En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 min 14 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 49 min 1 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 5 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 41 min 55 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 7 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 12 min
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump Etats-Unis
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump Etats-Unis
Calendrier électoral

Report de la présidentielle 2020 : l’inquiétant Monsieur Trump

Publié le 31 juillet 2020
Donald Trump a évoqué pour la première fois, dans un message publié sur Twitter, l'hypothèse d'un report de l'élection présidentielle. Le dirigeant américain a notamment évoqué des risques de fraude. A-t-il la possibilité de reporter la date du scrutin ? Donald Trump se sent-il en danger face à Joe Biden ?
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a évoqué pour la première fois, dans un message publié sur Twitter, l'hypothèse d'un report de l'élection présidentielle. Le dirigeant américain a notamment évoqué des risques de fraude. A-t-il la possibilité de reporter la date du scrutin ? Donald Trump se sent-il en danger face à Joe Biden ?

Atlantico.fr : Donald Trump a tweeté ce jeudi 30 juillet : "Avec le vote par correspondance (…) 2020 sera l'élection la plus inexacte et la plus frauduleuse de l’histoire (...) Ce serait très embarrassant pour les États-Unis. Reporter l'élection jusqu’à ce que les gens puissent voter normalement, en toute sécurité ?". Il évoque notamment les divers risques liés à l'épidémie de coronavirus. A-t-il la possibilité de reporter la date des élections ? 

Jean-Eric Branaa : Beaucoup évoquent le fait qu’un tel report serait anticonstitutionnel, alors précisons-le sans détour : il n’y a absolument rien dans la Constitution qui interdirait le report d’une élection présidentielle. La seule disposition qui compte est que la Constitution fixe une date limite aux mandats du président et du vice-président : ils se terminent tous les deux le 20 janvier 2021, à midi pile.

On apprend dans les cours de droit constitutionnel ou de science politique américaine que l’élection du président a lieu « le 1er mardi après le premier lundi de novembre ». La phrase est complexe et peut laisser croire qu’elle est tirée de la Constitution, mais il n’en est rien. C’est le code des élections qui définit ainsi cette journée, en vertu d’une loi votée en 1845.

Si une loi définit quelque chose, cela signifie que seule une autre loi (ou un amendement ou une décision de la Cour suprême) peut y mettre fin ou la modifier. Mais, en aucun cas, le président des États-Unis, qui n’a pas le moindre pouvoir dans ce processus. 

Il reste bien entendu à Donald Trump son pouvoir politique, puisqu’il est le chef de la majorité et qu’il peut inciter les républicains à voter une telle disposition. Mais, depuis les élections de mi-mandat de novembre 2018, il a perdu la majorité à la chambre des représentants : il est donc dans l’incapacité de faire passer la moindre loi sans l’aval des démocrates, ce qui n’arrivera évidemment pas en période électorale, et surtout aussi près du scrutin, alors que les tensions se font si fortes.

Les démocrates ont proposé une solution alternative : le vote par correspondance. Contrairement à Donald Trump, ils sont en position de le mettre en place car, si la date du vote est fixée par le pouvoir fédéral, l’organisation pratique de ce vote échoit aux États. Plusieurs d’entre eux ont déjà adopté ce vote par correspondance de manière généralisée, à cause de la situation sanitaire : dans le Colorado, à Hawaii, en Oregon, en Utah, et dans l’État de Washington, les électeurs n’auront pas à se déplacer pour voter. C’est bien ce que pointe Donald Trump, qui estime que cela favorise les fraudes, mais n’en n’apporte pas la preuve.

En résumé, tous les critiques ont compris que cette phrase tweetée par Donald Trump avait une seule fonction : détourner l’attention. Ce qu’on ne sait pas avec certitude c’est de si le détournement d’attention devait permettre d’atténuer l’impact du discours de Barack Obama, qui a prononcé l’éloge funèbre de John Lewis, le héro des droits civiques, ou pour cacher les résultats économiques qui venaient de tomber… 5 minutes plus tôt à peine. 

À moins de 100 jours des élections présidentielles, pensez-vous que le président actuel des États-Unis se sent en danger ? 

On remarque en effet une vraie fébrilité chez Donald Trump, qui se manifeste par une absence de cohérence dans les décisions et des changements de braquet très rapides et très brutaux. Le plus spectaculaire a été son changement de position sur la pandémie, après qu’il ait fait preuve d’un déni incroyable pendant trois mois et qu’il ait incité ses supporters à en faire autant. Son changement de position n’a pas ménagé ces troupes qui se montraient très actives pour relayer ses messages et démontrer, notamment sur les réseaux sociaux, qu’il n’y avait aucune crise sanitaire aux États-Unis. Les plus cyniques ont changé leur discours aussi rapidement que lui, mais d’autres sont restés troublés, étant moqués à leur tour par celles et ceux avec qui « ils croisaient le fer ». Pas simple d’être militant avec un chef qui n’a pas un cap clair.

