En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 28 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 1 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 6 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 58 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 26 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 12 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 41 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 16 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 45 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 12 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 27 min
fruits légumes sport alimentation énergie consommation aliments nourriture
fruits légumes sport alimentation énergie consommation aliments nourriture
Le bon, la brute et les truands

Trop d’énergie, pas assez de nutriments : notre système de production alimentaire est-il complètement à revoir ?

Publié le 17 août 2020
Le mot "énergie" évoque généralement des barils de pétrole. Pour d'autres individus, l’énergie est, en premier lieu, nutritionnelle. Mais savons-nous la gérer ?
Béatrice de Reynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice de Reynal est nutritionniste Très gourmande, elle ne jette l'opprobre sur aucun aliment et tente de faire partager ses idées de nutrition inspirante. Elle est par ailleurs l'auteur du blog "MiamMiam".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mot "énergie" évoque généralement des barils de pétrole. Pour d'autres individus, l’énergie est, en premier lieu, nutritionnelle. Mais savons-nous la gérer ?

Les sources d'énergie alimentaire n'ont pas beaucoup changé depuis que l’homme existe - monde végétal, animal, microbien – mais la composition des aliments qui nous sustentent a évolué de façon révolutionnaire, ainsi que la façon dont nous nous procurons la nourriture.

Alors que l'énergie était au départ ce qui a motivé l'approvisionnement en nourriture (chasse et cueillette, début de l'agriculture et de l'élevage), nous sommes maintenant dépendants des sources d'énergie fossile pour faire le travail exténuant de culture, de récolte et de distribution de notre nourriture.

Nous sommes donc passés d’un mode de production humaine ou animale pour nourrir des humains de façon « normale » à un mode de production très énergivore pour nourrir des humains à l’excès : trop de densité énergique dans des aliments devenus néfastes, dotés uniquement d’énergie, pas de nutriments.

Une réelle aberration : réduisons la densité énergétique de nos aliments implique être moins gros, en meilleure santé, avec moins de besoins alimentaires et donc, moins besoin d’énergie fossile.

Ce passage à une agriculture plus énergivore implique une série de compromis comme le bon, la brute et les truands.

Le Bon, ce sont les nombreux avantages du système alimentaire moderne, y compris des aliments moins chers, plus pratiques, plus sûrs. Nous n’avons jamais eu une meilleure qualité sanitaire des aliments… mais la composition nutritionnelle est chamboulée ! Nous savons faire le meilleur, mais nous produisons le pire !

Aujourd’hui, on consacre au poste « alimentation » moins de 10 % des revenus (USA) à 12 % (France) quand 25 à 33 % étaient nécessaires en 1933.

Une agriculture plus énergivore a également permis à bon nombre d'entre nous de faire d'autres choses que de cultiver, récolter et préparer la nourriture.

Le nombre de paysans s’est effondré en France, à mesure que la productivité a augmenté… aujourd’hui, c’est bien de faim qu’ils meurent, leurs revenus étant microscopiques. Plus de paysans, personne pour reprendre les exploitations… mais il n’y a pas de pays sans paysans.

Qui fera manger la France demain ?

La brute, ce sont les effets négatifs sur l'environnement de la production alimentaire à forte intensité de ressources. Produire, produire, produire. Monoculture, pesticides à outrance, épuisement des sols, des ressources…

Il y a de nombreux inconvénients à l'intensité des productions de l'agriculture, par exemple, la pollution à la fois localement et globalement. Localement, l’élevage intensif émet une variété de polluants de l'air (y compris les matières particulaires, les gaz à effet de serre, et les composés organiques volatils) et ainsi que l'odeur du fumier accumulé. Le ruissellement provenant de l'exploitation d'élevage et les cultures peuvent aussi polluer les sources d'eau locales. Dans une perspective plus globale, l'agriculture et l'élevage contribuent au réchauffement climatique par les émissions de méthane et d'oxyde nitreux (avec 21 et 298 fois le potentiel de réchauffement global de dioxyde de carbone, respectivement) de la volatilisation des engrais et la décomposition des déchets animaux. Les concentrations de nutriments riches en run-off des activités agricoles dans les voies navigables contribuent à des phénomènes saisonniers tels que les zones mortes dans le golfe du Mexique et d'autres organes de l'eau. En outre, le système alimentaire nécessaire d'environ 16% de la consommation annuelle d'énergie en 2007 pour l'agriculture, transformation, transport, stockage, distribution et préparation (Canning et al., 2010). L'énergie utilisée dans le système alimentaire produit également des émissions de gaz à effet de serre et consomme précieuses ressources énergétiques.

