En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 13 heures 40 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 17 heures 11 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 17 heures 51 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 19 heures 50 sec
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 19 heures 20 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 19 heures 45 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 20 heures 5 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 13 heures 20 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 14 heures 19 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 17 heures 23 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 18 heures 38 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 19 heures 40 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 19 heures 55 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 20 heures 16 min
© CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron couple franco-allemand Fort de Brégançon
© CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron couple franco-allemand Fort de Brégançon
Non désir d’avenir

Macron / Merkel à Brégançon : un couple franco-allemand sans descendance ni volonté

Publié le 21 août 2020
Angela Merkel était invitée pour la première fois au Fort de Brégançon, 35 ans après Helmut Kohl. Emmanuel Macron et la chancelière allemande ont participé à une conférence de presse ce jeudi. Ils ont abordé de nombreux sujets comme le plan de relance européen, la situation en Biélorussie, les tensions en Méditerranée avec la Turquie et la crise du Covid-19.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Angela Merkel était invitée pour la première fois au Fort de Brégançon, 35 ans après Helmut Kohl. Emmanuel Macron et la chancelière allemande ont participé à une conférence de presse ce jeudi. Ils ont abordé de nombreux sujets comme le plan de relance européen, la situation en Biélorussie, les tensions en Méditerranée avec la Turquie et la crise du Covid-19.

Angela Merkel (2005-2021) ou l’indifférence tranquille vis-à-vis de la France 

La très longue période à la Chancellerie d’Angela Merkel aura vu le long déclin du « couple franco-allemand ». Nicolas Sarkozy pratiquait une relation politique triangulaire avec Barack Obama, pour forcer Angela Merkel à réagir face à la crise financière; François Hollande fut un partenaire modèle uniquement parce qu’il se rangeait systématiquement aux décisions du gouvernement allemand. Quant à Emmanuel Macron, tout à son obsession de la « souveraineté européenne », il voudrait nous faire croire que c’est reparti comme lorsque Helmut Kohl rendait visite à Jacques Chirac à Brégançon, il y a trente cinq ans. Mais le couple franco-allemand est un vieux couple fatigué. L’un des deux partenaires semble encore un peu épris mais il a totalement oublié l’art de la séduction et le couple ne tient plus que par l’habitude. 

Rappelons-nous ce qui s’est passé depuis mai 2017. (1) A peine élu, Emmanuel Macron se rend à Berlin, où il est reçu fraîchement par la Chancelière. (2) Entre septembre 2017 et mars 2018, il ne se passe rien car la Chancelière doit se sortir d’une élection parlementaire laborieuse. (3) Après avoir attendu bien sagement que Madame Merkel puisse à nouveau gouverner, le président français se voit signifier en juin 2018, lors de la rencontre de Meseberg, en juin 2018, que l’Allemagne est prêt à soutenir un budget de la zone euro à 10% de ce qu’il souhaite. (4) Pour se sortir de la crise des Gilets Jaunes, Emmanuel Macron doit lâcher 25 milliards d’euros, ce qui refait passer la France au-delà des 3% du pacte de stabilité monétaire. Les décideurs allemands, À commencer par Emmanuel Macron en privé, expliquent que décidément le jeune homme de l’Elysée est bien comme tous ses prédécesseurs, piètre gestionnaire. (5) Survient la crise du COVID 19, qui flanque par terre l’économie mondiale car la « gouvernance globale » conduit à amplifier les erreurs des gouvernements nationaux, par mimétisme ou par injonction bureaucratique. 

L’Allemagne a la politique étrangère de son commerce, rien de plus

L’Allemagne comprend alors que son intérêt est de contribuer à un plan de relance. A un moment où les marchés à l’exportation chinois et américain deviennent incertains, il s’agit de revigorer le marché européen qui s’est étiolé depuis dix ans. L’Allemagne met sur la table environ 70% de ses excédents commerciaux annuels. Mais il est frappant de voir que l’accord n’a pu se faire qua dans la mesure où la France a sacrifié ses intérêts (elle versera, au bout du compte 70 milliards de plus que ce qu’elle reçoit). Angela Merkel n’a pas fait un pas pour amener les « frugaux » à contribuer plus. Emmanuel Macron, tout à son idéalisme européen, est bien piètre négociateur. Et il n’a pas compris que ce moteur franco-allemand qu’il rêve de relancer ne fonctionnerait qu’à condition que la France agisse comme l’Allemagne, en mettant son budget d’aplomb (réduisez les dégâts causés par l’insécurité, le coût de l’immigration et la prolifération des postes et des commissions inutiles dans le fonctionnement de l’appareil d’Etat et vous aurez fait une grande partie du chemin), en plaçant ses ressortissants à Bruxelles et en sachant constituer des coalitions pour gagner des votes conformes à l’intérêt national. Tant que la France ne se fera pas respecter de l’Allemagne et tant qu’elle traitera comme de la « seconde division » les autres pays membres, elle a peu de chance d’impressionner Berlin et les autres capitales européennes. 

