En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 3 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 12 heures 52 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 16 heures 44 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 15 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 35 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 27 sec
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 34 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 19 heures 49 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 1 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 17 heures 52 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 13 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 19 heures 57 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron
© LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron
Cote de popularité

Emmanuel Macron, le président qui ne changeait jamais vraiment… tout en étant ballotté au gré des événements

Publié le 28 juillet 2020
Dans la tête des Français, le président donne l’impression qu’il ne change jamais sur le fond mais qu'il évolue au gré des circonstances.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la tête des Français, le président donne l’impression qu’il ne change jamais sur le fond mais qu'il évolue au gré des circonstances.

Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

La dernière vague du Baromètre de l’Observatoire de la politique nationale réalisé en Juillet par BVA pour Orange et RTL est la première occasion de mesurer l’état de l’opinion après le remplacement d’Edouard Philippe par Jean Castex à Matignon. Cette importante étape du mandat d’Emmanuel Macron est l’un des éléments clef du « nouveau chemin » que le chef de l’Etat veut incarner. Le timing de ce changement constitue son défi le plus important : les spécialistes du calendrier parlementaire ont estimé que le nouveau Premier ministre ne disposerait que de… 15 mois effectifs pour réaliser l’ambitieux programme décliné dans son discours du politique générale du 16 juillet !

En choisissant un Premier ministre symbolisant, beaucoup plus qu’Edouard Philippe, un portrait inversé de ce qu’il représente aux yeux des Français, le chef de l’Etat a fait le pari du contraste d’image. L’accent régional de Jean Castex et son leitmotiv sur la question des territoires pourront-ils avoir un « effet cliquet » sur l’image d’Emmanuel Macron, lui permettant de retrouver la dynamique de 2017, contrariée par tant de crises ? Le pari est risqué car le changement de Premier ministre s’est accompagné d’une intense communication sur le thème d’un changement de direction de la politique menée. Les Français interrogés par BVA déclarent d’ailleurs, dans des vagues précédentes du baromètre, avoir davantage le sentiment qu’Emmanuel Macron « agit au jour le jour » plutôt qu’il ne sait où il va.

Mais donner le sentiment d’agir au jour le jour ne veut pas dire incarner une mobilité des choix et des politiques, une adaptation pensée et cohérente aux circonstances. Une donnée importante apparait, à cet égard, dans la dernière vague du Baromètre BVA : Emmanuel Macron ne semble pas incarner aux yeux des Français l’évolution de sa politique ou de son style présidentiel, lui qui ne cesse d’en appeler à de nouvelles étapes et de retoucher à a communication. Alors que le Président a déclaré que « plus rien ne sera comme avant » et qu’il vient de changer de Premier ministre (mais en conservant une part importante des ministres en poste), les Français ne trouvent pas qu’Emmanuel Macron a vraiment évolué !

Rentrons un peu dans le détail de ce paradoxe. On a proposé aux personnes interrogées de noter sur une échelle graduée de 0 à 10 l’évolution d’Emmanuel Macron (depuis son élection) concernant la politique qu’il mène et concernant son style, sa manière d’incarner le pouvoir.  La note de 0 correspond à l’opinion selon laquelle la politique menée ou le style n’ont pas du tout changé et la note 10 correspond à l’opinion exactement inverse. La note moyenne attribuée sur les deux dimensions est juste au-dessus de 4 sur 10 : la balance pèse donc davantage vers l’idée que ni le style ni la politique menée par Emmanuel Macron n’ont évolué depuis trois ans ! La distribution statistique des notes montre très clairement une forte asymétrie : il y a une plus forte concentration des réponses entre les notes 0 et 2 (pas d’évolution) qu’entre les notes 8 et 10.

D’un côté ces résultats sont désespérants pour un chef de l’Etat qui veut incarner le mouvement, la dynamique, le renouveau, les lignes qui bougent et qui consacre tant d’efforts à sa communication. D’un autre côté, cela confirme que le chef de l’Etat a stabilisé dans l’opinion publique une image et un style. Après tout, il s’agit d’une ressource politique importante pour celui qui a toujours dénoncé, chez ses prédécesseurs, le renoncement et les promesses non-tenues. Les clivages sociologiques et politiques jouent ici de tous leurs poids. Lorsque les Français créditent Emmanuel Macron d’une évolution, ce sont davantage les cadres supérieurs, les plus diplômés, les hauts salaires que les catégories populaires ou les chômeurs qui perçoivent cette évolution ! Ce sont aussi davantage les hommes et que les femmes. Politiquement, plus on se situe à droite (mais pas à l’extrême droite), plus on voit de l’évolution politique chez Emmanuel Macron tandis que l’électorat du centre gauche voit davantage d’évolution dans le style que dans la politique conduite.

