En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

06.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 4 heures 32 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 6 heures 11 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 9 heures 4 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 11 heures 25 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 13 heures 7 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 13 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 5 heures 12 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 10 heures 30 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 11 heures 2 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 12 heures 50 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 13 heures 15 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 13 heures 40 min
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Joe Biden démocrates élection présidentielle américaine Donald Trump Républicains Hillary Clinton Barack Obama
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Joe Biden démocrates élection présidentielle américaine Donald Trump Républicains Hillary Clinton Barack Obama
Election présidentielle américaine

La clarté contre l’obscurité : les démocrates sont-ils partis pour reproduire l’erreur d’Hillary Clinton ?

Publié le 22 août 2020
Joe Biden a formellement accepté l’investiture du parti démocrate pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Il s'est engagé à tourner la page de la " peur" et des " divisions". La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? Donald Trump est-il affaibli dans la course à la Maison Blanche ?
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joe Biden a formellement accepté l’investiture du parti démocrate pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Il s'est engagé à tourner la page de la " peur" et des " divisions". La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? Donald Trump est-il affaibli dans la course à la Maison Blanche ?

Atlantico.fr : Lors de son discours d'investiture, Joe Biden a pointé les défauts de Donald Trump. Cela a été suffisant pour les électeurs indécis selon vous ? 

Jean-Eric Branaa : Je ne pense pas que ce discours d'investiture ait révolutionné la campagne. Ce qui était important, c'était de montrer qu'il avait du caractère et qu'il était capable de pouvoir prendre les commandes de cette campagne, et ensuite qu'il était capable de diriger comme président. Quand il a fait sa première campagne en 1987, et qu'il y a eu cette affaire de plagiat à l'époque qui l'a obligé à abandonner, la même question était déjà posée. Est-ce que cet homme est capable de gouverner, de prendre le lead sur tout un groupe ? Ces auditions avaient montré à l'époque qu'il avait beaucoup de caractère. Nous avons à peu près la même chose à présent : il montre qu'il est déterminé dans sa démarche et qu'il peut attaquer directement Donald Trump. 

Pensez-vous que le candidat Joe Biden a suffisamment exposé des solutions et des mesures pour répondre à la demande politique des Américains ?

Ce n'était pas l'objectif de son discours d'investiture. S'il avait tenu ce type de discours, les gens auraient rapidement changé de chaîne. Ce que les Américains souhaitaient, c'était connaître Joe Biden. Il est un inconnu célèbre. Tout le monde le connait, et en réalité, personne ne sait rien de lui. On sait ce qu'il a bien voulu dire, on sait quelques éléments de langage, on a quelques éléments de sa vie, on connaît ses drames, comme la disparition de sa fille et de sa femme. Tout ceci est assez clair, tout le monde connaît ces faits. Mais les gens ne savent pas au-delà de ça qui est Joe Biden. Il a toujours été dans l'ombre, et sa vie est assez extraordinaire de ce côté-là. C'est un homme qui a toujours été juste un pas derrière. Ce qui est particulièrement frappant, c'est que lorsqu'il passe dans la lumière aux côtés de Barack Obama, le président est tellement extraordinaire qu'on ne s'intéresse qu'à lui et pas du tout au vice-président. Cette journée était faite pour présenter Joe Biden aux Américains, pour confirmer que c'était un homme bien. Pour que les Américains le confirment par eux-mêmes, et qu'ils aient des anecdotes et des visages à mettre sur lui. Au-delà du discours, c'est l'ensemble de la journée qui a compté : voir ses enfants par exemple. C'est aussi ça que les Américains veulent connaître. 

Les contrepropositions effectuées ces derniers mois par Joe Biden sont-elles suffisantes ? 

Elles le sont forcément car il n'y a rien en face. C'est assez frappant de voir le manque de stratégie de Donald Trump, qui a été jusqu'à penser qu'il pouvait faire un propre référendum sur sa personne, en d'autres termes "élisez-moi car vous avez déjà vu ce que je pouvais faire et je pourrai faire encore mieux la prochaine fois" sans mettre des propositions au bout. Cela n'existe pas : personne n'élit quelqu'un juste parce qu'on l'aime. En réalité, c'est arrivé une fois avec Eisenhower, mais c'est un héros de guerre. Là, ça ne marche pas. Nous ne sommes pas dans l'après pandémie, si c'est ce qu'il voulait faire. Mais je ne pense pas que c'était son but. Il pensait que l'économie allait porter sa candidature et que Joe Biden n'allait pas réussir à émerger. Il s'est trompé. D'abord l'économie s'est écroulée à cause de la pandémie, et ensuite, Joe Biden a émergé. Ceci s'avère vraiment très compliqué pour lui. Le manque de programme de Trump rend toutes les propositions de Joe Biden séduisantes. Les étudiants vont voir que Joe Biden souhaite éliminer la dette de 10.000 dollars. C'est énormément d'argent, surtout lorsque l'on est étudiant. Évidemment, ils vont préférer voter Joe Biden que Donald Trump qui était opposé à ce type de proposition. Les plus défavorisés vont voir que Biden veut augmenter le salaire minimum à 15 dollars au niveau fédéral. Actuellement, il est à 7,25. Quand on n'a pas d'argent, qui serait contre ? Ça ne touche pas beaucoup d'Américains certes, il s'agit d'une minorité, mais symboliquement, ça fait beaucoup. Joe Biden souhaite aussi monter les impôts : de 21 à 28 pour les entreprises, mais ils étaient à 37 avant... ce qui signifie qu'il ne remontera pas non plus au niveau d'autrefois. Le candidat explique que s'il le fait, c'est parce qu'il faut venir en aide aux petites entreprises. Les États-Unis sont un pays de PME, de la libre entreprise. Ces gens-là souffrent terriblement, la pandémie les a mis dans une situation terrible et il faut leur venir en aide. Sans impôt, ça ne marche pas, pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre. Sur le plan de la santé, les propositions de Joe Biden ressemblent à ce qu'avait proposé Barack Obama, en aménagé, et en laissant une place au privé. Comme cela, il ne heurte pas les républicains, mais il fait un pas vers les plus progressistes.

