En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 20 min 23 sec
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 1 heure 50 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 12 heures 25 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 51 min 12 sec
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 5 heures 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 6 heures 45 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 9 heures 18 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 11 heures 21 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 11 heures 49 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 12 heures 32 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 13 heures 36 min
© JOEL SAGET / 000_19X3CZ
© JOEL SAGET / 000_19X3CZ
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

Publié le 11 août 2020
L’industrie financière mondiale avance elle aussi avec incertitude face au coronavirus. Quelles conséquences économiques pour le secteur et pour les assurés ? Bilan avec Éric Verhaghe.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’industrie financière mondiale avance elle aussi avec incertitude face au coronavirus. Quelles conséquences économiques pour le secteur et pour les assurés ? Bilan avec Éric Verhaghe.

Alors qu'un commercant remportait au cours du week end dernier son procès contre Axa, obligeant l'assureur à couvrir les pertes subies lors de la crise sanitaire, de nombreux autres professionnels luttent toujours contre leur assurance. Selon vous, les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d'indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie ?

 

 

Éric Verhaeghe : Voilà un sujet bien compliqué ! D'abord parce qu'il faut savoir exactement ce que dit le contrat d'assurance. J'ai cru comprendre que, dans l'affaire du restaurateur que vous évoquez, les garanties invoquées étaient dites "intercalaires", c'est-à-dire ajoutées par l'assureur dans une négociation de gré à gré avec l'assuré au moment de la souscription. Ce n'est pas une garantie standard. Et l'expérience montre que les assurés n'ont pas forcément le réflexe ou l'habitude de lire leur contrat d'assurance. Quand bien même ils seraient familiers de cette lecture et qu'ils y trouveraient une garantie en cas de pandémie, il faut encore savoir interpréter cette garantie. Assez logiquement, dans le cas d'une épidémie, les assureurs tentent de limiter leurs dépenses, et assez logiquement les assurés tentent d'obtenir la meilleure indemnisation. La conciliation des points de vue peut prendre beaucoup de temps. 

 

Dans le cas de la pandémie, des problèmes pratiques se posent. Contrairement à ce qu'on croit, les assureurs ne disposent pas d'un état des lieux simple des garanties qu'ils ont octroyées à leurs assurés. On imagine parfois les compagnies d'assurance comme omniscientes et parfaitement en ordre pour maîtriser leurs sinistres. La réalité est très différente. Beaucoup de compagnies, pour des tas de raisons liées au métier d'assureur, ignorent l'état exact de leur "stock". Certains contrats ont été souscrits parfois plusieurs décennies auparavant, et sont reconduits d'année en année sans être retouchés. Dans ces cas-là, qui sont très nombreux, plus personne ne sait au juste quelles sont les intercalaires concédées pour obtenir la signature du contrat. C'est particulièrement vrai dans les entreprises de moins de 50 salariés, où le patron a fait confiance à un courtier et ne cherche pas à rediscuter ses contrats régulièrement. 

 

Il est très probable qu'il existe de nombreux "vieux contrats" qui ont inclus la pandémie avant la survenue du SRAS des années 2000. Pour beaucoup d'assureurs, il s'agissait d'une hypothèse théorique qui ne se réaliserait jamais. Les assureurs qui ont assumé de la couvrir n'ont pas alors mesuré qu'une pandémie toucherait tous leurs clients d'un coup, et pas seulement l'un d'entre eux. La pandémie produit ce que les statisticiens appellent de la covariance : il s'agit d'un risque qui concerne tous les clients en même temps. Donc qui suppose des montants colossaux à indemniser, tellement colossaux qu'ils mettent la survie des compagnies en jeu. Et c'est le problème principal qui s'est posé. Les assureurs dommages disposent d'un matelas d'environ 50 milliards pour couvrir les sinistres. Et l'indemnisation des seules pertes d'exploitation coûte plus cher que 50 milliards. 

 

Beaucoup d'assureurs ont donc freiné des quatre fers pour négocier les indemnisations. 

 

 

Ce procès peut-il ouvrir la voie pour d'autres professionnels, lésés par leur assurance ?

 

Je pense que beaucoup de restaurateurs ont saisi les tribunaux, souvent avec un certain succès. Mais il faut ici bien comprendre que les méthodes utilisées pour indemniser un accident de voiture n'ont pas court. On n'est pas dans un modèle d'assurance standardisé avec des dommages de quelques centaines ou quelques milliers d'euros en moyenne à indemniser. On est dans des ordres de grandeur de dix à cent fois supérieurs. L'évaluation du montant à verser ne fonctionne donc pas par un simple coup de téléphone, puis le passage d'un expert qui, en quelques minutes, dit à l'assureur combien il doit à payer. Compte tenu des sommes en jeu, l'assureur fait la tortue comme la légion romaine. 

 

Dans cette tactique de négociation, l'assuré doit prendre son mal en patience et comprendre que le contentieux, même s'il est gagné, n'est pas un aboutissement, mais un commencement. L'assureur dispose en effet d'une arme redoutable : sa capacité à faire appel et à repousser toute décision définitive pendant des années, selon un principe bien connu des assureurs, qu'on appelle "gestion du risque". Il s'agit d'expliquer simplement au client, à l'assuré : soit vous demandez d'encaisser la totalité de la somme que le tribunal nous condamne à payer, et, dans ce cas, on fait appel, et vous toucherez le premier centime dans cinq ou dix ans. Soit on transige sur le paiement immédiat d'une somme moindre. 

 

Autrement dit, les assureurs, même en cas de contentieux, sont dans une démarche de négociation. Et même s'ils perdent le contentieux, ils proposent généralement à l'assuré de réduire le montant à payer. L'assuré doit donc comprendre que saisir le juge pour obliger un assureur à payer n'est pas une fin en soi, mais simplement un moyen de faire pression sur lui. 

 

 

Comment les professionnels peuvent-ils se préparer pour obtenir gain de cause ?

 

Dans tous les cas, il faut s'entourer de conseils efficaces. Si les professionnels disposent d'un courtier, ils ont intérêt à le consulter, même si le courtier ne fait pas tout, ne sait pas tout, et n'est pas forcément très chaud pour prendre parti. Dans tous les cas, il faut en plus se faire accompagner par un avocat qui connaît un peu ces sujets. On évitera donc soigneusement le spécialiste du divorce ou du licenciement pour traiter ce genre de dossier qui suppose une technicité particulière. 

 

C'est avec ces conseils qu'il faut reprendre son contrat d'assurance et comprendre exactement ce qu'il veut dire. Si, à tête reposée, l'assuré a de bonnes chances de gagner, il peut se lancer dans un contentieux. Mais je déconseille fortement de croire que le contentieux suffit et tient lieu et place de négociation avec son assureur. Dans tous les cas, il faut ouvrir la porte à des discussions entre adultes. L'assureur va défendre son bout de gras et c'est normal. Pour négocier, il faut s'appuyer sur son courtier et ne pas hésiter à choisir un intermédiaire comme un avocat qualifié pour dépassionner le débat. Il ne faut pas hésiter non plus à contacter un expert d'assuré pour quelques trucs. 

 

Quoiqu'il en soit, je conseille fortement de se souvenir de ce principe simple : le contentieux n'est pas une fin, mais un début. Un contentieux gagné n'ouvre pas un droit. Il donne seulement une arme pour mieux négocier avec son assureur.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires