En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 1 min 10 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 44 min 14 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 48 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 42 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 15 min 29 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 6 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 6 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 14 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 52 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Chine Pékin consommation consommateurs marché intérieur mall achats économie coronavirus covid-19
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Chine Pékin consommation consommateurs marché intérieur mall achats économie coronavirus covid-19
Circuits courts ? Chine 1, Occident 0

Les Occidentaux continuent à acheter des produits venus de loin, la classe moyenne chinoise elle ne dépense plus à l’étranger

Publié le 17 août 2020
La consommation en Europe a été fortement impactée lors de la pandémie de Covid-19. Les Chinois, touchés les premiers par le virus, se sont tournés vers leur marché intérieur. Avons-nous la capacité en Europe de consommer uniquement sur le marché européen ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La consommation en Europe a été fortement impactée lors de la pandémie de Covid-19. Les Chinois, touchés les premiers par le virus, se sont tournés vers leur marché intérieur. Avons-nous la capacité en Europe de consommer uniquement sur le marché européen ?

Atlantico.fr : Comment la consommation européenne a-t-elle évolué au cours du confinement ?

Michel Ruimy : À ce jour, nous n’avons pas encore de chiffres agrégés concernant la demande européenne. Mais il semble, à grandes mailles, que de nouvelles formes de consommation soient apparues pendant le confinement : renforcement du commerce local, des biens « bio », de l’e-commerce alimentaire… Cette tendance va-t-elle se poursuivre durablement après ? L’évolution de nos pratiques de consommation pendant le confinement marque-t-elle une révolution durable nous transformant en acteurs plus conscients et avisés de notre consommation ? 

Ces questions trouveront leurs réponses avec l’évolution de la crise sanitaire. Les crises, comme celles de la pandémie du coronavirus, sont des amplificateurs, des accélérateurs et des révélateurs de tendances préexistantes. En ce sens, elles introduisent bien des modifications durables, allant parfois jusqu’à redistribuer les cartes voire modifier les hiérarchies entre les entreprises. Elles contribuent sans doute aussi à nous rendre davantage « acteurs » et pleinement conscients des enjeux de nos modes de consommation.

Cette modification du modèle traditionnel de consommation ne date pas du confinement mais était déjà à l’œuvre. L’essor des circuits-courts ne date pas de la crise sanitaire mais lui est bien antérieur et repose sur de profondes évolutions socio-culturelles induites notamment par la montée des préoccupations environnementales. Le recul de la part des hypermarchés dans le commerce de détail est, lui aussi, antérieur à la crise. Enfin, le renforcement du commerce en ligne est également une tendance ancienne. Certains consommateurs qui n’utilisaient pas l’internet pour leurs achats du quotidien auront, peut-être, pris de nouvelles habitudes pendant le confinement, et seront durablement convertis pour une partie de leurs achats. En France, la livraison à domicile de produits bio, de produits frais issus de circuits courts devrait bénéficier de la crise actuelle pour capter de nouveaux adeptes. 

Comment expliquer que la consommation chinoise se soit orientée vers son marché intérieur ?

L'année dernière, près de 170 millions de Chinois ont effectué des voyages internationaux. Mais, aujourd’hui, la situation a changé : beaucoup d’entre eux retardent voire annulent leurs voyages à l’étranger car, outre la crise sanitaire, la géopolitique est entrée en jeu. Par exemple, jusqu’à récemment, les destinations principales des étudiants chinois étaient les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni. Or, leurs familles préfèrent actuellement les « petits marchés » de l’éducation comme Singapour, le Japon et l’Allemagne. La raison ? Il ne fait aucun doute que Pékin n’a fait qu’ajouter de l’huile sur le feu notamment en exhortant ses citoyens à ne pas visiter l’Australie, en invoquant le développement d’un sentiment antichinois. 

Dans ce contexte, les consommateurs locaux préfèrent se tourner vers le marché domestique. Ce nouveau regard se répercute sur de nombreux postes de dépenses des ménages (hausse des ventes d’appareils électroménagers, téléphones portables, gadgets domestiques…), donnant un avantage certains aux marques nationales et rendant le pays encore plus protectionniste qu’auparavant.

De plus, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale, qui ont débuté il y a deux ans avec les tensions commerciales avec les États-Unis, avaient déjà poussé les acteurs locaux à s’approprier les parts de marché laissées vacantes. Aujourd’hui, la forte demande des consommateurs, déclenchée autant par peur que par patriotisme, renforce ce positionnement.