Aujourd'hui, toutes les attaques de Donald Trump consistent à dire que Joe Biden est un dangereux gauchiste. Mais ses propos ne tiennent pas la route. Les Américains ont l'habitude de Joe Biden, de son langage et ses propositions modérées avec un petit côté de folie dont ont besoin les Américains. 

Pensez-vous que Donald Trump soit affaibli ? 

Non, il ne l'est pas du tout. C'est un comble, avec tout ce qui a pu arriver. Trump a une barrière devant lui, lui qui a voulu mettre un mur lors de son mandat. L'année 2020 est tragique pour lui de ce point de vue-là, car il n'a pas pris au sérieux la pandémie. Il en a fait une affaire politique, et ce n'était pas le moment. On voit grâce à cela qu'il n'est pas politicien : il n'a pas pris la mesure, lorsque le coronavirus a commencé, de ce qui se passait. Donald Trump était dans le déni constant, en affirmant que la covid allait disparaître, qu'à l'apparition des beaux jours cela serait terminé, que les gens n'avaient rien à craindre. Surtout, en faire une affaire personnelle : il expliquait que c'était dans les Etats démocrates que se propageait le virus, pas dans les Etats républicains. Tout cela s'est révélé faux, voire stupide. Il n'a pas écouté ceux qui savaient, il s'est fié à son instinct. Parmi les morts, il y a aussi ses électeurs, et les principales victimes sont les personnes âgées. À noter que Donald Trump a surtout été élu par les séniors. Là, il y a une vraie rupture. Selon moi, il n'est pas affaibli, mais il y a un mur qui s'est dressé entre lui et le pouvoir. 

 La campagne de Joe Biden présente-t-elle des similitudes avec celle d'Hillary Clinton ? 

La campagne d'Hillary Clinton avait été difficile. Elle n'a pas tranché dès le départ, si elle voulait faire une campagne en tant que femme ou que personnalité politique. Tout le début de sa campagne est là-dessus. Elle n'a pas tranché non plus concernant la façon de réaliser sa campagne, si elle souhaitait être proche des gens ou non. Elle a annoncé sa candidature en avril 2015 et elle est partie parcourir l'Iowa et on ne l'a plus vu. Je me souviens avoir assisté à un de ses meetings, il y avait 100 personnes ! C'était quand même l'ancienne première dame, l'ancienne ministre des affaires étrangères qui était candidate à la présidene... et il n'y avait personne. La campagne contre elle était terrible : prétentieuse, loin des gens... Elle n'y arrivait pas car Donald Trump faisait des meetings avec 30.000 à 40.000 personnes. Joe Biden n'en est pas du tout là. Il a fait sa campagne habituelle, il est déjà proche des gens depuis sa première campagne et c'est comme cela qu'il a été élu conseiller de circonscription en 1971. C'est aussi de cette façon qu'il a eu son premier poste de sénateur en 1972. C'est en allant voir les gens un par un, c'est sa méthode. Il a l'intelligence aujourd'hui de s'enfermer en disant "après tout, je vais laisser Trump faire campagne tout seul", puisque son meilleur ennemi, c'est lui-même. Il prend tout le monde à contrepied, mais c'est ça qui a marché. Ce sont pour toutes ces raisons que les campagnes de Joe Biden et Clinton sont incomparables. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 23/08/2020 - 09:27
M Branaa
Nous expliquait il y a un mois que Trump était irrémédiablement foutu, aujourd'hui il est probablement foutu, demain il sera peut-être foutu, et le ....surlendemain on verra rouge MAGA comme en 2016 !
Lou Bïarnès
- 23/08/2020 - 08:55
Branaa
Un courtisan du bien pensant et du politiquement correct, mais capable, selon les résultats, de s’adapter jusqu’à tourner casaque. Voir ses précédents ouvrages. En langage de comptoir, ( à fréquenter pour entendre les gens, les riens paraît-il ) un pinpin.
Nicolas59
- 23/08/2020 - 08:31
Erreur
Le parti démocrate US ne sait pas ou il habite. Il constitue une erreur en soit .
Ce n’est pas Trump qui manque de stratégie . Ce sont les démocrates qui en manquent sinon de prétendre battre Trump sans plus. Et cela dure depuis 4 ans.