En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

04.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

07.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

02.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

03.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

04.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 17 min 14 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 6 heures 42 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 8 heures 28 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 23 heures 6 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 1 jour 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 52 min 3 sec
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 23 heures 21 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 1 jour 4 heures
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Bruno Le Maire ministre de l'économie relance PIB chute historique
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Bruno Le Maire ministre de l'économie relance PIB chute historique
Recul historique

-13,8% pour le PIB au T2 : trou d’air... ou crash économique ? Les leçons des années 1920

Publié le 01 août 2020
La France vient de connaître une chute historique de son PIB au deuxième trimestre de cette année (-13,8%). La France pourra-t-elle surmonter cette épreuve rapidement ? Les effets du confinement et de la crise du coronavirus vont-ils marquer durablement l'économie et la société françaises ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France vient de connaître une chute historique de son PIB au deuxième trimestre de cette année (-13,8%). La France pourra-t-elle surmonter cette épreuve rapidement ? Les effets du confinement et de la crise du coronavirus vont-ils marquer durablement l'économie et la société françaises ?

Atlantico.fr : Au deuxième trimestre 2020, la France subit une chute historique de 13,8% de son PIB. Pensez-vous qu’il est possible que la France, avec quelques plaies, s’en sorte assez rapidement ? Ou au contraire, que l’effet confinement et coronavirus la marquera pour des années voire des décennies ?

Michel Ruimy : Dans cette crise sanitaire, il y a deux phases. La première a été la mobilisation d’urgence des autorités publiques - comme d’ailleurs dans les autres pays occidentaux - pour faire face à une crise inédite sévère. Il y a eu un bouclier public, coûteux mais nécessaire. Aujourd’hui, nous ne savons pas si l’État pouvait tout mais il a fait énormément. La seconde est la stratégie de reconstruction dont certains éléments nous seront donnés fin août. Mais, il faut déjà prendre en compte que l’État ne peut pas tout faire et surtout ne doit pas faire seul. Cette phase est nécessairement différente dans la mesure où les bons choix doivent être arrêtés : l’argent public n’est pas illimité. Le « quoi qu’il en coûte » doit progressivement laisser la place à un « quand cela vaut le coup », plus sélectif.

La France a besoin de mesures de relance ciblées, sélectives, bien choisies. Mais plus encore que de mesures de relance, notre pays a besoin d’un pacte de confiance avec les acteurs privés (ménages, entreprises) qui sont les premiers moteurs de la reprise. Il faut passer aujourd’hui du bouclier public à la confiance privée. Il s’agit de la confiance des ménages pour qu’ils mobilisent leur épargne accumulée pendant la crise. Près de 100 milliards d’euros à la fin de l’année, soit l’équivalent de 4 points de réservoir de croissance ! Il s’agit aussi la confiance des entreprises pour qu’avec leurs fonds propres - leur capital -, ils puissent investir.

Voilà ce qui est absolument clé pour réussir la reconstruction dans un contexte de stabilité fiscale (ni hausse, ni baisse d’impôts). Les gages donnés sur le maintien de l’assurance chômage à son niveau actuel contribuent à redonner confiance, de même que les initiatives en faveur de l’emploi des jeunes et de l’apprentissage. Pour éviter que cette épargne exceptionnelle ne se transforme en épargne de précaution, redonner confiance est l’un des plus grands enjeux. Pour les entreprises aussi.

Que peuvent nous indiquer les premiers éléments de l’INSEE ? Devons-nous nous attendre à une courbe en U, W, L ?

Une fois que la crise sanitaire sera, à peu près, réglée, à quel scénario économique peut-on s’attendre ? Les économistes ont débattu longuement sur la lettre qui illustrait le mieux la forme de la reprise. Ils ne sont pas tous d’accord.

Certains voyaient une reprise en V (Chute brutale de l’économie puis une reprise tout aussi violente). Ce rebond résulterait du rattrapage du retard de consommation et des mesures d’aides et d’incitation. Nous avons une certitude : ce ne sera pas un V. La reprise est molle malgré les milliards déversés par les banques centrales et les gouvernements. Concernant le U (Fort ralentissement de l’économie suivi d’une période de flottement correspondant à la barre horizontale du U). Un flottement lié à la remise en marche progressive de l’activité économique mondiale, un peu grippée après quelques semaines d’arrêt d’autant que la sortie du confinement ne se fera que par étapes. C’est un scénario plausible à la condition qu’un remède au virus soit trouvé rapidement. Pour le L (Chute brutale suivie d’une longue période de stagnation). C’est un mauvais scénario avec une accumulation de mauvaises nouvelles. C’est un scénario à ne pas espérer. L’évoquer, c’est déjà mauvais pour le moral. Le W (Rebond vigoureux après une chute brutale mais après l’euphorie, des incertitudes dues à un redémarrage lent de l’économie, à un commerce international perturbé du fait d’un repli sur soi des Etats… apparaît. L’économie se déprime mais elle redémarre d’encore plus belle). Dans ce scénario, même le rattrapage est mou. Après deux mois d’abstinence, la consommation, au lieu de repartir, est atone. Elle ne compense pas les « privations » antérieures du fait vraisemblablement d’inquiétudes (deuxième vague par exemple).

