En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 6 heures 28 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 8 heures 46 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 11 heures 7 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 11 heures 37 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 14 heures 57 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 10 heures 46 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 11 heures 26 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 12 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 13 heures 15 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 14 heures 24 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 15 heures 23 min
© Capture d'écran Youtube / DR / Twentieth Century Fox
Cléopâtre reine d'Egypte histoire passé Jules César Rome antique
© Capture d'écran Youtube / DR / Twentieth Century Fox
Cléopâtre reine d'Egypte histoire passé Jules César Rome antique
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

Publié le 10 août 2020
Comme les années précédentes, nous avons repris notre carnet de notes et notre crayon pour rencontrer les personnages de l’Histoire qui ont marqué leur époque et au-delà, changé le monde. Le projet a été de leur demander de nous accorder un entretien pour revisiter le bilan de leur action et vérifier si leur lecture de l’Histoire permettait de mieux comprendre notre actualité.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme les années précédentes, nous avons repris notre carnet de notes et notre crayon pour rencontrer les personnages de l’Histoire qui ont marqué leur époque et au-delà, changé le monde. Le projet a été de leur demander de nous accorder un entretien pour revisiter le bilan de leur action et vérifier si leur lecture de l’Histoire permettait de mieux comprendre notre actualité.

Comme les années précédentes, nous avons repris notre carnet de notes et notre crayon pour rencontrer les personnages de l’Histoire qui ont marqué leur époque et au-delà, changé le monde.  Le projet, un peu osé convenons-en, a été de leur demander de nous accorder un entretien pour revisiter le bilan de leur action et vérifier si leur lecture de l’Histoire permettait de mieux comprendre notre actualité.

Alors bien sûr, ces personnages étant aujourd’hui disparus, leurs interviews sont imaginaires, mais beaucoup moins qu’on ne le croirait. Les historiens ne nous en voudront pas, nous avons puisé les réponses dans ce que ces personnages ont écrit dans leurs mémoires et ce que les historiens nous ont apporté sur leur parcours.

Et cette année, nous avons choisi d’interroger des femmes qui ont dominé leur époque, dans tous les domaines, parce que notre actualité aujourd’hui est fortement impactée par les discours féministes, les révoltes et parfois les excès. Ces femmes de l’Histoire ont sans doute été précurseurs, mais pas seulement.

Aujourd’hui, Cléopâtre VII.

Si le nez de Cléopâtre avait.... Parmi les femmes de l’Histoire que nous avons rencontrées, Cléopâtre a sans doute été la première et la plus célèbre des féministes. Et quand Pascal écrivit une de ses sentences les plus connues, il aurait mieux fait de se taire.

"Si le nez de Cléopâtre eût été plus court, toute la face du monde aurait changé." Pascal fait référence à la célèbre reine d'Égypte Cléopâtre (69-30 av. J.-C.), réputée pour sa beauté, dont son long nez aurait été selon lui un élément clé, pour ses amours, notamment avec Jules César et Marc Antoine. Si l'austère Pascal s'intéresse dans ses Pensées (1670) à cet élément du physique de Cléopâtre que personne n’a vu, c'est pour démontrer deux principes : le premier, c'est que de petites causes peuvent produire de grands effets. Comme dans une chute de dominos, un événement peut entraîner une série de réactions en chaîne qui engendrera des conséquences qu’on a du mal à imaginer... Ajoutons qu’il laissait entendre que « les femmes ont souvent des attraits qui leur font arriver à leurs fins. »  Quelle arrogance et quelle muflerie qui lui auraient valu aujourd‘hui un procès médiatique pour machisme et sans doute plus, mais passons.

La plus connue et la dernière des reines d’Égypte restera une des femmes de l’histoire de l’humanité les plus exceptionnelles d’intelligence et d’efficacité. Et n’en déplaise à Pascal, son nez n’y est pour rien.

Cléopâtre est en fait la 7ème de son nom. Fille de Ptolémée XII et de Cléopâtre VI, elle se voit obligée de se marier à son frère, Ptolémée XIII, puis à la mort de celui-ci, son plus jeune frère encore, Ptolémée XIV. Ces désagréments de rang lui ont donné un caractère obstiné, Cléopâtre était prête à tout pour son royaume. Son goût des alliances politiques ou son talent pour trouver des amants haut placés en ont fait une femme de pouvoir respectée, dont le mythe perdure aujourd’hui. Cléopâtre, féministe avant l’heure ?

Cléopâtre, Majesté, bonjour. Permettez-moi, pour commencer, de vous dire combien je suis impressionné par la ressemblance que vous avez avec Elizabeth Taylor...

Cléopâtre : On me le dit souvent en effet. Elle a joué dans un film très inspiré de ma carrière, mais ça n’est qu’un film, et elle n’est qu’une actrice. Elle n’a pas pris de risque. Moi j’en ai pris... Elle a gagné beaucoup d’argent, moi pas. Alors, ne parlons plus de cette usurpatrice, si vous le voulez bien.

Majesté, Blaise Pascal a écrit que si le nez de Cléopâtre avait été plus court, la face du monde en aurait été changée. Quand avez-vous pris conscience que votre beauté pouvait paralyser les hommes et vous aider à prendre le pouvoir?

Cléopâtre : Je ne sais pas.  Vous me flattez. Très jeune, sûrement. Mais je ne voudrais pas que vous perdiez votre temps et moi le mien. A cause de mon nez, de mes seins et de ma chute de reins, on m'a traitée de salope. Certains m’ont même surnommée « la plus grande putain de la vallée du Nil ... », quel honneur, ai-je alors pensé !  Alors pour clore ce chapitre, je voudrais vous dire que je suis une femme. Qu’il a fallu que je me batte pour accéder au pouvoir et qu’il a fallu que je me batte encore plus pour le conserver, parce qu’à cette époque, 50 ans avant Jésus Christ, la Méditerranée était menacée par les ambitions de l’empire romain, qui voulait étendre son hégémonie, non seulement sur l’Europe toute entière mais aussi sur le bassin méditerranéen et particulièrement sur l’Egypte. Et bien au-delà encore, sur tout l’Orient.

Et bien, pour que l’Egypte garde son indépendance, ses richesses et ses valeurs, il m’a fallu déployer des trésors d’imagination et obliger les empereurs romains, Jules César d’abord et Marc Antoine ensuite, à passer une alliance avec nous. Arrêter la guerre contre l’Egypte et cohabiter, sans plus.

J’ai passé ces alliances, j’ai séduit César. J’ai pu exercer le contrôle du Pays, mais pour qui croyez-vous que j’aie fait tout cela ? Je l’ai fait pour le bien du peuple égyptien. Il fallait se méfier de Rome. Elle a connu une stratégie de conquête à des fins de colonisation. Rome pillait les ressources du pays conquis pour nourrir les Romains.

Et croyez-moi, le peuple égyptien sait très bien que je l’ai protégé de ces prédateurs. Le résultat, c’est qu’aujourd’hui, ma notoriété comme vous dites, dépasse les frontières du pays. 

Vous êtes fâchée ?

Cléopâtre : Je ne suis pas fâchée, j’en ai assez qu’on ressorte les mêmes bêtises sur moi. Christine Deviers-Joncour, vous vous souvenez ? Elle a bien été baptisée "la putain de la République" sous Mitterrand, mais vous savez sur quel royaume elle régnait ? Un ou deux ministres... ridicule ! Moi, je suis une pharaonne. J’ai régné sur l’Égypte toute entière. Il n’y a pas d’autre exemple dans l’Histoire. Catherine II en Russie, peut-être ? Alors oui, j‘étais jolie sans doute. Mais pensez-vous que ça aurait suffi ? La nature m’a gâtée et mon père m’a fait donner toute l’éducation qu’on ne donnait pas aux femmes à cette époque. J’ai eu les meilleurs précepteurs de l’époque. J’ai appris la philosophie, l’histoire, la géographie, les mathématiques, l’astrologie, et je parle six langues : l’arabe, le latin, le grec, l’araméen, le syrien, l’arménien. Je sais nager, danser et chanter juste. J‘ai même eu un esclave sexuel à mon service. C’était la règle d’une bonne éducation dans les familles qui en avait les moyens. Alors les critiques et les insultes, vous vous les gardez !

Ne vous énervez pas, je ne voulais pas vous froissez.  Quand et comment êtes-vous montée sur le trône ?

