En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 heures 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 5 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 47 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 7 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 11 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 13 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 13 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 9 heures 46 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 10 heures 22 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 11 heures 51 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 12 heures 18 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 13 heures 33 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron économie France note classement
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron économie France note classement
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

Publié le 10 août 2020
La signature du plan de relance européen va-t-elle faire évoluer la notation de la France ? La hausse de la valeur de l’euro face au dollar va-t-elle avoir un impact sur la relance européenne et sur l'économie en France ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La signature du plan de relance européen va-t-elle faire évoluer la notation de la France ? La hausse de la valeur de l’euro face au dollar va-t-elle avoir un impact sur la relance européenne et sur l'économie en France ?

Atlantico.fr : La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il un phénomène mécanique lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population ou le reflet de notre déclin ? 

Michel Ruimy : Les trois plus importantes agences de notation - Standard & Poor’s, Moody’s, Fitch - ont récemment abaissé voire maintenue la « perspective » de la France, sans toucher à leur notation respective. (La France avait perdu sa note, « AAA », auprès des trois agences de notation en 2012). Cette décision n’a pour le moment pas eu d’effet majeur sur les marchés financiers. La France continue de pouvoir emprunter dans des conditions satisfaisantes avec des taux bas.

Cet abaissement reflète davantage et essentiellement la dégradation substantielle, attendue cette année, des finances publiques et de l’activité économique du fait de la crise sanitaire. Rappelons que le dernier budget rectificatif pour 2020 intègre une prévision de contraction du Produit intérieur brut (PIB) de 11%, un déficit public de 11,5% (225 milliards d’euros) et une dette publique de 121% du PIB. Très loin des règles européennes qui plafonnent le déficit à 3% et la dette à 60% du PIB.

Si le « Quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron, qui a permis d’ouvrir les vannes des dépenses publiques pour soutenir les entreprises et l’économie française pendant le confinement, il aura également un coût à terme. Cette dégradation s’inscrit dans le prolongement de la réflexion que les mesures fiscales antérieures visant à réduire le creusement du déficit public n’ont pas donné les résultats escomptés. Ainsi, elle se produit dans un contexte d’un niveau d’endettement déjà élevé, de progrès limités dans la consolidation budgétaire depuis la crise financière de 2008 et d’une croissance économique modérée.

En fait, la crise sanitaire a révélé que la France a perdu, encore un peu plus, de sa marge de manœuvre financière et qu’elle n’est pas en mesure de se réformer davantage en raison du maintien d’un chômage élevé. Le prochain plan de relance nous indiquera s’il s’agit d’un ensemble articulé de mesures permettant de libérer le potentiel de croissance, préalable indispensable à la baisse du chômage.

Quel rôle peut jouer la signature du plan de relance européen sur la notation de la France ?

La dégradation de la perspective de notre pays augmente la pression sur la cote de crédit française. En d’autres termes, ceci signifie, en théorie, que la France devrait accroître la rémunération des obligations et titres publics qu’elle émet si elle souhaite que les investisseurs les achètent.

Or, le taux d’intérêt d’emprunt à 10 ans de la France est resté à un bas niveau. Une stabilité qui s’explique d’une part, par le contexte global d’injections massives de liquidités par les banques centrales et d’autre part, par une absence d’alternative : les investisseurs en euros non-résidents préfèrent la dette française à la dette italienne ou espagnole, moins sûres et moins bien notées, et, dans une certaine mesure, à celle de l’Allemagne, dont les taux sont plus bas pour une qualité jugée quasi-équivalente.

