En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 7 heures 47 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 10 heures 5 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 12 heures 26 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 12 heures 56 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 16 heures 16 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 12 heures 5 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 12 heures 45 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 13 heures 29 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 14 heures 34 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 15 heures 43 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 16 heures 42 min
© CHRISTOF STACHE / AFP
papillon fleur abeille biodiversité AFP
© CHRISTOF STACHE / AFP
papillon fleur abeille biodiversité AFP
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

Publié le 03 août 2020
Ni "Green Deal" ni relance verte, les politiciens et leurs commentateurs sont loin, très loin de la France réelle qui est en train de retrouver ses champs, ses prairies, ses agriculteurs, ses vaches et ses moutons et qui aspire à faire respecter les écosystèmes qu’ils ont construits.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ni "Green Deal" ni relance verte, les politiciens et leurs commentateurs sont loin, très loin de la France réelle qui est en train de retrouver ses champs, ses prairies, ses agriculteurs, ses vaches et ses moutons et qui aspire à faire respecter les écosystèmes qu’ils ont construits.

C’est la première fois que je suis dans les « Rocheuses Canadiennes », c’était un rêve, j’ai mes chaussures de marche, mon sac à dos, ma carte, mes clochettes pour éviter les ours et je suis parti pour une bonne vingtaine de kilomètres. Au bout d’une heure, ayant vu un grand nombre d’animaux sauvages, de loin, je me sens oppressé sans explication valable, et puis dans le ciel j’aperçois un rapace silencieux, faisant des tours au-dessus de la forêt, et je comprends : c’est le premier oiseau rencontré depuis le début de ma marche… ce sera aussi le dernier de cette journée riche en émotions par ailleurs. C’est un paradis, mais sans oiseaux ! 

Lorsque nous partions en camping « sauvage » à la sortie de la guerre 39-45, dans notre 2CV Citroën remplie à ras bord, nous emportions toujours un filet à papillons. Dès notre arrêt déjeuner je partais avec le filet pour capturer quelques spécimens inconnus de ma Bretagne natale. Nous les piquions avec une épingle, puis Papa avec sa précision de médecin les fixait et les protégeait, et l’on attendait notre retour à la maison pour les mettre sous verre. Habitués aux piéride du chou, au citron, au Robert le Diable, nous recherchions les Machaons, les Flambés et les Argus Bleus dans les champs tandis que le déjeuner se préparait et la sieste du conducteur permettait encore quelques belles prises. En plein mois de juillet 2020, me  promenant dans le parc, dans les champs, près de l’étang puis longeant la rivière j’étais heureux d’écouter le chant des oiseaux, surtout les merles qui visiblement étaient en plein bonheur, et une nouvelle fois, au bout d’une heure, je sens comme un malaise, et j’aperçois un piéride du chou, le premier de la randonnée, et au bout de deux heures de marche j’en observerai deux autres ! Qu’est-il arrivé à nos papillons ? Comment vais-je expliquer à mes petits enfants leur disparition et la nécessité pour eux d’aller dans des pays civilisés comme la Malaisie pour visiter de magnifiques réservoirs de papillons multicolores dont je rêvais enfant après mes récoltes nationales ! 

Depuis mes études américaines à la fin des années soixante nous avons baigné dans la nécessité de préserver la nature et l’écologie politique a fini par envahir notre quotidien avec ses combats anti-nucléaires et sa promotion de solutions , d’abord pour préserver notre environnement, puis de « sauver la planète », mais ils se sont trompés et, en conséquence, ils nous ont trompés, leur combat était sans doute généreux mais ils ne sont pas allés à l’essentiel, il fallait savoir contempler la nature et préparer nos enfants et les enfants de nos enfants … à vivre sur , dans, et avec une planète aux ressources de vivants de qualité exceptionnelle. C’est la biodiversité du « beau » qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul , du chiffre, du nombre. Peu m’importe qu’une espèce spécifique disparaisse, que les diplodocus se soient éteints, cela semble une évolution naturelle dont il serait difficile de nous rendre coupables, mais une nature sans oiseaux et sans papillons c’est d’une tristesse dont nous ne pouvons pas nous remettre, c’est la beauté qui disparait : regardez un enfant devant un moineau, une mésange ou un rouge-gorge, observez le à la rencontre d’une libellule bleue ou d’un papillon doré. C’est le monde qui s’ouvre à lui, avant la musique et la littérature qu’il découvrira plus tard, c’est la poésie, l’art, qui s’invite devant ses yeux, il n’oubliera jamais, encore faut-il que cela existe toujours !