La distance que l’on peut calculer entre les deux mesures (évolution de politique ou évolution de style) donne une mesure d’une grande richesse explicative : si la donnée la plus fréquente est l’absence d’évolution perçue dans les deux dimensions, certains segments de l’électorat montrent d’intéressants cas de figure de perception différentielle : certains voient davantage d’évolution dans le style que dans la politique suivie, pour d’autres c’est le contraire.

Les jeunes (notamment les 18-24 ans), les étudiants, les travailleurs indépendants, trouvent plus souvent que les autres que chez Emmanuel Macron c’est avant tout le style qui a changé plus que la politique suivie. En revanche, les seniors (plus de 50 ans), les retraités, les cadres supérieurs considèrent davantage que c’est la politique qui a changé plutôt que le style. Les ouvriers sont très concordants dans leur appréciation et ne voient pas d’évolutions que cela soit sur le style ou sur la politique suivie.

Les différences politiques sont encore plus parlantes : alors que 24% des personnes interrogées considèrent que la politique suivie par Emmanuel Macron a davantage évolué que sa manière d’incarner sa fonction, ils sont 34% à le penser parmi les électeurs de François Fillon, 35% parmi les sympathisants LR, 39% parmi ceux de l’UDI ! C’est sans doute là un indice de l’évolution de l’électorat de centre-droit vers Emmanuel Macron. Chez les sympathisants de LaRem ou du Modem, on crédite en revanche davantage Emmanuel Macron d’un changement de style, car on est déjà très convaincu sur la politique menée. Les sympathisants du centre-gauche (proches du PS ou de EELV) reconnaissent des changements de style et de politique mais l’expriment mezza voce. Enfin, les sympathisants ou les électeurs des deux extrêmes du spectre politique sont très concordants dans leurs appréciations : pour eux (surtout ceux qui sont proches du RN) rien n’a évolué chez Emmanuel Macron, ni le style ni la politique suivie !

Que retenir de toutes ces données ? A vouloir incarner une série de « moments » (acte 2 après les Gilets Jaunes, « nouveau chemin » aujourd’hui) pour tenter de sortir d’une image figée dans l’opinion depuis de nombreux mois, Emmanuel Macron prend le risque de se retrouver dans une étrange situation : perdre sur les deux tableaux en donnant le sentiment d’une ligne directrice devenue dépendante des situations et « en même temps » donner le sentiment de ne pas changer, en fait… Comme si, pour une partie importante de l’opinion, les inflexions, les étapes, les nouveaux chemins présidentiels n’étaient en fait qu’une série un peu brouillonne de « réinventions à l’identique »… A moins qu’Emmanuel Macron, stratège politique, n’ait fait sienne la phrase mythique du Guépard de Lampedusa, mis en scène par le film magistral de Visconti : « il faut que tout change pour que rien ne change »… A suivre, dès la rentrée de septembre !

Cet article a été initialement publié sur le site de BVA, cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 29/07/2020 - 10:21
Tel Attila!
Afin de maintenir le système qui lui assure rentes et privilèges,l'oligarchie,grâce à un coup d'état judico-médiatique a réussi à propulser au sommet de l'Etat un individu qui n'aurait jamais pu dépasser le niveau de placier de produits financiers pour clientèle friquée chez Rothchild.Une farce tragique qui perdure depuis maintenant plus de 3 ans où s'enchaînent sans discontinuer scandales,révoltes,répression,crise sanitaire mortifère,faillite économique ,sociale et éthique et à présent écologie punitive.Tel Attila,le fléau des Français trace sa route sur le char flamboyant de son mépris,de sa suffisance et de son arrogance,bien décidé à poursuivre jusqu'à la ruine et la destruction finales l'oeuvre déjà bien engagée de son règne calamiteux.
hoche38
- 29/07/2020 - 08:34
Et que voulez-vous qu'il fasse?
Ce n'est après tout qu'un "Emmanuel ToutEnKom", pharaon sans les pouvoirs, d'un Land en voie de sous-développement sous suseraineté bruxelloise.