En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 7 heures 48 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 10 heures 6 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 12 heures 27 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 12 heures 57 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 15 heures 59 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 16 heures 17 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 12 heures 6 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 12 heures 46 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 14 heures 35 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 15 heures 44 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 16 heures 43 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Boris Johnson Emmanuel Macron
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Boris Johnson Emmanuel Macron
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

Publié le 03 août 2020
Le Premier ministre britannique Boris Johnson est souvent comparé à Donald Trump et rarement à Emmanuel Macron. La popularité du chef de l'Etat français est très instable, à la différence du dirigeant britannique. Pourquoi les électeurs de Boris Johnson lui sont-ils si fidèles ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas cette même fidélité dans l'électorat macroniste ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre britannique Boris Johnson est souvent comparé à Donald Trump et rarement à Emmanuel Macron. La popularité du chef de l'Etat français est très instable, à la différence du dirigeant britannique. Pourquoi les électeurs de Boris Johnson lui sont-ils si fidèles ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas cette même fidélité dans l'électorat macroniste ?

Atlantico.fr : On compare souvent Boris Johnson à Donald Trump, et rarement à Emmanuel Macron. Quelles sont les similitudes entre Emmanuel Macron et Boris Johnson quant à la gouvernance de leur pays ? 

Chloé Morin : Il y a dans le positionnement de Johnson quelques similitudes avec le Macron des débuts, dans le sens où bien qu’appartenant totalement au « système » - la famille de Johnson compte des journalistes, des politiques… et lui-même est en politique depuis longtemps; Emmanuel Macron est un Haut fonctionnaire, bien intégré à l’élite économique et administrative… - ils revendiquent une forme de positionnement « hors système ». Johnson a fait de l’Europe son bouc émissaire, mais aussi d’une partie des médias et d’une « pensée unique » élitiste. Emmanuel Macron avait choisi la « caste » des Hauts fonctionnaires et « l’ancien monde » politique comme principaux adversaires, et s’est employé à remplacer le second, et sinon à mettre au pas le premier, du moins a continué régulièrement à pester contre « l’Etat profond ». 

Donc chacun s’est construit comme une figure du système mettant en scène sa marginalité. Sur les politiques de fond, Emmanuel Macron s’avère à la fois moins constant dans sa doctrine - qui a semblé s’adapter à la réalité des menaces politiques représentées par ses adversaires - que Johnson, et plus conventionnel. Par certaines de ses prises de position, Johnson tranche en effet avec certaines traditions doctrinales conservatrices. Il lui arrive de se trouver là où l’on attend pas les conservateurs (en défense du système de santé, par exemple). Il semble chercher à travers son sillon, cultiver un positionnement idéologique non-conventionnel mais relativement constant, là où Emmanuel Macron a pu envoyer des signaux « de gauche » aux moments où la demande de justice sociale se faisait pressante, puis envoyer des signaux beaucoup plus « de droite » lorsqu’il s’est agi de fracturer davantage ce qu’il reste de l’opposition de droite. Au prix de la cohérence, en tout cas telle que perçue par un certain nombre de Français…

Finalement, en termes électoraux, Johnson semble se positionner en Hérault des « somewhere » (pour reprendre la dénomination de Goodhart), lorsque Macron est devenu l’incarnation - les cotes de popularité le confirment - des « anywhere », soient les élites urbaines, au capital socio-économique important, et ouvertes à l’Europe et au monde. 

La cote de popularité d'Emmanuel Macron est instable, en hausse puis baisse de manière récurrente. Comment Boris Johnson et le parti conservateur ont-ils réussi de leur côté à maintenir une certaine constante dans les sondages ? 

D’habitude, les Premier ministres Britanniques commencent par une lune de miel plus ou moins longue avec leurs électeurs, avant d’entamer une descente aux enfers plus ou moins rapide. Le cas de Boris Johnson est en revanche tout à fait atypique : il a commencé son mandat à des niveaux de popularité relativement bas - plus bas que ses deux prédécesseurs en tout cas. Puis n’a cessé de grimper dans les sondages, notamment à la faveur de sa campagne pour obtenir un Brexit « dur », puis pour les élections législatives. Il a démontré qu’il savait rester fidèle à sa promesse initiale (« get Brexit done »), et ne s’est pas écarté une seule fois de son message principal (là où Emmanuel Macron a sans doute perdu de vue une partie de sa promesse originelle). Puis, aux débuts de la crise du Coronavirus, il a connu une explosion de sa popularité, à plus de 60% selon Yougov, avant de retomber ces dernières semaines aux niveaux précédents (autour de 40%).

Lorsqu’on observe la manière dont la gestion gouvernementale de la crise du Coronavirus est jugée, il est manifeste du côté de Boris Johnson qu’il a su, par ses prises de position, conserver son socle électoral. Alors que 42% des britanniques jugent que la crise a été mal gérée, contre 36% qu’elle l’a bien été - selon un sondage IPSOS Mori pour King’s College -, ce n’est le cas que de 21% de ses électeurs de 2019. Les conservateurs rendent avant tout les scientifiques, l’OMS, et le système de santé responsables des dysfonctionnements, là où les sympathisants Labour rendent avant tout le parti conservateur et le Premier ministre responsables. 

