En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 9 min 20 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 52 min 24 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 26 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 57 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 51 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 54 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 23 min 39 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 14 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 14 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 14 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 22 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 23 heures 14 sec
© ANNIE RISEMBERG / AFP
Mali coup d'état militaires soldats Ismael Wague
© ANNIE RISEMBERG / AFP
Mali coup d'état militaires soldats Ismael Wague
Coup d'Etat

Mali : les doutes planent sur l’identité des commanditaires

Publié le 20 août 2020
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné suite à une mutinerie. La chute du président soulève de nombreuses incertitudes sur l'avenir du Mali.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné suite à une mutinerie. La chute du président soulève de nombreuses incertitudes sur l'avenir du Mali.

Selon des sources de presse locale, cinq officiers de haut rang seraient à la base du putsch militaire déclenché le 18 août à partir de Kati, une localité située à une quinzaine de kilomètres de Bamako. Dans la matinée du 18, les militaires se sont successivement emparés du camp Soundjata à Kati, du camp de la garde nationale de N’Tomikorobougou, de l’état-major puis ils ont procédé aux arrestations du président de l’assemblée nationale et quelques ministres. En milieu d'après-midi, ils ont appréhendé le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), son Premier ministre, Boubou Cissé, et les autres membres du gouvernement ainsi que de nombreux dignitaires du régime.

Ces cinq officiers putschistes seraient : le général Cheick Fanta Mady Dembélé ancien Saint-cyrien et ex-patron de l’École de Maintien de la Paix de l'Organisation régionale de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dont il a été "débarqué" sans que l'on sache pourquoi en 2019 (il est resté curieusement silencieux par rapport aux autres comploteurs); le colonel Assimi Goita, commandant le Bataillon autonome des forces spéciales du Mali (BAFS), une unité d’élite très discrète au sein de l’armée malienne (les Fama) s'est présenté mercredi 19 comme le vrai leader du putsch; à noter qu'il aurait suivi une formation auprès de la CIA ; son camarade de promotion au Prytanée militaire, le colonel Malick Diaw, chef d’état-major de la 3e région militaire de Kati ; le colonel Sadio Camara ancien directeur du Prytanée militaire de Kati rentré au début août d’un stage de six mois suivi en Russie et le colonel Mama Sékou Lelenta. Si ces officiers ont occupé le devant de la scène, de nombreux autres "anonymes" semblent participer au mouvement.

Un "Comité national pour le salut du peuple" (CNSP) a été créé. Son porte-parole, le colonel-major Ismaël Wagué, chef d'état-major adjoint de l'armée de l'air a déclaré sur la télévision publique ORTM: "Nous, forces patriotiques regroupées au sein du CNSP, avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l'histoire […] Notre pays le Mali sombre de jour en jour dans le chaos, l'anarchie et l'insécurité par la faute des hommes chargés de sa destinée". Il a également assuré que les militaires étaient décidés à assurer "une transition politique civile" qui devrait conduire à des élections générales dans un "délai raisonnable"… Il a cité les griefs reprochés au gouvernement actuel : "gabegie, corruption, mauvaise gouvernance, gestion familiale des affaires de l’État, insécurité chronique...".

Le CNSP a aussi lancé plusieurs appels. D’abord à l’adresse de la société civile malienne, dont il espère qu’elle l’aidera pour conduire la "transition démocratique". Ensuite aux instances régionales ainsi qu’aux forces internationales déployées dans le pays, à savoir Barkhane, Takuba, celles du G5 Sahel et de la Mission des Nations unies (MINUSMA), afin de "l’accompagner" pour la "stabilité et la restauration de la sécurité". Il a assuré que les engagements internationaux pris, particulièrement en matière de sécurité, seraient respectés par les nouvelles autorités. 

Les réactions internationales : une condamnation unamime

La CEDEAO (Organisation régionale de l'Afrique de l'Ouest) a condamné le 18 août au soir l'action de "militaires putschistes" et décidé d’isoler le Mali.

Ce coup d’État a aussi entraîné la condamnation de l'Union Africaine qui, par la voix de son président en exercice, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa a annoncé, mercredi 19 août, la suspension du Mali de l'organisation "jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel".

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence le 19 août à la demande de la France et du Niger. Il a appelé les mutins "à regagner sans délai leurs casernes", la libération immédiate du président IBK, et "souligne la nécessité pressante de rétablir l'Etat de droit". Le Conseil de sécurité suivra les développements de près, notamment ceux initiés par la CEDEAO.

