En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

06.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 29 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 7 heures 6 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 36 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 36 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 36 min
© 000_Was1108999 Robyn beck
© 000_Was1108999 Robyn beck
ÉNERGIES

Vague de chaleur et coupures massives d’électricité : la Californie victime de ses investissements dans les énergies renouvelables ?

Publié le 18 août 2020
Vendredi 14 août, la Californie a ordonné des coupures de courant pour la première fois depuis 2011, alors qu’une vague de chaleur a mis à rude épreuve son système électrique. Philippe Charlez dresse le bilan mitigé des investissements californiens en terme d'énergies.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vendredi 14 août, la Californie a ordonné des coupures de courant pour la première fois depuis 2011, alors qu’une vague de chaleur a mis à rude épreuve son système électrique. Philippe Charlez dresse le bilan mitigé des investissements californiens en terme d'énergies.

Atlantico : Le choix de bâtir un système électrique basé sur les énergies renouvelables est-il responsable des coupures qui ont touché la Californie dernièrement ?  

Philippe Charlez : Oui et de façon très claire. Alors que la Californie vivait une journée de canicule avec des températures atteignant 44°C (110 °F), en rentrant du travail vers 17 heures, les californiens ont tous branché leur climatisation augmentant soudainement la demande d’électricité. En même temps alors que le soleil commençait à se coucher, la capacité solaire a perdu près de 1GW de puissance. Parallèlement, comme c’est souvent le cas en pleine canicule, il n’y avait pas un souffle de vent ce qui a privé les californiens de leur électricité éolienne. Moralité l’opérateur a d’abord demandé aux usagers de réduire leur consommation puis a dû couper l’électricité à près de 500 000 foyers durant une partie de la nuit. En pleine pandémie du COVID 19 qui sévit toujours en Californie, on ne connait pas les conséquences notamment sanitaires de ce blackout. Fier de sa transition énergétique, la Californie produit aujourd’hui un tiers de son électricité à partir d’énergies renouvelables intermittentes. On aurait tendance à dire un tiers heureusement. On a peine à imaginer ce qui se serait passé si l’état le plus peuplé des US produisait la moitié voire la totalité de son énergie à partie des ENR intermittentes. De nombreux experts et observateurs alertent depuis des années sur le risque de dépasser le seuil de 30% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique sans prévoir en back-up des unités pilotables capables de prendre le relai.

Quelles sont les limites de l'énergie solaire, dont l'utilisation apparaît souvent comme une alternative énergétique efficace face à l'augmentation globale des températures ? 

Les énergies renouvelables, solaire et éolien pour l’essentiel sont intermittentes. En France, le soleil ne brille en moyenne que 1000 heures par an (soit 12% du temps) et le vent ne souffle que 2000 heures par an (soit un peu plus de 20% du temps). En moyenne, un mix 100% solaire ce serait accepter de l’électricité un jour sur dix et un mix 100% éolien ce serait en accepter un jour sur cinq. Par contre les énergies pilotables (charbon, gaz, nucléaire) sont capable, à la maintenance près, de fournir de l’électricité 100% du temps. Mais, en dehors de cette notion d’intermittence, l’éolien et surtout le solaire dépendent des aléas climatiques. Ainsi, si l’efficacité d’une cellule solaire s’accroit avec l’ensoleillement (durée et intensité), elle décroit avec l’accroissement de température. Ainsi, des cellules photovoltaïques placées en plein désert ne pourront être efficaces qu’à condition d’être réfrigérées. Mais, l’antipathie de la nature vis-à-vis du solaire ne s’arrête pas aux canicules. Là où il a de l’espace et du soleil (le désert) il y a aussi malheureusement…du sable. Les grands projets solaires émiratis et chiliens se sont ainsi cassé le nez face aux tempêtes de sable qui rendent les panneaux solaires inopérant en les couvrant de sable. Les nettoyer est un casse-tête : les balayer à sec griffe les panneaux, les nettoyer à l’eau de mer les couvre d’une croute de sel. Quant à l’eau douce tout le monde conviendra qu’elle n’est que très peu disponible…dans le désert. Aussi les émiratis ont mis la pédale douce sur leurs projets solaires pharaoniques et se sont tournés vers le…nucléaire.