Cléopâtre : A la mort de mon père, tout simplement en mars 51 avant Jésus Christ. Sauf que le testament de mon père me désignait comme successeur avec mon frère cadet qui avait dix ans de moins. Un royaume mais deux souverains. Selon la coutume, je ne pouvais pas régner seule. Et oui, je suis une femme.

Et comment ça se passait avec votre frère ?

Cléopâtre : Très mal. J’ai essayé de changer la coutume, je ne voyais pas pourquoi en tant que femme, je ne pouvais gouverner seule. Mon frère et ses amis m’ont accusée de comploter, ils ont mobilisé les habitants d’Alexandrie et j’ai dû fuir en Syrie où j’ai recruté des mercenaires arabes.

L’arrivée des armées romaines va changer la donne. Jules César a réussi à vaincre Pompée qui était son grand ennemi en juin 48 avant J.C. en le poursuivant jusqu’à Alexandrie. Les Romains étaient plus en avance que les Egyptiens sur les mœurs…

Jules César a prétendu que vous aviez aidé Pompée dans sa fuite.

Cléopâtre : Oui, Jules César venait surtout avec l’intention de récupérer de l’argent et d’annexer l’Egypte. Il s’est installé au Palais des pharaons et je sais qu‘il n’avait jamais rien vu d’aussi beau. Je crois qu’il s’est aperçu alors, que l’Egypte était immensément riche. Le palais était magnifique avec des fresques, des meubles en ébène, brodés d’or. César a demandé à nous voir, mon frère a refusé. Et César est entré dans une colère noire.

C’est à ce moment-là que vous êtes entrée en scène, si j’ose dire. César a réquisitionné un appartement dans ce palais, il tourne en rond comme un fou furieux quand on frappe à sa porte. Un Egyptien se présente alors avec un immense tapis. Les gardes se méfient du cadeau. César, un peu calmé, l’accepte. Le coursier déroule le tapis avec précaution et fait apparaitre - oh surprise -  une très jeune femme quasiment nue. La jeune femme c’est vous... César est stupéfait, et vous, vous lui dites simplement « bonjour ! » 

Cléopâtre : Ça s’est passé comme cela, oui. Je lui ai dit « puisque vous vouliez me voir, me voilà nue et sans défense ». Il faut savoir que mon frère m'avait poussée à l’exil au fin fond du désert. Je crois que Jules César a été impressionné par cette arrivée très hollywoodienne et assez érotique, ma foi !

Sans doute, il vous a décrite comme merveilleusement belle et correspondant aux critères de beauté de la Rome antique. Vous aviez à peine 20 ans et lui 52. Jules César, à l’époque, est l’empereur le plus puissant du monde, il a gagné toutes les batailles, séduit toutes les femmes qu’il voulait, et même les hommes. C’est le plus courtisé et César consomme beaucoup, il a conclu de multiples unions à des fins stratégiques mais en dehors, il a collectionné les maitresses, les esclaves comme les princesses, les filles de joie ou les filles de roi, qu’elles soient libres ou mariées. Et ce jour-là, il découvre Cléopâtre.

Malgré votre jeune âge, vous n’étiez pas farouche avec les hommes !

Cléopâtre : Non, j’aimais les hommes, je l’avoue. J’avais eu une grande histoire avec Gnaius, le fils de Pompée mais ça n‘avait pas duré. Heureusement, les mœurs étaient très libres à cette époque. Le sexe n’est pas immoral, c’est une activité saine et nécessaire à l’équilibre personnel. Bref, ça ne choque personne et je peux vous dire qu’au palais de mon père, il y avait toujours un esclave disponible pour participer à des jeux érotiques. Donc, j’ai été initiée très jeune.

J’ai compris très vite que Jules César n’allait pas me reprocher mon audace. Nous avons passé la nuit ensemble. Le plaisir et l’amour étaient au rendez-vous. C’était plus que bien.

Au petit matin, je savais que j’avais gagné. Mon frère qui apprend que j’ai couché avec César, sait, lui, qu’il a perdu. Nous n’avions pas les mêmes atouts…

Alors, vous êtes arrivée au pouvoir grâce à votre amant, vous êtes finalement plus une Première dame qu’une reine…

Cléopâtre : On était bien loin de ces considérations à l’époque !  Les Egyptiens n’étaient pas patients. Ce qu’il fallait, c’était gérer le pays. César ne voulait pas d’histoire, il aurait pu anéantir le pays, il va nous le laisser, à mon frère et moi. Jules César veut respecter le testament et rétablir mon frère et moi comme cosouverains. Il voulait veiller à l’équilibre de ce pouvoir à deux têtes. Ça pouvait aussi lui rendre service. Moi, je m‘en moquais un peu, ma liaison avec l’empereur se passait très bien. Il était fou amoureux.

Mon frère n’acceptait pas ce deal. Il a donc essayé de se débarrasser de Jules César qu’il trouvait, disons, encombrant. Il a tenté de l’empoisonner, puis de fomenter une révolte du peuple d’Alexandrie. N'importe quoi ! Que des échecs.

Très énervé, Jules César a alors lancé ses légions contre les soldats qui avaient été payés par mon frère, qui a lui été obligé de s’enfuir par le fleuve. Il est tombé dans l’eau du Nil et a disparu noyé. On a retrouvé son corps quelques jours plus tard. Personne n’a pleuré et moi, je n’ai pas porté le deuil. L‘avenir pour moi, était plus clair. Le trône d’Egypte m’appartenait, Jules César me protégeait.

J‘étais enceinte. Les dieux étaient avec moi.  L’avenir qui s’offrait à cet enfant, qu'on allait appeler Césarion, pouvait être glorieux. Je le voyais régner plus tard sur l'Orient et l’Occident, et réaliser le rêve d’Alexandre le Grand. Pourquoi en plus, ne pas imaginer qu’Alexandrie ne devienne pas la capitale de ce monde réunifié ? J’y pensais, et d’autres aussi.

Le peuple d’Egypte réagissait comment ?

Cléopâtre : Le peuple n’aimait pas les Romains, mettez-vous à leur place. Mais César avait renoncé à ses projets d’annexion ou de colonisation. D’abord, parce qu’il passait le plus clair de son temps à Alexandrie avec moi et je faisais en sorte qu’il trouve cela agréable. Ensuite, je crois qu’il pensait que son armée n’était pas capable d’occuper le pays. Le Nil l’angoissait.

Enfin, mon problème à moi était d’assurer la sécurité économique de l’Egypte et cette sécurité dépendait des récoltes, donc du climat et des crues du fleuve. La principale source de richesse venait du Nil qu’il fallait dompter. Mais il fallait aussi vendre les moissons. L’Egypte était le premier producteur de blé de la région. Et notre premier client, c’était Rome. Donc, si on vendait correctement les récoltes, on pouvait constituer des réserves pour affronter une mauvaise année. J’avais besoin de Rome.

L‘essentiel de notre accord avec Jules César portait sur la gestion du blé. Il avait besoin de ce blé. Ou bien, il le volait en pillant la campagne, ou bien il l’achetait. Je lui ai fait comprendre qu’il valait mieux l’acheter pour ne pas réveiller mes mauvais côtés. Ça lui couterait moins cher. 

Mais politiquement, l’Egypte avait quel statut ?

Cléopâtre : L‘Egypte était sous protectorat romain, mais le protocole me réservait la totalité du pouvoir. Je signais tous les actes administratifs et financiers.

Vous alliez à Rome parfois ?

Cléopâtre : Le monde entier était au courant de notre liaison, le monde entier savait que nous allions avoir un enfant et Jules César passait son temps à Alexandrie, ce qui commençait à poser problème à Rome. En l‘an moins 46 avant Jésus Christ, l’empereur va donc décider, sur le conseil du Sénat, de quitter l’Egypte pour faire la revue de ses troupes d’occupation et rentrer à Rome. C’est à ce moment-là qu’il va me demander de venir séjourner à Rome. J’y suis restée presque deux ans, avec, il est vrai, des retours sur Alexandrie. Mais deux ans, c’est long…

Y avait-il des raisons politiques ?

Cléopâtre : Tout était politique chez Jules César. Je pense qu’il voulait me montrer à son peuple, je crois qu'il voulait aussi signifier qu’il était personnellement lié au premier fournisseur de céréales de Rome. En clair avec moi, les Romains ne manqueraient jamais de pain. Je leur apportais une assurance alimentaire, car les pénuries pouvaient être fréquentes à cette époque.

