En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 48 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 9 heures 25 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 heures 37 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 10 heures 37 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 13 heures 29 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 13 heures 29 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 6 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 9 heures 29 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 10 heures 6 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 11 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 12 heures 33 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 13 heures 29 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
trains transports gare coronavirus avions contaminations risques virus pandémie covid-19 port du masque protection barrière
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
trains transports gare coronavirus avions contaminations risques virus pandémie covid-19 port du masque protection barrière
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

Publié le 07 août 2020
En cette période estivale, beaucoup de personnes qui s'apprêtent à partir en vacances s'interrogent sur les éventuels risques d'attraper la CoVid-19 lors d'un déplacement en avion ou en train. Le risque de contamination par le SARS-CoV-2 lors d’un déplacement en avion ou en train est-il important ? Le masque suffit-il à se protéger contre le coronavirus ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cette période estivale, beaucoup de personnes qui s'apprêtent à partir en vacances s'interrogent sur les éventuels risques d'attraper la CoVid-19 lors d'un déplacement en avion ou en train. Le risque de contamination par le SARS-CoV-2 lors d’un déplacement en avion ou en train est-il important ? Le masque suffit-il à se protéger contre le coronavirus ?

Atlantico.fr : Quels sont les risques d'attraper la CoVid-19 lors d'un déplacement en avion ou en train ?

Stéphane Gayet : Nos sociétés occidentales sont habitées par le risque. Le risque est partout, dans toute activité, toute profession, tout transport, tout événement. Le risque concerne notamment les professionnels de santé et bien sûr particulièrement les assureurs qui en vivent. Mais le risque est une construction de l’esprit, une invention mathématique, quelque chose de complètement virtuel, abstrait. On peut définir simplement le risque comme une possibilité d’événement indésirable plus ou moins grave. On caractérise un risque par son objet, sa gravité et sa probabilité de survenue ou fréquence.

Prenons un exemple : le risque en prenant l’avion que l’avion n’explose en vol ou ne s’écrase au sol est de 1 sur 34 millions. C’est ce que l’on appelle en probabilité un risque « epsilon », un risque tout à fait négligeable et insignifiant. C’est la raison pour laquelle je suis parfaitement serein à chaque fois que je prends l’avion (je parle des avions de transport collectif).

La perception du risque est très différente du risque estimé. En prenant l’avion, beaucoup de personnes ont peur de mourir, c’est la composante émotionnelle de la perception du risque. En revanche, dans la vie courante, les assureurs parviennent à nous convaincre – c’est leur force de vente – de nous assurer contre des risques qui a priori ne nous semblaient pas importants. On passe sa vie à s’assurer contre des risques qui ne se réaliseront jamais et les assureurs habiles sont en général des personnes qui ont un niveau de vie élevé (un ami assureur me disait : « Notre force de vente consiste à convaincre les clients de s’équiper en parapluies alors qu’il n’a pas plu depuis longtemps »).

Qu’en est-il du risque de contamination par le SARS-CoV-2 lors d’un déplacement en avion ou en train ?

Ce risque est très différent pour ces deux modes de transport en commun.

Dans un avion de transport collectif, le personnel naviguant commercial (PNC) est suffisamment sélectionné, formé et nombreux pour faire respecter rigoureusement les consignes de prévention. Les passagers sont fortement incités, par l’ambiance de discipline et par la pression collective, à observer les règles. Il n’y a pratiquement pas d’écarts. De plus, le système de traitement d’air est très performant, assurant un renouvellement de 30 volumes par heure (ce qui signifie que le volume d’air total de la cabine est renouvelé, après une filtration à haute efficacité, trente fois par heure) ; c’est un taux de renouvellement horaire excellent (par comparaison, il est d’environ 50 volumes par heure dans les salles d’opération modernes). Si de surcroît on impose de n’occuper qu’un siège sur deux, le risque de contamination interhumaine est très faible. Il a été estimé à 1 sur 7000 par Arnold Barnett, professeur de sciences de gestion au Massachusetts Institute of Technology (collège privé d’élite, implanté dans la ville américaine de Cambridge, dans l’état du Massachusetts, près de Boston). Mais Barnett ne prend en compte dans son calcul que la période de vol ; il insiste sur le fait que la circulation, les commerces et les files d’attente dans les aéroports sont beaucoup plus à risque.