Les truands sont les hiatus et les paradoxes résultant des bons et mauvais compromis dans le système alimentaire comme le gaspillage alimentaire, les pollutions, la non-gestion des sols et de l’eau, qui ne sont que des exemples des ambiguïtés du système alimentaire moderne, réseau complexe de compromis qui doivent être faits entre changements durables, sécurité alimentaire et santé de la planète.

Les déchets alimentaires, un phénomène qui au premier coup d'œil ne peut avoir que des effets négatifs sur le système alimentaire, sert encore un objectif important pour la sécurité alimentaire. Ce n’est pas un paradoxe mais un prix à payer pour assurer la sécurité des mangeurs.

Le risque 0 n’existe pas en alimentaire. Qui accepterait que son enfant ou son papa âgé meure d’une intoxication alimentaire ?

Mais quel consommateur serait assez fou pour consommer une tranche de viande périmée ? Toutes les personnes peu argentées : je les vois prendre dans les poubelles du « proxi » tous les produits alimentaires périmés… mais qui semblent encre bons. Salades à la mayo dépassée, tranches de pâté périmée… Je les mets en garde mais ils prennent. Cette nourriture est une aubaine pour eux et leur famille. Oui, le gérant devrait détruire les denrées périmées avec un produit coloré pour bien montré qu’ils ne sont pas propres à la consommation. Au lieu de ça, le sac poubelle contenant tous les emballages intacts est emporté.

Entre les denrées non consommées à la maison ou invendues à l’usine, sur le lieu de stockage ou en magasin, ce sont près de 30 % des aliments produits qui sont jetés. Peut-être même plus dans certains quartiers. Certaines études certes anciennes évoquent même 50 %(Jones, 2005; Kantor, 1997).

En collectivité, écoles, hôpitaux, et catering, les retours plateaux sont considérables. Non seulement les denrées sont jetées, mais leurs innombrables emballages aussi.

En termes de rentabilité énergétique, ça se pose là !!

Quel chef d’entreprise pourrait avec ce mode de gestion ?

Suffirait-il de mettre un chef d’entreprise pour gérer ces questions, plutôt qu’un politique ?

Les suggestions sont aujourd’hui nombreuses pour limiter ce gâchis : notamment en proposant des sauces à la pompe plutôt qu’en sachet individuel, le sucre sous 2 formats : morceau ou demi-morceau, l’option « lait pour le café » non inclus dans le sachet cristal qui emballe le touilleur, le sucre et le sachet de creamer »… Demain, il faudra accepter une autre gestion avec des possibilités accrues de choisir soi-même ses portions.

C’est déjà le cas dans les cantines que nous souhaitons proposer aux municipalités soucieuses de l’équilibre alimentaire de leurs électeurs, et qui souhaitent se conformer rapidement à la loi Egalim avec plus d’approvisionnements locaux ou bio. Les pommes sont lavées et coupées en quartiers au moment, pour les petits enfants qui ont du mal à croquer dans une pomme et de la finir. Les ramequins sont proposés en 2 formats pour les petits et pour les moyens. Le plat est servi sur la demande de l’enfant.

Le bon sens

Ce n’est pas anodin : l’humanité est remise au centre de cette restauration collective qui pourrait se renommer « alimentation globale ». Oui : il faut un peu plus de temps pour écouter ce que souhaite l’enfant, l’inciter doucement à consommer plus de légumes ou à « goûter quand même".

Bien que les déchets alimentaires peuvent apparaître comme une inefficacité insensée, la production alimentaire excessive a un but. Il est impossible de savoir exactement combien de carottes ou de côtelettes les consommateurs voudront cette année, donc impossible de savoir exactement combien en produire.

Donner un choix est une exigence et un « droit » pour tous. Mais ne peut-on retrouver les bonnes vieilles bases de la gestion domestique des années 50 et que toute bonne « ménagère » - j’adore ce mot ! – connaissait. Le pain rassis était réutilisé, tout comme le reste de rôti ou les petits bouts de fromages. Sans prendre de risque sanitaire.

