En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

06.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 5 heures 40 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 10 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 11 heures 35 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 14 heures 7 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 16 heures 10 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 16 heures 38 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 17 heures 21 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 6 heures 39 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 16 heures 2 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 16 heures 30 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 17 heures 14 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 17 heures 33 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 18 heures 5 min
© DR / SOPA Images - Getty
censure twitter cancel culture médias réseaux sociaux néo-maccarthysme
© DR / SOPA Images - Getty
censure twitter cancel culture médias réseaux sociaux néo-maccarthysme
Néo-maccarthysme identitaro-progressiste

Cancel Culture : quand l’Occident s’embarque dans une spirale d’excuses destructrices

Publié le 01 août 2020
Aux Etats-Unis, les actions visant à mettre au pilori médiatique des personnalités publiques et des acteurs médiatiques se multiplient. Comment définir la "Cancel Culture" ? Son influence sur la société américaine se retrouve-t-elle dans les mouvements anti-racistes et les grands groupes médiatiques français ?
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, les actions visant à mettre au pilori médiatique des personnalités publiques et des acteurs médiatiques se multiplient. Comment définir la "Cancel Culture" ? Son influence sur la société américaine se retrouve-t-elle dans les mouvements anti-racistes et les grands groupes médiatiques français ?

Atlantico.fr : Professeure renvoyée pour s'être endormie lors d'une conférence Zoom sur l'antiracisme, excuses publiques exigées à des personnalités hollywoodiennes pour "ne pas avoir été suffisamment aimable" avec le personnel d'un restaurant., démissions de journalistes face à la soumission de leur rédaction à la pensée unique "progressiste" ... Aux États-Unis les actions visant à mettre au pilori médiatique personnalités publiques et acteurs médiatiques se multiplient. Comment définir la Cancel Culture ? Son influence sur la société américaine se retrouve-t-elle dans les mouvements anti-racistes et les grands groupes médiatiques français ?

Michel Fize : Est considérée comme « canceled » toute personne qui tient un propos problématique ou une conduite inappropriée (racisme, sexisme, homophobie…), voire un comportement excessif (sera par exemple dénoncé celui qui est trop macronien ou au contraire pas assez). 

Qui décide de cette appellation ? L’opinion publique. Plus exactement le « réseau social » qui s’érige par là-même en un impitoyable « tribunal de la bien-pensance ». 

Le « canceled » est réputé coupable : c’est la « présomption de culpabilité » qui est ici ouvertement appliquée. Pour une justice qui va être expéditive : pas de défenseur pour le « mis en cause », seulement un accusateur. Cette « canceled culture », comme on la nomme aux Etats-Unis - où dorénavant elle s’exprime sans entraves -, est une « culture totale », pour reprendre le mot du sociologue américain Erving Goffman. C’est une culture qui saisit en effet l’individu dans sa globalité. Tient-il un propos raciste, il EST raciste, homophobe, il EST homophobe. C’est l’individu tout entier qui est condamné, pas seulement ses actes.

Cette culture est bel et bien une culture totalitaire, qui n’est pas sans rappeler le maccarthysme américain des années 1950 ou la justice révolutionnaire jacobine de 1793. Soyons-en assurés : il y a du Fouquier-Tinville dans chaque individu contemporain !

Edouard Husson : La "Cancel culture" est la nouvelle incarnation d'une culture de gauche totalitaire. C'est une sorte de réédition de la révolution culturelle maoïste.  Sauf qu'elle se passe en plein cœur de l'Occident le plus dynamique, aux Etats-Unis d'Amérique. Il s'agit,.pourrait-on dire aussi, d'une reviviscence de la culture du lynchage. Il s'agit d'un lynchage social appuyé par la puissance des réseaux sociaux. C'est en fait une lente maturation depuis la chute du communisme. Le "politiquement correct", la diffusion de la déconstruction intellectuelle française - en fait un recyclage de la pensée destructrice de Heidegger - ont fait monter en puissance cette nouvelle violence politique dont la force est d'être insaisissable. La Cancel culture est arrivée en France depuis un moment déjà. Rappelons-nous les campagnes contre l'historien Sylvain Gouggenheim, qui a montré dans "Aristote au Mont Saint-Michel" que le rôle des lettrés musulmans d'Espagne dans la reviviscence de l'aristotélisme en Europe au Moyen-Age avait été surestimé et que la survie du grec dans les monastères devait être réévaluée. 