C’est pour cela que tout ce qu’on peut lire ces jours-ci sur la relance franco-allemande est peine perdue. Madame Merkel a besoin de finir sa période à la Chancellerie en étant chantée comme un grand chef de gouvernement. La rhétorique européenne qui, pendant longtemps, l’a peu intéressée, fait désormais partie de la panoplie. Mais hier on a, au fond, parlé du domaine où la France, quand elle est la France, diverge le plus de l’Allemagne. Nous n’avons pas d’autre raison d’être, dans le monde, qu’une politique étrangère généreuse, au service de la souveraineté et de la liberté. Une politique de défense des nations contre les empires, d’équilibre des puissances et de paix. C’est pour cela que la France intervient en Afrique, que, très maladroitement, le président français rêve d’aider les Libanais et qu’il a réagi avec fermeté face aux provocations d’Erdogan. Il place tout cela sous l’objectif d’une « souveraineté européenne ». Mais nous sommes les seuls à vouloir une « Europe puissance ». Quand Angela Merkel parle de souveraineté européenne, elle pense à une Europe où la France laisserait tranquille ses voisins avec ses rêves d’équilibre mondial. L’Allemagne a la politique étrangère de son commerce, rien de plus. 

Impasse franco-allemande

On n’est pas compris, aujourd’hui, dans des milieux dirigeants qui s’accrochent au mythe du « couple franco-allemand’ comme à une bouée dans une mer d’incertitudes. Mais le couple franco-allemand est un couple sans projets, sans descendance, sans ambition. La France ne gagnera rien à poursuivre dans cette voie, qui est devenue une impasse. Il faut n’avoir aucune expérience professionnelle franco-allemande pour s’imaginer comme Emmanuel Macron qu’il va être possible de réaliser ensemble beaucoup de grands projets. Les Allemands sont la société avec laquelle il est le plus difficile, pour un Français, de travailler, en Europe; les réussites sont rares. Il faut que la perception française du monde soit bien rétrécie pour continuer à trouver du charme aux pinailleries des discussions bilatérales. Il faut n’avoir aucune conscience des atouts que nous donne notre présence territoriale sur tous les océans du monde pour perdre une minute de plus avec la bureaucratie bruxelloise. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 22/08/2020 - 08:26
Les générations futures?
Ces politiques s'en fichent puisque mignonnet 1er et Angela n'ont pas enfanté. ..lun distribue l'argent que les français n'ont pas et l'autre défend ses entreprises en attirant les migrants musulmans sur son territoire pour une main d'oeuvre à Bon prix.
La France s'enfonce dans la dette publique et sociale pour faire plaisir aux islamo gauchistes et soumettre les pauvres et les assistés
Beurk
lexxis
- 22/08/2020 - 07:59
LES PETITS TOUTOUS DE MERKEL
Hollande, puis Macron et dans une certaine mesure aussi Sarkozy: Merkel a vu défiler avec délices comme Présidents de notre République une ribambelle de petits toutous prêts à la suivre et surtout à tout faire pour ne pas la chagriner, le pire étant sans doute la forfaiture consistant à contourner le non du peuple français au référendum. Pour l'Allemagne, l'essentiel est de vendre, le reste ne compte pas ou peu et elle est prête à sacrifier tous les intérêts du monde pour vendre une Mercedes ou une Audi de plus. La France a heureusement une vision plus large, mais manifestement aucun de ses Présidents n'a eu ou n'a les épaules assez larges pour l'assumer et les erreurs des uns et des autres n'ont cessé de s'accumuler. Sarkozy avec le référendum et la Lybie, Hollande le plus insignifiant avec la Russie et maintenant Macron, dont on n'est toujours pas sûr qu'il ne soit pas prêt à brader le siège de la France au Conseil de sécurité à l'ONU en insultant ainsi aux mânes d'un Général de Gaulle dont il ne cesse de se réclamer. Ajoutons à ceci l'incapacité viscérale des uns des autres à maîtriser la dépense publique , les déficits qui s'enchaînent et la dette qui se creuse...
jurgio
- 22/08/2020 - 00:01
Une chancelière tranquille et narquoise
qui vient prendre un peu de bon temps, et qui sait qu'elle partira en laissant l'addition. Macron tente d'éblouir avec les derniers ors de la République mais ils ont pris un triste patine.