En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Marvin RECINOS / AFP
dollar argent billets
© Marvin RECINOS / AFP
dollar argent billets
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

Publié le 03 août 2020
Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact des suites de la première vague du coronavirus sur les marchés financiers et sur les principales devises. Le dollar souffre le plus. Le contexte français reste problématique. La bourse est assez pessimiste.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact des suites de la première vague du coronavirus sur les marchés financiers et sur les principales devises. Le dollar souffre le plus. Le contexte français reste problématique. La bourse est assez pessimiste.

18 millions de personnes ont actuellement été atteintes par le virus et près de 600 000 sont mortes : la première vague se répand en Afrique.

1 - Par pays, ce sont les États-Unis les plus affectés avec 4,7 millions de cas, avant le Brésil, avec 2,7, l’Inde avec 1,8, la Russie avec 850 000 et l’Afrique du Sud avec 500 000 cas. Actuellement, 7 pays, États-Unis, Inde, Brésil, Mexique, Colombie et Philippines, qui représentent 30% de la population mondiale, représentent aussi 70% des nouveaux cas. Quand on parle donc de « deuxième vague », c’est en réalité la même qui qui se poursuit, surtout dans les pays émergents cette fois. Et comme ce sont les plus peuplés, avec les taux les plus élevés de tests positifs (pour 100 tests, 20 au Brésil, 16 en Afrique du Sud et 9 en Inde contre 6 en France), on peut s’attendre à des désastres dans ces trois pays.

2 - Surtout, comme le virus frappe le plus, en nombre absolu, les États-Unis, qui viennent notamment d’enregistrer une perte d’activité de 9,5% au deuxième trimestre, avec une baisse de la consommation de 11,5%, il n’est pas surprenant que le dollar soit la devise qui souffre le plus parmi les grandes devises. On voit ainsi que l’or a gagné 29,9% depuis début de l’année par rapport au dollar, autrement dit le dollar a perdu 29,9% par rapport à l’or.

Le dollar a également perdu du terrain par rapport à l’euro, 4,4% depuis janvier, même si le PIB de la zone euro a baissé de 12,1% au deuxième trimestre, autrement dit un peu plus que les 9,5% des Etats-Unis. L’Allemagne a enregistré une baisse de son PIB de 10,1%, l’Italie de 12%, la France de 13,8%. La pire baisse est celle de l’Espagne de -18%, mais elle ne fait pas remonter les rendements des bons du trésor, tant la BCE est active.

Le dollar paye, à la fois, la montée récente des cas de COVID-19, sa perte d’activité et, au moins autant, les tensions avec la Chine qui, elle, continue sur sa reprise tandis que, en sens inverse, l’accord européen des 27 pays européens le 21 juillet a écarté le risque d’éclatement de l’Union. Côté américain, la dernière présentation de la situation économique et financière par Jérôme Powell, le président de la Banque Centrale Américaine, n’a pas été particulièrement enthousiasmante. Il a beaucoup insisté sur le fait que la reprise économique américaine serait incertaine, différenciée et lente, ajoutant que les tout derniers chiffres montraient un ralentissement dans la reprise. On comprend que la Fed va bien sûr continuer à soutenir l’activité, mais que tout dépend, en réalité, de la politique budgétaire. Plus précisément, il s’agit du budget d’un trillion de dollars supplémentaires, au moins, qui devrait être présenté au Congrès ces prochains jours. C’est là un montant âprement discuté entre Démocrates et Républicains, les Démocrates demandant davantage de soutiens aux chômeurs et certains Républicains s’inquiétant de cette dépense supplémentaire, ce soutien pouvant désinciter à reprendre le travail. Évidemment, tout ceci se passe en plus dans une campagne électorale particulièrement confuse.

3 - Les Banques Centrales continuent leurs achats de bons du trésor, faisant baisser les rendements nominaux, mais elles ne peuvent pas tout acheter !

Les questions en zone euro portent sur les remontées des cas de COVID-19 : Espagne surtout et France, avec une Espagne très affectée car très dépendante du tourisme et pas vraiment remise de sa crise immobilière et financière de 2012.

4 - Le contexte français reste problématique : la bourse est assez pessimiste

La baisse de la croissance au deuxième trimestre (-13,8%) vient de la baisse de l’investissement  (-17,8%) et surtout de celle des exportations : -25 %, contre une baisse de 10% des importations, la consommation des ménages se contractant moins (-11 %), l’alimentaire compensant la chute des services. La Bourse de Paris est donc très en baisse, remontant surtout avec les bonnes nouvelles des « autres » bourses notamment celle des États-Unis, avec le nombre de cas de malades et les chiffres d’emploi, et donc baissant quand elles évoluent en sens contraire, comme tel est actuellement le cas. Le Nasdaq est vu comme ayant les valeurs qui tireront la reprise, par les investissements de digitalisation, la Bourse de Shanghai épousant la remontée chinoise, le Cac 40 souffrant de valeurs jugées classiques, pétrolières ou bancaires.

Le deuxième trimestre donne partout le point bas de la crise, celui du premier choc du virus. Pour la suite, tout dépendra des nombres de cas, c’est-à-dire des comportements de distanciation, en attendant les et non le vaccin, cette concurrence étant le meilleur signal possible. Mais il n’est pas dans les données financières, dans l’emploi, ni, encore, dans les esprits. Et le Dr Tedros, patron de l’OMS, vient de déclarer : « Cette pandémie est une crise sanitaire exceptionnelle, dont les effets seront ressentis pendant des décennies », ce qui se passe de commentaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires