En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 1 min 3 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 10 min 25 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 30 min 43 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 43 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 13 heures 52 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 23 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 17 heures 39 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 20 heures 54 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 4 min 15 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 29 min 4 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 38 min 50 sec
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 11 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 26 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 19 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 20 heures 40 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 21 heures 3 min
© Reuters
dollar euro argent économie plan de relance
© Reuters
dollar euro argent économie plan de relance
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

Publié le 07 août 2020
La devise européenne a "profité" ces dernières semaines sur les marchés des difficultés propres au dollar, liées à la pandémie de coronavirus. Quel pourrait être l'impact de la hausse de l'euro sur la tentative de relance économique européenne ? Quels secteurs seraient affectés en priorité par l'échec de la reprise économique européenne ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La devise européenne a "profité" ces dernières semaines sur les marchés des difficultés propres au dollar, liées à la pandémie de coronavirus. Quel pourrait être l'impact de la hausse de l'euro sur la tentative de relance économique européenne ? Quels secteurs seraient affectés en priorité par l'échec de la reprise économique européenne ?

Atlantico.fr : Quel pourrait être l'impact de la hausse de l'euro sur la tentative de relance économique européenne, alors même que nous sommes encore au cœur d'une crise sanitaire grave ?

Jean-Paul Betbeze : L’essentiel est que la relance européenne réussisse, alors l’euro montera plus encore ! On ne peut demander une chose et son contraire : une économie de la zone euro qui aille mieux, notamment parce que le plan décidé fin juillet à Bruxelles se mettrait à fonctionner et un euro qui baisse, parce qu’il marche peu ! Donc ce sera un peu plus dur avec un euro un peu plus fort, mais ce sera bon signe. 

Pour avancer, il faut regarder ce que disent les chiffres et, en même temps, ce que regardent les marchés financiers. En effet, l’euro est certes monté de 5,3 % par rapport au dollar depuis janvier, mais à partir de juillet. C’est surtout l’inquiétude qui naît aux États-Unis sur la reprise, face à la résurgence de l’épidémie qui joue aujourd’hui, en même temps que Donald Trump inquiète, un peu par rapport à la Chine et plus par rapport à sa gestion de la pandémie. L’euro monte donc surtout parce que le dollar baisse et le dollar baisse parce que l’économie américaine inquiète, ce qui est au fond une mauvaise nouvelle pour l’Europe. A preuve, l’once d’or a gagné 35% en 7 mois depuis janvier, surtout depuis juillet. L’euro et l’or marchent ensemble mais l’or plus vite, parce qu’il bénéficie plus de la peur !

Evidemment, rien n’est fini. Aux États-Unis, tout dépend à très court terme des milliards de dollars déversés pour soutenir l’économie et aider les chômeurs, à cent jours des élections. En Europe et en zone euro il faudra des acceptations, par les Parlements nationaux, des accords de fin juillet. Mais les marchés regardent ailleurs : les chiffres de cas de COVID-19. Cyniquement, les résurgences de cas vont réduire les oppositions politiques, aux États-Unis et en Europe, sur la nécessité des relances, avec quand même l’idée que les États-Unis ont des poches plus profondes et une économie plus réactive. A preuve, le Nasdaq est à +26% depuis janvier, quand le DAX est à -4% , comme le DOW Jones et le CAC 40 à -19 %. Donc, si l’épicentre de la pandémie s’éloigne des Etats-Unis, c’est le dollar qui gagnera le plus, avec davantage de capacités pour trouver un vaccin. Le dollar reste, de très loin, la première monnaie mondiale de réserve : sa part de marché (deux tiers) ne bouge pas.

Alexandre Delaigue : On pourrait noter ici une forme de paradoxe dans la hausse de la valeur de la monnaie européenne. En réalité, plus la réaction européenne est satisfaisante plus la situation globale s’améliore (accord autour du plan de relance européen, baisse globale du nombre de cas…), plus la valeur de la monnaie augmente. Depuis la création de l’euro, la valeur de la devise a été un réel problème : en réunissant des pays aux caractéristiques économiques parfois très différentes, la politique monétaire européenne a constitué des déséquilibres économiques structurels au sein de la zone euro. Dans la situation actuelle, si l’euro se mettait subitement à fortement augmenter cela aurait un effet négatif pour l’ensemble de la zone : les pays qui auraient besoin que l’euro s’affaiblisse n’y gagneraient rien, tandis que pour les pays exportateurs, la hausse de l’euro aurait un impact négatif sur leurs secteurs exportateurs. 

Devons-nous stabiliser, baisser artificiellement le cours de l'euro afin de l'aligner au plus près du cours du dollar ?

Jean-Paul Betbeze : Pour influer sur un taux de change, rien de tel que la croissance de l’un par rapport à l’autre ! Une économie forte va avec un taux de change fort, et symétriquement. Inutile de rêver que le taux de change de l’euro, par exemple, baisse gentiment pour faire repartir l’économie européenne ! S’il baisse, il faut vite en profiter, car ça ne durera pas si on agit ! Ainsi, à côté de ces croissances comparées des économies, liées aux capacités des entreprises d’abord, aux politiques de flexibilisation et de simplification budgétaires ensuite, viennent les politiques monétaires. Elles jouent toutes sur les taux d’intérêt et sur les mots, forward guidance, pour baliser le futur. Mais chacune fait sa course dans ses lignes, sans viser (officiellement) à faire faiblir sa devise par rapport à une autre, par exemple le dollar par rapport à l’euro. Autrement, ce serait la guerre des changes !