Parce que vous imaginez bien que les Romains ne m’aimaient guère. J‘étais la putain de l’empereur, une conquête de César, et il n’était pas question que j’offre une descendance à César.  D’où la rumeur persistante que Césarion n’était sans doute pas de lui. Cicéron par exemple me détestait. Il le disait partout et l’écrivait.

Plus sérieusement, je crois que les responsables politiques de Rome, les sénateurs par exemple, pensaient que j‘étais là pour préparer un déménagement de la capitale de l’empire sur Alexandrie. J‘y pensais certes, mais Jules César ne m’en a jamais parlé.

Les circonstances en ont décidé autrement, puisque César a été assassiné…

Cléopâtre : Je sais peu de choses sur son assassinat. La mort de l’empereur a été une surprise totale. Je savais que l’exercice du pouvoir à Rome était compliqué mais je n’imaginais pas que le pouvoir de César était si fragile.  Je sais que le testament ne mentionnait même pas le nom de notre fils Césarion. Mais seulement les deux héritiers officiels de César, Octave et Marc Antoine, qui vont d’ailleurs se partager le pouvoir.

Moi, dans ces conditions, j'ai quitté Rome très vite, en pleine confusion pour rentrer à Alexandrie et reprendre les commandes de l’Egypte.

Alors les choses ont été, là encore, un peu compliquées parce que je suis revenue en plein risque de famine, parce que le Nil était resté paresseux comme on disait, il n’était pas sorti de son lit pendant deux ans de suite. Donc pas de crue, pas d’irrigation, pas de récolte.

Faute de blé, je craignais des émeutes, d’autant qu’il y avait des légions romaines qui avaient commencé à piller certains greniers.

La situation a été très confuse. Je n‘avais encore que 29 ans avec dans les bras, le fils de César que personne ne voulait reconnaître.

La rencontre avec Marc Antoine va, une fois de plus, faire basculer le destin.

Cléopâtre : Je connaissais Marc Antoine depuis longtemps. Antoine était officier dans l’armée romaine et je l'avais rencontré quand j‘avais 15 ans. Il nous avait un peu aidé à mettre de l’ordre dans la succession de mon père. Je l’ai revu beaucoup plus tard, lors de mon séjour à Rome et à ce moment-là, il était général. Nos rapports ont été, disons plus intimes, mais sans lendemain.

Après la mort de Jules César, le monde sous influence romaine est partagé en deux. L’Occident et l’Orient. Octave va prendre l’Occident et s’installer à Rome et Antoine sera chargé de gérer l’Orient. On s’est donc retrouvé à Alexandrie.

Et alors, il avait besoin de vous et vous de lui ?

Cléopâtre : En quelque sorte. Je le connaissais bien, je savais ses faiblesses. A son arrivée, j’ai invité Antoine à dîner sur un bateau que j’avais fait aménager pour la circonstance avec beaucoup de bijoux, de fleurs et de nymphes. Des mets délicats et des coussins moelleux. Le Nil, le coucher de soleil et la tiédeur de la nuit. C’est merveilleux, une croisière sur le Nil.

Ainsi a commencé une liaison torride qui a duré plus de 10 ans. J‘avais 29 ans et lui 45 ans.

Pendant ces dix années, nous avons profité l’un de l’autre. D‘abord, les choses étaient plus faciles que du temps de César. Les Egyptiens avaient plus confiance en Marc Antoine. Ensuite nous avons fait deux enfants, deux jumeaux, un garçon et une fille. Enfin, nous nous protégions mutuellement. Je savais que je pouvais compter sur ses moyens militaires en cas de désordre et lui savait qu’il pouvait compter sur mes approvisionnements en blé.

Mais votre objectif était de reconstituer un vaste empire de l’Orient sur lequel vous auriez régner ?

Cléopâtre : C’est terrible parce qu’en politique, vous avez toujours des conseillers ou des amis qui vous suggèrent des ambitions supérieures à celles que vous aviez au départ. J’étais très prudente. Step by step.

Ce que je sais, c’est que Marc Antoine avait des problèmes avec Rome. Octave le soupçonnait d’avoir des intentions hégémoniques ou belliqueuses.

