En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

07.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 44 min 45 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 38 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 21 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 7 heures 52 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 7 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 7 heures 52 min
© JOEL SAGET / AFP
Bourse Paris
© JOEL SAGET / AFP
Bourse Paris
Les entrepreneurs parlent aux Français

La bourse ou la vie. La bourse déconnectée du monde réel

Publié le 27 juillet 2020
Denis Jacquet revient cette semaine sur les dérives du marché boursier en ces temps de crise économique face à l'impact du coronavirus.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet revient cette semaine sur les dérives du marché boursier en ces temps de crise économique face à l'impact du coronavirus.

Il semble que la bourse n’ait pas les mêmes cordons que la nôtre. Cet outil au service du financement des entreprises semble avoir pris congé avec la réalité de la vie quotidienne, pour vivre une vie autonome. Les valorisations constatées ces 3 derniers mois révèlent un système qui consacre la survalorisation déconnectée du présent et du futur. Faut il en être inquiet, furieux, satisfait?

Un peu tout à la fois en réalité.

La bourse, qui a près de 4 siècles, s’offre une nouvelle jeunesse régulièrement, en faisant sa mue, mais au profit des plus puissants. Sans cesse. Elle est de vertue légère. Elle aime s’afficher avec les puissants et leur laisse la place du Roi. Depuis les années 50 on a progressivement constaté un changement progressif vers la déconnexion. A l’époque et pour quelques décennies, l’actionnaire de la bourse était le bon commerçant, l’entrepreneur de région, le cadre de la “middle-class”. Pour lui la bourse était une affaire ancrée dans le présent et le futur prévisible. Son instinct et son bon sens guidait ses décisions. Le tiroir-caisse de son entreprise était son guide. Inquiet face à la consommation il vendait, confiant dans l’aspect replet de son portefeuille, il investissait massivement.  La Rue était ainsi au pouvoir, “main street” comme ils disent, et la bourse fournissait aux entreprises l’investissement dont elles avaient besoin pour se développer et conquérir.

Depuis, l’actionnaire, “le patron” a changé. Il a troqué le jean’s pour le costume 3 pièces, même par temps chaud. Le retraité est le plus grand actionnaire du monde, mais plus en direct, mais via les fonds de pension. Ces derniers confrontés partout dans le monde occidental, au problème des retraites, met du charbon dans la loco, même si elle va déjà trop vite, car il faut faire des plus-values colossales, à tout prix, pour payer les retraites promises. Au palmarès des bourses déconnectées, figurent en tête la Chine et surtout les USA. Les bourses Européennes, elles, ont certes repris de la vigueur, mais sans commune mesure avec leurs grandes soeurs américaines, qui cumulent plus de 21 TRILLIARDS de dollars de valorisation. N’essayez pas de compter, cela fait mal à la tête. 

De plus, elle se présente sous forme d’indices. Et le Nasdaq, graal des valeurs technologiques, nirvana de la survalorisation, sorte d’objet financier volant plus identifié, caracole sur quelques montures, qui à elles seules dopent le valeur de tout l’ensemble. 76% de la capitalisation boursière est le fait de quelques valeurs, GAFAM en tête, et plus particulièrement de celles qui ont profité du Covid, notamment Amazon. 200Mds de valorisation en plus en 3 mois. Surnaturel. Jeff Bezos à récupéré une large partie de ce qu’il a laissé dans son divorce, en dormant. Et son ex-épouse, est désormais officiellement la femme la plus riche du monde, sans y avoir rien produit. En bas de la chaîne, les salariés des entrepôts comptent toujours en centaines de dollars. La machine à inégalité du partage des richesses tourne à plein régime. Néanmoins, on pourrait arguer, qu’Amazon mérite son excédent de valorisation, puisqu’ils ont tourné à fonds pendant la crise. Mais c’est une survalorisation sur une survalorisation. Et la déconnexion par la déconnexion, fait de la déconnexion au carré, et de la folie au cube.

La bourse accroît les inégalités, impitoyablement et un peu plus certainement chaque jour. Dans les années 50, la middle-class était au pouvoir. Aujourd’hui 88% des revenus au delà de 100 K$ sont investis en action, quand 19% seulement de ceux qui gagnent moins de 45 K$ en possèdent. Les riches s’enrichissent en dormant, les autre travaillent au lieu de dormir, pour compenser.

Leurs amis de Chine, présents au Nasdaq, n’ont rien à leur envier. Alibaba, Tencent, ont fait un bond énorme depuis 3 mois également. Et encore plus sur 1 année. L’indice est poussé par ces quelques valeurs, mais surtout la bourse est dopée, aux hormones de croissance, non pas le marché, la vie véritable, mais pas l’argent de singe (Monkey Money) déversé par toutes les banques centrales, et notamment la FED, ce qui conduit à faire pleuvoir le cash sur les entreprises, qui dès lors se valorisent de façon totalement artificielle. Empruntant sans complexe et à coût nul ou négatif, dopant ainsi leur valeur. Personne ne sait évaluer la force de la récession, le coût social et humain qu’elle va entraîner, et pourtant les valeurs font la fête presque chaque semaine, de façon assez indécente au final. Comme en 2009. Les plus riches avaient accru de près de 30% leur richesse d’avant.

Il est temps, puisque le sport national est à l'incantatoire sur le monde “d'après”, de bâtir ou plutôt redonner à la bourse sa saveur, sa valeur, son rôle “d’avant”. De ressouder le couple entre la “rue” et “la salle de marché”, remettre de l’humain dans un trading à haute fréquence poussé par les machines. Des machines capables depuis 1 mois, de faire perdre 4% par jour à AA, ou UA ou boeing, pendant 2 jours, pour lui faire reprendre 9% le troisième jour. Sans AUCUNE raison valide ou concrète.

Il faudrait redonner le pouvoir à ce qui reste de la classe moyenne, mais aussi à la classe plus populaire. La fiscalité doit en être l’instrument incitatif. Peut-être faut il interdire ou limiter la participation des fonds de pension et autre collecteurs d’épargne, dans les valeurs qui ne font pas de profits. Et ainsi rétablir la valeur du profit. C’est bien le bénéfice pour une société. C’est utile, car cela peut se partager au lieu de se cumuler entre quelques mains rares et sélectives. Il faut repenser ce système, qui reste le meilleur, mais pas tel qu’il fonctionne désormais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires