En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 8 heures 19 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 10 heures 38 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 12 heures 59 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 13 heures 28 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 16 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 16 heures 30 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 16 heures 48 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 12 heures 37 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 13 heures 17 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 15 heures 6 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 16 heures 15 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 17 heures 14 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Société Générale entreprises impact crise économique coronavirus covid-19
© ERIC PIERMONT / AFP
Société Générale entreprises impact crise économique coronavirus covid-19
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

Publié le 05 août 2020
Après Renault, Airbus, Air France, Total, c’est la Société Générale et Accor qui affichent désormais des pertes. Les plus beaux fleurons du CAC, habitués à des bénéfices records, affichent désormais des résultats catastrophiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après Renault, Airbus, Air France, Total, c’est la Société Générale et Accor qui affichent désormais des pertes. Les plus beaux fleurons du CAC, habitués à des bénéfices records, affichent désormais des résultats catastrophiques.

Pour la Société générale, c’est presque plus grave que l‘affaire Kerviel. Les résultats de la Société générale, qui a publié hier plus d’un milliard d’euros de pertes sur le premier semestre, ont semé un début de panique dans le monde bancaire qu’on avait cru à l’abri de la tempête, sous l’aile protectrice et généreuse de la Banque centrale européenne. BNP Paribas avait limité les dégâts mais la Socgé, comme on dit, a dû officialiser ses ennuis et du coup, pour calmer les actionnaires, rassurer les personnels et surtout les clients, la direction générale annonce dans la foulée une rénovation de son management. Ce qui va passer par un changement de têtes et un revirement de stratégie. Un peu comme au lendemain de l’affaire Kerviel, il y a plus de dix ans. La banque veut réduire son exposition aux marchés, via des produits financiers compliqués, qu’on appelle les structurés.

La saison des résultats d’entreprises pour le premier semestre s’est ouverte la semaine dernière et chaque jour, on mesure le désastre dans le monde entier dus à l’épidémie et à la mise à l’arrêt de l’économie.

Aux États-Unis, les grandes entreprises américaines ont été touchées par le coronavirus et notamment les compagnies aériennes et les constructeurs aéronautiques. Les industries touristiques aussi. Seules les valeurs du digital, plus en forme que jamais, permettaient de redonner du baume au cœur aux investisseurs.

En France, c’est encore pire. A la fin de semaine dernière, Renault a annoncé une perte historique de 7 milliards d’euros, Airbus 2 milliards, Air France autant. Cette semaine a commencé avec les publications de la Société générale et d’Accor. A chaque fois la douche froide. Pour beaucoup de ces secteurs, on s’en doutait, mais la surprise est venue de Total et du secteur bancaire.

L’état des lieux, qui prend en compte le 2ème trimestre, là où le confinement a principalement eu lieu, est désastreux

Début mars, tout fonctionnait correctement avec des perspectives correctes et une situation de l’emploi plutôt bonne. Mais fin mars, partout en Occident, les plus beaux fleurons se sont arrêtés et leurs dirigeants ont appelé l’État au secours. Au cœur de la tempête fin avril, l’activité s’est effondrée de 50%.

Par conséquent, au deuxième trimestre de l’année - avril, mai, et juin, le PIB de la France s’est effondré de 13,4%. Du jamais vu dans l’histoire. Ce qui représente près de 340 milliards d’euros de manque à gagner. Cette situation a été partagée par la plupart des pays européens occidentaux. La moyenne de baisse dans la zone euro est de 12 % environ. 

Les entreprises, qui font maintenant le bilan de ce qui s’est passé, ont perdu pour la plupart entre 50 et 100% de leur marché. La mécanique s’est enrayée. Avec un chiffre d’affaires qui tombe à zéro, mais des charges qu’il faut bien continuer de payer, le chef d’entreprise sait qu’il ne peut pas tenir debout très longtemps.

D’abord, les industries automobiles et aéronautiques sont les plus grandes victimes. Les ventes se sont écroulées, les usines se sont arrêtées pour raison sanitaire et les stocks de voitures ou d’avions sont restés au parking. Si PSA est restée miraculeusement rentable, ce n’est pas le cas de Renault qui a perdu plus de 7 milliards d’euros. C’est une perte historique pour le groupe français, d’où la demande d’aide auprès de l’Etat et des banques, qui a accepté de délivrer un prêt garanti pour le même montant.

Pour Airbus, c’est moins pire qu’annoncé mais c’est tout de même un résultat négatif de 2 milliards d’euros. En réduisant la cadence de production et en continuant de bénéficier du chômage partiel encore quelques mois, le groupe européen ne devrait plus consommer trop de trésorerie et s’estime hors de danger.