Marc Antoine avait des ambitions, certes, mais vers l’Orient. Certaines initiatives ont tourné au désastre, la guerre en Arménie contre les Parthes par exemple. Il fallait assumer ces échecs et trouver à les financer.

Parce que quand vous gagnez la guerre, vous trouvez l’argent dans le pays vaincu, mais quand vous perdez la guerre, vous devez payer la facture.

Je pense que Marc-Antoine voyait trop grand, il gagnait des contrées sur lesquelles il n’avait pas les moyens d’organiser un contrôle administratif et militaire. Je me souviens d’un retour triomphal à Alexandrie, je me souviens du jour où il a proclamé Césarion roi des rois de l’Orient, pour me faire plaisir. Mais tout cela était mal préparé politiquement, et finissait par déplaire aux populations. Je sais qu’à Rome, on n’acceptait pas ces démonstrations de puissance. 

La guerre entre Octave et Marc Antoine s’est avérée inéluctable ?

Cléopâtre : Octave craignait le pouvoir de Marc Antoine qui restait très populaire au Sénat. Octave n’a pas accepté la nomination de Césarion « roi des rois » parce qu’il savait que Césarion était le seul fils de César. Césarion avait donc une certaine légitimité aux yeux des Romains. Marc Antoine utilisait cette légitimité. Moi je le laissais faire.  Donc, Octave à Rome y voyait une menace. Octave était parano ... il pensait que je voulais lui voler le pouvoir à Rome. Je n’y avais pas songé, mais je dois dire qu‘Octave m’a un peu convaincue que ça devait être possible.

La guerre est, de ce fait, devenue rapidement inévitable. Le conflit a été très confus, et très coûteux. Octave ne sait pas faire la guerre et Antoine est très désordonné. Très présomptueux. En plus, il boit et sort la nuit. Il est fatigué et parfois déprimé par cette vie de débauche…

La fin du film est très décevante, vous auriez pu soigner votre sortie.

Cléopâtre : Comme souvent, les grands films, plein d’ambitions, se terminent mal, mais ça n‘a pas d’importance. Quand Antoine rentre en Egypte, il ne prend aucune disposition pour retarder les projets d’invasion d’Octave. Quand Octave arrive en vue d’Alexandrie, la rumeur court que je me suis suicidée, du coup Marc Antoine, désespéré, se donne la mort au Palais. Moi, je fais envoyer Césarion à l’abri au Soudan où nous avions quelques amis fidèles.

J’ai revu Octave - il avait demandé à me voir. On a parlé et je n’ai pas compris ce qu’il voulait faire de moi.

Voulait-il passer un accord pour s’attacher les bonnes grâces du peuple qui m’aimait bien, voulait-il me pousser au suicide ? Je pensais qu’il allait m‘emprisonner, et non. Donc je suis reste calme et sereine.

 « Avec ses deux plus fidèles servantes, Iras et Charmion, écrivit Plutarque, Cléopâtre se donne la mort le 12 aout 30 av J.-C. en se faisant porter un panier de figues contenant un ou deux serpents venimeux. » Vous avez donc fini par vous suicider ?

Cléopâtre : C’est inexact, Octave m’a fait assassiner.  Alors je sais que Plutarque a fait un récit incroyable de mon suicide, mais c’est un roman. C’est complètement faux ! La seule chose intéressante, c’est que ça permet à Plutarque de rappeler une nouvelle preuve de l'attachement de la reine aux traditions égyptiennes. « Le cobra pharaonique », c’est vrai, passait pour conférer l’immortalité. Alors, il a été gentil dans sa méchanceté. Ce Plutarque avait une langue de vipère.

Mais vous êtes immortelle ?

Cléopâtre : Moi je ne sais pas. Mais l’Egypte que j’ai protégée, est surement immortelle, tant que le Nil, ce fleuve immense, lui, apportera la richesse. L‘Egypte immortelle valait bien que je me fasse traiter de salope...

 

Pour aller plus loin :

Cléopâtre la fatale, par Hortense Dufour, Flammarion

Les Enfants d’Alexandrie, par Françoise Chandernagor,  Albin Michel

Les Salopes de l’histoire, Agnès Grassmann,  Acropole

 

A lire aussi : Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 10/08/2020 - 12:30
très drôle
j'adore !...
TPV
- 10/08/2020 - 08:57
Pas conventionnel
Mais instructif. Merci.