Evidemment, la gestion Johnsonienne est contestée par l’opposition, les médias, et une partie non négligeable de l’opinion. Mais il conserve à ce jour un certain nombre d’atouts. D’abord, le fait que bien qu’ils soient de plus en plus nombreux à mettre en doute sa compétence, aux yeux de 47% des britanniques  l a « fait aussi bien que possible » compte tenu des circonstances (contre 43% qui pensent qu’il a mal géré et a commis des erreurs qui auraient pu être évitées). Ensuite, parce qu’en matière économique - une priorité britannique et un point fort, traditionnellement, des conservateurs -, 45% pensent qu’il a bien agi, contre 43% qu’il a mal agi. Enfin, parce qu’il n’est pas contesté au sein de sa majorité. S’il est moins populaire aujourd’hui, ce n’est d’ailleurs pas simplement à cause du Coronavirus, mais du fait que le débat sur le Brexit - qui galvanisait sa coalition électorale - est passé au second plan.  

Selon vous, pourquoi les électeurs de Johnson lui sont-ils si fidèles ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas cette même fidélité dans l'électorat macroniste ? 

Jusqu’ici, et malgré les nombreux reproches qui sont adressés à Johnson par l’opinion - notamment l’indécision et l’incompétence -, il semble avoir réussi à rester fidèle à son message initial. S’il n’a pas réussi à tenir toutes ses promesses, il a en tout cas convaincre son socle électoral qu’il avait fait tout ce qui est en son pouvoir pour les tenir, et que ses échecs sont dûs à un certain nombre de boucs émissaires - l’administration, l’Europe, les oppositions…

En revanche, s’agissant d’Emmanuel Macron, il semble qu’au grès des ajustement tactiques, une partie des électeurs aient au le sentiment qu’il avait perdu de vue ses promesses initiales, voire qu’il « ne sait pas où il va ». Ils peinent de plus en plus à voir quelle société leur Président souhaite construire. 

A force de changer de pied, ce qui était initialement un atout pour déstabiliser ses adversaires politiques, il a généré ce qui est perçu comme des incohérences, brouillé son image comme son message, et sans doute jeté le doute sur la sincérité de ses convictions. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles il ne veut aujourd’hui pas tout à fait renoncer à la réforme des retraites et de l’assurance chômage : à la veille de l’élection de 2022, il lui faudra bien expliquer à ses électeurs ce qu’est devenu le réformateurs ambitieux, celui qui devait « faire bouger les choses »… or, en la matière, la mémorisation spontanée de son bilan est à ce stade relativement faible (mis à part la réforme de la SNCF, les ordonnances travail, ou le prélèvement à la source…). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 04/08/2020 - 10:26
Autre différence : les résultats économiques
On prédisait le pire à la GB suite au Brexit : les électeurs voient qu'il n'en est rien (pour le moment), et le portent au crédit de Boris Johnson : le courage a payé), et l'arrogance brejnevienne de l'UE, sa volonté punitive et ses exigences extravagantes l'ont aidé aussi.
Macron promettait que ses faveurs aux "premiers de cordée" (remontant pour partie à l'ère Hollande) bénéficieraient mécaniquement (magiquement plutôt) aux "premiers de corvée" ; il y a eu quelques résultats, mais comme seuls les médias de la classe dominante en ont parlé et qu'on a repris d'une main ce qu'on avait lâché de l'autre, voilà une belle contribution à sa réputation de faux-jeton. D'ailleurs décrire les banquiers d'affaire, les milliardaires de startups et les patrons du CAC40 comme des premiers de cordée est fallacieux (le dernier de cordée grimpe à la même vitesse et à la même hauteur que le premier) et une propagande à l'usage des bailleurs de fonds exclusivement...
lémire
- 04/08/2020 - 10:10
un léger détail
... semble échapper à Chloé Martin : l'attitude face à l'insécurité. Ce n'est pas Boris Johnson qui aurait parlé d'incivilités, renié ses promesses de construction de prisons (à la place, des téléphones fixes dans les cellules de ces pauvres opprimés), ou aurait nommé un avocat de la pègre comme ministre de la Justice, fait des promesses creuses au lendemain de faits divers sanglants sans se donner la peine de faire semblant d'y croire

De manière générale, Macron a l'art de se rendre odieux, sans s'en rendre vraiment compte, et semble plus craindre la colère du Monde et du Syndicat de la "Magistrature" que celle de la France d'en bas.
ajm
- 03/08/2020 - 15:31
Facteur personnel.
BJ est drôle, sympathique et ne se prend pas trop au sérieux malgré sa réussite personnelle, son origine sociale et son éducation. Macron c'est le contraire.