En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 1 heure 47 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 3 heures 48 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 5 heures 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 6 heures 44 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 9 heures 17 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 10 heures 6 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 11 heures 50 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 3 heures 26 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 4 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 9 heures 6 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 11 heures 54 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Institut Catholique de Paris
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Institut Catholique de Paris
Associations incongrues

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

Publié le 28 juillet 2020
Le cas d'Alice Coffin, militante et professeur de journalisme à l'Institut Catholique de Paris, est l'un des derniers exemples de l'aliénation idéologique. Le danger ne vient pas des militants radicaux eux-mêmes mais de ceux qui leur ouvrent les portes.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cas d'Alice Coffin, militante et professeur de journalisme à l'Institut Catholique de Paris, est l'un des derniers exemples de l'aliénation idéologique. Le danger ne vient pas des militants radicaux eux-mêmes mais de ceux qui leur ouvrent les portes.

Atlantico.fr : Alice Coffin, militante LGBTQ et professeure de journalisme à l'institut catholique de Paris, une association incongrue dont on ne doutait pas l’existence pourtant l'honorable institution lui a ouvert les portes. Comme l'institut peut-il confier des cours à une personne à l'opposé des valeurs qu'il est censé porter ? 

Edouard Husson : Vous êtes sur une pente dangereuse: vous féminisez d’emblée « professeur » alors qu’il s’agit d’un métier qui a été exercé et d’un titre, qui a été porté pendant longtemps par des femmes sans que celles-ci ressentent le besoin de féminiser le mot lui-même. L’habit ne fait pas le moine. Jacqueline de Romilly ou Hannah Arendt n’avaient pas besoin de se faire appeler « professeure ». Le manque de vigilance face au nominalisme et à l’idéologie est omniprésent. Alors, évidemment, vous proposez un exemple énorme: la bonne vieille université catholique de Paris, qui laisse enseigner en son sein une personne dont les opinions sont totalement incompatibles avec le catholicisme, cela va sans dire, mais aussi ce rationalisme intégral, comme l’appelait Tresmontant, que l’Eglise catholique a su défendre pendant vingt siècles. Car la question n’est pas le « choc des valeurs » mais de garder la possibilité d’un espace de libre débat et d’argumentation rationnelle, dans le respect du réel. René Girard a résumé d’une formule la dynamique du christianisme: « C’est à partir du moment où l’on a arrêté de brûler les sorcières qu’on s’est mis à faire de la science » et non le contraire. Le christianisme permet la fin des boucs émissaires et l’avènement de la raison. Les idéologies modernes, depuis les Lumières, nous ramènent les boucs émissaires et se finissent en totalitarismes. Alice Coffin fait des hommes, des pères, les bouc émissaires de tous les maux sociaux, tels qu’elle les ressent. Alors comment une institution telle que « la Catho » peut-elle laisser recruter en son sein une militante fanatique de l’idéologie du genre? Il y a certainement une composante « catho »  sur le mode « vouloir se déniaiser à tout prix », il y a la mode, la peur de ne pas être de son temps, la peur, tout court; il y a une conception dévoyée de la liberté, la volonté de prouver que, comme chrétien, on est les plus inclusifs; il y a une façon de singer le Christ, qui mangeait à la table des pécheurs - pardon, des marginaux porteurs d’une expérience de vie atypique -, mais en dévoyant son enseignement puisque lui voulait la conversion, le changement de vie, le retour au réel, la fin des chasses aux sorcières. Cela dit, l’institut catholique n’est pas seul et ce qu’il faut reprocher aux catholiques, c’est de ne pas se distinguer dans cette époque de crise - René Girard aurait été frappé par l’accélération des emballements mimétiques et la multiplication des boucs émissaires. 

Le danger vient-il des militants radicaux ou de ceux qui ouvrent les portes par paresse intellectuelle ? Quelle idéologie prend le pas sur l'autre ? 

Dans une époque stable, les militants radicaux restent de grands méconnus, des incompris qui se morfondent dans leur coin. Sans la Première Guerre mondiale, Hitler serait vraisemblablement mort dans les années 1920, de mauvaise santé ou en se jetant dans l’Isar à Munich. Mais tous nos équilibres sont instables. la Belle Epoque fut l’une des plus heureuses de l’histoire de l’humanité; mais le bonheur fait peur ou ennuie, au choix, et les dirigeants européens se sont précipités dans la Première Guerre mondiale. Après la chute du communisme, l’Occident avait tout pour être heureux et profiter de l’ouverture du monde à ses idées et ses capitaux. Mais la passion individualiste a rongé de l’intérieur le modèle occidental. Il est devenu intolérant et agressif, comme le montre le progressisme, partout où il tient pouvoir et institutions. Quand surgissent les déséquilibres, les radicaux relèvent la tête. Ils profitent des vulnérabilités du système, pour s’introduire. Dans les brèches qui leur sont ouvertes, les « modérés », les « centristes » sont souvent des complices de choix. Ce qui a permis à tous les fous furieux idéologues de s’emparer des facultés de sciences sociales dans le monde occidental, c’est d’abord le fait que des universitaires atypiques aient commencé à adopter leurs concepts. Il y a quinze ans que l’on se croit obligé de dire « genre » dans l’université française. Eh bien il a suffi d’une demi-génération pour que l’idéologie du genre fasse régner son ordre tyrannique, pour que les présidents d’université se mettent à l’écriture inclusive (la bien mal nommée). Tout ceci se déroule sur fond d’inégalités sociales croissantes, où la question de l’inégalité homme/femme ou celle du « racisme systémique » sert de caution sociale à des élites obsédées par l’accumulation des richesses aux dépens de leurs frères humains. C’est aussi parce que l’Eglise a largement abandonné, après Benoît XVI, la prédication de sa doctrine sociale qu’elle se réfugie, comme les autres, dans les causes paravent de l'époque: l'apocalyptisme climatique, l'idéologie du genre, le racisme inversé. 

