En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 10 min 10 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 59 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 1 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 1 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 8 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 38 min 55 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 43 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 41 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 59 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Mario Draghi BCE Europe crise économique coronavirus covid-19 relance
© LUDOVIC MARIN / AFP
Mario Draghi BCE Europe crise économique coronavirus covid-19 relance
Whatever it takes

Solutions made in BCE : Mario Draghi, héros de la génération sacrifiée du Coronavirus

Publié le 21 août 2020
S’il n’est plus président de la Banque centrale européenne, l’homme qui avait dit que son institution ferait tout ce qui était nécessaire pour sortir l’UE de la crise de 2009 a de nouvelles pistes pour éviter un destin économique brisé aux jeunes Européens.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S’il n’est plus président de la Banque centrale européenne, l’homme qui avait dit que son institution ferait tout ce qui était nécessaire pour sortir l’UE de la crise de 2009 a de nouvelles pistes pour éviter un destin économique brisé aux jeunes Européens.

Atlantico.fr : Quel est le plan de Mario Draghi pour aider la jeunesse à sortir de la crise sanitaire du Covid 19 ?

Michel Ruimy : Alors que la dette faramineuse générée par les différents gouvernements européens en réponse à la crise du coronavirus suscite des doutes sur la capacité de remboursement des pays membres de l’Union européenne, Mario Draghi est monté au créneau pour appeler les dirigeants à donner à la jeune génération d’Europe, qui devra la supporter, les moyens d’assurer le service de cette dette via des politiques économiques « crédibles » pour éviter la désillusion des jeunes d’aujourd’hui.

Pour cela, les fonds devront être utilisés à des fins qualitatives visant l’amélioration du système productif c’est-à-dire qu’il convient de réaliser des investissements dans le capital humain (formation initiale, formation professionnelle…), dans les infrastructures essentielles à la production, dans la Recherche et Développement… de sorte à constituer une « bonne » dette - celle qui améliore, sur le long terme, la productivité et élargit les opportunités - et non la « mauvaise », qui favorise des gains politiques immédiats.

Cette distinction n’est pas nouvelle de la part de Mario Draghi. Elle est au cœur du mélange particulier de keynésianisme et de libéralisme qui a caractérisé son mandat présidentiel de la BCE. Il avait mis au point une série d’instruments novateurs pour sortir la politique monétaire des sentiers traditionnels et prévenir l'instabilité financière… tout en exigeant la prudence budgétaire des économies fortement endettées comme son pays natal, l’Italie.

L’ancien Président de la Banque centrale européenne (BCE) considère aussi que nos dirigeants actuels doivent saisir cette crise sanitaire pour la transformer en opportunité en construisant un nouveau modèle d’intervention publique économique, une Société meilleure. En effet, la pandémie causera non seulement des dommages économiques mais elle menace de saper le tissu social actuel de notre société, de paralyser la consommation et l’investissement… et, finalement, de détruire un grand nombre d’emplois.

Ce plan est-il réalisable ?

Les commentaires de Mario Draghi interviennent alors que les gouvernements du monde entier, préoccupés par l’augmentation du fardeau de leur dette, débattent de l’opportunité d’étendre leur soutien à la crise. Rappelons que, depuis le début de la crise, la BCE a pris une série de mesures pour soutenir l’économie de la zone euro, par exemple, celle de lancer un programme d’achats d’actifs de 1 350 milliards d’euros jusqu’à fin 2021 au moins. L’Union européenne a, de son côté, mis sur la table 750 milliards d’euros via une dette commune.

L’ensemble des gouvernements essaient de trouver un équilibre entre la prévention du chômage de masse qui pourrait causer des dommages durables et la restructuration de leurs économies pour le monde post-pandémique. Or, outre le fait qu’ils doivent recréer un contexte global de confiance, les différents plans de relance reposent aussi sur la gestion d’incertitudes (tensions commerciales sino-américaines, élections américaines, Brexit, reprise éventuelle de l’épidémie…) pouvant brider la reprise économique.

Pour que ce plan soit réalisable, il faut accepter que les gouvernements empruntent davantage. Mais ces mêmes gouvernements doivent aussi faire preuve d’une prudence extraordinaire et offrir un maximum de transparence dans l’utilisation de ces fonds s’ils souhaitent que l’union monétaire aillent plus loin sur la voie de l’intégration, par exemple en mettant en place un « Trésor commun » et non uniquement une « dette commune ». Il ne faut pas oublier que pour la première fois depuis près de 30 ans, ce n’est pas la contrainte de finances publiques qui devra guider, en priorité, nos choix mais le souci impérieux de se relever… au plus vite.

L’avenir de la zone euro est peut-être un objectif lointain pour beaucoup de jeunes qui vont entrer sur le marché du travail. En fait, les problèmes de demain commencent aujourd’hui et la prise de parole de Mario Draghi doit permettre à la jeunesse européenne d’espérer que les dirigeants politiques soient conscients de la situation. D’autant que cet appel à des dépenses responsables ne profitera pas seulement aux jeunes. Il aura une grande importance pour un autre objectif qu’il a poursuivi quand il était à la BCE : une zone euro plus proche.

Pourquoi ce plan pour la jeunesse n’a-t-il pas été mis en place auparavant ?

Dans le passé, Mario Draghi avait déjà appelé à mettre en œuvre des politiques de l’emploi en faveur des plus jeunes. En effet, il a déploré un système à deux vitesses. Le marché du travail dans de nombreux États membres protège les plus anciens, qui bénéficient de contrats à durée indéterminée, relativement bien rémunérés. Cette situation a des effets néfastes sur les plus jeunes, qui vivent dans la précarité du fait de contrats temporaires, mal payés et qui sont les premiers licenciés dès que la crise est là.

Les politiques monétaires accommodantes mises en place antérieurement n’ont pas réussi à créer un niveau « satisfaisant » des prix. Or, la faible inflation actuelle pénalise la redistribution. Elle grippe le mécanisme de redistribution entre les jeunes ménages, plus endettés, et les ménages plus âgés, qui sont généralement des créanciers nets. Autrement dit, celle-ci n’affecte pas la richesse des personnes plus « âgées » (leur valeur reste inchangée). En revanche, les dettes souvent détenues par les plus jeunes ne s’érodent pas.

Ainsi, les jeunes subissent une double peine : des difficultés pour trouver un emploi et une dette qui ne s’érode pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 22/08/2020 - 10:49
Bon Sens
Atlantico étant un site qui regroupe quasi exclusivement quelques riches vieillards, cet appel a très peu de chances d'être entendu !
Il faudra vraiment qu'au sens propre du terme, cet automne, les jeunes des banlieues viennent vous mettre le ''couteau sur la gorge'', pour que vous commenciez à comprendre !
Attention, ils ont aussi des Kalachnikov !
Chers papys, ne vous bercez pas d'illusions : ni l'armée, ni les CRS ne tireront à balles réelles sur des chômeurs pour défendre vos dividendes !
ajm
- 21/08/2020 - 09:28
Tarte à la crème
Encore la même tarte à la crème visant à opposer les jeunes et les plus jeunes, sans parler des plus du tout jeunes. Les pays qui ont une économie plutôt performantes arrivent à assurer des emplois aux jeunes sans mettre au rancard les autres.