Une production alimentaire excédentaire fournit également une protection contre les aléas dans l'approvisionnement alimentaire. Mauvaise météo, un chargement qui est perdu, un soucis de frigo et la perte d’un stock… nous devons toujours avoir « un peu plus en cas que ».

Mais ce petit plus peut aussi être un « fond de placard » qui ne périme pas vite.

En période de pénurie alimentaire inattendus, nous pouvons réduire les déchets et les inefficacités pour compenser les déficits de l'offre. Il y a un niveau optimal de production excédentaire, cependant, qui fournit un niveau de stabilité de l'approvisionnement alimentaire sans qu'il en résulte une perte excessive de ressources. Il nous faut réfléchir de manière critique sur les conséquences d'un changement dans un système aussi complexe que la nourriture et l'agriculture, avec des limitations biologiques qui ne sont pas toujours apparentes.

Rendre l'agriculture plus durable requiert également un niveau de buy-in de la population générale - ce que nous sommes prêts à sacrifier pour un système plus écologique. Un système alimentaire durable doit aussi être capable de fournir suffisamment de nourriture pour la population future à un prix accessible à tous.

Merci à Melissa C. Lott 

Références :

Food for thought – The Good, The Bad, and The Ugly - Melissa C. Lott | October 3, 2011 |

Amanda Cuéllar with contributions from Colin Beal

Jones TW. THE CORNER ON FOOD LOSS. BioCycle 2005; 46(7).

Morris, F. ‘Is U.S. Farm Policy Feeding the Obesity Epidemic?’ National Public Radio, Aug. 10, 2011. http://www.npr.org/2011/08/10/139390696/is-u-s-farm-policy-feeding-the-obesity-epidemic

Smil V. Improving efficiency and reducing waste in our food system. Journal of Integrative Environmental Sciences 2004; 1(1): 17-26.

ERS. ‘U.S. Farms: Numbers, Size, and Ownership.’  US Department of Agriculture, Economic Research Service. 2007. http://www.ers.usda.gov/publications/eib24/eib24b.pdf

ERS. ‘Food CPI and Expenditures: Table 7.’ US Department of Agriculture, Economic Research Center. 2011. http://www.ers.usda.gov/Briefing/CPIFoodAndExpenditures/Data/Expenditures_tables/table7.htm

Kantor, L. S.; Lipton, K. Estimating and addressing America’s food losses. Food Rev. 1997, 20 (1), 2.

ERS. Agricultural Productivity in the United States. US Department of Agriculture, Economic  Research Service. 2010. http://www.ers.usda.gov/Data/AgProductivity/

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
SD..
- 18/08/2020 - 08:39
Par le petit bout de la lorgnette
Il n’y a pas que le nourriture qui suit ce principe de consommation d’énergie. Cents toute le société! Pourquoi avoir une grosse voiture? Voir pourquoi avoir une voiture? Pourquoi aller au cinéma et avoir un smartphone? Pourquoi avoir un ordinateur plutôt qu’une machine à écrire? Physiquement nous n’avons pas besoin de tout ça. Il y a sûrement plus de déchets pour construire une voiture.
Encore une fois, Béat ne cerne pas bien le sujet global !
Sinon comme solution, il y a celle de Pol Pot: tout le monde à la campagne en autosuffisance !!
J'accuse
- 17/08/2020 - 09:59
Article périmé
Les produits inscrits comme périmés par la date inscrite sur l'emballage ne le sont pas à cette date, mais bien plus tard. Les prendre dans les poubelles lorsqu'il sont protégés par un emballage intact, est donc tout à fait justifié et sans danger.
Comment savoir si le produit est bon ou pas ? Ça se voit et ça se sent ! Fruits et légumes, poissons et viandes: les produits impropres à la consommation se repèrent très vite.
Il arrive que des produits soient périmés avant la date, parce que la chaîne du froid n'a pas été respectée, et on le découvre (à la vue et à l'odeur) chez soi en ouvrant l'emballage.
Les intoxications n'arrivent pas avec des produits consommés après la date, mais quand ils ont été infectés par des bactéries dès leur production; rien à voir avec la date limite.
Il est indispensable de produire au-delà des besoins pour être sûr de produire assez, et le gaspillage est inévitable. N'en faisons pas un scandale.
L'alimentaire se recycle facilement: il suffit juste de mettre en place des filières adaptées de redistribution et de retraitement, au lieu d'accuser, se lamenter, et de vouloir révolutionner.