En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 8 heures 54 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 11 heures 13 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 13 heures 34 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 14 heures 4 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 17 heures 6 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 17 heures 24 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 13 heures 12 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 13 heures 52 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 15 heures 42 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 16 heures 50 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 17 heures 50 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

Publié le 08 août 2020
Et si cet été était l'occasion de lever le pied sur la consommation d'alcool ? L'abstinence apporte de nombreux effets bénéfiques sur le corps... au-delà de la simple perte de poids !
Mickael Naassila
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Naassila est professeur de physiologie et de biologie cellulaire dans le Groupe de recherche sur l'alcool et les pharmacodépendances à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si cet été était l'occasion de lever le pied sur la consommation d'alcool ? L'abstinence apporte de nombreux effets bénéfiques sur le corps... au-delà de la simple perte de poids !

Atlantico : Quels sont les effets concrets sur le corps de l’arrêt de la consommation d’alcool ? Quels sont les effets de l’arrêt sur une journée, sur un mois, sur un an ?

Mickaël Naassila : Contrairement aux croyances exagérées sur les effets bénéfiques de l’alcool sur notre système cardiovasculaire (réduction du risque d’athérosclérose) les effets de la consommation régulière d’alcool sont d’élever la pression sanguine et d’après l’OMS 16% du risque à développer une hypertension est attribuable à l’alcool. A partir de 3 verres pour les hommes et 2 verres pour les femmes d’alcool consommé par jour la pression sanguine d’élève de manière linéaire. Un des mécanismes les mieux décrits est une augmentation de l’activité du système nerveux sympathique par l’alcool. Le risque d’avoir des problèmes de santé (hypertrophie ventriculaire, crise cardiaque, AVC, fibrillation, thrombose cérébrale, diabète de type 2, syndrome métabolique, hypertriglycéridémie) augmente encore avec les consommation chroniques et important d’alcool et le binge drinking. L’alcool est donc mauvais pour la pression sanguine et ceci quel que soit le type de boisson alcoolique. L’augmentation de la pression sanguine est d’environ 10 mmHg à chaque verre d’alcool consommé par jour et cette augmentation est réversible dans les 2 à 4 semaines d’abstinence ou de réduction substantielle de la consommation d’alcool.

De la même manière, l’abstinence de 4 semaine entraine une diminution significative du taux de cholestérol. Concernant le foie, la consommation d’au moins 6 verres par jour entraine chez 90% des individus l’infiltration de graisse (« foie gras ») et là encore ceci est complètement réversible avec l’abstinence. L’abstinence est d’ailleurs la pierre angulaire dans la thérapie de la maladie alcoolique du foie. Au total, de nombreuses études ont donc montré les bénéfices à diminuer fortement sa consommation d’alcool voire à s’abstenir pour diminuer l’hypertension, le cholestérol ou les dommages au foie. Ces effets bénéfiques sont observables dès les premiers jours et les premières semaines d’abstinence. Il est essentiel que les médecins généralistes et les pharmaciens rappellent l’existence du lien entre hypertension et consommation d’alcool et que la diminution de la consommation d’alcool est toujours bénéfique. L’alcool est d’ailleurs impliqué de près ou de loin dans pas moins de 200 maladies et c’est une des premières causes d’hospitalisation en France.

Faudrait-il mettre en place en place un tel programme en France, un mois de janvier sans alcool ? Les français sont-ils suffisamment conscients des méfaits de l’alcool sur la santé ?

Quand on connaît tous les effets bénéfiques de la réduction de la consommation d’alcool, la réponse paraît évidente. On peut s’étonner qu’il n’existe pas encore en France de « journée sans alcool » comme c’est le cas pour le tabac. Il faut rappeler que nos autorités de santé recommandent de ne pas boire d’alcool un jour par semaine ce qui équivaut à au moins un mois par an. Il est temps en France de créer une journée sans alcool et envisager une semaine voire un mois d’information sur la problématique de l’alcool comme on peut déjà le voir dans d’autres pays. Les français sont largement insuffisamment informés et donc conscients des méfaits de la consommation excessive d’alcool sur leur santé. Il existe même un gouffre entre les représentations encore « trop » positives sur l’alcool et les réels dommages non seulement pour le consommateur mais aussi pour son entourage et la société. Le coût estimé de l’alcool en France est de 120 milliards par an. C’est énorme ! Il faut non seulement informer les français mais aussi surtout obliger les professionnels à se former et à s’impliquer dans cette problématique dévastatrice. Un tel programme permettrait de faire le point sur sa consommation et aiderait aussi peut être à une prise de conscience de nos décideurs qui manquent sérieusement de courage quand il s’agit de lutter contre la consommation excessive d’alcool et l’alcoolisme.