Et comme indiqué ci-dessus, il y a finalement peu de complémentarité entre le vent et le soleil : en cas de tempête il n’y a pas de soleil et en cas de canicule il n’y a pas de vent. Rien de surprenant : le solaire et l’éolien sont tous deux dépendants des volontés de « dame nature » qui décide à notre place quand, où et combien d’électricité elle est disposée à nous donner au temps t. Et peu lui importe s’il fait chaud ou froid, si c’est le matin ou le soir ou si les respirateurs COVID 19 ont besoin d’électricité pour sauver des vies!

Quelles alternatives énergétiques crédibles peuvent être utilisées en complément ou la place de ces systèmes de stockage basés sur les énergies renouvelables ?

Comme déjà mentionné dans de nombreux articles, il est illusoire de miser sur le stockage pour compenser les lacunes des renouvelables à grande échelle. En particulier, les batteries ne peuvent assurer qu’un stockage journalier : on ne peut stocker de l’électricité en juin quand il y a beaucoup de soleil pour les restituer en janvier quand il y en a très peu. Comme nous le montre aujourd’hui l’exemple californien, les renouvelables ne pourront jamais excéder 30% du mix électrique  et devront dans tous les cas être secourus par un ami pilotable dont la capacité devra couvrir en back-up la totalité celle des renouvelables. C’est le prix à payer et celui-ci doit être pris en compte dans le prix du MWh éolien ou solaire ce qui n’est pas aujourd’hui le cas. Les prix avancés aujourd’hui (70€/MWh pour l’éolien et 80€/MWh pour le solaire) qui ne considèrent en rien le prix de l’ami sauveur n’ont pour cette raison aucun sens économique. Réfutant le charbon, cet ami ne peut être que le gaz ou le nucléaire. Mais contrairement au nucléaire, le gaz est émetteur de carbone. Si à moyen terme il peut intervenir comme énergie de transition, à long terme seul le nucléaire peut conduire à la neutralité carbone souhaitée par tous en 2050. Le GIEC et l’AIE l’ont bien compris stipulant que « sans nucléaire les objectifs d’électricité verte étaient inatteignables ». Un message que les écologistes déchirés entre leur chromosome climatique et leur chromosome pacifiste ne semblent toujours pas avoir compris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Kombucha
- 20/08/2020 - 14:53
@tatouzou
Si vous trouvez que les affirmations de Lucus sont grotesques alors vous êtes complètement dépassé par l'actualité ....

Il faudrait voir dans le détails ce que vous réfutez et ce que vous n'avez pas compris mais je vous conseille de vous renseigner davantage
patafanari
- 19/08/2020 - 19:39
Vivement le « Big one »
Le tremblement de terre définitif qui mettra fin à ces querelles d’ énervés dont les californiens sont, comme d’habitude, les malheureux pionniers. En tant que prédicateur new-âge et oracle agréé, je sens que Gaïa va secouer la région comme un chien qui s'ébroue pour se débarrasser de ses puces. Amen et Hugh.
lémire
- 19/08/2020 - 18:05
Et l'hydroélectrique ?
Depuis longtemps (les années 70 au moins), les fournisseurs d'électricité stockent de l'eau dans les retenues de barrages pour la restituer rapidement en cas de besoin, et utilisent les excédents d'électricité de certaines périodes pour pomper de l'eau pour réalimenter ces barrages (j'ai un peu travaillé sur le sujet à l'époque). C'est pilotable et démarre rapidement en secours (moins vite qu'une turbine à gaz quand même)

La Californie a pourtant pas mal de possibilités dans l'hydroélectrique (l'eau ne s'utilise pas seulement pour l'irrigation, les piscines, etc.). Le problème semble plutôt venir de l'imbécile dissociation entre la distribution d'électricité et sa production, imposée là-bas dans les années 90, qui a causé des sous-capacités structurelles de production qui ont défrayé la chronique il y a quelques années. Cela doit faire problème pour assurer la coordination fine entre acteurs aux intérêts pas toujours convergents...

On reconnaît bien là l'imbécillité court-termiste de la démocratie californienne, spécialiste des lois votées dans l'émotion et sous la pression de lobbies ("3 times and out", baisses massives d'impôts et donc de service publics...)