Alors quelle lettre ? Aucune en fait. On a enregistré la première barre plongeante du V. Mais le V s’éloigne car la reprise ne sera pas aussi rapide. Mais ce ne sera pas non plus, a priori, un L. Ce sera entre les deux. Une forte baisse suivie d’une reprise rapide, puis ensuite la remontée s'aplanirait progressivement. D’où l’image d’une « aile d’oiseau ». Dès lors, nous pourrions retrouver le niveau d’activité pré-Covid vers début 2022. J’insiste sur le fait qu’il y a beaucoup d’incertitudes qui entourent le profil précis de cette aile d’oiseau, y compris l’incertitude sanitaire.

Plus que les chiffres du deuxième trimestre, qui sont désastreux mais tout le monde s’y attendait, les décideurs économiques sont obnubilés par deux types de données : les données sur l’évolution du nombre de malades - et donc du risque de deuxième vague - et les signes et prévisions sur la reprise au deuxième semestre.

Quelles leçons pouvons-nous tirer des années qui suivirent la grippe espagnole (1918-1920) ?

La grippe espagnole est une pandémie qui a traversé les Etats-Unis et l’Europe en 1918. Selon certaines estimations, plus de 50 millions de personnes auraient disparu.

Cette grippe, l’une des pandémies les plus dévastatrices de l’Histoire, est considérée comme un « étalon » par les historiens. Ainsi, les mesures de confinement, mises en place il y a un siècle, ressemblent à celles d’aujourd’hui : les théâtres, les écoles, les frontières… avaient été fermés. Sans espoir de vaccin ou de test, certains soignants espéraient que les températures estivales ralentissement la transmission du virus.

La deuxième vague de l’épidémie, plus meurtrière que la première, a coïncidé, en Espagne, avec les récoltes et les célébrations de septembre ainsi qu’avec l’assouplissement des mesures de confinement. Des flambées contagieuses ont eu lieu l’hiver suivant. La fin de la pandémie dépendait de chaque pays.

Les universitaires s’accordent à dire que la fin de la pandémie est survenue en 1920 lorsque la Société a fini par développer une immunité collective contre cette grippe bien que le virus n’ait jamais complètement disparu. C’est un phénomène courant. La grippe de 2009 avait des éléments génétiques provenant de virus antérieurs de sorte que les personnes âgées étaient mieux protégées que les jeunes. En fait, une pandémie prend fin lorsqu’il n’y a plus de propagation communautaire incontrôlée et/ou que le nombre de vas est très faible.

Pendant la pandémie, la peur sociale a varié selon le degré d’information disponible. Mais, comme c’est souvent le cas, lorsque les effets ont diminué, les personnes ont cessé de s’inquiéter.

Les « Années folles » ont suivi la pandémie et la Première guerre mondiale. La population qui a réussi à survivre est entrée dans une phase d’euphorie y compris sur le plan économique (cf. Les « danses macabres » du XIVème siècle avec la peste noire : Vivre avec la mort car elle peut agir à tout moment). C’est aussi, dans cette période, que les régimes totalitaires ont commencé à apparaître en Europe.

La principale leçon est que toute « mesure exagérée » est devenue, par la suite, « insuffisante ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 02/08/2020 - 09:27
Article fonctionnarisé à donf !
Le meilleur est au début, je cite " Il y a eu un bouclier public, coûteux mais nécessaire. Aujourd’hui, nous ne savons pas si l’État pouvait tout mais il a fait énormément. La seconde est la stratégie de reconstruction dont certains éléments nous seront donnés fin août.". Bon début collabo !Il semble que pour cet économiste il n'y ai aucune alternative, aucun autre choix. Quelle étroitesse de vue !Lorsque l'on dit au gens : restez chez vous on vous paie votre salaire complet ou à 75 % on motive les gens pour repartir au turbin ? Tu parles, Charles... Lorsque l'on donne aux peuple un seul choix le masque ou un vaccin encore virtuel... quel espoir ? Un bon conseil pour les économistes fonctionnarisés : restez chez vous et surtout : taisez-vous...
ajm
- 02/08/2020 - 08:21
Voyage dans le temps.
On n'est pas prêt de relocaliser quoique ce soit avec la volonté de " verdir " et de decarboner car l'énergie, donc in fine du carbone pour l'essentiel en dehors du nucléaire que l'on refuse, est la base de toute industrie ( et même l'agriculture) dans un pays où les bras réellement disponibles et qualifiés sont chers, avec leur couverture sociale. On remet en cause la machine à vapeur pour revenir aux moulins à vent et à eau, on est prêt pour un voyage dans le temps ...
evgueniesokolof
- 01/08/2020 - 15:36
?????
"Il s’agit de la confiance des ménages pour qu’ils mobilisent leur épargne accumulée pendant la crise. Près de 100 milliards d’euros à la fin de l’année, soit l’équivalent de 4 points de réservoir de croissance !"
Ah bon.....pour qu'ils achètent des....produits importés car l'industrie a été déguenillée, non par le Covid mais par des années d'ouverture débridée, de capitulation devant le principe de précaution et les diktats écolos puis par l'effondrement du niveau éducatif...
Eh oui....tout concourt à la mise en place d'un système totalitaire...J'étais ce matin chez Leclerc où il y avait un bac "anti gaspi" où on trouvait un tas de produits hétéroclites....On habitue la population à la pénurie pour la préparer à la misère en la culpabilisant! Merde: t'as pas fini ton assiette de quinoa !!!! Comme cela cela leur évitera de jalouser De Rugy ou les dépenses de Brigitte!!! Ce régime pue le rance!et on n'a pas encore vu le pire...il a la tête de la tronche lugubre de Cochet quand Hulot l'a privé de ballade en hélico