En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 8 heures 55 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 11 heures 13 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 13 heures 34 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 14 heures 4 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 16 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 17 heures 6 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 17 heures 24 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 13 heures 13 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 13 heures 53 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 14 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 15 heures 42 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 16 heures 51 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 17 heures 50 min
© PASCAL GUYOT / AFP
Jean Castex Olivier Véran santé coronavirus covid-19 masques protection
© PASCAL GUYOT / AFP
Jean Castex Olivier Véran santé coronavirus covid-19 masques protection
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

Publié le 13 août 2020
Depuis le début de l'épidémie de coronavirus et lors du déconfinement, des "clusters" apparaissent de manière sporadique à travers le pays. Edouard Husson décrypte les enjeux de la crise sanitaire derrière la généralisation de cette expression et revient sur les failles de la politique gouvernementale.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de l'épidémie de coronavirus et lors du déconfinement, des "clusters" apparaissent de manière sporadique à travers le pays. Edouard Husson décrypte les enjeux de la crise sanitaire derrière la généralisation de cette expression et revient sur les failles de la politique gouvernementale.

Un gouvernement qui n’est pas contraint par la réalité

Les équipes gouvernementales se suivent et se ressemblent. Pendant de longues semaines, à partir du mois de décembre, le gouvernement français a négligé les informations qui lui parvenaient sur la pandémie du Coronavirus en Chine. Puis, à partir du mois de février, au vu de la diffusion de l’épidémie en Europe, ce fut la panique, l’incapacité à planifier une riposte. Ont suivi deux mois de confinement qui resteront dans l’histoire comme un des plus grands fiascos gouvernementaux français: communication chaotique, incapacité à procurer des masques et des tests; confinement généralisé au lieu de quarantaine ciblées, refus du traitement Raoult, qui marchait, sous l’influence d’intérêts idéologiques et industriels étrangers etc... La France ayant pour l’instant la possibilité de continuer à vivre à crédit, le gouvernement a réussi à noyer  la récession sous une masse  d’argent public; si bien que les Français n’ont pas pris la mesure de l’incompétence gouvernementale. Et, aussi regrettable que cela soit, le nouveau gouvernement, celui de Jean Castex, ne se trouve pas obligé de faire mieux que son prédécesseur. 

Il vaudrait mieux qu’une nouvelle vague n’ait pas lieu tant notre gouvernement semble peu préparé

Il y a même de quoi être très inquiet. Personnellement, je fais partie de ceux qui sont sceptiques sur une nouvelle vague à l’automne. Mais il y a en fait une question plus fondamentale que cette hypothétique seconde vague: nos pouvoirs publics sauraient-ils mieux faire face que lors de la vague de cette fin d’hiver? Un deuxième confinement serait catastrophique pour l’économie et l’on sent bien que le gouvernement veut l’éviter à tout prix. D’où la recommandation du port du masque généralisé par le ministre de la Santé qui s’évertuait, il y a quatre ou cinq mois, à nous expliquer l'inutilité du masque. D’où la laborieuse mise en place, huit mois trop tard, du contrôle dans les aéroports. Mais ne nous faisons pas d’illusions. Le gouvernement Castex navigue tout autant à vue que le gouvernement Philippe. 

Nous sommes sauvés : nous identifions des « clusters »

Rien ne le dit mieux que l’irruption, d’un mot fourre-tout: désormais, on nous parle à longueur de bulletin d’information ou de communication gouvernementale, de « clusters ». La belle affaire ! Un « cluster », ça fait plus chic que de dire, comme on le faisait jusqu'au mois dernier, un « foyer ». J’imagine que cela à commencé par paresse au Ministère de la Santé ou au sortir d’un conseil des ministres européens. Les anglophones disent un. « cluster, eh bien allons-y; c’est plus chic que « foyer ». Et puis, surtout, ça laisse beaucoup de possibilités pour une communication à la fois vague et angoissante. Comment ne pas sortir terrifié de ces quelques minutes sur BFM où une journaliste, sans doute spécialiste des « clusters », vous en dénombre des centaines, vous explique qu’il y en a eu sept, ou dix, ou douze de plus d’identifiés la veille. Le « cluster » devient une réalité maléfique, une sorte de monstre qui nous produit du covid 19. Et comme dans dans tout bon film d’horreur, le monstre a quelque chose de familier: avec vos proches, vous pouvez vous retrouver « clusterisé ». Alors, pensez donc, si demain on compte un ou plusieurs milliers de clusters, les monstres ne pourront plus être apaisés par de simples masques, il faudra reconfiner...