La simple lecture des titres du code de l’environnement donne le ton : six livres de mesures législatives avec chapitres, sections, sous-sections et paragraphes, et six livres de textes règlementaires, un monument aussi volumineux que le code du travail, mais celui-ci rédigé en à peine 20 ans ! Une idée magnifique, respecter notre environnement, le transmettre aux générations futures, et une application dérisoire, la construction d’une bureaucratie créée pour contrôler et punir. Plutôt que d’appuyer sur la responsabilité à l’égard des futures générations, on a préféré les normes et règlementations, on a culpabilisé et infantilisé, on a attaqué sans retenue le monde de la production, agricole et industrielle et on a fini par oublier l’essentiel. Une illustration parmi d’autres : les éoliennes sensées produire une énergie vertueuse et « propre » alors que leur fabrication et leur démantèlement polluent et que leur installation et leur fonctionnement sont cruels pour la faune, la flore et même la santé humaine… La réalité s’impose, nous n’avons pas pris la bonne direction, celle de l’observation des écosystèmes et des choix à opérer pour préserver ce qui est essentiel, nous avons tout orienté vers une restriction des libertés, une montée inexorable du totalitarisme vert fixant les conduites, les priorités et les solutions. Que la science soit oubliée et molestée à cette occasion n’a aucune importance puisque la lutte du bien contre le mal est engagée : il suffirait d’écouter et d’évaluer, de prendre un peu de temps, mais tout est émotion et urgence, toute action ou mesure est immédiatement dénoncée comme insuffisante, il faut punir, se punir…

Essayons néanmoins de donner un nouvel espoir à l’écologie, c’est une idée trop belle pour la laisser à une bureaucratie tatillonne et liberticide. Nous avons clairement modifié notre écosystème, ou plutôt nos écosystèmes, car nous avons désormais nos métropoles, nos centres-villes, nos banlieues, nos villes moyennes, nos villages et notre monde rural, nos ports de commerce et nos ports de pêche, nos lieux de tourisme et de loisirs… La vie économique s’est également organisée au cours du temps, notre agriculture au personnel raréfié, mécanisée, la disparition de nos mines et donc de la première transformation, une industrie géographiquement dispersée, des centres commerciaux à la périphérie des agglomérations drainant de larges zones de consommateurs. A côté d’une vie professionnelle souvent agitée, au modernisme accentué par les nouvelles technologies, les citadins apprécient un retour à la nature, nous avons donc organisé le pays avec des écosystèmes contrastés et contradictoires que l’épisode inattendu du confinement Covid-19 et du déconfinement est venu nous illustrer : ceux qui sont restés « en ville », ceux qui ont fui à la campagne, et puis les fins de vie isolées dans les honteux EHPAD. La modification de ces écosystèmes  ne peut être que lente, comme leur édification l’ été. La bureaucratie comme les directives n’auront qu’un impact modéré, c’est le consommateur-citoyen qui va décider, c’est lui qui vient ou qui ne vient pas dans les commerces ouverts timidement depuis quelques semaines, c’est lui qui achète ou n’achète pas, c’est lui qui a envie de déménager ou de rester « en ville », on peut essayer de le manipuler, lui seriner ce qui est « bien » pour qu’il le comprenne, mais cela aurait pu mieux marcher  avant l’affaire des masques : il ne faut pas porter des masques- cela tombe bien , on n’en a pas – mais maintenant ils sont « obligatoires » car indispensables…l’autorité morale des gouvernants, des « sachants » en a pris un coup et chacun se fait désormais sa petite cuisine, personnelle, locale. Si bien que les doctrines naissantes sur le chauffage des terrasses de cafés apparaissent à tous déplacées, parisiennes et très éloignées des véritables préoccupations des français qui attendent la rentrée avec angoisse en profitant au maximum du soleil estival. 

Ni « Green Deal » ni relance verte, les politiciens et leurs commentateurs sont loin , très loin de la France réelle qui est en train de retrouver ses champs, ses prairies, ses agriculteurs, ses vaches et ses moutons et qui aspire d’abord à faire respecter les écosystèmes qu’ils ont construits et dont ils ont suivi l’évolution des dernières années. La jaunisse des betteraves, fruit de l’interdiction, est bien analysée comme une conséquence d’une idéologie dévastatrice dont la recherche du « bien «  universel est le principe directeur. Il va falloir changer de paradigme, donner des orientations issues des données scientifiques reconnues et laisser les gens agir en responsabilité individuelle et collective. Si la Mairie de Paris a envie de figer la capitale dans l’essor du vélo électrique et de la trottinette , libre à elle, mais ailleurs ce sont les oiseaux et les papillons dont la présence est souhaitée. Si les décideurs sont Parisiens, qu’ils décident donc pour Paris, mais qu’ils laissent le reste de la France vivre à ses rythmes , et la trottinette électrique n’est pas nécessaire partout, c’est la biodiversité ressentie qui est un des phares de l’évolution de nos écosystèmes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 03/08/2020 - 23:37
Oh !
Oh, monsieur le Président, d'habitude vous écrivez en vrai français…
…les éoliennes censées produire, monsieur le Président !