Donald Trump n’est pas le seul responsable de cette situation : c’est au Parti républicain qu’il doit d’avoir été enfermé dans cette campagne sans aucun programme. Car ce sont eux qui ont voté voici deux mois pour ne pas en proposer de nouveau, alors que le locataire de la Maison-Blanche pensait qu’il fallait le faire. Cette absence de programme est également très déroutante, car ses militants ne savent plus comment défendre leur champion. L’argument principal, qui était celui de l’économie a fini par leur échapper. Ils s’étaient précipités un peu trop vite sur les premières annonces de reprise de l’activité et de la baisse du chômage après le pic du mois de mars-avril. Mais comment pouvait-ils créditer Donald Trump pour cette reprise quand il ne s’agissait que d’un début de retour au travail, sans réelle création de quoi que ce soit ? Le chômage s’est bloqué à plus de 11% et cela pourrait empirer, au grand dam du camp républicain qui espérait une reprise rapide. Les chiffres économiques de juillet sont catastrophiques alors que l’économie américaine s’est contractée à un rythme record de 32,9% au deuxième trimestre, son plus fort ralentissement depuis au moins les années 1940. C’est cela qui met particulièrement Donald Trump en danger, alors qu’il avait bâti sa communication sur les excellents chiffres du chômage qui se succédaient depuis trois ans, pour atteindre 3,5% en janvier, le plus bas chiffre depuis 50 ans. Le retournement de situation est spectaculaire et ses opposants vont faire le lien avec son déni de la pandémie et la réouverture beaucoup trop rapide et imprudente de l’économie dès le mois de mai, alors que rien ne s’était calmé sur le front sanitaire et que tout le monde l’avertissait de ne pas le faire.

Les derniers sondages parus donnent une nette avance à l'adversaire de Donald Trump, Joe Biden. Quelle peut-être l'ambiance à la Maison Blanche en ce moment ? 

On peut imaginer beaucoup de choses, qui seraient des spéculations et amèneraient sur le terrain de l’attaque personnelle ou du dénigrement, en portant sur des remarques sur le caractère du président, son tempérament ou autre artifice un peu trop facile.

On peut aussi penser que l’atmosphère doit être très studieuse car les conseillers doivent échafauder de nombreuses stratégies pour tenter de retourner les choses. C’est vrai qu’il reste moins de 100 jours jusqu’au 3 novembre et que personne n’a réussi à remonter un tel retard dans la période moderne. Mais en politique tout est possible et rien n’est vraiment joué avant la proclamation du résultat : c’est très certainement le message qui est sans cesse répété en ce moment derrière les imposantes portes de la Maison-Blanche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 01/08/2020 - 20:06
Oui Liberté 5
On aimerait avoir un autre son qui ne soit pas d'une cloche.....
Mais....en dépit du rouleau compresseur de la propagande, les ricains sont pas idiots: ils l'ont fait savoir à Hillary la bécasse en 2016
Liberte5
- 01/08/2020 - 15:13
A défauf d'informer, J.E. Branaa fait de la propagande.
En ne disant rien sur le comportement des gouverneurs démocrates qui font tout pour bloquer la reprise économique, les médias américains qui sont dans une hystérie anti-Trump, les antifas qui sèment le chaos et la santé santé mentale de J. Biden ,etc. il nous désinforme. Mais heureusement nous avons d'autres sources et je pense que D. Trump va gagner , car J. Biden est sénile et ne tiendra pas le choc dans un débat avec D. Trump. Beaucoup d'électeurs démocrates ne vont pas aller voter pour un sénile corrompu. Le chaos que l'on voit dans des villes démocrates va en refroidir plus d'un, chez les démocrates et chez d'autres qui voulaient virer D. Trump. Le vote par correspondance est la source de fraude massive. Le New York Times en 2012 en faisait état dans une étude sur cette question. Mais aujourd'hui le NYT qui a viré à l'extrême gauche dit le contraire.J.E. Branaa vous perdez tout crédit en cachant la vérité sur la situation actuelle aux USA, telle qu'elle est et non comme la voit les démocrates et les pseudos observateurs Français. N. Bacharan, en étant la caricature parfaite.
Marie Esther
- 01/08/2020 - 11:36
Je ne parie pas sur la date des elections
Mais sur la victoire de Trump. Il n'est pas possible que les démocrates même s'ils détestent Trump votent pour l'insignifiant sénile Biden.
Je pense que Trump gagnera et je l'espère.