Cette analyse va contre la thèse, longtemps dominante et diffusée à l'époque du nazisme,  d'un apport crucial de l'Islam à la culture occidentale. Une campagne médiatique lancée par des universitaires  a essayé de le lyncher en 2008. De même Olivier Pétré-Grenouilleau, 3 ans plus tôt, avait été pris à partie très violemment par des associations et par Christine Taubira pour avoir publié une histoire scientifique de la traite des Noirs dans laquelle il  faisait toute sa place à l'esclavage mis en place par des musulmans mais aussi à la traite des Noirs par d'autres Noirs. Gouggenheim ou Pétré-Grenouilleau ont été défendus par une partie de la corporation universitaire. Il est probable que ce serait moins le cas aujourd'hui où les études décoloniales et la théorie du genre ont fait des progrès de géant au sein du corps social universitaire.  Les universités sont en effet le mieux où la Cancel Culture germe, dans tous les pays occidentaux. Regardez le nombre de débats qui ont été perturbés ou annulés récemment dans des universités françaises. On a beaucoup parlé des perturbations lors d'une conférence de Finkielkraut à Sciences Po (par des antisémites d'extrême-gauche) ou de la désinvitation de Sylviane Agacinski de l'IEP de Toulouse (à cause de son opposition aux lois dites sociétales) mais il y a un exemple comique, grotesque même,qui montre jusqu'où peut aller l'auto-censure. Audencia, école de commerce de Nantes, a annulé il y a quelques semaines une conférence de l'historien Thierry Lentz,spécialiste de Napoléon. 

Comment expliquer la puissance nouvelle de ce néo-maccarthysme identitaire, qui tente de masquer sa volonté de domination derrière un masque progressiste ?

Michel Fize : Les réseaux sociaux font désormais office de « tribunal populaire » – « populiste » serait le terme plus judicieux. Par simple décision (d’un individu ou d’un groupe), une personne est pointée du doigt, « mise à l’index » et promise au bûcher pour « déviationnisme de pensée ou de comportement » - sauf à présenter des « excuses officielles » à ses accusateurs dans le but      d’obtenir leur pardon et la levée de la « mise à mort ». 

Il n’y a plus désormais ni juges ni justiciables. Tout le monde est juge de tout le monde, à chaque instant. Nous avons là la conséquence redoutable de l’outil internet qui, sur fond d’individualisme social, ayant libéré toutes les paroles, les autorise toutes, leur accordant la même légitimité. Chacun se vivant à présent comme l’égal de tous les autres se croit donc autorisé à être le censeur permanent de ses semblables, en commençant par les plus « grands » : vedettes, hommes politiques. Plus le niveau social est élevé, plus le degré de notoriété est important, plus l’attaque risque d’être vive et intransigeante.

Evidemment, des arrières -pensées idéologiques ne sont pas à exclure dans certains combats, ceux notamment aujourd’hui les plus en vue. N’annonce-t-on pas ici ou là (notamment dans certains milieux policiers radicaux) une prochaine guerre civile (téléguidée) entre « blancs » et « noirs » ? L’extrémisme, il faut le savoir, n’a pas de couleur. Les « identitaristes » - si l’on nous pardonne cette expression -, sont dans nos murs.

