En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 40 min 15 sec
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 2 heures 26 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 5 heures 29 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 1 heure 14 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 2 heures 56 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 5 heures 18 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 6 heures 3 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 6 heures 43 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 7 heures 4 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 7 heures 50 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 8 heures 31 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Objectif 2022

LR : la guerre des chefs va-t-elle reprendre ?

Publié le 16 août 2020
La guerre des chefs qui menace Les Républicains procède d’un anachronisme et exprime une conception de la politique désormais révolue : l’obsession présidentialiste.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet, essayiste, historien est auteur de nombreux ouvrages dont, André Tardieu, l'incompris (Perrin 2019)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guerre des chefs qui menace Les Républicains procède d’un anachronisme et exprime une conception de la politique désormais révolue : l’obsession présidentialiste.

A ce stade, les élections nationales de 2022 ne se présentent pas sous les meilleurs auspices pour la droite. Les candidats potentiels à la présidentielle sont nombreux : M. Bertrand, M. Baroin, Mme Pécresse, M. Retailleau, M. Wauquiez, les deux premiers s’étant quasi-déclarés… La confusion s’installe déjà autour de la question des « primaires » d’ores et déjà rejetées par certains et voulues par d’autres. Ainsi, la guerre des chefs menace. Les leçons ne servent-elles jamais ? Elle fut à l’origine de la plupart des grandes défaites électorales de la droite, notamment celle par laquelle le malheur est arrivé, en 1981. Et pourtant, la guerre des chefs revient, inexorablement, exposant le camp des républicains qui ne sont ni macronistes, ni socialistes, ni lepénistes, au risque d’un nouvel échec.

Cette guerre des chefs procède d’un anachronisme, elle exprime une conception de la politique désormais révolue : l’obsession présidentialiste. La vie publique se focaliserait tout entière sur l’image médiatique gesticulante d’une sorte de gourou élyséen narcissique, n’ayant pour objectif que son auto-sublimation et sa réélection, au prix de tous les mépris, les manipulations et les renoncements. Ainsi, au terme d’une lamentable dérive post-démocratique, le culte et la magnificence d’un individu surmédiatisé s’est substitué aux notions de bien commun, d’intérêt général, voire même de Nation. Et cela, les Français n’en voudront plus.

Les acteurs potentiels de la guerre des chefs qui vient ne l’ont-ils pas encore compris ? La conquête de l’Elysée ne doit plus être un but en soi. Le « Palais » incarne désormais, aux yeux des Français – qui votent de moins en moins – le despotisme de la médiocrité, de l’impuissance publique et de la vanité. Il n’apporte plus à son titulaire ni gloire, ni prestige, encore moins l’assurance d’une « trace dans l’histoire », mais aux yeux de l’immense majorité des Français, une image d’acteur pathétique et inutile. Rien d’autre.

La présidentielle ne doit plus être le but en soi de la politique. Le devoir des hommes et femmes engagés en politique, qui se réclament de l’opposition démocratique, ni macroniste, ni socialiste, ni lepéniste, n’est pas de se crêper le chignon pour savoir quel calife sera (peut-être) appeler à pavoiser à la place du calife. Il est de travailler à la reconstruction de la France : la relance de l’économie par l’entreprise, le recul des prélèvements obligatoires et de la dette publique, la lutte contre la pauvreté, l’éradication de la violence et de la barbarie, la maîtrise des frontières, l’unité nationale, le rétablissement de l’école et de l’égalité des chances…

Dans le système politique français – qui ne changera pas avant 2022, malgré toute son inefficacité et son absurdité – certes, il faudra un candidat à la présidentielle. Mais l’essentiel ou le plus urgent n’est pas là : il est de savoir quel serait l’objectif d’un retour au pouvoir. Pour quoi faire ? Quelle ligne ? Quel projet ? Poursuivre la glissade de la vie politique dans le grand spectacle narcissique hors sol? Alors, l’original vaudra mieux que la copie. En revanche, sera-t-il de dire la vérité aux Français sur l’état de la France, tenter sincèrement et modestement de réconcilier le peuple avec la démocratie et la confiance ? Retrouver le sens de l’action et du gouvernement ? Alors oui, cela vaudra la peine. Quant au candidat à la présidentielle, il viendra, s’il doit venir, en temps voulu, dans les derniers mois comme toujours, l’homme ou la femme qui saura émerger de la médiocrité et de la mégalomanie ambiante pour se placer au service du pays et non de son destin personnel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 17/08/2020 - 15:16
Les petits chefs ne se font pas la guerre mais la course
C'est à celui qui réunira le plus de voix pour pouvoir, le moment venu de la défaite, demander un confortable strapontin électoral. Aucun ne pense probablement avoir un avenir conséquent. Wauquier et Pécresse sont à l'affût (pour tuer qui ?) Baroin balance (c'est peut-être sa seule occupation politique) et Bertrand ne sait toujours pas sous quelle peau se présenter. Quant à Jacob, il a oublié de monter à l'échelle...
Liberte5
- 16/08/2020 - 18:41
La guerre des chefs de la Droite?
Ceux qui se revendiquent de la droite ne sont au mieux que des socialistes habillés de bleu, mais ils ne portent en rien les idées d'une droite libérale et conservatrice. Au regard de leur médiocrité , il ne sont en rien des chefs qui entraîneront des troupes. et les Français.
Lou Bïarnès
- 16/08/2020 - 18:33
Maxime Tandonnet
Conseiller de Sarko, délégué et responsable à l’immigration, énarque et prof à la même institution, bref un fonctionnaire tout à fait représentatif des élites nous ayant mené à la déchéance actuelle. Et de plus, persuadé de sa supériorité intellectuelle et analytique, vient exprimer sa vue de la France, son devenir , et passe au compte pertes ( lourdes) et profits ( je les cherche) son apport au président Sarkozy. Il parle de médiocrité ambiante, et de narcissisme, il en fait partie intégrante. Quand au lepénisme, je préfère l’appelation RN, c’est le seul parti, avec sa présidente, qui, malgré lui, représentera et dirigera la France selon ses vœux. Atlantico et Ferjou ont le chic pour citer trop souvent des commentateurs aigris, désabusés par leur échec de conseillers, et d’editorialistes.