Autre gouvernement, autre « cluster »

Il y a dix ans, le dernier gouvernement sérieux qu’a eu la France, celui de Nicolas Sarkozy, communiquait sur un autre type de « clusters »: il s’agissait de faire émerger en France, avec les « pôles de compétitivité » ou le plateau de Saclay des « grappes d’innovation technologique et industrielle », puisque le mot « cluster »  a aussi ce sens en anglais. C’était l’époque où il y avait encore, à la tête de l’Etat, une ambition - c’est d’ailleurs grâce à cette ambition que les IHU, dont celui de Didier Raoult, ont pu être financés. Malheureusement, en 2020, la France a dégringolé en deuxième division au plan mondial. Le slogan de la « start up nation » dissimule de moins en moins l’abandon de toute grande ambition scientifique, technologique, industrielle, médicale. Et nous ne rêvons plus de créer des clusters qui deviennent, des « Silicon valleys » avec u n peu d’efforts et de persévérance »; nous regardons surgir des « clusters » épidémiques, des foyers de maladie potentielle, avec la réactivité d’un lapin regardant, dans les phares de la voiture qui s’apprête à l’écraser. 

Il y a bien un « cluster » : à Paris ! 

La multiplication des « clusters » est pour l’instant essentiellement verbale. Elle exprime le mélange d’impuissance et d’arrogance d’un équipe gouvernementale qui a remis au goût du jour Thomas Diafoirus et le docteur Knock. La répétition du mot « cluster » à toute occasion depuis quelques jours nous replonge dans Molière. Il manque malheureusement à nos politiques de pouvoir s’entendre rire au nez comme Argan ou Monsieur Jourdain. Si notre ministre de la Santé ou notre Premier ministre n’étaient pas coupés des électeurs par de multiples écrans (d’information, de sécurité ou, tout simplement, de perception), ils se douteraient qu’un « cluster » mis à toutes les sauces, cela en fera rire certains et en glacera d’autres, qui auront le sentiment de toujours moins comprendre « de quoi ils parlent à Paris »; il y a visiblement un cluster parisien d’un genre particulier; il semble particulièrement résistant au principe de réalité. 

Un mot utilisé à satiété et à mauvais escient en révèle beaucoup sur la crise de ceux qui nous dirigent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 15/08/2020 - 20:37
Foyer
Hé oui ! Que voulez-vous: l'expérience de tous les jours montre tout simplement que les mots mots français sont oubliés par les écrivassiers de tout poil. Jusque dans le commerce d'électro-ménager. Alors, si vous avez du poids, pour quoi ne pas tenter d'imposer le mot "foyer" ? Il est vrai qu'on est pas aidé par l'Académie avec "la Covid" !
evgueniesokolof
- 13/08/2020 - 20:19
ah oui cher Edouard Husson
Ce pays vit de mots car l'alliance de la médiocrité et de la courtisanerie , vous avez raison, c'est Mr Jourdain apprenant de Rodrigue ce qu'est un oxymore! Il y eut la gouvernance dont la paternité revint à Mitterrand et dont toute la Tontonie imbécile se gargarisa, il y eut la résilience dont le docteur Gayet (et je lui ai fait part de mon immense reconnaissance) nous a appris que ce n'étais pas la résistance. Voila le cluster....que tout cela est beau sauf que derrière le monde des mots il y a surtout celui des maux qui nous attendent et sur lesquels les crétins qui nous gouvernent sont étrangement...muets!
BADIN
- 13/08/2020 - 15:55
Courage et décision
Je suis tout à fait d'accord avec Arvensis: félicitons M Husson pour son article courageux. J'ai été scandalisé par deux événements après le déconfinement: L'attitude désinvolte de notre petit marquis poudré quand le journaliste qui l'interrogeait lui indiquait que nous aurions, selon les statistiques, un million de chômeurs supplémentaires et son discours lénifiant avant de partir 3 semaines en vacances parce qu'il avait mis 500Mds (qu'il n'a pas) sur le tapis. Je pense, comme Combaz ( https://www.bvoltaire.fr/masques-liban-le-comportement-du-president-va-t-il-entrer-en-resonance-avec-les-nevroses-francaises/ ), qu'il est là pour détruire notre pays. Il faut absolument arrêter ce massacre. Il aurait fallu galvaniser nos compatriotes en expliquant que, malgré les sommes considérables débloquées, la reprise économique ne serait au rendez-vous qui si tous les Français se retroussaient les manches et essayaient, en fonction de leurs possibilités, de rattraper le temps perdu pendant ces 3 mois de confinement. Ce type est dangereux parce qu'incapable de prendre une décision, de faire un choix, de savoir quoi faire devant un problème. Et dire qu'il a le bouton de la force de frappe!