En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 7 heures 27 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 9 heures 46 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 12 heures 7 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 12 heures 37 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 15 heures 39 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 15 heures 57 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 11 heures 45 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 12 heures 25 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 13 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 14 heures 15 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 15 heures 23 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 16 heures 23 min
© FRED TANNEAU / AFP
tempête environnement impact réchauffement climatique
© FRED TANNEAU / AFP
tempête environnement impact réchauffement climatique
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

Publié le 14 août 2020
D'après une récente étude sur les conséquences du changement climatique, une baisse de la vulnérabilité sociale et économique a été constatée face aux risques environnementaux. Comment expliquer cette situation et ce constat ? Un PIB fort est-il un gage de protection face à l'impact du changement climatique ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une récente étude sur les conséquences du changement climatique, une baisse de la vulnérabilité sociale et économique a été constatée face aux risques environnementaux. Comment expliquer cette situation et ce constat ? Un PIB fort est-il un gage de protection face à l'impact du changement climatique ?

Atlantico.fr : Une étude publiée cette année par deux chercheurs français et italien sur l'impact du changement climatique vient de constater une baisse de la vulnérabilité sociale et économique face aux risques environnementaux. Comment sont-ils arrivés à une telle conclusion ? 

Michel Ruimy : L’italien Giuseppe Formetta et le Français Luc Feyen ont tenté de mieux appréhender les liens spatio-temporels de la vulnérabilité des personnes et des biens économiques face aux risques climatiques. Leur travail s’inscrit dans la volonté de réduire les impacts futurs des catastrophes naturelles. Pour cela, ils ont essayé de quantifier, sur la période 1980-2016, la dynamique temporelle de la vulnérabilité socio-économique aux aléas climatiques à travers deux ratios : le premier rapporte le nombre de décès à la population exposée, le second les pertes économiques au Produit intérieur brut. 

Les résultats montrent une nette tendance baissière de la vulnérabilité humaine et économique, avec des taux moyens mondiaux de mortalité et de pertes économiques qui ont diminué de 6,5 et près de 5 fois, respectivement, de 1980-1989 à 2007-2016. En d’autres termes, le nombre de morts et les pertes économiques dues aux risques naturels continuent de s’accroître dans de nombreuses régions du monde.

Ces deux auteurs observent également une relation inverse entre vulnérabilité socio-économique et niveau de richesse, plus robuste pour les revenus les plus faibles. Ainsi, les pays à revenu élevé convergeraient vers un même niveau de fragilité. De même, pour les pays à faible revenu sachant qu’il existe un écart considérable de vulnérabilité aux risques climatiques entre les pays les plus pauvres et les plus riches.

Le fort PIB d’un pays est-il un gage de protection face aux dangers du changement climatique ? 

Il est une opinion largement répandue : les pays riches vont profiter du réchauffement climatique tandis que les États les plus pauvres vont en pâtir. En effet, selon certains, plus un pays est développé, plus les investissements visant à se protéger contre les risques naturels, les systèmes d’alerte précoce et les stratégies de gestion des risques de catastrophes… sont importants et facilitent non seulement la réponse à une catastrophe naturelle mais soutiennent également la phase de rétablissement qui s’ensuit. Excepté pour les vagues de chaleur, ceci confirmerait la relation inverse entre vulnérabilité socio-économique et développement économique.

Cependant, face aux risques environnementaux, les pays à faibles revenus se sont adaptés relativement plus rapidement que les Etats plus fortunés, réduisant leur écart de vulnérabilité avec ces derniers. Il n’en demeure pas moins que cet écart reste élevé pour des risques spécifiques tels que les inondations côtières, les taux de mortalité et de perte économique liés au vent… Ceci suggère que d’importants investissements ou changements dans ces sociétés pourraient être nécessaires pour réduire leur vulnérabilité à ces risques. 

Pourtant, l’idée que les pays riches et tempérés soient économiquement immunisés contre le changement climatique et vont voir s’accroître leur richesse semble tout simplement invraisemblable. En effet, chaque changement climatique (vague de froid ou de chaleur, inondations, sécheresses, ouragans...) qui dévie des normes d’un pays, riche ou pauvre, a des effets néfastes sur l’économie. Ainsi, tous les pays, qu’ils soient riches ou pauvres, froids ou chauds, vont souffrir, au plan économique, du réchauffement climatique d’ici 2100 si des efforts nécessaires ne sont pas déployés pour l’endiguer. Reste que les pays développés, moins vulnérables économiquement, peuvent davantage faire face aux impacts du réchauffement climatique que les pays du Sud.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 14/08/2020 - 17:29
article peu sérieux
Même le GIEC reconnait qu'il n'y a pas plus de catastrophe naturelles plus fréquentes...
Dans les pays développés, elles font de moins en moins de victime..
Dans les pays pauvres et très peuplés, elles sont dramatiques car la population a considérablement augmenté (plus de victimes potentielles sur la même surface) et que les équipements sanitaires sont médiocres, pour ne pas dire plus.
Le développement économique est la solution pour diminuer le nombre de victime.
Les "articles de presse panique" sont .....
J'accuse
- 14/08/2020 - 12:21
Incohérences
Comment "...des taux moyens mondiaux de mortalité et de pertes économiques qui ont diminué..." se comprend-il avec "...le nombre de morts et les pertes économiques dues aux risques naturels continuent de s’accroître..." juste la phrase d'après ?
On utilise aussi dans le texte le terme "changement climatique" à la place de "perturbations météorologiques dues au changement". Il n'y a pas autant de changements que de tempêtes !
C'est fou comme les "experts" et autres écolos ont peur du changement: un peu de courage et de confiance en l'homme, les mecs ! Soyez pas morts de trouille dès que ça bouge un peu !
La nature qu'ils disent tant aimer, c'est le contraire de la stabilité. Les seules choses qui peuvent être stables sont artificielles. Ayez donc un minimum de cohérence dans vos idéologies et cessez de chier dans votre froc à chaque péripétie dérangeante survenant de votre vivant !