La surprise est notamment venue du côté d’une entreprise habituée aux bénéfices records :  Total. Plus de 8 milliards d’euros dans le rouge. Alors, c’est surtout le pétrole bas qui a tiré l’entreprise à la baisse et qui a entrainé des dépréciations d’actifs. Et on peut considérer que le Français s’en est plutôt bien tiré par rapport à ses concurrents, Shell (18 milliards de dollars de perte) ou BP (16 milliards). C’est en fait tout le secteur pétrolier qui traverse une période d’incertitude, si ce n’est une véritable mutation où le pétrole va perdre durablement de son intérêt. A la conjoncture liée aux prix mondiaux, les pétroliers doivent préparer et assumer la transition énergétique.

Dans les services, tout ce qui touche au tourisme est à ramasser à la petite cuillère. Accor, leader de l’hôtellerie européenne, souffre évidemment du manque de mobilité qui a frappé nos économies. Avec un chiffre d’affaires divisé par deux, le groupe encaisse une perte de 1,5 milliard d’euros et prévoit de supprimer un millier d’emplois dans le monde. La plupart des grands hôtels de luxe resteront fermés jusqu'à la fin de l’année, notamment à Paris.

L’agroalimentaire s’en sort plutôt bien, toutes les industries digitales aussi. On attendait de même pour les banques, mais les mauvaises surprises sont venues de Société Générale et de Natixis. En temps de crise, les banques augmentent leurs provisions pour crédits non remboursés, avant même de connaitre des défauts. Cela détériore leur résultat alors que les deux banques avaient déjà des difficultés avant-crise.

Mais c’est aussi que les banques, notamment européennes, ont des contraintes de gestion fortes. Le système bancaire a l’immense avantage de trouver la liquidité auprès de la BCE. C’est la BCE qui garantit son équilibre. Merci Madame Lagarde qui fait tout ce qu’il faut pour éviter un Lehman Brothers en Europe.

Cette situation des entreprises est désastreuse, mais n’est pas nécessairement durable. A priori, cela pourrait même se redresser assez rapidement, puisque le système a quand même beaucoup aidé. Si on a perdu plus de 340 milliards d’euros en PIB, l’Etat en a mobilisé autant pour aider les entreprises à tenir, et les aider à repartir. Les consommateurs ont de l’argent, de l’épargne, les entreprises ont pu s’endetter à des conditions responsables.

Au final, il reste deux problèmes.

Le premier, c’est qu’on découvre que les entreprises vraiment en difficulté étaient malades avant, mais on fermait les yeux. Avec le Covid-19, la réalité s’impose chez Renault, chez Air France, chez Airbus.

Le deuxième problème, c’est que le redémarrage dépend du retour de la confiance. Ça dépend donc du virus et de la façon dont on va le gérer, de l’arrivée d’un vaccin, pour le meilleur des cas, au milieu de l’année prochaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 07/08/2020 - 15:20
Understatement (Euphémisme)
D'après l'article ''Revue des Hebdos'', les banques françaises seraient très sérieusement malades : 600 milliards d'euros de ''créances douteuses'', d'actifs toxiques.
Mais nous avons ici un joyeux comique qui imite le style des journalistes de la Pravda et du Quotidien du Peuple...
Ganesha
- 06/08/2020 - 06:23
Responsable, mais pas Coupable ?
Nous sommes dans le ''Meilleur des Mondes'', tout va bien, tout est normal, tout est sous contrôle.
Je constate simplement que cet article nous informe que la Société Générale a subit une perte importante... et qu'il y a une possibilité pour que cette banque se retrouve bientôt en faillite, en cessation de paiement.
Ce qui serait une catastrophe pour des millions de français.
Et je rappelle simplement que l'individu qui a pris la responsabilité de ne pas interdire une activité aussi délétère et... explosive, c'est Nicolas Sarkozy.
La comparaison qui me vient à l'esprit, c'est Beyrouth : si des milliers de tonnes de Nitrate d'Ammonium ont été entreposés en plein centre ville, ce n'est pas un ''évènement fortuit'', il y a au moins un être humain dont c'etait la responsabilité de l'interdire, et qui n'a pas fait ce qu'il avait à faire.
ajm
- 05/08/2020 - 20:30
Élucubrations diffamatoires
Ganesha si vous avez des informations sérieuses à transmettre au PNF sur NS, faites le, sinon taisez vous c'est de la diffamation.