Qu’est ce qui rend le sevrage/l’abstinence difficile, que l’on soit totalement addict ou simple consommateur ?

 Dans l’inconscient collectif la consommation d’alcool est la norme alors que c’est la sobriété qui devrait être la norme. La non consommation est souvent stigmatisée et mal acceptée socialement. Tout est prévu pour inciter, pousser à consommer dans notre société. La publicité alcool est agressive et ubiquiste et nous rappelle constamment que l’alcool est disponible et pas cher en oubliant de rappeler que c’est  une drogue et un très bon neurotoxique. Et ce n’est pas le détricotage de la loi Evin sur la publicité alcool qui va contribuer, bien au contraire, à lutter contre ce problème majeur de Santé publique. Dans un tel contexte culturel il n’est pas aisé de s’abstenir surtout si l’on est devenu dépendant et esclave de l’alcool. L’addict qui ressent les effets désagréables du sevrage maintient sa consommation pour se soulager de ces effets de manque et comme il a très peu de chance d’être repéré et pris en charge pour sa maladie alcoolique (moins de 10% des malades ont eu une consultation les 12 derniers mois pour leur problème de consommation d’alcool).  Ce n’est pas le sevrage qui est si difficile si il est pris en charge, c’est plutôt de rester abstinent et donc ne pas rechuter dans un environnement qui lui est très addictogène. Le simple consommateur lui a bien souvent peu conscience de son niveau de consommation et il est difficile d’appréhender les seuils de recommandations (moins de 2 à 3 verres par jour, jamais plus de 4 par occasion et une journée sans alcool par semaine). Il est essentiel de communiquer encore plus sur l’alcool qui reste quand même un sujet tabou et de tout faire pour repérer les consommations excessives avant que ne s’installent les premiers dommages et la dépendance. Les croyances, les pressions et les lobbies sont forts et on le voit même dans le cadre de l’alcoolisation fœtale, même si le message zéro alcool dès le désir de grossesse est clair et le seul à être consensuel au niveau international il est remis en question actuellement.

Des études sortent tous les jours sur les bienfaits d’une consommation régulière d’un verre de vin par jour, qu’en est-il ?

Ce ne sont pas les études qui sortent tous les jours mais les médias qui reprennent le peu de résultats en boucle. Il faudrait en faire autant avec les études récentes qui montrent que ces possibles effets bénéfiques s’évaporent si l’on prend bien en compte tous les facteurs de confusion. Les possibles bienfaits sont sans commune mesure avec les dommages qui sont eux certains et quand bien même la prévalence de la maladie coronarienne pourrait être moins importante avec de faibles consommations ce n’est pas le cas des autres maladies mêmes cardiovasculaires et ceci est encore plus vrai avec certains cancers dont le risque augmente dès le premier verre, même pour le vin !

Article publié initialement le 6 novembre 2015

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Alcool, vin, sevrage, impact, Santé, corps
Thématiques :
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 10/08/2020 - 10:18
Correctif "histoire vraie" : lire ...
...
Le patient résume les conseils de son médecin ainsi :
"alors docteur, si j'ai bien compris :
si j'arrête de fumer,
si j'arrête de boire,
si j'arrête de baiser,
je vais assurément vivre beaucoup plus vieux ???"
et
le médecin de lui répondre :
"c'est exact mais ...
qu'est-ce que vous allez vous faire chier jusqu'à la fin de vos jours !..."
Loupdessteppes
- 09/08/2020 - 11:07
Article intégriste qui ne cite pas ses sources (hic)
Génial de citer l'OMS- sans citer les articles et sources - complètement maquée par les moralistes intégristes !
La doyenne des français (120 ans) Jeanne Calment buvait très modérément deux doigts de porto jusqu'à 119 ans. Citez moi donc un pisse-froid capable de battre son record ? REF : https://sante.lefigaro.fr/article/nouvelles-revelations-sur-l-age-de-jeanne-calment/
Assez de propagande bigote basée sur de fausses preuves !. L'abus fondamentaliste est aussi dangereux que l'abus d'alcool semble-t-il...
edac44
- 09/08/2020 - 09:48
A la rédaction d'ATLANTICO
Quand est-que vous proposerez à vos contributeurs
la possibilité de modifier leur texte écrit et publié à la volée,
surtout pour corriger en relecture où le texte apparaît complètement
divers fautes d'orthographe, phrases manquantes et mots mal orthographiés ???

Prenez exemple sur TWITTER où chacun peut corriger sa publication par un simple : copier-supprimer-recoller-modifier-renvoyer

Ce serait un sacré plus pour vos contributeurs à qui vous imposez depuis quelques temps
des tonnes de pub que l'on zappe rapidement entre vos éditos et le retour des contributeurs !...

Merci pour votre éventuel retour