En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 8 heures 18 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 12 heures 57 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 13 heures 27 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 16 heures 25 sec
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 16 heures 29 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 16 heures 47 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 12 heures 36 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 13 heures 16 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 14 heures 19 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 15 heures 5 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 16 heures 14 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 17 heures 13 min
© Sebastien Bozon / POOL / AFP
Emmanuel Macron police faillites Etat statistiques délinquance insécurité coronavirus covid-19 données chiffres
© Sebastien Bozon / POOL / AFP
Emmanuel Macron police faillites Etat statistiques délinquance insécurité coronavirus covid-19 données chiffres
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

Publié le 13 août 2020
Au regard de l'insécurité, de la délinquance ou de la crise du Covid-19, les imprécisions statistiques peuvent être préjudiciables pour l'Etat. Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, notamment sur les questions liées à l’insécurité ?
Alain Bauer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai. Dernier livre paru : Vivre au temps du coronavirus (Cerf) ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard de l'insécurité, de la délinquance ou de la crise du Covid-19, les imprécisions statistiques peuvent être préjudiciables pour l'Etat. Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, notamment sur les questions liées à l’insécurité ?

Atlantico.fr : Comment les imprécisions statistiques peuvent-elles provoquer une faillite de l’Etat français?

Alain Bauer : Pendant longtemps on a cru que l’absence de statistiques constituait une défaillance majeure pour l’administration de l’Etat. Compter les recettes, les dépenses, recenser la population, les naissances, les malades, les morts et les blessés, les électeurs, permettaient de définir des politiques publiques, de répartir les impôts, de justifier des investissements, d’être comptable de l’usage du denier public ou de comparer des performances pour les travailleurs ou les investisseurs.

Le ministère du chiffre, devenu ministère des comptes, a peu à peu remplacé tous les autres étalons de mesure par celui de la dette ou du retour sur investissement. Les sondages d’opinion définissent pour leur part en grande partie les politiques publiques, le chiffre magique des 3% de déficit public, inventés sur un coin de table et au doigt mouillé, cornaquent la gestion des Etats, chacun ou chacune dispose de son outil de référence permettant d’affirmer sa compétence ou d’être jugé comme incapable par son opposition ou son opinion publique. Ainsi, l’appareil statistique a depuis longtemps cessé d’être un dispositif scientifique pour se transformer en outil politique.

Mark Twain disait qu’il existe trois sortes de mensonges : “Les mensonges, les sacrées mensonges et les statistiques”, les frères Goncourt ajoutaient que “la statistique est la première des sciences inexactes”.

Mais on ne pouvait s’en passer et on considérait généralement que disposer d’un outil fiable permettait de gouverner honorablement. Ainsi, en matière de criminalité, l’Etat s’était doté en 1539 d’un Etat Civil, puis en 1827 d’un compte général de l’administration de la justice criminelle,  enfin après 1972 d’un dispositif national dit “4001” de recueil des faits enregistrés par les services de police et de gendarmerie et depuis 2003 d’une enquête nationale de victimation régulière mise en place par l’ONDRP et l’INSEE.

L’outil administratif policier est resté, volontairement le plus souvent, partiel, parcellaire et partial. Il a surtout servi à définir une politique légitime du résultat, rapidement transformée en politique du chiffre en application de la mode comptable du moment,

Pourtant, grâce au dispositif de victimation, on a pu voir apparaitre des écarts de prise en compte de phénomènes majeurs (violences intrafamiliales, violences contre les femmes, les mineurs, des curiosités en termes d’ élucidation, de réponse publique, de confiance aux institutions, …).

Au fil du temps, en s’appuyant sur ces outils, lentement, progressivement, des évolutions importantes se sont dessinées. La statistique a trouvé son utilité de manière paradoxale. Elle a servi à la société pour imposer une évolution des politiques de l’Etat.