Cette situation bénéficie aux entreprises chinoises, notamment celles du secteur de la consommation de base, qui ont enregistré, cette année, une hausse du cours de leurs actions de près de 40%. C’est aussi une nouvelle encore plus importante pour un président qui recherche à développer la consommation domestique. Les consommateurs, en revanche, sont des « laissés pour compte », étant encore plus isolés des marques internationales qu’auparavant.

Sommes-nous capables en Europe de consommer uniquement sur notre marché européen ? Notre marché devrait-il tendre dans cette direction ?

L’épidémie de la Covid-19 a mis en évidence la dépendance et la vulnérabilité de la France et de l’Europe à l’égard de quelques pays lointains concentrant la production, fonctionnant à flux tendus, et où les produits parcourent des distances très importantes. Il s’agit notamment de la Chine et de l’Inde en matière de produits pharmaceutiques.

La situation n’est pas nouvelle. Elle était connue depuis plusieurs années. Dans l’industrie du médicament, elle s’est manifestée concrètement par une augmentation importante des pénuries de certaines molécules. La problématique des ruptures de chaînes d’approvisionnement n’est pas nouvelle non plus. La distance allonge les délais de livraison et rend la chaîne d’approvisionnement plus sensible aux mesures protectionnistes. À cet égard, des recompositions de chaînes d’approvisionnement sur des bases régionales ont été observées dès les années 2010, pas forcément sur une base nationale, mais de proximité. 

Mais, la « nouvelle » question qu’on découvre est celle, pour chaque pays, de la résilience du système productif. La vulnérabilité exprime l’exposition à un aléa, qui, en l’espèce, est sanitaire, mais qui pourrait aussi être d’un autre genre, par exemple climatique. La résilience exprime, en revanche, la capacité à répondre à un choc, à s’y adapter, à se renouveler. La crise n’entraînera probablement pas une démondialisation et une relocalisation massive. Elle agira comme un révélateur du niveau de résilience des pays. Partout, il faudra imaginer les sentiers de retour à la croissance. 

Or, la notion de relocalisation, qui s’était imposée après la crise de 2008 dans une logique de création d’emplois, est remise en cause par l’urgence de la situation. Longue, complexe, elle ne se révèle souvent pas suffisamment efficace. Elle ne suffira donc pas à assurer la résilience de la plupart des économies frappées par le coronavirus. S’il est important de repenser les filières industrielles, de valoriser le patrimoine national…, on a aussi besoin, à présent, de solutions plus rapides. Dans l’urgence, il n’est pas surprenant de se recentrer sur des schémas de court terme, visant à exploiter au mieux les outils existants et les modèles connus. Mais dans quelques semaines, il ne suffira plus d’utiliser le bout de la chaîne que l’on maîtrise. La question sera alors comment la faire fonctionner dans son ensemble différemment. 

Dans un esprit de stratégie de résilience, cette crise facilitera vraisemblablement l’essor d’une « 4ème Révolution industrielle », en imposant des outils qui existent déjà mais dont les applications sont aujourd’hui purement expérimentales (robotisation, impression en 3D, plateformes digitales…). Dans cette perspective, il conviendrait de créer une « Darpa européenne », inspirée de l'agence de financement de la recherche du Pentagone américain, pour développer une vraie politique d'investissement européenne, avec une vision de long terme, pas forcément à 27, mais, au moins, avec l'Allemagne, qui a perdu beaucoup moins d’emplois industriels que la France. Reste que cela ne pourra se faire sans de nouveaux investissements alors que les pouvoirs publics ont déjà déversé des centaines de milliards d’euros pour sauvegarder le tissu économique européen pendant le confinement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 17/08/2020 - 13:55
Ahhhhh
Depuis que le docteur Gayet nous a utilement expliqué la différence entre résistance et résilience, les auteurs ne s'entendent plus péter!!!! Comme pour la gouvernance après que Tonton ait inventé le terme...
Manquerait plus que quelqu'un nous explique la différence entre la diarrhée et la chlorrhée et la .....c'est la chasse débridée!
tubixray
- 17/08/2020 - 09:43
Chine ? Non merci
A l'exception de biens de toute première nécessité du domaine de la santé, il est invraisemblable que l'on continue d'acheter des articles "made in China" ou "made in PRC" après que cette dictature communiste ait mis en danger de mort toute la population mondiale.
Il y a suffisamment de pays ayant une main d’œuvre à très bas coût pour les bannir.
Exemple; Un Iphone est fabriqué en Chine mais un Samsung en Malaysie