Dans le cadre de la politique monétaire de la zone euro, il s’agit officiellement d’atteindre 2% d’inflation à moyen terme, mais les prévisions à long terme sont à 1,3%. Les taux resteront à zéro pour longtemps. Ensuite, pour maintenir la solidité des systèmes bancaires et financiers, la Banque Centrale Européenne doit continuer à financer les banques à taux négatifs et à racheter largement des bons du trésor, notamment italiens et espagnols. Si elle cesse, la zone explose : il y a donc toujours une chape qui pèse sur la montée de l’euro. C’est une monnaie fragile car intrinsèquement politique, liée à l’appui de l’Allemagne… jusqu’à ce qu’elle en soit affectée par un excès de soutien qui inquièterait les marchés et les agences de rating, ce qui ferait chuter l’euro ! Mais avec un rendement à -0.6% sur le bund allemand, nous n’y sommes pas. Dit autrement : ce n’est pas l’euro qui monte mais le dollar qui baisse, largement pour des raisons internes et politiques. Et l’ « autre monnaie », l’euro, monte un peu, ce dont elle devrait profiter plus en se finançant pas cher, sachant que le yuan se colle au dollar.

Alexandre Delaigue : Le problème ainsi posé suppose que nous avons une capacité de le faire. Pour la BCE il n’y a pas d’objectif de parité de devise, nous ne sommes pas comme la Chine des années 2000 ou Hong Kong qui utilisent la parité de la monnaie comme un instrument explicite. De plus, tenter de baisser mécaniquement la valeur de l’euro pourrait avoir des effets contraires aux objectifs d’inflation. Par ailleurs, il faut également noter qu’une telle action dans le contexte actuel serait immédiatement interprétée comme une action agressive pour des États-Unis. Cela pourrait entraîner un certain nombre de sanctions économiques qui viendraient amoindrir les effets favorables que cela pourrait avoir. 

Quels secteurs seraient affectés en priorité par l'échec de la reprise économique européenne ?

Jean-Paul Betbeze : Il est évidemment trop tôt pour mesurer ce risque d’échec, sachant en outre que le mot officiel est « résilience ». Il ne s’agit donc pas du tout d’une politique keynésienne de soutien à court terme à la demande, c’est l’objet d’autres programmes, notamment de soutien au chômage partiel, mais d’une politique industrielle. On en voit quelques aspects avec l’automobile et le soutien aux batteries électriques ou à l’hydrogène, ce qui tient aussi à des politiques vertes, qui impliqueront des politiques d’électricité verte… Ceci implique deux ans au moins pour les batteries, plus sans doute pour l’hydrogène. 

La résilience posera un problème plus sérieux pour le renforcement des chaînes de production et leur digitalisation, début de leur solidification et de leur raccourcissement. Il y aura aussi, pour les activités stratégiques : santé, militaire, information et renseignement, des mesures à prendre, essentiellement à partir des « champions européens » qu’il faudra concentrer et renforcer, peut-être avec des fonds européens. 

La question de la résilience sera plus complexe encore pour le secteur du tourisme-loisir, décisif pour les pays et régions du sud : elle passera par des concentrations. Enfin, pour soutenir de nouveaux investissements, il faudra avancer dans l’union bancaire et l’union de capitaux, avec des banques et compagnies d’assurances réellement européennes. On le voit, l’accord européen de fin juillet est peut-être  ou sans doute un succès, on le verra dans les mois qui viennent, mais ce qui reste à faire sera bien plus compliqué encore. Pour autant, le COVID-19 n’attendra pas, il pourrait même aider à aller plus vite.

Alexandre Delaigue : Les premiers secteurs impactés par la hausse de l’euro sont très clairement les secteurs manufacturiers exportateurs : automobile, aéronautique, agriculture, luxe. On oublie aussi souvent les secteurs touristiques qui seraient touchés de plein fouet par une hausse brutale du cours de l’euro, et les effets seront assez immédiats. Toutes les entreprises de ces secteurs-là ne modifient pas leurs prix : LVMH, par exemple, a des prix déterminés par le secteur et, de fait, ne peut pas modifier directement ses prix. 

Pour le secteur agricole et de matières premières en général — où la réactivité au marché est beaucoup plus forte — cela se manifestera directement en obligeant les agriculteurs à vendre beaucoup moins cher, impactant directement leur profitabilité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 07/08/2020 - 12:19
Euro fort, gouvernements faibles ?
Est-ce bien la leçon que les économistes cherchent à nous inculquer ?
Citons les : " C’est une monnaie fragile car intrinsèquement politique, liée à l’appui de l’Allemagne".
Tout est dit,, la collaboration n'a jamais cessé.