion, pour qu’ils s’expliquent sur leur bilan.

Le plan de relance concocté par le gouvernement et dont le Premier ministre va donner aux patrons du Medef les grandes lignes, en ouverture de leur université d’été, donne aux chefs d’entreprise un rôle clef dans la mécanique de relance.

L‘essentiel des 100 milliards annoncés par Bercy est destiné à renforcer ce que les économistes appellent « l’offre », c’est à dire la capacité des entreprises à innover, à se redévelopper et à créer de la croissance donc des emplois. En gros, 40 milliards iront au financement de la réindustrialisation dans l’hexagone, 20 milliards dans l’aide à la transition énergétique, 20 milliards dans l’emploi et la formation. Et le solde dans le financement de la solidarité.

L’objectif, c’est évidemment d’aider les entreprises à repartir, les empêcher de licencier et si possible de les inciter à réembaucher. C’est la raison pour laquelle, le plan va mettre le paquet sur le soutien à l’industrie et la digitalisation, mais va aussi protéger les marges en allégeant la fiscalité. Sur les impôts de production (qui pèsent plus de 120 milliards d’euros) et sur la baisse maintenue de l'impôt sur la société.

Ce plan de relance axé sur l‘offre s‘ajoute à tout ce qui avait été fait au début de la crise pour amortir le choc : les prêts garantis par l’Etat, l’allocation de chômage partiel, l’exonération ou le report des paiements des charges, des taxes et des impôts. Il fallait absolument écarter le risque d’asphyxie des entreprises pendant la mise en coma artificiel due au confinement. Ce plan de soutien aux entreprises visait à protéger les actifs de production, à ne pas casser les contrats de travail pour que le système global puisse repartir sans trop de difficultés.

Cela dit, les machines ne sont pas reparties après un simple tour de clef, au moment du déconfinement. On s’est aperçu que la reprise du travail était compliquée.

D’abord parce que la menace du virus a continué de plomber le climat et de paralyser beaucoup d’initiatives. La peur a stérilisé beaucoup d’énergie, l’activité internationale ne s’est pas relevée. Le tourisme, par exemple, n’a pas retrouvé toutes ses couleurs, loin de là.

D’autre part, il a fallu s’adapter à des mutations que l’épidémie a sans doute accélérées : la découverte du télétravail commande une digitalisation accrue et oblige les systèmes de transport à changer leurs modèles économiques.

Enfin, le confinement puis le déconfinement ont révélé des problèmes structurels qui touchaient beaucoup de grandes entreprises et qui n’étaient pas réglés.

D‘où, d’ailleurs, l’ampleur du plan de relance annoncé qui prend en compte ces mutations structurelles.

Très logiquement, compte tenu de cette situation, le gouvernement français qui avait fait le choix (comme tous les pays du monde) de mettre la priorité de ses moyens à protéger l’état sanitaire de la population, veut avant tout aujourd’hui restaurer le fonctionnement des appareils économiques.

Ce choix s’impose parce que la clef du redressement passe par la croissance et l’emploi donc par les entreprises.

 La demande existe. En théorie. Dès le début de la crise, le gouvernement a protégé le pouvoir d’achat en élargissant le plus possible les allocations au chômage partiel par exemple.

La demande existe mais ne se mobilise pas. Le pouvoir de dépenser est considérable, plus de 450 milliards sur les comptes courants, plus de 70 milliards de collecte sur les livrets A et une circulation de cash historique et record qui prouve que les bas de laine sont pleins. En fait, cet argent est le produit de la peur. Une épargne de précaution qui traduit un déficit de confiance dans l’avenir.

Il va falloir mobiliser cette demande et les entreprises ont forcément intérêt à participer à cette mobilisation en présentant des offres désirables, utiles, innovantes. Parce qu’une entreprise ne fonctionne que si elle a des clients.

Mais les entreprises vont rencontrer un autre problème, très politique, puisqu’il faudra compter avec le ressenti de la situation par l’opinion.

D’un côté, l’opinion va additionner les milliards d’argent public, les prêts à Renault, les aides à Air France, les allègements d’impôts etc.

Mais de l’autre, elle va assister à la litanie des plans sociaux, des réductions d’effectifs, et à la montée du chômage.

Si la relance réussit à répondre aux chefs d’entreprise, la relance n’apporte pas de solutions miracles pour passer sans heurt la période transitoire pendant laquelle il va falloir assumer les dégâts collatéraux de la mutation, il va falloir commencer à payer les retards de charges, il falloir aussi rembourser les prêts garantis par l’Etat ... et dans certains cas, ça ne va pas être simple.

Les milliards de la relance ne vont pas produire d’effets très visibles avant 6 mois ou un an. En attendant, l’opinion va s’inquiéter de ces risques de faillite, elle va commencer à spéculer sur l’hypothèse d’augmentation d’impôts pour payer les dettes etc.

Le risque politique va se nourrir des incertitudes économiques et des dégâts sociaux sans parler des menaces sanitaires qui ne seront pas éteintes.

Et ce risque politique va toucher l’exécutif, le gouvernement et la majorité mais c’est un peu la logique du système. Ce qui va être plus grave, c’est que ce risque va toucher également le monde des entreprises à qui on va demander des comptes sur leur bilan. Avec une question : qu’auront-ils fait de tout cet argent alors que les résultats sur le terrain de l’emploi et du social ne sont pas probants ?

Procès classique mais par les temps qui courent, procès dangereux.

Le problème des responsables d’entreprise n’est pas de se justifier d’avoir bénéficié d’une politique de l’offre, leur problème va être d'accélérer la pédagogie de leur fonctionnement (tout reste à faire) et de peaufiner leur offre au-delà de leurs résultats financiers et boursiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 29/08/2020 - 00:48
l'extrême fainéantise (crasse) des hauts ponx

Il est tellement plus facile (un bon gueuleton offert au super ponx + une prime confortable pour ses bonnes œuvres) de distribuer 1 milliard d'€ à un seul "CAC40 (là on sauve provisoirement des emplois), que mille fois (avec 1000 dossiers à traiter) 1 million d'€ à 1000 PMI ! (là on crée le double ou le triple d'emplois pérennes)
gerint
- 26/08/2020 - 23:42
Pour moi
C’est un plan de gaspillage supplémentaire au moins pour une grande partie de cet argent. Et il ne faut pas compter sur le plan européen qui nous apportera peut-être 40 milliards sous tutelle pour nous en faire rembourser le double.
ajm
- 26/08/2020 - 18:52
Scepticisme.
Ce plan de relance comporte effectivement beaucoup de compartiments comme la " transition écologique " ou les aides à Air France ( auquel.on demande de fermer des lignes intérieurs) dont je ne vois pas du tout quel impact positif cela pourrait avoir sur une possible relocalisation industrielle. La baisse des impôts de production, si elle se concrétise, et si elle n'est pas accompagnée d'exigences nouvelles de " verdissement" semble être la seule mesure vraiment efficace. Mais je suis presque certain que la pourriture escrologique de LREM à l'Assemblée l'assortira de conditions qui la dénaturera.