Hélas, cette mutation imposée de l’extérieur a rencontré des résistances féroces, à tel point que le seul outil à peu près fiable mis en place par Nicolas Sarkozy en 2003 va bientôt disparaitre (l’ONDRP) et que l’enquête de victimation semble condamnée…

Sans statistiques ou sans volonté  de les comprendre, l’Etat gouverne le plus souvent par compilation plutôt que par analyse. Situation répétitive en matière criminelle, terroriste, ou pour la gestion de la pandémie de Coronavirus... Soit l’Etat n’a rien et s’en sert d’excuse. Soit il est submergé et justifie son retard par la complexité supposée du problème.  Et quand miraculeusement le politique impose des outils fiables et efficaces, comme Xavier Bertrand ou Roselyne Bachelot en 2009/2010 contre le H1N1, ou Nicolas Sarkozy puis Manuel Valls, l’administration n’a de cesse de démanteler le dispositif…

Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, en particulier sur les questions liées à l’insécurité ?

L’Etat passe le plus souvent du mode sceptique au mode panique. Il préfère gérer les évènements selon un triptyque abondamment utilisé au fil des décennies : Négation, minoration, Ejection. En français courant : Ce n’est pas vrai, ce n’est pas grave, ce n’est pas de ma faute...

Qu’il ne dispose pas d’outils fiables ou qu’il soit submergé par l’information, l’administration semble souvent parfaitement imperméable aux données qui ne correspondent pas à son positionnement initial.

La situation s’est largement dégradée avec les Infox et autres Fake, Trolls et agents de désinformation qui ont transformée internet et les réseaux sociaux en Far West débridé.

L’Etat, en situation de crise de confiance majeure, ne porte plus la parole publique et il n’y a plus d’operateur de confiance capable de dépasser la muraille du conspirationnisme ambiant.

Il n’y a plus de vérité mais seulement des opinions contradictoires. Or, en matière de sécurité, la dégradation est ancienne, particulièrement en matière de violences physiques et homicides. En 1998, j’écrivis dans Le Monde un article sur le retour des « Oranges Mécaniques ».

Faute d’outils, de compréhension des outils, depuis un quart de siècle, les agressions subies ou déclarées progressent inéluctablement en France. Contre les institutions certes, mais surtout contre des victimes « ordinaires » qui un jour se révolteront aussi contre l’Etat. Pour enfin disposer de la protection qu’il leur promet.

Quelles solutions peuvent être imaginées face à ces défaillances de l’Etat?

Gouverner c’est prévoir, gouverner c’est choisir. Entre Pierre Mendes France et Michel Rocard, la liste des options possibles reste large. Si l’on préfère Clémenceau ou encore le Général de Gaulle, la pratique d’un « Ordre juste », sous contrôle citoyen, disposant d’outils modernes et indépendants, est parfaitement à la portée de l’Etat Central français, construit sur sa promesse régalienne.

Il lui faudrait donc rétablir l’outil (statistique de déclaration indépendant du dépôt de plainte et automatique, contrôlée par une autorité indépendante ; maintien et développement de l’enquête de victimation ; conférence citoyenne Police/Justice de résultats et d’action après chaque retour d’enquête nationale, … sont autant de pistes a à suivre.

Le ministère de l’intérieur a la chance d’avoir, à la tête de ses principales institutions (Cabinet, DGPN, DGGN, PP, …) de responsables intègres et compétents, volontaires, capables sans doute de procéder a un mouvement de modernisation dont ils seront aussi les bénéficiaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 14/08/2020 - 11:05
Les frères goncourt..
.. avaient peut-être une culture scientifique en général et statistique en particulier insuffisantes
zelectron
- 13/08/2020 - 21:26
une classe politique dévoyée !
Nous sommes gouvernés par des menteurs, hypocrites, politicards de bas étage et autres petites cervelles, dont le seul but de s'enrichir le plus discrètement possible est la seule raison de leurs mandatures !
tubixray
- 13/08/2020 - 19:26
@JBL
Merci de nous avoir signalé l'éditorial de P. Bilger paru hier sur Bd Voltaire.
Une analyse de la violence à laquelle nous sommes tous exposés et la désignation de leurs auteurs rarement entendus sur les médias "mainstream" (comprendre ceux de la pensée unique).