Dans un train de transport collectif, il faut reconnaître que la rigueur et la discipline sont quand même moindres. La clientèle est elle aussi différente… Le personnel d’encadrement et de contrôle est nettement moins nombreux. A ma connaissance, il n’y a pas d’études publiées sur le sujet : la traçabilité y est moins rigoureuse et l’ensemble du contexte de transport est vraiment différent. Dans un avion, c’est une discipline d’internat ; dans un train, c’est plutôt une ambiance de car de colonie de vacances. Logiquement, on doit s’attendre à un risque nettement plus élevé dans les trains, exception faite pour les TGV de dernière génération qui cherchent à se rapprocher de la rigueur aéronautique. Sur le plan des équipements, le système de traitement d’air dans un TGV n’a pas grand-chose à voir avec celui d’un avion ; dans les autres trains qui ont encore une première et une seconde classes, le traitement d’air n’existe pas en général dans les voitures de seconde classe. Manifestement, nous sommes à un niveau de risque significativement plus élevé qu’en avion.

Sur le plan théorique, les conditions de transmission interhumaine du SARS-CoV-2 sont réunies dans un train. De mon point de vue, il faut considérer ce mode de transport comme à risque important (mais que dire des bus et des cars ?).

Le masque seul suffit-il à se protéger efficacement contre ces risques d'infection au coronavirus ?

C’est l’occasion de parler de la qualité des masques et de la qualité de leur port.

Le masque n’est pas une pièce d’uniforme, c’est un dispositif filtrant de prévention sanitaire. Les policiers n’ont ni la possibilité ni la mission de contrôler la qualité d’un masque porté. C’est une question là encore de responsabilité et de civisme. Je vois nombre de personnes porter en public un masque de soins à usage unique. Il s’agit en général de masques obtenus dans une salle d’attente ou distribués gratuitement dans telle ou telle circonstance. Ces masques ne sont pas conçus pour l’usage barrière bidirectionnelle en public : ce sont des masques fins, relativement fragiles, à usage unique (pas plus de trois heures) et de pouvoir filtrant principalement unidirectionnel (masques antiprojections : expiration). Or, la plupart des personnes les réutilisent, parfois après les avoir chiffonnés dans une poche : dès lors, nous ne sommes pas dans des conditions d’efficacité suffisantes.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, ces masques, quand ils sont mal ajustés, forment souvent des poches latérales qui compromettent leur étanchéité et donc leur efficacité.

Les masques FFP2 sont essentiellement des appareils de protection respiratoire (APR) utilisés en milieu professionnel (lieux de soins, industrie chimique et bâtiment). Ils sont, à l’instar des masques de soins, principalement unidirectionnels, mais dans l’autre sens (inspiration).

Je recommande, pour l’usage grand public et en dehors des activités à haut risque, le masque réutilisable ou à usage multiple, comportant des pièces en tissu et présentant des garanties d’efficacité. Ces masques sont en principe bidirectionnels et bien enveloppants ; mais attention à choisir un modèle performant (on trouve tous les niveaux de qualité dans le commerce). Contrairement à ce que l’on entend et lit souvent, je déconseille leur lavage systématique qui n’a pas de sens et risque au contraire d’altérer leur pouvoir filtrant (le lavage ne se justifie qu’en cas de salissures, de souillures ou d’empoussièrement manifestes).

Quelles mesures devraient être prises afin de limiter les risques de contamination au coronavirus dans les trains et les avions ?

Je pense que, pour avancer sur le sujet, il faudra se pencher sur la qualité des masques et la qualité de leur port. C’est un pas de plus, mais c’est nécessaire. Les personnages politiques portent de très beaux masques sur les photos ; je ne suis pas certain qu’ils soient très filtrants, mais ils sont au moins enveloppants. À l’inverse, je vois des personnes avec des masques de soins à usage unique manifestement fins, usagés et probablement peu efficaces.

