En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 min 41 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 2 heures 3 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 5 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 7 heures 16 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 51 min 19 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 3 heures 28 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 4 heures 26 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 5 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 5 heures 42 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 6 heures 6 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 7 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 7 heures 46 min
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Nicolas Sarkozy Le temps des tempêtes entretien TF1
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Nicolas Sarkozy Le temps des tempêtes entretien TF1
"Le Temps des Tempêtes"

Nicolas Sarkozy, petites feintes et gros calculs

Publié le 28 juillet 2020
Nicolas Sarkozy était invité lundi soir sur le plateau du journal de TF1 à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. L'ancien président de la République est revenu sur les premières années de son quinquennat et sur la vie politique française.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy était invité lundi soir sur le plateau du journal de TF1 à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. L'ancien président de la République est revenu sur les premières années de son quinquennat et sur la vie politique française.

La politique est un éternel recommencement. La prestation de Nicolas Sarkozy ce lundi soir sur TF1 avait quelque chose de réjouissant et de perturbant. Revoir l’ancien président de la République (2007-2012) avec ses tics et ses intonations donnait l’impression de faire une plongée dans un passé pas si lointain, celui d’avant le nouveau monde d’Emmanuel Macron. Pourtant, hormis un net blanchissement des cheveux, rendu encore plus visible par le choix du costume noir, le personnage n’a guère changé, ni sur la forme ni sur le fond.

Comment analyser ce retour médiatique ? Sur le plan politique, Nicolas Sarkozy semble mort, et même doublement mort puisqu’il a subi deux défaites majeures : à l’élection présidentielle en 2012 où il a été battu par François Hollande, et lors de la primaire de la droite en 2016 où il a dû s’incliner face à François Fillon, l’outsider qui a surpris tout le monde.

Mais les hommes politiques ne meurent jamais. Nicolas Sarkozy en sait quelque chose, lui qui a connu sa traversée du désert après 1995. A-t-il à ce point mal vécu son échec humiliant face à son ancien premier ministre qu’il espère prendre sa revanche en 2022 ? Certes, il réfute cette hypothèse (« je ne prépare pas un retour ») mais on sait que ce genre d’affirmation a une portée limitée. A quoi bon en effet prendre la parole maintenant, à moins de deux ans de l’élection présidentielle, avec un discours savamment dosé d’autocongratulation et d’autocritique, si ce n’est pour se rappeler à l’existence des Français ?

La stratégie paraît trop calibrée pour ne pas avoir été pensée. D’un côté Nicolas Sarkozy adopte un statut surplombant, ce qui l’amène à adouber Emmanuel Macron (qu’il qualifie de « républicain ») et à condamner François Hollande (dont les partisans comme Laurent Joffrin travaillent actuellement à un éventuel retour) ; de l’autre il vante ses propres mérites en rappelant notamment qu’il a su gérer la crise économique de 2007-2008, qu’il présente comme plus difficile que celle du coronavirus, et insiste sur le fait qu’il a été le protecteur des épargnants. Au passage, il insiste sur les thématiques qu’il affectionne : l’autorité, la sécurité, l’identité. Curieusement, ce sont ces thématiques que l’actuel gouvernement vient de mettre à l’honneur en nommant Gérald Darmanin au ministère de l’intérieur, lui dont la ressemblance avec Nicolas Sarkozy est particulièrement frappante, que ce soit dans le comportement ou dans le discours, comme si Emmanuel Macron tentait d’occuper un espace politique que Nicolas Sarkozy pourrait être amené à investir.

Bref, le message de Nicolas Sarkozy est clair : j’ai fait le job, je suis disponible, j’ai de bonnes idées, je sais choisir les bonnes personnes (puisque le gouvernement actuel les reprend à son compte, comme Jean Castex, son ancien secrétaire général adjoint), donc je suis logiquement capable de faire mieux que l’actuel résident de l’Elysée.

Avec ce ballon d’essai, Nicolas Sarkozy joue habilement. Il n’a rien à perdre et tout à gagner. Au pire, il en restera un simple livre de souvenirs qui fournira aux générations futures sa version personnelle du quinquennat. Au mieux, sa candidature peut susciter l’intérêt de ceux qui doutent de la victoire d’Emmanuel Macron. On verra alors si les soutiens en sa faveur se multiplient dans les mois qui viennent en proportion inverse des chances de réussite d’Emmanuel Macron.

Dans ce jeu de positionnement tactique, la carte judiciaire occupe aussi une place importante. Le procès de Nicolas Sarkozy doit se tenir au printemps 2021. Les risques d’une condamnation ne sont pas négligeables : les juges n’ont-ils pas été impitoyables avec François Fillon ? Lors de son interview, Nicolas Sarkozy n’a pas manqué d’insister sur les connexions suspectes qui existent entre la justice et le pouvoir. Ce faisant, non seulement il place les magistrats sous la pression de l’opinion et des médias, mais il tente de jeter par avance un certain discrédit sur une éventuelle condamnation. Il laisse aussi entendre qu’il serait mal venu pour les juges de lui chercher des poux dans la tête : pourraient-ils prendre le risque de saborder pour la seconde fois une élection présidentielle ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 28/07/2020 - 16:39
Hum
ç a y est ,il bouge une demi oreille et crac le machin anti Sarkozy remet une pièce dans le Juke box .. il a sauvé banques, c 'est mal parait il..lol comme les banques ont nos sous .il aussi sauve notre niveau de vie, mais bon.. il y a des gens quis avent comment faire avec des citoyens ruinés et affamés; moi pas.. il a tout fait bien ?NON bien sûr ,le karcher est resté dans sa boite et quand il essayé de le ressortir tout le monde lui est tombé dessus ,y compris une grande partie de la droite dite classique devenue Pastèque à l'insu de son plein gré , pire il a écouté BHL et suivi et participé à l immense connerie du" printemps " des pays arabes avec cerise sur le gâteau l'élimination d e Khadafi , élimination qui a causé l'invasion des "réfugiés" toujours en cours et toujours intraitée en France et au niveau européen..la Droite est à Gauche et le lepenisme est anti capitaliste ..Devinez pourquoi l'abstention est si importante chez nous. rajoute z une couche de gauchisme écologiste plus une population originaire des ex colonies incohérente ,au point d être en France et non pas chez elle dans leurs paradis délivrés de notre .. oppression
hoche38
- 28/07/2020 - 14:44
C'est sa dernière chance!
L'iman caché, le sauveur, le dernier joker de la caste au pouvoir contre Marine Le Pen, ce pourrait donc être lui? Mais que pouvons nous attendre du héros du Traité de Lisbonne en 2007, imposé contre le résultat du referendum de 2005 ? Que pouvons-nous attendre encore du Kärcher asthmatique? Que pouvons-nous attendre encore du sauveur des banques en 2008 ?

Transformer un cheval de retour un peu cabossé en un nouveau Bonaparte n'est pas à la portée de tout le monde, mais avec quelques bataillons de communicants, d'experts, de journalistes, l'appui des services publics et subventionnés de l'information et un investissement de l'ordre de 400 millions d'euros sur deux ans, c'est encore faisable. Mais qui va payer, cette fois-ci?
evgueniesokolof
- 28/07/2020 - 13:15
Bon
Cela a au moins un mérite: il vous explique comment faire si vous voulez être cocu........et manifestement , parmi ceux qui vomissent les propos de Cofin, il en est plein qui ont vocation à l'être....