Le plan de relance européen de 750 milliards d’euros, quant à lui, va avoir une incidence très forte sur l’activité économique puisque 70% de cette somme doit être dépensé dans les deux ans pour faire face à la crise. L’Union européenne (UE) va pouvoir emprunter, avec une notation « AAA », 390 milliards de subventions - au nom des États membres - qu’elle redistribuera en fonction des besoins des pays pour faire face à la crise. 
La France bénéficiera d’un peu moins de 40 milliards d’euros, soit un peu plus d’un tiers du plan de relance. Cet apport de l’UE est une différence majeure avec la crise de 2008 où l’institution était restée muette. Dans une certaine mesure, il n’alourdira pas d’autant le poids de la dette française. C’est pourquoi, dans un contexte de convalescence économique, la notation de la France devrait rester, à court terme, toutes choses égales par ailleurs, stable. 

La gestion globale de la crise du coronavirus en Europe a entraîné une hausse de la valeur de l’euro face au dollar. Cela aura-t-il un impact négatif sur la relance européenne et la puissance économique de la France ?

En un peu plus de deux mois, l’euro s’est apprécié de près de 10% contre le dollar américain, qui, lui, a baissé face aux principales devises depuis 3 mois. 

Cette appréciation résulte, tout d’abord, de l’accord trouvé par les chefs d’États européens sur le double sujet du plan de relance (750 milliards d’euros) et de l’adoption du budget 2021 - 2026 de la Commission européenne (plus de 1 000 milliards d’euros). L’émission d’une dette européenne mutualisée, garantie par les Etats membres, constitue, de facto, une étape majeure vers une Europe fédérale. On oubliera les atermoiements des uns et des autres et les habituelles « négociations de tapis ». En fait, l’essentiel est apparu lors de la déclaration commune d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron (19 mai) : le couple franco-allemand est indissociable et demeure, pour l’instant, notamment par ses complémentarités culturelles, géographiques, économiques et, par une farouche volonté politique, le socle inébranlable de l’Europe. Les marchés l’ont compris et ont acheté l’euro.

Ensuite, de manière concomitante, cette revalorisation découle de l’aggravation de la crise sanitaire dans certains Etats américains les plus peuplés et aux atermoiements politiques du Congrès autour d’un nouveau plan de relance pesant sur la devise américaine (Faute d’accord au Congrès, le président américain a promulgué un nouveau plan d’aide par décret pour soutenir les millions d’Américains touchés par la crise économique). 
Mauvaise gestion de la crise sanitaire, incertitudes politiques, démondialisation… pèsent ainsi sur le billet vert. Mais plus qu’une hausse de l’euro, il s’agit d’une baisse du dollar américain, qui a conduit à une hausse du baril de pétrole, de l’once d’or… 

Dès lors, dans un contexte de relance post-crise sanitaire, un « euro fort » rend les entreprises européennes exportatrices moins compétitives et, a contrario, peut motiver certains flux d’importations. Le cours actuel de l’eurodollar pourrait contrarier la reprise économique. De manière plus précise, l’euro pourrait révéler certaines distorsions économiques de la zone : en particulier, il pourrait être « fort » pour l’Allemagne, dont les exportations ont repris. Les déséquilibres intra zone euro pourraient, de ce fait, apparaître en pleine lumière et dans toute leur cruauté, le cas échéant, pour la France.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 12/08/2020 - 14:18
Le plan de relance européen?
A mes yeux cata pour la FRANCE: mise sous tutelle pour 40 malheureux milliards et 80 à rembourser à cause de la mutualisation. Et s'il n'y avait que cela ! Confinement aveugle et général: catastrophe, économique mais aussi probablement sanitaire: combien de morts ou malades aggravés par manque de soins?
Ganesha
- 12/08/2020 - 09:13
Jérusalem !
On se croirait à Jérusalem, au Mur des Lamentations !
Arrêtez de pleurnicher !
Essayez de retrouver vos esprits, et la prochaine fois, de voter plus intelligemment !
gerard JOURDAIN
- 11/08/2020 - 18:09
suffit de se rappeler l'histoire du monde....
la France est un pays en perdition.
comme tous les pays opulents ont connus..
l' Egypte, la Grèce, la Rome antique...etc...
l'Europe maintenant avec les états unis...
c'est bien foutu la nature....