Edouard Husson : Depuis les Lumières, le monde intellectuel produit régulièrement des systèmes clos, totalitaires. Cela commence avec les Lumières elles-mêmes, dans leur version française, qui pose les bases de l'expulsion des Jésuites - la première persécution moderne, qui a toutes les caractéristiques de la Cancel Culture; puis alimente le jacobinisme, premier totalitarisme moderne. Ensuite, c'est dans la philosophie allemande que germent les totalitarismes du XXè siècle: essentiellement chez Hegel et Marx. Fascisme, nazisme, léninisme,  maoïsme sont les enfants de ces deux philosophes. Ce qui a été sous-estimé à l'époque nazie, c'est l'implication de Heidegger dans la construction d'un système intellectuel du nazisme. Après la seconde guerre mondiale, Heidegger avance masqué mais il passe une alliance discrète avec le marxisme, il répand partout où il le peut, par disciple interposés, sa destruction du christianisme et du rationalisme, il planifie la publication de son oeuvre complète, non expurgée des passages ouvertement nazis.  C'est ce qui vous explique la très curieuse atmosphère dans laquelle nous vivons avec ses reviviscences de la période nazie - antisémitisme, écologisme radical, eugénisme transhumaniste - et ses vecteurs néo-marxistes. Évidemment il arrive un moment où cette alliance des héritiers du fascisme et du communisme devient gênante. Par exemple le Planning Familial américain a dû désavouer sa fondatrice,Margaret Sanger, ouvertement eugéniste au début du XXè siècle. 

À quels risques s'expose la société française au regard des conséquences de cette idéologie aux États-Unis ?

Michel Fize : Par la « cancel culture », c’est toute l’organisation sociale qui est remise en question, tout le système institutionnel, à commencer par l’institution judiciaire, qui est frontalement contesté. Déjà, par la violation médiatique permanente du secret de l’instruction, la présentation en boucle à la télé des accusés poursuivis pour tel ou tel méfait, la présomption d’innocence a volé en éclats au fil des ans. Désormais, par cette nouvelle culture, la « présomption de culpabilité » est érigée en nouveau principe du droit des gens. 

La démocratie est assurément en danger. Qu’il y ait parfois de bonnes intentions derrière les accusations des accusateurs-internautes (mais on le sait, l’enfer en est empli !) ne change rien à cette réalité. 

Cela interpelle car nous avons tout ce qu’il faut dans notre arsenal juridique pour sanctionner propos et conduites inappropriées : racistes, sexistes… A quoi bon en rajouter ? A quoi bon ces tribunaux spéciaux pour censurer les pensées individuelles non-illégales ? Peut-on admettre la répression des jugements de valeur ? Chacun a droit d’être, même à l’excès, macronien ou mélenchoniste… de préférer l’écologie à l’anarchie ou l’inverse. La morale, ce n'est pas la censure, c’en est tout le contraire. Ne nous laissons pas dépouiller de nos libertés, du droit de dire ou de faire ce qui nous plaît, qui ne tombe pas sous le coup de la loi naturellement.

Edouard Husson : Nous sommes exposés à la déferlante venue des Etats-Unis. Il ne s'est jamais produit, ces dernières décennies, que nous échappions à une mode venue des USA. Elle serait d'autant plus violente si Trump n'était pas réélu car il y aura, d'un côté, une intensification de la Cancel Culture aux USA et d'autre part une fragilisation des conservateurs en Europe et de leur capacité à résister aux gardes rouges de notre époque. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 03/08/2020 - 13:11
Parfaite conclusion
Édouard Husson voit juste quant aux enjeux de l'élection du 3 novembre. Beijing joe n'a plus sa tête et le Covid du PCC est là pour durer. Quelque chose comme une nouvelle guerre civile peut tout à fait se produire. Lire The Fourth Turning, livre prémonitoire dont Stephen K Bannon s'est inspiré pour son film disponible sur Youtube. Ironie de l'histoire, Donald Trump se présente comme LE rempart au fascisme sur lequel doit compter le monde libre. Il en a la trempe et la volonté et même pour l'instant l'adresse. S'il réussit je participerai volontiers au financement de son effigie ajoutée au Mount Rushmore.
TPV
- 02/08/2020 - 09:01
@hoche38
Oui, si l'on veut en finir avec cette vérole appelée "progressisme", euphémisme poour destruction de notre civilisation- il ne faut pas se tromper, et ce quelque soit le talent du bonimenteur dans un débat télévisé.
hoche38
- 01/08/2020 - 17:41
Remarquable analyse!
Il est évident que la riposte culturelle est illusoire sans un changement politique profond et que pour nous, l'élection de 2022 sera décisive. Il ne faudra plus cette fois-ci se cacher derrière son petit doigt.