En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Les lions d'Afrique menacés de disparition

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 29 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 12 heures 37 sec
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 12 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 12 heures 3 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 5 heures 7 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 heures 6 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 12 heures 21 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 12 heures 53 sec
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 12 heures 4 min
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

Publié le 09 août 2020
Le plan de relance décidé par la France est bien loin de soutenir la comparaison avec celui mis en place outre-Rhin.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan de relance décidé par la France est bien loin de soutenir la comparaison avec celui mis en place outre-Rhin.

La parution récente des chiffres de la conjoncture française (- 13,8% de recul du PIB au deuxième trimestre) montre l'ampleur de l'impact de la récession sur l'emploi, sur la situation financière des entreprises et à titre de corollaire sur le futur tassement des rentrées fiscales. La situation préoccupante rend urgente la mise en place du plan de relance qui ne sera rendu public que le 24 Août 2020 ce qui paraît objectivement tardif.

Les mesures prises en avril et mai par le Gouvernement ont aidé la trésorerie des entreprises notamment via l'endettement généré par le système des prêts garantis par l'État (PGE) par l'entremise de BPI France. A l'heure actuelle, nombre de firmes présentent un bilan dégradé et se posent donc la question de la conversion de certaines dettes en quasi-fonds propres (avances conditionnées, obligations convertibles en actions sans droit de vote) voire en instruments de capital.

En effet, les entreprises qui redémarrent ont besoin d'un fonds de roulement pour amorcer leur cycle de production, pour acquérir leurs volumes d'intrants requis à leur exploitation.

Pour l'heure, Bruno Le Maire s'exprime sur beaucoup de sujets mais n'a pas abordé de solutions opérationnelles pour la bonne salubrité faciale des bilans et surtout pour la reprise des exploitations au moyen de sources innovantes de fonds de roulement.

Il serait opportun que le plan de relance de 100 milliards d'euros du mois d'Août comporte des réponses à ce double défi.

On pourrait aussi former le vœu que ce plan puisse soutenir la comparaison avec ce qui se passe en Allemagne.

Outre-Rhin, un plan immédiatement qualifié de "bazooka" a été décidé au Printemps et recouvre plusieurs mesures.

Rompant avec la sempiternelle logique de rigueur budgétaire, le Bundestag a voté un plan de 1100 milliards d'euros (soit près d'un tiers du PIB du pays !) qui se parcourt selon trois axes forts.

D'une part, il est instauré un fonds de soutien destiné aux grandes entreprises. D'un total de 600 milliards d'euros, ce fonds est ainsi composé : 400 milliards de garanties à destination des dettes des entreprises (ce qui dépasse déjà le volume de nos 300 milliards de PGE). 100 milliards pour des prêts ou même des prises de participations. 100 autres milliards pour renforcer la banque publique d'investissement nommée : KfW (fondée en 1948).

Puis, il a été voté une recapitalisation de 357 milliards de KfW qui sera ainsi en mesure d'apporter sa garantie à 822 milliards d'euros de prêts. Là, notre pays ne tient pas la comparaison et de loin par-delà les assertions médiatiques récentes de BPI France dont il est à craindre une dégradation du bilan sous 2 ou 3 ans. Les banquiers qui disent "oui" trop facilement sur injonction étatique sont, à la fin du film, ceux dont le bilan fait dire "ouille" aux contribuables. Il suffit de relire un certain rapport parlementaire de Philippe Seguin relatif au Crédit Lyonnais de ce cher président Haberer.

Enfin, une enveloppe de 100 milliards de crédits budgétaires (au niveau fédéral) sera destinée au soutien aux PME voire à leurs salariés.

Loin de la politique du "zéro déficit", l'Allemagne est rentrée dans une phase de sérieux interventionnisme étatique qui n'exclut pas des prises de participations de la Puissance publique au goût et saveur de nationalisations indirectes.

Enfin, ce plan s'accompagne d'étalements de paiements de certains impôts et de charges sociales.

Concernant son plan de relance, l'Allemagne a tracé un sillon cher aux méso-économistes : autrement dit, des aides structurelles répondant à un plan de cohérence sectorielle.

En France, selon les propres dires de Jean Castex, il risque de s'agir d'un plan de relance de type saupoudrage sans véritable portée contra-cyclique qui est pourtant son carburant intellectuel premier. Pour ceux qui sont friands d'histoire économique, c'est exactement l'erreur qui fût commise en 1975 par le plan Chirac-Fourcade qui n'est pas parvenu à éviter la forte hausse de la sinistralité industrielle (Creusot-Loire, etc).

S'agissant du plan du 24 Août (la Saint-Barthélémy…) la France escompte que l'Union européenne lui finance 40% des 100 milliards ce qui nous imposerait de dédier 30 milliards au volet vert de ce plan.

Il n'est pas inutile de rappeler que le trop fameux plan européen de 750 milliards comporte des points de conditionnalité sur lesquels le président Macron est resté silencieux.

Dans la mesure où le plan européen requiert l'accord des 27 parlements, un temps certain va donc s'écouler avant que les mesures fassent véritablement effet.

Quid des 40 milliards (au sein des 100) et de leur disponibilité en 2020 ?

Depuis le nouveau gouvernement, la France a des dirigeants qui parlent beaucoup, à l'inverse des conseils de retenue verbale de feu Jacques Pilhan, et qui sont brouillés avec le calendrier. Pendant ce temps-là, on ne peut que constater que l'Allemagne décide, exécute et avance. Et qu'en plus, son recul du PIB est inférieur de près de 4 points (- 10,6%) au nôtre.

Ce ne sont là que des faits assortis d'une amertume issue de " l'impuissance publique " française qui avait été décrite par Denis Ollivennes et Nicolas Baverez.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 10/08/2020 - 05:49
Perdu !
La France ne s'en remettra pas.