Je pense en effet que le masque reste la mesure préventive essentielle, la plus sûre. La distance physique n’est pas applicable, nous en avons tous fait l’expérience. La décontamination des mains avant de toucher sa bouche ou de porter quelque chose qui va à sa bouche est une mesure complémentaire.

Je voudrais dire aux anti-masques que cette période masquée se terminera un jour : nous ne sommes pas condamnés à vivre masqués pendant des mois et des mois.

Il y a une mesure du même ordre que le masque : le port du masque ne nous autorise pas à parler d’abondance ; plus on parle, plus le masque a tendance à se charger en humidité et particules organiques, ce qui modifie son pouvoir filtrant ; de plus, le masque grand public a de toute façon une efficacité moindre que le masque professionnel. Il faut donc économiser ses paroles, faire preuve d’une certaine parcimonie. J’oserai donc terminer par la devise de ma ville natale.

A lire aussi : Coronavirus : ce qui se passe quand une vague de chaleur déboule en pleine pandémie

A lire aussi : Cette liste des symptômes du Covid-19 qui ne cesse de s’allonger

A lire aussi : Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

A lire aussi : Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
L'Imprécateur
- 08/08/2020 - 00:34
Du bon usage de la muselière
Le terme de "muselière" doit vous dire quelque chose...Ce qui m'interroge, dans cette affaire, ce sont deux choses bien différentes.
1. Si l'épidémie est finie depuis fin mai-début juin, comme toutes les stats le montrent et de nombreux médecins le disent - je ne puis mettre ici les graphique correspondants - qu'est-ce ce que vient faire ici cette volonté de ruiner la vie sociale?
2. Le masque "chirurgical", celui qui est donné par les centres de soins, comme chez nous à Wallis, ne protège pas du SARS-COV-2... et en plus, il gêne la respiration avec à la clef un risque d'hypoxie, mais aussi une altération des défenses immunitaires. comme le soulignait récemment la généticienne Alexandra Henrion-Caude.
Question subsidiaire: vous avez déjà vu une épidémie qui dure plus de six mois?
gerint
- 07/08/2020 - 15:00
Loup craintif
Ce que vous écrivez à mes yeux va dans le sens que le port du masque qui ne va pas de soi n’est à réserver (associé à un train de mesures autres) qu’à des milieux avertis exposés à une charge virale massive et astreints à ne pas se contaminer ni les personnes indemnes. En premier lieu les soignants, à qui pendant des semaines ce matériel et bien d’autres ont fait cruellement défaut avec une facture salée à la clé. C’est ce que disaient les officiels sauf qu’en réalité on était en pleine explosion épidémique et qu’ils ne faisaient que gérer la pénurie alors qu’à l’époque il y avait utilité à étendre les protections individuelles à une bien plus grande partie de la population.
Loup craintif
- 07/08/2020 - 14:17
Masques de protection
Les contributions du Docteur Gayet sont les plus pertinentes que j'ai pu lire et mériteraient d'être largement diffusées.
Les lecteurs d'Atlantico ont beaucoup de chance!
Oui le masque est l'outil de protection le plus efficace mais le choix et son mode d'utilisation n'est probablement pas à la portée de tout le monde.
Oui le covid va s'intégrer dans le panel des germes que chaque humain rencontrait dans les premières années de sa vie en l'absence de vaccination (ceci était le cas pour la rougeole, la varicelle, les oreillons, lacoqueluche et les multiples virus tels que les infections grippales.
Les maladies infantiles étaient réputées être beaucoup plus graves à l'âge adulte.
Oui ĺ'avion est probablement le transport le plus sûr..
La diffusion du virus sera freinée efficacement lorsque plus de 75% de la population sera immunisée,soit naturellement (ce qui suppose une mortalité élevée au sein de la.population âgée) soit par vaccination .
Rappelons que nous ne disposons toujours pas de'vaccin contre le SIDA...