Cette alliance incompatible est-elle un cas isolé ? Trouve-t-on d’autres alliances qui donnent de l'exposition aux décoloniaux, décroissants, croisés du genres ? 

La dynamique occidentale, depuis le Moyen-Age, est celle d'un débat entre "réalistes" et nominalistes"; entre ceux pour qui l'être humain doit découvrir le sens de son action qui est préécrit dans le réel; et ceux qui pensent que les mots, le langage, sont émancipateurs et doivent permettre de transformer le réel, au besoin par la contrainte sociale. Depuis la Révolution française, on dit "la droite" et "la gauche" parce qu'au débat philosophique de fond est venue s'ajouter un débat religieux. Depuis son origine, le christianisme est défié par d'autres courants religieux issus d'une même matrice culturelle mais qui rompent l'équilibre très spécifique proposé par le Christ, entre l'humain et le divin, et qui, le plus souvent, refusent la séparation des pouvoirs. Il s'agit de la gnose, du manichéisme, du millénarisme et, bien entendu, de' l'Islam. L'Europe occidentale s'est fondée sur le rejet de ces religions alternatives. Force est de constater que la modernité, qui se croit émancipée, a surtout récupéré ces courants à son profit. Alice Coffin ne se doute pas de ce qu'elle véhicule d'héritage du catharisme et du marcionisme par sa détestation du réel sexué. En revanche l'Eglise catholique n'aurait pas dû abandonner la belle tradition du "discernement des esprits", qui a tant fait honneur à l'école de spiritualité française depuis Saint François de Sales. Au-delà de l'Eglise, il y a plus généralement dans le monde dirigeant, l'idée utilitariste assez répandue que les débats d'idées n'ont aucune importance. C'est ainsi que la droite dite de gouvernement a abandonné la culture et le débat intellectuel à la gauche. Il ne reste que quelques poches de résistance et de fidélité au réalisme philosophique. Et il y a l'immense bataillon délaissé de tous ces Français qui ressentent dans leur chair les conséquences des idéologies et qui n'ont que les "populistes" pour les défendre. Le macronisme est largement fondé sur l'effondrement de la philosophie politique classique et le ralliement des dirigeants de droite à son amalgame de transhumanisme, de gauchisme et d'hyperindividualisme.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 29/07/2020 - 16:39
eh oui Cloette
et....il y a même le "petit jesus rouge" qui incommode Rhokaya tous les mois....alors que faisant caca dans sa culotte elle devrait être habituée
clo-ette
- 28/07/2020 - 21:16
Jésus
Son approche varie selon l'individu, pour le communiste français de l'ancien monde ( le PC aujourd'hui est inexistant), c'était le premier communiste, pour le Juif, c'est un Juif qui a réussi, pour les cathos, les options sont différentes selon qu'ils sont de droite, ( la dévotion, la pratique, un peu comme les Juifs pieux mais en moins voyant,) ou de gauche ( la charité sous forme d'allocations sociales mais non d'aumône dans la crécelle du mendiant comme pour les fachos de droite ) . Dans le monde aussi ça diffère, Sud et Nord, ainsi que dans les formes, carmélites ou protestants ou même sectes diverses .
evgueniesokolof
- 28/07/2020 - 19:59
Mais attends Ganesha....
On ne doute pas un seul instant que Jesus, pour toi, c'est un peu comme son copain Bob pour le regretté Coluche " un mec que , quand tu l'attaques pas, il cherche qu'à se défendre" D'ailleurs, Coluche dit que Bob c'est un mec, il a des bouquins que j'en comprends même pas le titre.... et beh, toi et Jesus , ça doit être un peu ça, bon, sauf que Jesus il connaissait pas Callemasque parce qu'ils habitaient pas le même quartier....Donc, on te croit hein!
Et si ce con de Didou t'agresse encore et si Jesus se fait piquer sa mobylette tu me fais signe....j'arrive avec Assou et ils vont se casser...