Le président Emmanuel Macron a exprimé "son plein soutien aux efforts de médiation en cours des États d'Afrique de l'Ouest".

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a "condamné fermement la mutinerie du 18 août au Mali comme nous condamnerions toute prise du pouvoir par la force".

Il est indéniable que ce coup d'Etat peut avoir des répercussions au niveau européen sur la participation de certains pays aux dispositifs de lutte anti-terroristes mis en oeuvre péniblement par Paris.

Une visioconférence des chefs d'États de la CEDEAO sur la situation au Mali doit se tenir jeudi 20 sous la houlette du président nigérien Mahamadou Issoufou (le Niger préside actuellement cette organisation). La France, elle, ne peut pas se retirer car elle connaît tous les problèmes connexes qu'une telle mesure entraînerait : afflux de migrants (plus de 80.000 vivraient déjà dans l'hexagone), augmentation de la menace jihadiste sur zone, avec pour objectif, un accroissement des activités terroristes en Europe et plus particulièrement en France. La lutte anti-terroriste doit se gérer bien en amont avant que ce phénomène atteigne les frontières européennes.

Les suites ?

Le Mali traverse depuis des mois une crise socio-politique majeure. Une coalition hétéroclite formée autour du "Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces patriotiques du Mali" (M5-RFP) et de la "Coordination des mouvements, associations et sympathisants" (CMAS), une formation politico-religieuse salafiste (dite "quiétiste") de l’imam Mahmoud Dicko, demandait le départ du président Keita depuis des semaines (Dicko a pourtant été un de ses soutiens durant des années d'où son dernier poste officiel, voir ci-après).

L’imam Dicko, originaire de la région de Tombouctou qui a présidé le Haut Conseil Islamique Malien (HCIM) de janvier 2008 à avril 2019, est à la tête de milliers de fidèles, ce qui lui confère une grande influence politique. Toujours restant dans le "politiquement correct" pour ne pas effaroucher les observateurs internationaux dont la France, il n'a jamais prôné d'instauration de la charia au Mali pensant aussi que les populations n'étaient pas encore assez miséreuses pour être mûres pour ce changement idéologico-religieux. Il va être crucial de voir quelles seront les relations entretenues entre le CNSP putschiste et l'imam Dicko qui pour le moment ne s'est pas exprimé tout en laissant entendre par son entourage qu'il "n'était candidat à rien".

Ce qui est un peu inquiétant c'est que le porte-parole du M5-RFP, Nouhoum Togo, a déclaré à Reuters que les derniers événements n'étaient "pas un coup d'Etat militaire mais une insurrection populaire" qui a "parachevé" sa lutte pour obtenir la démission d'IBK ce qui laisse planer un doute sur les commanditaires - ou les alliances - de ce putsch pour le moment réussi. Par ailleurs, la coalition M5-RFP "prend acte de l'engagement du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) d'ouvrir une transition politique civile".

La situation sera plus claire vendredi 21 suite au rassemblement organisé par le M5-RFP à Bamako à la place de l’Indépendance. A priori, il ne s’agit pas vraiment d’un rassemblement de soutien aux putschistes, les opposants ne voulant pas se faire voler "leur victoire". Bien malin qui peut deviner quelle va être la suite que même les intéressés n'imaginent pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 20/08/2020 - 21:31
aucune idée de la nature de ce coup d' Etat
j'espère d'aucune inspiration islamiste.
TPV
- 20/08/2020 - 13:56
@cmjdb
En 2013, Hollande se prenait les manifs anti mariage homo et avait besoin d'un succès rapide. Ceci dit les Djihadistes allaient vraiment prendre Bamako. Dans cette zone nous sommes la police occidentale.
Pour éviter l'éternelle incantation sur l'armée qui doit faire le travail de 230 000 policiers et gendarmes.en France parce qu'un para ou un légionnaire ça a plus de gueule,..et bien non. A quoi servent ces 230000. Poulets et Pandores?
cmjdb
- 20/08/2020 - 10:38
MALI
Bravo F. Hollande, Y. Le Drian , E. Macron et les suivants... Les Officiers français avaient pourtant prévenu de l'échec prévisible de l'expédition .
Que sommes nous aller faire dans cet ensablement ?